RE: France Health minister warns against excessive mobile use

1 view
Skip to first unread message

news.omega

unread,
Jan 4, 2008, 7:14:31 AM1/4/08
to mobilfunk_...@googlegroups.com
Hi

The information campaigns of associations start to have an impact in the
great media.
There was in one day more than 160 articles of press in France!!!!!
All the chains of TV carried out reports and forcing the Minister for
Health is obliged to express itself.

It is necessary to be to inform well to include/understand, because it
is total confusion for general public.
We will diffuse this evening the three press releases of Robin des
toits, Priartem and Next-up with a summary of the principal television
news.

The reversal of the Minister for health is too slow.
It evokes the principle of precaution, but without applying it.
It does not go rather far, but that has the merit to exist.

We think that the Minister for the Health (which does not know the
problems of the EMF)
covers himself against the explosion of pathologies related to the
disease of the microwaves.

It prepares the public opinion with a major reversal to come.

In short, the population must soon finally discover the medical scandal.

Best
Marie-Pierre
Next-up

Bonjour,

Les campagnes d’informations des associations commencent à avoir un
impact dans les grands médias.

Il y a eu en une journée plus de 160 articles de presse en France !!!!!

Toutes les chaînes de TV ont réalisé des reportages et forcement la
Ministre de la Santé est obligée de s’extérioriser.

Il est nécessaire d’être bien informer pour comprendre, car c’est la
confusion totale pour le grand public.

Nous diffuserons ce soir les trois communiqués de presse de Robins de
toits, Priartem et Next-up avec un résumé des principaux journaux télévisés.

Le revirement de la ministre de la santé est trop lent.

Elle évoque le principe de précaution, mais sans l’appliquer.

Il ne va pas assez loin, mais cela a le mérite d'exister.

Nous pensons que la Ministre de la Santé ( qui ne connaît pas la
problématique des EMF ) se couvre contre l'explosion des pathologies
liées à la maladie des micro-ondes.

Elle prépare l'opinion publique à un revirement plus profond à venir.


Bref, la population doit bientôt enfin découvrir le scandale sanitaire.

Bien à vous tous

Marie-Pierre

------------------------------------------------------------------------

*De :* Iris Atzmon
*Envoyé :* jeudi 3 janvier 2008 21:54
*À :* Iris Atzmon
*Objet :* France Health minister warns against excessive mobile use


*France warns against excessive mobile phone use*

Thu Jan 3, 2008 2:31am IST

By Brian Rohan

PARIS (Reuters) - The French Health Ministry on Wednesday issued a
warning against excessive mobile phone use, especially by children,
though it recognized science had not proved cellular technology was
dangerous.

The appearance on the market of mobile phones designed for children has
raised concern since youngsters would be particularly vulnerable to any
possible health effects, the Ministry of Health, Youth and Sports said
in a statement.

"As the hypothesis of a risk cannot be entirely excluded, precaution is
justified," the ministry said.

It recommended using mobile phones in moderation, especially among
children, and gave advice on how users could reduce their exposure to
any possible risk.

"One should use a mobile phone with good judgment, avoid calling when
reception is poor, or during high-speed travel, and finally, keep the
telephone away from sensitive areas of the body by using a hands-free
kit," the ministry said.

Health Minister Roselyne Bachelot-Narquin said on France 2 television
that mobile phones given to children could be useful safety items, but
parents should be cautious about frequent use.

"Today, here and now, it does not appear useful to completely do away
with, or ban, mobile phones for children ... but in keeping with the
principle of caution, I want to inform parents completely," she said.

A November 2006 report from the World Health Organization (WHO) said
available evidence suggests long-term exposure to radio-frequency and
microwave radiation from mobile phones had no adverse health effects.

However, the WHO said other studies pointed to an increased risk of
tumors in people who have used an analogue mobile phone for more than 10
years.

A British study released in September 2007 said mobile phones did not
pose short-term health risks, but scientists noted that studies to date
included few participants who had used mobile phones for longer than ten
years -- the time many cancers take to appear.

The head of France's AFSSET, an independent but state-funded health
watchdog, said parents should not give small children mobile telephones.

"Since they aren't capable of limiting their use of the telephone,
parents should not buy them mobile phones," Michele Froment-Vedrine told
Reuters.

As of September 30, there were more than 53 million mobile users in
France, about 84 percent of the population, according to the French
telecoms regulator Arcep.

At Orange, France's largest mobile phone operator, no-one was available
for comment.

(Additional reporting by Astrid Wendlandt; Editing by Janet Lawrence)

http://in.reuters.com/article/health/idINL0223157720080102

Cell phone users tie up traffic: study

CHICAGO (Reuters) - If you're late for work, a driver using a cell phone
may be to blame. U.S. researchers said on Wednesday that people who use
cell phones while behind the wheel impede the flow of traffic, clog
highways and extend commute times.

"It's a bit like breaking wind in the elevator. Everyone suffers," Peter
Martin of the University of Utah's Traffic Lab said in a telephone
interview.

Prior studies have equated the risk of driving while talking on a cell
phone with driving while drunk. Some 50 countries have banned use of
hand-held phones while driving.

