Une application de la réalité virtuelle traite les phobies courantes

1 view
Skip to first unread message

Viva La Vie

unread,
Jul 30, 2022, 10:27:20 PM (13 days ago) Jul 30
to rael-scien...@googlegroups.com
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Le mouvement raëlien, pour ceux qui n'ont pas peur du futur 
http://www.rael.org

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Une application de la réalité virtuelle traite les phobies courantes


Par martin

Technologie

14 juillet 2022


Image insérée

Les résultats d’un essai de l’Université d’Otago, à Christchurch, suggèrent un nouvel espoir pour les personnes dans le monde entier qui ont peur de l’avion, des aiguilles, des hauteurs, des araignées et des chiens.

La RV permet de traiter plusieurs phobies

Cet essai, dirigé par le professeur associé Cameron Lacey, a étudié les patients atteints de phobie à l’aide d’un casque d’écoute et d’un programme de traitement par une  application pour téléphone intelligent – une combinaison de thérapie d’exposition par vidéo à 360 degrés en réalité virtuelle (RV) et de thérapie cognitivo-comportementale (TCC).

Les participants ont téléchargé une application pour smartphone entièrement autoguidée appelée « oVRcome », développée par l’entrepreneur technologique Adam Hutchinson de Christchurch, destinée à traiter les patients souffrant de phobie et d’anxiété.

Cette application était associée à un casque pour immerger les participants dans des environnements virtuels permettant de traiter leur phobie. Les résultats de cet essai ont montré une réduction de 75 % des symptômes de la phobie après six semaines du programme de traitement.

« Les améliorations dont ils ont fait état suggèrent qu’il existe un grand potentiel pour l’utilisation de la RV et des applications pour téléphones portables comme moyen de traitement autoguidé pour les personnes qui luttent contre des phobies souvent invalidantes », déclare le professeur associé Lacey.

Un essai contrôlé et randomisé intégrant 129 personnes

Au total, 129 personnes ont pris part à cet essai contrôlé et randomisé de six semaines, entre mai 2021 et décembre 2021, avec un suivi de 12 semaines. Les participants devaient être âgés de 18 à 64 ans et avoir une peur de l’avion, des hauteurs, des aiguilles, des araignées et des chiens. Ils ont reçu par courriel des questionnaires hebdomadaires pour enregistrer leurs progrès.

« Les participants présentant ces cinq types de phobie ont montré des améliorations comparables sur l’échelle des mesures de sévérité de la phobie spécifique au cours de l’essai. Le score moyen de sévérité est passé de 28/40 (symptômes modérés à sévères) à 7/40 (symptômes minimes) après six semaines. Aucun participant ne s’est retiré en raison d’effets indésirables liés à l’intervention.

« L’application oVRcome fait appel à ce que l’on appelle la « thérapie d’exposition », une forme de TCC qui consiste à exposer les participants à leurs phobies spécifiques par courtes séquences, afin de renforcer leur tolérance à la phobie d’une manière cliniquement approuvée et contrôlée », explique le professeur associé Lacey.

De très bons résultats pour plusieurs participants

« Certains participants ont fait état de progrès significatifs pour surmonter leurs phobies après cette période d’essai, l’un d’entre eux se sentant suffisamment confiant pour réserver des vacances en famille à l’étranger, un autre pour se faire vacciner contre la COVID-19 et un autre pour savoir non seulement qu’il y a une araignée dans la maison, mais aussi qu’il peut l’enlever de lui-même. »

Les chercheurs affirment que cet essai était nouveau, en raison du faible coût de l’application et des casques, et du fait que plusieurs phobies ont été testées en même temps. Ils affirment que la plupart des études comparatives de RV menées à ce jour ont porté sur des appareils de RV haut de gamme qui ne sont disponibles que dans le cadre de la recherche et dans des contextes cliniques limités. En résumé cet essai a montré qu’il était possible de traiter avec succès plusieurs sortes de phobies et ce, relativement facilement.

Cette recherche a été publiée dans Australian & New Zealand Journal of Psychiatry.

Crédit photo : iStock





Reply all
Reply to author
Forward
0 new messages