Dialogues Philosophiques avec Rossana Cassigoli et Luz Maria Lozano Suarez, 8 octobre, 19h, Maison de l'Amérique latine

0 views
Skip to first unread message

louise ferté

unread,
Sep 24, 2019, 6:40:18 AM9/24/19
to infos-dialogue...@googlegroups.com

Séminaire Dialogues philosophiques
Rencontres philosophiques entre chercheurs d’Amérique latine et d’Europe

 

 

 

Rossana Cassigoli

 (UNAM, Mexico)

 

Exil et symptôme

Le phénomène de l’écriture testimoniale

ET

Luz Maria Lozano Suárez

(Universidad  del Atlantico, Bogota)

 

Justice réparatrice en Colombie et gouvernementalité néolibérale

 

Le mardi 8 octobre 2019
19h-20h30
Maison de l’Amérique latine

(217, Boulevard Saint Germain, 75007 Paris)

 

Avec, en qualité de répondants,

Gisele Amaya del Bo (Paris 13)

Louise Ferté (INSPE Lille, laboratoire RECIFES)

 

 

Rossana Cassigoli Salamon

Docteur en anthropologie (Instituto de Investigaciones Antropológicas de la UNAM, México, 2002), ses recherches portent sur l’anthropologie philosophique, la théorie de la culture, l’herméneutique de la mémoire et l’épistémologie de l’exil. Elle a écrit, entre autres : Pensar lo femenino. Un itinerario filosófico hacia la alteridad (Barcelona:Anthropos, 2008) ; Morada y memoria. Antropología y poética del habitar humano (Barcelona, Gedisa, 2011), et El exilio como síntoma. Literatura y fuentes (Chile: metales pesados, 2016).


Le livre de Rossana Cassigoli dont est issue la conférence, L’Exil comme symptôme. La littérature et ses sources (Chili, Metales pesados, 2016) propose d’aborde le sujet de l’exil à partir de deux perspectives distinctes mais convergentes. D’une part, la chronique littéraire de l’expérience historique familiale – qui travers deux événements marquants du XXe siècle : le génocide nazi et la dictature militaire chilienne – et d’autre part, la réflexion éthique de l’autobiographie en tant que genre testimonial d’un fait fragmentaire ayant une valeur démonstrative.

 

Luz Maria Lozano Suárez

Enseignante à l’Universidad del Atlántico (Barranquilla-Colombia). Philosophe, artiste dramatique, master en éducation, doctorante en philosophie de l´Université Paris 8. Membre du LLCP. Jeune chercheuse du Laboratoire de recherche AMAUTA-Catégorie B COLCIENCIAS. 


La conférence de Luz Maria part de la critique par Foucault du néolibéralisme qui ne corrige pas les effets du marché sur la société, qui ne constitue  pas un contrepoids entre la société et les processus économiques. Les mécanismes de compétitivité jouent le rôle de régulateurs. C’est pourquoi selon Foucault, la gouvernementalité néolibérale n’est pas un gouvernement économique, mais au contraire un gouvernement de société. Nul ne peut être exclu du jeu économique, l’État doit alors veiller à ce que tous les individus soient souscrits dans cette sorte de contrat. On doit assurer la non-exclusion de l’individu dans le jeu économique. Les sujets, selon l’analyse qu’ils peuvent faire eux-mêmes comme projet de vie, doivent choisir à tout moment ce qui leur est bénéfique en termes économiques, en évaluant les risques, y compris les risques psycho-sociaux. Cela va d'une analyse des potentialités des individus à la possibilité de voir comment ils peuvent résoudre des problématiques de leur contexte, peut-être dans le sens de la psychologie cognitive contemporaine. La question la plus importante qui se pose aux individus sera de savoir quel travail ils doivent faire pour être innovateurs, pour être producteurs, pour obtenir des salaires et pour faire partie du marché. La justice n’échappe pas au jeu économique. Les victimes obtiennent réparation mais prétendent faire partie du capital humain d’un pays comme la Colombie. 

 

 

 

 

L’équipe du séminaire des Dialogues Philosophiques

Direction scientifique : Stéphane Douailler, Éric Lecerf, Georges Navet, Bertrand Ogilvie, Patrick Vauday et Patrice Vermeren (Université Paris 8), Marie Cuillerai, Martine Leibovici (Université Paris 7), Nelson Vallejo-Gomez (FMSH).

Équipe de Recherche : Julie Alfonsi (Paris 7), Daniel Alvaro (UBA), Marie Bardet (Paris 8 / Espacio Eclectico Buenos-Aires), Andrea Benvenuto (EHESS), Mercedes Betria (Universidad de Rosario), Laura Brondino (Lille 3), Jean-Jacques Cadet (Paris 8), Gustavo Celedon (Universidad de Valparaiso), Carlos Contreras (Universidades de Chile y de Valparaiso), Elena Donato (UBA), Louise Ferté (Université de Picardie), Maria Soledad Garcia (Universidad nacional de Colombia), Nicolas Garibaldi (Universidad de Cordoba), Obed Frausto Gatica (UNAM), Claudia Guitérrez (Universidad de Chile), Marco Iazzetta (Universidad Nacional de Rosario), Camille Louis (Paris 8), Luz Maria Lozano Suarez (Universidad del Atlantico, Barranquilla), Martin Macias (Paris 8/UDELAR), Geoffroy Mannet (Paris 8), Julio Miranda Canhada (Universidade de Sao Paulo), Angélica Montes (ESSEC/LLCP-Paris 8), Carlos Pérez López (Conicyt-Chile / Universidad de Chile /Pontificia Universidad Católica de Valparaíso), Nelson F. Roberto (Paris 8), Soledad Nivoli (Universidad de Rosario), Senda Inés Sferco (CONICET, IIGG-UBA), Pauline Vermeren (Paris 7), Aurélie Veyron-Churlet (Terra), Agostina Weler (Paris 8), Karen Wild Diaz (Paris 8).

Site d’information et abonnement aux nouvelles : http://groups.google.com/group/infos-dialoguesphilosophiques
Site de la Maison de l’Amérique Latine :
http://www.mal217.org/

Reply all
Reply to author
Forward
0 new messages