Petite école en péril, vous connaissez ?

46 views
Skip to first unread message

francine....@ssss.gouv.qc.ca

unread,
Feb 15, 2011, 11:09:12 AM2/15/11
to rqi...@googlegroups.com

Bonjour à toutes et à tous !

Je fais appel à vos connaissances et/ou expériences...

Dans notre MRC du Rocher-Percé, plus précisément à Percé, au moins 2 écoles primaires, dont une a obtenu une année de sursis, sont menacées de fermeture ( manque d'élèves selon les critères établis. )  La ville de Percé compte plus ou moins 3, 400 habitants, répartis en 6 localités.
 Un comité citoyen a pris forme.  De plus, des représentantEs de la Commission scolaire, du Conseil d'établissement et des parents ont convenu de former un groupe d'échange et de réflexion afin de trouver une solution à long terme.
S'il existe ou a existé des situations similaires dans votre coin et qui ont connu un «dénouement heureux», accepteriez-vous de les partager avec moi ?  Ça m'aiderait à supporter le comité citoyen.

Merci de contribuer à améliorer mon travail dans ma communauté !

Francine Roy
   organisatrice communautaire
   Csss du Rocher-Percé
   francine....@ssss.gouv.qc.ca
   418 689-2572, poste 2518


france.l...@rrsss16.gouv.qc.ca

unread,
Feb 16, 2011, 12:00:39 PM2/16/11
to francine....@ssss.gouv.qc.ca, rqi...@googlegroups.com

Bonjour Francine, dans la MRC d'Acton, nous avons déjà vécu ce danger de fermeture. Les jours de l'école de la municipalité de Ste-Christine étaient comptés. Un comité de parents et d'élus avait été mis sur pieds pour contrer cette fermeture.
À partir du nombre de naissances jusqu'à l'entrée scolaire nous avons pu faire la démonstration, le temps de transport pour les enfants / à l'impact sur la scolarité des enfants que générerais cette fermeture. Les enfants étaient déjà multi niveaux. Nous avons aussi analyser sur un plus long terme si le multi niveau permettrait de tenir la route comme solution. Pour les parents, le multi niveaux était chose courante pour les enfants et parents. C'était même très positif/ entraide entre les enfants.
À ce moment, il n'y avait pas de conseil d'établissement. Ce sont les familles déterminées appuyées leur municipalité et par la population qui ont gérer la mobilisation.
Notre constat: Plusieurs acteurs sont concernés lorsqu'il s'agit de faire la démonstration. Comme par exemple, des mesures incitatives financières d'occupation du territoire par les jeunes familles permet d'affronter la logique financière/ la rentabilité de garder une école ouverte. Il faut déterminer sa rentabilité sous plusieurs axes.
La fermeture d'une école en milieu rural entraîne une dévitalisation du milieu. Il faut donc réunir tous les acteurs concernés: politique, économique, société civile, l'épicier du coin etc...

Même logique lorsque le gouv. a voulu fermer les prématernelles ou maternelles en se basant sur le nombre codes postaux des familles situés sur un même territoire /concentration. Il est évident que la concentration des codes postaux est marquée en milieu urbain / au milieu rural. Cette logique de calcul gouvernemental annonçait la mort des prématernelles et des maternelles de presque l'ensemble du Qubec rural. Nous avons démontré l'importance de les garder ouvertes en milieu rural et surtout l'irréalisme de ce mode de calcul . Nous avons demandé la collaboration de Solidarité rurale dans ce dossier. Après tout, tout le Québec rural était concerné par le refus de fermeture des parents de notre région À ce jour, il n'y a eu aucune fermeture dans notre région.


Bonne chance!

France Lafrenière
Organisatrice communautaire
Service d’intervention communautaire- Santé publique
CSSS Richelieu-Yamaska-CLSC de la MRC-d’Acton
Téléphone: 450-546-2572, poste 322
Télécopieur:450-546-4981
Lotus: france.l...@rrsss16.gouv.qc.ca

Inactive hide details for francine.roy.pabok@SSSS.gouv.qc.ca@googlegroups.comfrancine....@SSSS.gouv.qc.ca@googlegroups.com



A

rqi...@googlegroups.com

cc


Objet

[rqiiac] Petite école en péril, vous connaissez ?

