HAITI-- Après désastres -- Faire face à la crise alimentaire

0 views
Skip to first unread message

Annette

unread,
Oct 14, 2008, 1:25:37 PM10/14/08
to

Copie d'un message reçu :
-------------------------------------

Métropole mardi, 14 octobre 2008

06:59

Des experts analysent les stratégies pour faire face à la crise
alimentaire

Les dispositions et stratégies à adopter face à la crise alimentaire
ont été au centre des discussions entre des techniciens haïtiens et
latino-américains lors d’un séminaire organisé par le ministère de
l’Agriculture et la Commission économique pour l’Amérique latine et la
Caraïbe (Cepal).

Des hauts cadres de la Commission nationale de sécurité alimentaire
(CNSA), des ministères de l’Économie et de la Planification ainsi que
des représentants du Brésil, de l’Argentine, du Mexique et de la
République dominicaine ont apporté leur contribution au débat.

Le coordonnateur de la CNSA, Gary Mathieu, a rappelé que 53 % des
aliments consommés en Haïti proviennent de l’étranger.

Rappelant que les pays d’Amérique latine ont été également confrontés
à la hausse des prix des produits alimentaires au cours de cette
année, M. Mathieu souligne que les techniciens haïtiens espèrent
profiter de l’expérience des pays latino-américains. "Nous n’avons pas
à inventer des solutions mais dans un contexte régional nous
analyserons les mesures préventives mais aussi celles visant à
corriger les problèmes", ajoute t-il.

Des représentants de pays latino-américains de leur coté ont expliqué
les dispositions adoptées par leur gouvernements respectifs pour faire
face à la crise alimentaire.

Dans son dernier rapport publié le 24 septembre, la CNSA estime
qu’entre 2,8 millions à 3.3 millions de personnes sont en insécurité
alimentaire soit modérée soit extrême ce qui représente une
augmentation d’environ 15 % depuis la mi- août.

Selon les experts de la CNSA " des investissements énormes devront
être réalisés pour compenser la perte de terres agricoles,
d’infrastructures routières et d’irrigation, d’adductions d’eau
potable, etc., et pour atténuer les risques de dégâts similaires et
d’aggravation de l’insécurité alimentaire lors des cyclones futurs".


Reply all
Reply to author
Forward
0 new messages