Fwd: Invitation - 10 décembre : "Recompositions du conflit et expériences de violence politique en Colombie depuis les Accords de paix de 2016"

0 views
Skip to first unread message

Aurélie Veyron-Churlet

unread,
Dec 5, 2019, 8:26:37 AM12/5/19
to infos-dialoguesphilosophiques


---------- Forwarded message ---------
From: GRECOL ALC <greco...@gmail.com>
Date: Thu, Dec 5, 2019 at 12:11 PM
Subject: Invitation - 10 décembre : "Recompositions du conflit et expériences de violence politique en Colombie depuis les Accords de paix de 2016"
To: GRECOL ALC <greco...@gmail.com>



Cher(e)s ami(e)s du GRECOL-ALC, 

Le GRECOL-ALC en partenariat avec l'EHESS ont le plaisir de vous inviter à la table ronde : 

« Recompositions du conflit et expériences de violence politique en Colombie depuis les Accords de paix de 2016 »
Suivie d’une vidéo conférence avec : Pablo Beltrán, chef de la délégation de paix de l’ELN (Armée de Libération Nationale)

 Le mardi 10 décembre 2019 de 14h à 18h
EHESS, 54 boulevard Raspail, Paris 6ème

Avec la participation de :

Santiago Giraldo (Doctorant IHEAL) ; Angelica Montes (Philosophe, Grecol – FMSH) ; Léo Raymond, (Master Géopolitique, IFG)

 Modérateur : Guillaume Gass-Quintero 

Plus d'information : ICI

Nous vous attendons nombreux !


Rejoignez-nous sur Youtube : GRECOL ALC

Plus d'informations sur les événements FMSH - GRECOL-ALC: cliquez ici



Contexte historique :

Nous aurions pu espérer que l’Accord de paix signé entre l’État colombien et les FARC-EP (2016) ainsi que les dialogues avec l’ELN (2017-) refermeraient progressivement le cycle de violences long de plus de cinq décennies en Colombie –laissant derrière eux seulement quelques petits groupes armés qui disparaitraient à mesure que l’État renforcerait sa présence dans ces territoires -. 

Or, la réalité du dit « post-conflit » semble désormais bien différente ; non seulement la mise en œuvre des Accords de paix a connu des entraves électorales, civiques, politiques et juridiques qui persistent encore, mais les indicateurs de violence (menaces ; homicides ciblés) affichent des tendances à la hausse. Dans les territoires historiquement les plus touchés par la guerre et qui se sont avérés être majoritairement en faveur de la paix lors du référendum, la dispute territoriale et ses conséquences (assassinats ciblés, bombardements, déplacements, stigmatisations, menaces, etc.) sont aussitôt revenues après le dépôt des armes des FARC-EP. En effet, forces armées, dissidences, guérillas, néoparamilitaires et narcotraficants se disputent l’espace et les ressources (politiques, économiques, militaires, etc.) qui en résultent.

Aussi avons-nous assisté au cours de ces dernières années à l’émergence d’une « nouvelle » problématique publique : l’assassinat de « dirigeants sociaux ». Phénomène qui, bien qu’identifiable tout au long de l’histoire du conflit colombien, semble signifier autant le développement d’une nouvelle appréhension de la violence politique par l’ensemble des acteurs (publics citoyens, associations, ONGs, mouvements politiques, État), qu’une reconfiguration de ses modes opératoires et objectifs. C’est en prenant acte de cette complexité, que nous invitons les intervenants à dialoguer pour mieux comprendre ce phénomène multiforme.


--
WhatsApp Image 2019-12-02 at 10.07.36.jpeg
Reply all
Reply to author
Forward
0 new messages