--
------------------------------------------------
Vous avez reçu ce message, car vous êtes abonné au groupe
Groupe "rqiiac" de Google Groupes.
Pour transmettre des messages à ce groupe, envoyez un courriel à
l'adresse rqi...@googlegroups.com
Pour résilier votre abonnement à ce groupe, envoyez un courriel à
l'adresse rqiiac+un...@googlegroups.com
Pour s'abonner à ce groupe, envoyer un courriel à l'adresse :
rqiiac+s...@googlegroups.com
------------------------------------------------
Site du RQIIAC :
http://www.rqiiac.qc.ca/
Archives de la liste :
http://groups.google.ca/group/rqiiac/


André St-Onge

unread,
Feb 16, 2011, 5:29:51 PM2/16/11
to francine....@ssss.gouv.qc.ca, rqi...@googlegroups.com
La recette des petites écoles???  Pas facile.
En parallèle à mon travail en organisation communautaire, je siège au conseil d'établissement de l'école de mon village:  22 élèves en tout ( de pré-maternelle à 6e année). 
Ouf, les solutions ne sont pas simples.  Je suis aussi à la recherche de belles histoires.  Je sais qu'elles existent mais elles ne sont pas faciles à trouver.

Parmi mes recherches, j'ai appris que des ingrédients majeurs peuvent aider à la survie:
- des membres du personnel issus du village;
- une implication continue des parents, des dirigeants municipaux, de toute la communauté;
- la volonté d'une approche pédagogique différente et unique;
- l'intérêt du personnel à y travailler ( quand ce n'est pas ton milieu, et que tu rêves de travailler ailleurs, tu n'as aucun intérêt à trouver des solutions à long terme... si l'école ferme, tu es relocalisé!);
- un projet éducatif original, s'inspirant des écoles à vocation particulière ou alternative;

Un des outils est que la commission scolaire reconnaisse à l'école un statut d'école communautaire.  Il y a trois types de statut, selon qu'on y fait une simple location de locaux, qu'on y retrouve des organismes du milieu qui inter-agissent avec l'école ou que l'école est pleinement engagée dans son milieu et que le programme est développé avec celui-ci.

L'École Val-Joubert, de Sainte-Paule, était un très bel exemple de réussite.  Malheureusement, après avoir remonté à environ 50 élèves, un simple changement de politique pour le transport par la commission scolaire est venue fermer l'école. "pourtant, il y a une douzaine d'années, l'école avait attiré des élèves de l'extérieur de la communauté.  elle avait ainsi évité la fermeture grâce à son statut particulier en lien avec la nature"  Radio-canada.  Je crois que le maire de Sainte-Paule est encore sous le choc de la situation.  

Il semble très difficile d'engager les commissions scolaires dans une politique de vitalisation des villages. J'ai plutôt l'impression que l'approche des commissions scolaires est en fonction des redditions de compte.  Le discours porte souvent sur l'équité des services, au prorata de la population.  Et rien de mieux que de dire aux conseils d'établissement et aux commissaires qu'en gardant une école ouverte, on doit couper les services pour les grosses classes, pour les élèves en difficulté d'apprentissage...  Donc on divise les parents, et la cause est toute entendue:  la majorité l'emporte.  C'est donc toute la politique de ruralité et d'occupation du territoire qui est en cause.  Pouvoir établir que le maintien d'une école est un enjeu majeur dans la survie d'un village rendrait la cause plus défendable. Souvent, on parle même d'une décroissance évidente de la population d'un village.  Au mieux, le maintien de l'école est vu comme un ingrédient pour amoindrir le déclin.  On est encore loin d'une vision de développement d'un village, où il faut penser des projets et des services dans l'école qui répondent aux jeunes familles ( pas assez d'enfants, donc pas de services de garde,  peu d'activités parascolaires,  ...).  

La solution me paraît donc dans un projet de village.  Avoir quelques membres du personnel ayant le village tatoué au coeur, des parents intéressés et impliqués en support aux projets scolaires ( voir l'école Val-Joubert), les élus municipaux convaincus et concernés, une communauté qui appuie le projet, y adhère et se sent interpellée car les gens sont conscients que l'avenir du village passe par l'existence de l'école...

