Journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes 25 novembre

0 views
Skip to first unread message

Moise Dorcÿffffe9

unread,
Nov 25, 2022, 11:02:12 PM11/25/22
to winifred jean galvan


Commenter.- Partager


Comme lors les années précédentes, la Journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes donne le coup d'envoi de 16 jours d'activisme qui se termineront le 10 décembre, jour de la commémoration de la Journée internationale des droits de l'homme. Plusieurs événements publics sont en cours de coordination et des bâtiments et points de repère emblématiques seront « orangés » à travers le monde pour représenter un avenir meilleur, exempt de violence à l'égard des femmes et des filles.

 Thème 2022 : TOUS UNiS ! L'activisme pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes et des filles 

Il y a cinq ans, le mouvement #MeToo, fondé par l’activiste Tarana Burke en 2006, a pris de l’ampleur et déclenché une mobilisation mondiale créant un sentiment d’urgence en matière de prévention et d’élimination de la violence à l’égard des femmes et des filles.

Depuis lors, une prise de conscience et un élan sans précédent ont vu le jour grâce au travail acharné des activistes de base, des défenseuses et défenseurs des droits humains des femmes et des défenseuses et défenseurs des droits des survivantes dans le monde entier pour prévenir et éliminer la violence à l’égard des femmes et des filles.

Parallèlement, il y a eu une recrudescence des mouvements anti-droits, y compris des groupes antiféministes, ce qui a entraîné un rétrécissement de l’espace de la société civile, une réaction hostile envers les organisations de défense des droits des femmes et une augmentation des attaques contre les défenseuses des droits humains, les défenseurs des droits des femmes et les activistes des droits humains.

Soutenir et financer des organisations de défense des droits des femmes et des mouvements féministes solides et autonomes est crucial pour mettre fin à la violence à l’égard des femmes et des filles.

C’est pourquoi le thème de la campagne Tous UNiS pour 2022 appellera à un soutien renforcé envers l’activisme pour prévenir la violence à l’égard des femmes et des filles : « Tous UNiS ! L’activisme pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes et des filles ! »

 

Participez au 16 Jours d’activisme

Les 16 Jours d’activisme de lutte contre la violence basée sur le genre à l’égard des femmes et des filles s’inscrivent dans le cadre d’une campagne internationale qui a lieu tous les ans. Elle débute le 25 novembre, à l’occasion de la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes, et se termine le 10 décembre, à l’occasion de la Journée des droits de l'homme

Cette campagne, menée par le Secrétaire général des Nations Unies et ONU Femmes depuis 2008, vise à prévenir et à éliminer la violence à l'égard des femmes et des filles dans le monde, en appelant à une action mondiale pour accroître la sensibilisation et le soutien à cette question; et créer des opportunités de discussion sur les défis et les solutions.

À cette occasion, l'ONU organise un événement le 23 novembre (10h00-11h30 heure de New York.)

Vous pouvez suivre l'événement en ligne sur la chaîne Youtube d'ONU Femmes ou sur la WebTV de l'ONU.

 

 

Illustrated animation

Rejoignez la campagne !

Depuis l’amplification des voix des survivantes et des activistes jusqu’à l’appui des organisations de femmes et le renforcement des mouvements féministes, nous pouvons toutes et tous agir pour autonomiser les survivantes, réduire et prévenir la violence à l’égard des femmes et des filles et protéger les droits des femmes. Partagez du contenu sur vos réseaux sociaux !

 

Pourquoi devons-nous mettre fin à la violence contre les femmes et les filles ?

Aujourd’hui, la violence à l’égard des femmes et des filles constitue l’une des violations des droits humains les plus répandues, les plus persistantes et les plus dévastatrices dans le monde. Elle demeure également l'une des moins signalées en raison de l'impunité, du silence, de la stigmatisation et du sentiment de honte qui l'entourent.

La violence à l'égard des femmes s'entend comme englobant, sans y être limitée, les formes de violences physiques, sexuelles et psychologiques, telles que :

  • la violence d'un partenaire intime (coups, violences psychologiques, viol conjugal, féminicide) ;
  • la violence sexuelle et le harcèlement (viol, actes sexuels forcés, avances sexuelles non désirées, abus sexuels sur enfants, mariage forcé, harcèlement dans la rue, harcèlement criminel, cyber-harcèlement) ;
  • le trafic d'êtres humains (esclavage, exploitation sexuelle) ;
  • la mutilation génitale féminine ;
  • le mariage précoce.

