Dialogues philosophiques avec Francisco Naishtat, Masse et Histoire, Maison de l'Amérique latine, 5 avril, 19h

5 views
Skip to first unread message

louise ferté

unread,
Mar 29, 2022, 8:15:07 AMMar 29
to infos-dialogue...@googlegroups.com

Le séminaire

Dialogues philosophiques
Rencontres philosophiques entre chercheurs d’Amérique latine et d’Europe

 

 

Francisco Naishtat

(UBA, Conicet / Univ. Paris 8, LLCP)

 

 

 

Masse et Histoire
La question de la masse chez les psychiatres philosophes d’Argentine et Walter Benjamin

 

 

Avec, en qualité de répondant.e.s,

Michèle Cohen-Halimi (Univ. Paris 8)

Andres Goldberg (Univ. Paris 8)

Agostina Weler (Univ. Paris 8)

Patrice Vermeren (Univ. Paris 8)

 

 

 

Mardi 5 avril 2022, 19h-20h30

Maison de l’Amérique latine,

217 Bd Saint Germain, Paris 7e

Métro Solférino

 

Deux décennies avant La rebelión de las masas de Ortega y Gasset (1930), José Ingenieros avait déjà esquissé dans El hombre mediocre (1913) le portrait social paradigmatique de l’individu moyen, allant jusqu’à établir la souveraineté de l’homme moyen dans les termes bureaucratiques de ce qu’il appelle la « médiocratie » comme régime de servilité et de conformisme – « la politique des troupeaux » –, inspiré sans doute par l’œuvre antérieure de son maître Ramos Mejía, qui, dans Las multitudes argentinas (1899), définissait un type idéal d’individu-masse baptisé « hombre carbono ». Ces figures de « l’homme-carbone » et de « l’homme médiocre » nous mettaient déjà, à l’aube du XXe siècle, sur la voie inédite d’une compréhension de la masse non seulement sous l’angle de la puissance du nombre et de l’agrégation des forces visiblement exprimées par le corps collectif de la foule, mais d’une désindividuation des individus eux-mêmes, anticipant la perspective de la massification (Vermassung), non seulement sous la clé orteguienne de l’« individu moyen », mais aussi d’autres conceptions fondamentales qui se sont succédées dystopiquement tout au long du XIXe et du XXe siècle (Tocqueville, Nietzsche, Orwell, Huxley, Heidegger, Marcusse, Adorno et bien d’autres). Cependant, cette indéniable dimension dystopique de la massification, sous les figures de la désubjectivation ou de la désindividuation, n’a jamais tout à fait annulé la composante utopique de la masse et de l’essor des masses, que ce soit comme puissance de perturbation politique et vecteur d’émancipation, ou comme une simple expression de la figure freudienne d’un « retour du refoulé » (Wiederkehr des Verdrängten), en termes de visibilisation, par la masse, de ces formes refoulées et rendues invisibles par la société et l’ordre politique dominant. En ce sens, un autre psychologue des foules et philosophe politique argentin de la seconde moitié du XXe siècle, Léon Rozichner, propose une nouvelle lecture de « La psychologie des masses et l’analyse du moi » (1921) de Freud à partir de la figure du retour du refoulé (Wiederkehr des Verdrängten). Dans cet exposé nous allons examiner les idées de la foule chez Ramos Mejía, Ingenieros et Rozichner, pour ensuite esquisser la relation établie par Walter Benjamin entre foule, rêve et réveil à partir de son idée de Traumkollektiv (Collectif de rêve).  

 

Francisco Naishtat, docteur en philosophie (Université de Buenos Aires, UBA) et docteur habilité à diriger des recherches (Université Paris 8), est enseignant-chercheur à l’UBA et chercheur du Laboratoire des Logiques Contemporaines de la Philosophie (LLCP, Univ. Paris 8). Professeur invité en 2022 de l’Université de Paris 8, il est l’auteur de « Hermenéutica del olvido: intertextualidad en torno a un poema manuscrito atribuido póstumamente a Borges y su discusión desde perspectivas (in)existenciales », Boletín de Estética, nº 55, 2021 ; « Benjamin’s Profane Uses of Theology: The Invisible Organon », 2018, Religions, Special Issue, Ed. Dr. Agata Bielik-Robson ; Los modos de la historia en Walter Benjamin. De su metafísica temprana al materialismo histórico, Buenos Aires, Miño y Dávila, 2021 (en prensa) (avec Peter Fenves et Daniel Weidner, comp.) ; Le langage et l’action, Paris, L’Harmattan (2010). 

 


 

L’équipe du séminaire des Dialogues Philosophiques

Direction scientifique : Stéphane Douailler, Éric Lecerf, Georges Navet (†), Bertrand Ogilvie, Patrick Vauday et Patrice Vermeren (Université Paris 8) ; Marie Cuillerai, Martine Leibovici (Université Paris 7), Nelson Vallejo-Gomez (FMSH) ; Jean-René Garcia (Université paris 13) ; Louise Ferté (Université de Lille).

 

Équipe de Recherche : Julie Alfonsi (Université Paris 7), Daniel Alvaro (UBA), Gisele Amaya Dal Bó (Université Paris 13), Marie Bardet (Université nationale du General Sarmiento), Andrea Benvenuto (EHESS), Mercedes Betria (Universidad de Rosario), Laura Brondino (Université de Lille), Jean-Jacques Cadet (LADIREP), Gustavo Celedon (Universidad de Valparaiso), Filipe Ceppas (UFRJ, Rio de Janeiro), Gustavo Chataignier Gadelha (Puc-Rio de Janeiro), Carlos Contreras (Universidades de Chile y de Valparaiso), Guadalupe Deza (Lycée français Valparaiso), Elena Donato (UBA), Maria Soledad Garcia (Universidad nacional de Colombia), Obed Frausto Gatica (UNAM), Claudia Guitérrez (Universidad de Chile), Camille Louis (Kom-Post), Luz Maria Lozano Suarez (Universidad del Atlantico, Barranquilla), Martin Macias (Université Paris 8-UDELAR, Montevideo), Julio Miranda Canhada (Universidade de Sao Paulo), Angélica Montes (ESSEC/LLCP-Université Paris 8), Carlos Pérez López (Institut universitaire italien de Rosario et Institut Gino Germani /UBA), Soledad Nivoli (Universidad de Rosario), Senda Inés Sferco (CONICET, IIGG-UBA), Pauline Vermeren (Université Paris 7), Aurélie Veyron-Churlet (Terra), Agostina Weler (Université Paris 8).

 

Site d’information et abonnement aux nouvelles : http://groups.google.com/group/infos-dialoguesphilosophiques
Site de la Maison de l’Amérique Latine :
http://www.mal217.org/

Reply all
Reply to author
Forward
0 new messages