J'ai aussi appris que si l'organisation communautaire a comme réflexe de penser en réseau, de partager l'information et les bons coups, il semble que la culture en éducation soit à l'opposé. Les enseignants se retrouvent isolés, alors que l'enseignement à multiples niveaux exige des approches différentes.  il est très difficile de trouver les coordonnées d'écoles, et de faire en sorte que le personnel échange les bons coups, le matériel pédagogique particulier (souvent, ils l'ont développé eux-mêmes), les pièges à éviter.  Pourtant ils seraient gagnants de le faire.  J'ai aussi appris que la culture scolaire amène le professeur à se voir comme la personne qui transmet la matière, toute la matière.  Il a grandi en se faisant dire qu'il détenait le savoir.  Difficile dans cette vision de développer une relation de pivot avec les élèves.  Pourtant, c'est bien là une réforme amorcée il y a longtemps.  L'enseignant qui privilégie la relation avec ses élèves peut trouver dans les classes des petites écoles le terreau idéal pour enseigner.  Il doit cependant aimé innover et utiliser l'approche par projet.

En passant, lorsque la direction ne croit pas trop au projet ( et comme elle a rarement une tâche pleine dans une petite école), des parents m'ont mentionné que moins elle y est , mieux c'est. Donc on travaille avec le personnel en place.  Une solution intéressante lorsque possible, est d'avoir un membre convaincu du personnel qui allie sa tâche professionnelle à celle de direction-adjointe pour assurer une présence continue de la direction.  Si la personne ne croit pas aux petites écoles, vaut mieux s'abstenir et avoir moins de présence de direction:  ça laisse plus de place aux membres du personnel qui désirent innover.

 Travaillant sur le dossier de la petite école de mon village depuis 5 ans, je suggère 2 idées, l'une nationale, l'autre locale:
- nationale:  il faudrait promouvoir la tenue d'un colloque, un forum, ou d'états généraux sur les petites écoles du Québec.  Le gouvernement aurait avantage à ce que les directions de ces écoles se connaissent et partagent des manières de faire.  Idem pour les enseignants, pour les parents et pour les élus.  Il y a actuellement des équipements de vidéoconférences dans
plusieurs écoles mais très peu s'en servent alors que cela pourrait permettre au personnel de partager des idées, et à des élèves de monter des projets, ou des enseignements spécialisés...
- localement, nous avons mis sur pied un comité «communautaire», en plus du conseil d'établissement.  Le C.É. était trop contraignant pour les enseignants , semble-t-il. Le comité communautaire étant consultatif, il se réunit 2-4 fois par année, propose des idées de sujets et d'activités en lien avec la communauté.  Dans notre cas, la pêche, le loup-marin, la géologie des îles, la canneberge, ... sont autant de sujets qui ont permis un partage entre l'école et la communauté.  Cette partie s'insère au projet éducatif un peu comme un annexe.  J'aimerais que le projet éducatif soit révisé avec les objectifs d'une école communautaire mais visiblement le personnel n'est pas prêt à cela.

Je pense que des idées comme les projets intergénérationnels tels que des ateliers d'initiation à l'informatique par les élèves pour la communauté ou de techniques artisanales par des gens âgés, ou encore les dîners hebdomadaires d'élèves avec des aînés ( cf le village de Saint-Camille) sont prometteurs.


J'aurais pu me réjouir en sachant que le comité régional de parents du Bas St-Laurent Gaspésie les îles allait finalement discuter des petites écoles à sa réunion.  En préparation pour la dite rencontre, les 2 questions que l'on m'a posé:  combien d'élèves?  combien de temps pour te rendre au prochain village?  J'sais pas pourquoi, mais ça m'inquiète davantage que ça m'emballe...!

Je suis curieux de lire les idées venues des 4 coins du Québec.  
Et comme ces petites écoles souffrent d'un manque de coordonnées pour briser la solitude de leur situation, voici les coordonnées de par chez-nous:
école Notre-Dame du Sacré-Coeur, village de Grande-Entrée, Îles-de-la-Madeleine.  418-986-5511 poste 2601.   
Directrice Colette Chiasson:  poste 2602
lien avec la communauté: Sandra Chevarie, orthopédagogue et enseignante:  sache...@csdesiles.qc.ca
Conseil d'établissement:  André St-Onge:  landry...@ilesdelamadeleine.ca
Conseiller municipal, village de Grande-Entrée: Jonathan Lapierre:  jlap...@muniles.ca

Je serais bien heureux d'avoir des échos d'autres réalités locales.

