*&* LE MIROIR AMNESIQUE, parution aux Editions Henry

1 view
Skip to first unread message

Roland Nadaus Moris

unread,
Nov 27, 2020, 3:37:50 AM11/27/20
to Roland Nadaus Moris

 

Ce petit  livre de 130 pages (format 15x21) m’a été suggéré  lors d’un Marché de la Poésie à Paris par Jean Le Boël, poète (Prix Mallarmé 2020)  et réanimateur des Editions Henry, pour le lancement d’une nouvelle collection : « La Poésie, comme elle va ».

 

J’ai mis très longtemps  à (ne jamais)  le  finir : autobiographie parcellaire et du seul point de vue du poète même engagé des décennies dans la vie publique. Et en pages limitées: faire court c’est le plus difficile chacun le sait. Il faut choisir sans renier. Chaque mot pèse alors plus lourd que la légèreté de ses sons. Qui comptent autant cependant…

Comme tous ces visages que je dois et /ou ne puis évoquer sous peine de les réduire à moins que l’Être qu’ils m’ont donné à apercevoir. A aimer, c’est pourquoi je parle peu des « têtes d’haineux » comme dit Pierre Dac j’en parle quand même : un casse-gueule saignant la veille d’être élu maire ça ne s’oublie pas comme ça.

 

Dans ce « miroir amnésique » (titre prêté par le grand  poète-moine Gilles Baudry) il y a tant de présences effacées. Tant de présences  à peine évoquées et parmi elles de très chères pourtant…

Pardon à vous à toi, pour n’être pas  nommément cité(e): mais je suis sûr que tu t’y reconnaîtras ! Pardon à toi à vous que j’ai nommé(e) : vous trouverez peut-être que c’est un peu rapide…

Non  ce n’est pas un livre d’auto-flagellation même si parfois… Mais de flagellation  quelquefois… C’est un  petit livre de poète engagé dans la vie publique pour que ses mots aient des mains : ainsi ai-je compris la proposition de Jean Le Boël. Je m’y livre sans retenue mais avec pudeur, oxymore ?  Contradiction auraient dit feus  mes Compagnons de La Tour de Feu. J’assume.

Confiné en bocage avec la femme de ma vie  par un  hasard qu’il m’arrive de nommer Dieu en ma langue intime,  je ne me plains pas de respirer, de contempler les vols des corneilles rentrant chez elles en spirales décentrées et criardes, d’entendre une chouette qui me salue quand elle salue la nuit qui vient de plus en plus vite. De rigoler avec le rouge-gorge qui essaie de tenir tête au merle –enfin revenu.

               Hier soir j’ai même eu la chance qu’une presque invisible chauve-souris me coiffe  (alors que ma coiffeuse …). PARDON : je vous parle d’un livre qui vous parle de moi. Mais tellement de vous  parce que je suis aujourd’hui encore plus des vôtres : Sa Majesté Covid XIX ne fait que renforcer notre  commune appartenance dans ses contradictions : c’est cela que la Poésie parvient (parfois) à dire. Serrons-nous les mots comme on se serre les coudes. Comme on se serrait la main. Avant. Et demain.

 

En pièces jointes :

Couverture, quatrième de couv.  et annonce de la collection « La Poésie, comme elle va ».

Deux extraits : « prélude » en forme de préface  et dernier « miroir » (c.-à-d. chapitre) écrit au dernier instant du « Bon à Tirer ».  Et la liste de ces « miroirs » : un index eût été trop difficile et gourmand.

Et un bon de commande si jamais… (Malheureusement, les boîtes à lire ne pouvant ouvrir, pour toute dédicace il faudra passer par moi (La Poste !) : le livre est vendu  12€. Pour l’expédition La Poste en demande 3, 80. !). Préférez votre libraire, l’éditeur mais si vous désirez une dédicace dites-le moi : je vous enverrai un mot personnel à coller dans le petit bouquin (si vous avez la courtoisie de me faire parvenir une lettre timbrée à votre adresse).

 

Je vous parle, je te parle sans détours, comme dans « Le Miroir Amnésique ». La Poésie n’est pas mon gagne-pain  –mais mon gagne-vie.

 

Encore pardon à ceux et celles auxquels je ne puis offrir ce livre bien qu’ils/elles soient à leur façon « dedans » : Les Editions Henry se relèvent d’une longue et terrible crise d’imprimerie  grâce à Jean Le Boël qui poursuit son « Poésie-Globe » depuis Les Hauts de France.

Merci. Et mes excuses pour ce courriel non personnalisé, chacun comprend pourquoi.

 

 

 

Roland Nadaus

La Tirehaie

Maison « Les Kédrons »

53250 St Aignan de Couptrain

4,rue Marguerite Bervoets

78280 GUYANCOURT

 

TABLE DES MIROIRS CHAPITRES003.jpg
4 EME DE COUVERTURE003.jpg
Bon de commande LE MIROIR AMNÉSIQUE de Roland Nadaus.docx
COUVERTURE001.jpg
EN GUISE DE PRÉLUDE.docx
Et pour ne pas conclure trop vite.docx
LA NOUVELLE COLLECTION001.jpg
Reply all
Reply to author
Forward
0 new messages