La Déclaration sur l’élimination de la violence à l’égard des femmes, adoptée par l'Assemblée générale des Nations Unies en 1993, définit la violence à l'égard des femmes comme « tous actes de violence dirigés contre le sexe féminin, et causant ou pouvant causer aux femmes un préjudice ou des souffrances physiques, sexuelles ou psychologiques, y compris la menace de tels actes, la contrainte ou la privation arbitraire de liberté, que ce soit dans la vie publique ou dans la vie privée.

Les conséquences néfastes de la violence à l'égard des femmes sur le plan psychologique, sexuel et génésique affectent les femmes à tous les stades de leur vie. Par exemple, les désavantages éducatifs précoces constituent non seulement le principal obstacle à la scolarisation universelle et au droit à l'éducation des filles, mais ils sont également responsables de la limitation de l'accès à l'enseignement supérieur et se traduisent par des opportunités limitées pour les femmes sur le marché du travail.

Bien que la violence sexiste puisse toucher n'importe qui, n'importe où, certaines caractéristiques des femmes, telles que leurs préférences sexuelles, la présence d’un handicap ou leur origine ethnique, ainsi que certains facteurs contextuels, par exemple les crises humanitaires, dont les situations de conflit et d’après-conflit, peuvent accroître la vulnérabilité des femmes face à la violence.

La violence à l’égard des femmes continue d’être un obstacle à la réalisation de l’égalité, au développement, à la paix et à la réalisation des droits fondamentaux des femmes et des filles. Au total, la promesse des objectifs de développement durable (ODD) - ne laisser personne de côté - ne peut être remplie sans mettre fin à la violence à l'égard des femmes et des filles.

 

Besoin d'aide

Illustration

Si vous avez été victime de maltraitance, si vous vous estimez menacée, en danger ou vous avez besoin d’une aide extérieure, consultez cette liste des lignes téléphoniques d’urgence de différents pays.

Le saviez-vous ?

Depuis le début de la pandémie...

  • 45% des femmes ont déclaré qu’ellesmêmes ou d’autres femmes qu'elles connaissent ont subi une forme de violence à l’égard des femmes et des filles.
  • 7 femmes sur 10 ont dit qu’elles pensent que la violence verbale ou physique de la part d'un partenaire est devenue plus courante.
  • 6 femmes sur 10 estiment que le harcèlement sexuel dans les espaces publics s'est aggravé. 

En savoir plus : Mesurer la pandémie de l’ombre : La violence à l’égard des femmes pendant la pandémie de COVID-19 (ONU Femmes, 2021).

Illustration

Croyez les survivantes de violences: L’histoire de Diana, en Argentine

Diana Salas, qui a 48 ans, est mère de sept enfants. Ses enfants, vivant avec un père violent, avaient également souffert de stress psychologique et de difficultés économiques. Il ne lui a pas été facile de quitter son partenaire, mais avec l’aide des travailleurs sociaux d’un refuge local de la province de Chaco, elle a pu obtenir une injonction interdisant à son partenaire d’entrer en contact avec elle, ainsi qu’un endroit sûr pour se rétablir.

Illustration

Centre de connaissances virtuel

Le Centre de connaissances virtuel pour mettre fin à la violence contre les femmes et les filles est une ressource en ligne disponible en anglais, français et espagnol, conçue pour répondre aux besoins des décisionnaires, des responsables de l'exécution de programmes et d'autres praticiens actifs dans la lutte contre la violence à l'égard des femmes et des filles.

Olimpia Coral

85 % des femmes dans le monde ont été victimes ou témoins de violence virtuelle à l'égard d'autres femmes. C'est le cas d'Olimpia Coral, qui partage son histoire avec 15 autres femmes de différents pays qui ont subi des violences virtuelles. N'oubliez pas que le virtuel est réel.

La violence à l'égard des femmes peut se présenter sous de nombreux aspects : violence, féminicide, traite, mutilations génitales, cyber-harcèlement et bien d'autres encore. Si vous pensez être victime d'abus ou si vous pensez que quelqu'un d'autre l'est, vérifiez si les signes sont présents et demandez de l'aide. Si vous aidez quelqu’un, appelez une ligne d’assistance pour demander des conseils professionnels, encouragez la personne à chercher un soutien, écoutez sans porter un jugement et respectez sa vie privée.

Chaque heure en moyenne plus de cinq femmes, ou filles, ont été tuées par un membre de leur propre entourage en 2021, selon une étude publiée par l'ONUDC et ONU Femmes. Ce rapport estime que ces chiffres sont « un brutal rappel du fait que la violence à l’égard des femmes et des filles constitue l’une des atteintes les plus fréquentes aux droits de la personne dans le monde ». Lire l'article d'ONU Info.


Reply all
Reply to author
Forward
0 new messages