Salutations,


André 
André St-Onge
Travailleur communautaire,
CSSS des Îles, CLSC de l'Est, 
773, chemin Principal, Grosse-Ile, (Québec) G4T 6B5
tél.    418-985-2572 téléc.        985-2862
courriel CLSC:            andre.st-on...@ssss.gouv.qc.ca

courriel personnel:     landry...@ilesdelamadeleine.ca





Le 11-02-15 à 12:09, francine....@SSSS.gouv.qc.ca a écrit :

André St-Onge

unread,
Feb 16, 2011, 5:36:56 PM2/16/11
to francine....@ssss.gouv.qc.ca, rqi...@googlegroups.com
Un lien intéressant:


Pour compléter mon petit message...

Salut Francine.  Bonne chance.


André





Le 11-02-15 à 12:09, francine....@SSSS.gouv.qc.ca a écrit :

j-p_s...@ssss.gouv.qc.ca

unread,
Feb 17, 2011, 9:35:07 AM2/17/11
to landry...@ilesdelamadeleine.ca, francine....@ssss.gouv.qc.ca, rqi...@googlegroups.com

Tres interessant les propos de m. St-onge . merci ! Ici à chute au outardes , petit village de 1200 personnes pres de Baie-comeau , mon travail d'o.c m'amène a coordonner et animer depuis 10 ans un comité nommé communauté en santé . Ce comité a pour but d' harmoniser la prévention et la promotion de la santé dans la communauté et l'école l . l'école , la sq , le centre de santé , la municipalité , 6-7 organismes communautaires y siègent . Comme aux iles ceci requiert 4-5 rencontres annuelles , l'avantage c'est que les principaux acteurs tant communautaires qu'institutionnels sont assis ensembles .  IL n'y a pas encore de situation de fermeture mais a chaque année des solutions s'y rattachants sont réalisées par exemple des classes mixtes . il faut etre vigilants collectivement

Ce type de structure inventée de toute pièce dans une perspective de développement local permet a une école et son milieu de mieux se connaitre démystifier les rôles de chacun et de créer des alliances école -communauté .L'école sort ainsi de son isolement et reconnais l'apport du communautaire aupres des enfants . Finalement elle permet d'anticiper et de pro-agir dans des situations plus névralgiques telles que des fermetures . Évidemment il faut une volonté de la direction scolaire a siéger sur de tels comités . Ça peut être le travail d'un o.c de convaincre .....

Retombées vivantes : Depuis dix ans ce comité réalise un salon des ressource en meme temps que la rentrée scolaire , 20 organismes s'installent dans le gymnases et y tiennent un kiosques ( simple ) d'information . une bénévole et d'autres aliiés amassent 2000 dollards en services ( achats de matériels scolaires des enfants , coupe de cheveux , repas resto en famille ) . 100 parents assistent a l'assemblée générale et apres au salon des ressources . le monde communautaire et local prend sa place dans l'école qui l'apprécie .... tout celà ne coute ...... rien juste des ressources partenaires .

«voilà ce que j'ai a partager , si ça peut inspirer .
JPierre Simard , O.C
CLSC Marie-Leblanc-Côté
418-567-2910

Yves Hurtubise

unread,
Feb 17, 2011, 10:36:06 AM2/17/11
to j-p_s...@ssss.gouv.qc.ca, landry...@ilesdelamadeleine.ca, francine....@ssss.gouv.qc.ca, rqi...@googlegroups.com

Jean-Pierre,

Le film que vous aviez réalisé sur Chute-aux-outardes est-il encore disponible ? Il était très stimulant et mes étudiants en raffolaient parce que cela mettait des images concrètes sur une intervention de dynamisation d’une communauté.

Yves Hurtubise

 


De : rqi...@googlegroups.com [mailto:rqi...@googlegroups.com] De la part de j-p_s...@ssss.gouv.qc.ca
Envoyé : 17 février 2011 09:35
À : landry...@ilesdelamadeleine.ca
Cc : francine....@ssss.gouv.qc.ca; rqi...@googlegroups.com
Objet : Re: [rqiiac] Petite école en péril, vous connaissez ?

--

j-p_s...@ssss.gouv.qc.ca

unread,
Feb 17, 2011, 11:02:16 AM2/17/11
to Yves Hurtubise, francine....@ssss.gouv.qc.ca, landry...@ilesdelamadeleine.ca, rqi...@googlegroups.com

Oui le document exixte encore , disponible ? pas a grande échelle car nous n'avons que 2-3 exemplaires . On vien d'en terminer un deuxieme qui présente des leaders du village et des organismes communautaires en lien avec notre programme mon ami mon village ., ce document fait ressortir le plaisir , le dynamisme et la croyances de différents acteurs dans le développement d'une communauté , incluant l'école .