The latest study shows the impact of cell phone use on traffic patterns.
"It has to do with the reaction to changes in speed," said Martin, who
teaches civil and environmental engineering.

"When a driver who is not distracted is in a traffic stream and the
vehicle in front slows down, the driver will brake in response. When a
vehicle speeds up in front, the driver will respond and speed up," he said.

Martin and a team of researchers devised a study involving 36 university
students, each of whom drove through six 9.2 mile-long freeway scenarios
in low- to high-density traffic at speeds that resembled driving on an
interstate highway.

The drivers used a hands-free phone during half their trips and no phone
in the other half. They were told to obey posted speed limits and use
turn signals but the rest of the driving decisions were up to them.

What they found is that when the drivers were distracted by a phone
conversation, they made fewer lane changes, drove slower and took longer
to get where they are going.

In medium- and high-density traffic, drivers were about 20 percent less
likely to change lanes. They also spent about 25 to 50 seconds longer
following slow-moving vehicles before changing to an open lane. And they
drove about 2 mph (3.2 kph) slower than the undistracted drivers and
took 15 to 19 seconds longer to complete the 9.2 mile trip.

For an undistracted driver, these accommodations might make driving
safer. "But if you are doing that so you can take your mind off the road
and talk on the phone, that isn't safer," said University of Utah
psychology professor Dave Strayer, who led the team.

Those delays can add up, especially in light of studies that suggest as
many as 10 percent of U.S. drivers are using a cell phone at any one time.

"Delays in traffic streams of very small amounts grow into massive
numbers when you project it across a highway and across a nation,"
Martin said.

The next step is to use computer models to determine just how much those
delays are costing drivers in time and extra fuel costs that result from
traffic delays.

"What we've done here indicates already that those numbers are likely to
be significant," Martin said.

(Editing by Will Dunham and Bill Trott)


*Téléphonie mobile pour enfants: le ministère invite les parents à la
prudence*

Il y a 1 jour

PARIS (AFP) — Le ministère de la Santé a invité les parents à la
"prudence" dans l'achat et l'usage de téléphones mobiles pour les
enfants, selon un communiqué diffusé mercredi, alors qu'un nouveau
téléphone pour de jeunes enfants a été mis sur le marché à l'occasion
des fêtes.

"L'hypothèse d'un risque ne pouvant être complètement exclue, une
approche de précaution est justifiée", estime le ministère.

Le communiqué invite les familles "à la prudence et au bon usage dans
leurs achats et l'utilisation de tels dispositifs", rappelant qu'un
usage modéré du téléphone mobile est conseillé, notamment aux enfants,
"plus sensibles étant donné que leur organisme est en cours de
développement".

La mise sur le marché d'un nouveau modèle d'appareil mobile à
destination des enfants à l'occasion des fêtes de fin d'année avait
provoqué de vives réactions d'organisations de défense de
l'environnement, qui doivent rencontrer à ce propos la ministre de la
Santé, Roselyne Bachelot, le 15 janvier.

Les deux associations, Agir pour l'environnement et Priartèm, avaient
demandé l'interdiction de ces appareils.

Elles s'étaient indignées de "l'inaction chronique" du ministère sur la
question, "alors que l'on sait que le cerveau des enfants absorbe 60% de
plus de rayonnement électromagnétique que celui des adultes".

Le ministère précise qu'"aucune preuve scientifique ne permet de
démontrer aujourd'hui que l'utilisation des téléphones mobiles présente
un risque notable pour la santé", mais que plusieurs études
scientifiques mettent en évidence la possibilité d'un risque faible
d'effet sanitaire après utilisation intense et de longue durée (plus de
dix ans) des téléphones mobiles.

L'organisation mondiale de la santé (OMS) s'est engagée à réaliser une
synthèse de l'ensemble des résultats des études scientifiques sur les
radiofréquences.

Le mois dernier, le Conseil scientifique de la Fondation Santé et
Radiofréquences - à laquelle participent des constructeurs et opérateurs
de téléphonie mobile - avait invité à la prudence dans l'usage des
téléphones portables par les jeunes enfants. La Fondation conseillait
aux parents "qui décideraient de confier un téléphone portable à leur
enfant de veiller à un emploi limité".

Au cours des trois dernières années, la commercialisation de deux
appareils visant le marché des jeunes enfants avait été interrompue par
les distributeurs sous la pression des associations.

http://afp.google.com/article/ALeqM5hf8hqK1066Jv-vmlwVOIE2l8V4Qw


*Santé : le gouvernement déconseille les téléphones mobiles pour enfants*

/Christophe Guillemin
<http://www.zdnet.fr/auteur/0,50008601,10244c,00.htm>/, publié le 2
janvier 2008

//Sécurité// - Estimant qu'un risque sanitaire ne peut être complètement
exclu, le ministère de la Santé recommande officiellement un usage
modéré du téléphone mobile pour les enfants. Une communication qui
arrive après Noël déplorent certaines associations.