En communiquant avec la télévision régionale de la péninsule à chute-aux -outardes .au 418-567-2650 , on vien de m'informer qu'ils vous informeront du prix et peuvent vous faire parvenir un e copie de ce document .

En passant mes sincères salutations yves .

ndurocher....@ssss.gouv.qc.ca

unread,
Feb 17, 2011, 1:07:42 PM2/17/11
to francine....@ssss.gouv.qc.ca, rqi...@googlegroups.com

Bonjour
Par chez nous, nous avons l'école primaire de St-Camille, petuit village de plus ou moins 500 habitants, qui a participé à l'expérimentation d'un projet-pilote de École Éloignée en Réseau.

Voici un extrait qui présente bien ce qu'est ce projet:

Le projet d’expérimentation École éloignée en réseau (ÉÉR) est né de la volonté du ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport du Québec de trouver des solutions nouvelles pour améliorer la vitalité des petites écoles. Les États généraux de l’éducation, il y a près de quinze ans, avaient constaté le problème de l’égalité des chances dans les milieux éloignés, où les baisses démographiques et l’accès à l’école de village posaient des problèmes de plus en plus aigus. En outre, des tensions croissantes apparaissaient dans les communautés locales pour la survie de l’école, plaçant ainsi de plus en plus le milieu scolaire dans une position délicate. Mis en place au moment où la fibre optique (connectivité) se déployait sur le territoire québécois, le projet de l’École éloignée en réseau faisait l’hypothèse que la mise en réseau pouvait enrichir l’environnement éducatif de ces écoles.

Je vous invite à consulter le site du CEFRIO (cefrio.qc.ca) qui regorge d'informations.

Nathalie Durocher, organisatrice communautaire
CSSS des Sources
819-879-7158 (504)




Inactive hide details for francine.roy.pabok@SSSS.gouv.qc.ca@googlegroups.comfrancine....@SSSS.gouv.qc.ca@googlegroups.com



Objet


[rqiiac] Petite école en péril, vous connaissez ?

Mathieu...@ssss.gouv.qc.ca

unread,
Feb 17, 2011, 1:20:12 PM2/17/11
to ndurocher....@ssss.gouv.qc.ca, francine....@ssss.gouv.qc.ca, rqi...@googlegroups.com

L'enjeu est également présent sur notre territoire (Les Etchemins - Chaudière-Appalaches).

Plusieurs solutions sont expérimentées:

- Classes multi-niveaux;
- École éloignée en Réseau;
- Partage des cycles entre divers municipalités;
- Mobilisation des parents, des municipalités et de la Commision scolaire.

Au niveau de références en lien avec la problémaqtique, j'ai trouvé, il y a quelques années, trois documents rédigés par Mario Carrier et Pierre Beaulieu de la Chaire Desjardins en développement des petites collectivités de l'Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue.

Les coordonnées sont:

819-762-0971

Bonne continuité!
 

Mathieu Gaudette
Organisateur communautaire
Centre de santé et de services sociaux des Etchemins
331, place du Sanatorium
Lac-Etchemin (Québec), G0R 1S0
Téléphone : 418 625-3101, #2630
Télécopieur : 418 625-3109
Courriel : mathieu...@ssss.gouv.qc.ca



ndurocher....@ssss.gouv.qc.ca@googlegroups.com
Envoyé par : rqi...@googlegroups.com

2011-02-17 13:07

Veuillez répondre à
ndurocher....@ssss.gouv.qc.ca

A
francine....@ssss.gouv.qc.ca
cc
rqi...@googlegroups.com
Objet
RE [rqiiac] Petite école en péril, vous connaissez ?