Le ministère de la Santé, de la Jeunesse et des Sports a laissé passer
les achats de Noël avant de prendre position sur le dossier des
téléphones mobiles pour enfants : « L'hypothèse d'un risque ne pouvant
pas être complètement exclu, une approche de précaution est justifiée.
Le ministère invite les familles et les parents à la prudence et au bon
usage dans leurs achats et l'utilisation de tels dispositifs. »

Il précise « qu'il est conseillé un usage modéré du téléphone mobile,
notamment aux enfants », et indique que « si des effets sanitaires
étaient mis en évidence, les enfants pourraient être plus sensibles
étant donné que leur organisme est en cours de développement ».

Pour mémoire, des experts britanniques du National Radiological
Protection Board (NRPB) ont prévenu dès 2005
<http://www.zdnet.fr/actualites/telecoms/0,39040748,39197810,00.htm> que
les enfants de moins de 9 ans ne devraient pas posséder de téléphone
mobile. Par ailleurs, une étude brésilienne réalisée par des
scientifiques de l'université de Porto Alegre, datant de 2006, conclut
que le cerveau des enfants de moins de 10 ans absorbe 60 % de
rayonnement électromagnétique de plus que celui des adultes.

« Cette communication du gouvernement est tardive car elle est arrive
après les achats de Noël », commente pour //ZDNet.fr//, Stéphen
Kerckhove, délégué général d'Agir pour l'environnement. « De plus, elle
manque de clarté. » L'association pointe, par exemple, que le ministère
de la Santé indique en introduction qu'aucune « preuve scientifique ne
permet aujourd'hui de démontrer que l'utilisation des téléphones mobiles
présente un risque notable pour la santé, que ce soit pour les adultes
ou pour les enfants ».

Une communication tardive et ambiguë, selon les associations

Pour préciser dans la phrase suivante que « cependant, plusieurs études
scientifiques parues récemment, mettent en évidence la possibilité d'un
risque faible d'effet sanitaire lié aux téléphones mobiles après une
utilisation intense et de longue durée (plus de dix ans). Toutefois, les
limites inhérentes à ce type d'études ne permettent pas de conclure
formellement sur l'existence d'un risque ».

Une communication qui s'avère donc « très contradictoire » déplore
également Jeanine Le Calvez, présidente de l'association Priartem (*).

Le gouvernement fait ici référence à une étude française menée par
Martine Hours, médecin épidémiologiste, et Elisabeth Cardis du Centre
international de recherche sur le cancer (CIRC), menée entre 2001 et
2003. Leur document évoque la possibilité d'une augmentation du risque
de gliome, une tumeur du cerveau, pour les forts utilisateurs de
téléphone mobile.

Ces « gros consommateurs » comprennent des utilisateurs de téléphone
mobile depuis plus de 46 mois (à partir de 2001), des personnes ayant
déjà utilisé en 2001 plus de deux téléphones mobiles ou cumulé plus de
260 heures de conversation, et ceux qui parlent plus de cinq minutes par
appel, a précisé à l'AFP, Martine Hours.

Pour les associations Agir pour l'environnement et Priartem, la
communication du ministère est surtout une contre-mesure à un article
publié aujourd'hui par le //Canard Enchaîné// qui dénonce la
commercialisation en France du MO1, un mobile pour enfants de la société
espagnole Imaginarium (voir photo). Un produit décrié par les deux
associations
<http://www.zdnet.fr/actualites/telecoms/0,39040748,39376572,00.htm> qui
doivent rencontrer à ce sujet des représentants du ministère de la santé
le 15 janvier. « Plus que des recommandations, il faudrait légiférer »,
conclut Jeanine Le Calvez.

**(*) Priartem signifie Pour une réglementation des implantations
d'antennes relais de téléphonie mobile.**

**Par ***/Christophe Guillemin
<http://www.zdnet.fr/auteur/0,50008601,10244c,00.htm>/***, ***/ZDNet
France/*

/**http://www.zdnet.fr/actualites/telecoms/0,39040748,39376990,00.htm**/

Omega Group

unread,
Jan 4, 2008, 7:18:14 AM1/4/08
to Mobilfunk-Newsletter - EMF-Omega-News

Omega Group

unread,
Jan 4, 2008, 10:22:17 AM1/4/08
to Mobilfunk-Newsletter - EMF-Omega-News
Hi,



Last minute

New warning against the dangers of mobile phones and base stations at
the national televised newscast France 2.

For the first time the symptoms and complaints lodged by residents EHS
stations bases against mobile phone industry are discussed.

A clear message for cigarettes: Smoking kills, aired on television:
telephone kills!

The videos are currently reporting timeline.



Marie-Pierre





Dernière minute



Nouvelle mise en garde contre les dangers du téléphone portable et des
antennes relais au Journal Télévisé national de France 2.



Pour la premières fois les symptômes et des plaintes déposées par les
EHS riverains de stations de bases de téléphonie mobiles contres les
industriels sont évoqués.



Un message en clair comme pour les cigarettes : Fumer tue, à été
diffusé à la télévision : téléphone tue !



Les vidéos reportages sont en cours de montage.



Best

Marie-Pierre
Reply all
Reply to author
Forward
0 new messages