Archives de la liste :
http://groups.google.ca/group/rqiiac/


André St-Onge

unread,
Feb 17, 2011, 1:37:47 PM2/17/11
to ndurocher....@ssss.gouv.qc.ca, francine....@ssss.gouv.qc.ca, rqi...@googlegroups.com
Le  projet d'École éloignée en réseau (ÉÉR) est une formule intéressante pour créer des échanges entre élèves.  cela pourrait permettre des échanges entre professionnels mais à ma connaissance, cela se fait peu.  
Les minorités anglophones au Québec, et francophone hors Québec utilisent aussi un système de vidéoconférence pour faire du télé-enseignement, une formule différente du ÉÉS.
En télé-enseignement, un professionnel donne un cours à des élèves dans plusieurs milieux à la fois.  C'est souvent bénéfique pour des matières scientifiques, mais ça semble moins efficace pour les matières de base.  
La technologie vidéoconférence peut être un moyen de stimulation, un outil pédagogique, ou l'occasion d'un projet d'apprentissage, mais cela ne semble pas pouvoir remplacer l'enseignement en direct pour les matières de base.
Un critère important de réussite du ÉÉS est d'avoir une stabilité du personnel qui l'utilise.  Lorsque le personnel change d'école à chaque année ou au 2-3 ans, ou même change d'affectation de niveaux au sein d'une même école, ce projet devient vite un boulet.  IL semble en effet qu'il faut une certaine aisance de la technologie de la part de l'enseignant, et il lui faut avoir déjà une structure du programme pédagogique de sa classe.  La première année qu'il enseigne à un groupe ( et je pourrais dire « les premières années» ), le professeur doit d'abord développer sa programmation, ses outils, son matériel, ses activités particulières, etc...  À moins d'un crack en informatique, il y a peu de chance que la technologie de vidéoconférence puisse être d'un grand secours.

Ce que je comprend particulièrement du projet ÉÉS, c'est qu'il s'agit d'un moyen pour les enseignants.
ET il devient de plus en plus clair pour moi que le défi de dynamiser des petites écoles dans les villages appartient d'abord à la volonté d'une communauté, dont les parents des élèves actuels et futurs, auquel se greffe  idéalement une volonté de membres du personnel, de la direction et de la commission scolaire.  Si la communauté n'y croit pas, les moyens pédagogiques sont bien accessoires.
Si personne du milieu de l'éducation ne se sent concerné, ça part vraiment mal.  La bataille deviendra une véritable guerre, et je en suis pas optimiste quant à l'issue de la bataille.

C'est donc directement du développement communautaire, et du renforcement du pouvoir d'agir des citoyens, dont on parle.  Et ce langage ne figure pas au programme du MELS.

Bonne chance.


André 
André St-Onge
Travailleur communautaire,
CSSS des Îles, CLSC de l'Est, 
773, chemin Principal, Grosse-Ile, (Québec) G4T 6B5
tél.    418-985-2572 téléc.        985-2862
courriel CLSC:            andre.st-on...@ssss.gouv.qc.ca

courriel personnel:     landry...@ilesdelamadeleine.ca





Le 11-02-17 à 14:07, ndurocher....@ssss.gouv.qc.ca a écrit :

Bonjour
Par chez nous, nous avons l'école primaire de St-Camille, petuit village de plus ou moins 500 habitants, qui a participé à l'expérimentation d'un projet-pilote de École Éloignée en Réseau.

Voici un extrait qui présente bien ce qu'est ce projet:

Le projet d’expérimentation École éloignée en réseau (ÉÉR) est né de la volonté du ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport du Québec de trouver des solutions nouvelles pour améliorer la vitalité des petites écoles. Les États généraux de l’éducation, il y a près de quinze ans, avaient constaté le problème de l’égalité des chances dans les milieux éloignés, où les baisses démographiques et l’accès à l’école de village posaient des problèmes de plus en plus aigus. En outre, des tensions croissantes apparaissaient dans les communautés locales pour la survie de l’école, plaçant ainsi de plus en plus le milieu scolaire dans une position délicate. Mis en place au moment où la fibre optique (connectivité) se déployait sur le territoire québécois, le projet de l’École éloignée en réseau faisait l’hypothèse que la mise en réseau pouvait enrichir l’environnement éducatif de ces écoles.

Je vous invite à consulter le site du CEFRIO (cefrio.qc.ca) qui regorge d'informations.

Nathalie Durocher, organisatrice communautaire
CSSS des Sources
819-879-7158 (504)


<ecblank.gif>
A
<ecblank.gif>
rqi...@googlegroups.com
<ecblank.gif>
cc
<ecblank.gif>
<ecblank.gif>
Objet
<ecblank.gif>

[rqiiac] Petite école en péril, vous connaissez ?
<ecblank.gif><ecblank.gif>
Reply all
Reply to author
Forward
0 new messages