Aux laïcards athéocrates

1 view
Skip to first unread message

R.V. Gronoff

unread,
Dec 31, 2007, 11:15:43 AM12/31/07
to
Bonnes fętes de fins damnés!

abourick

unread,
Dec 31, 2007, 4:30:46 PM12/31/07
to
R.V. Gronoff wrote:
> Bonnes fętes de fins damnés!


Excellent ! LOL

a....@orange.fr

unread,
Jan 2, 2008, 2:58:45 AM1/2/08
to
On 31 déc 2007, 22:30, "abourick" <bourrique_...@yahoo.br> wrote:
> R.V. Gronoff wrote:
> > Bonnes fêtes de fins damnés!

> Excellent ! LOL

Faut il que vous soyiez inconscients de ce que peut être la
damnation ....

jmd

unread,
Jan 3, 2008, 9:28:23 AM1/3/08
to
R.V. Gronoff wrote:
>
> Bonnes fętes de fins damnés!

trop bon pour ne pas se trouver mis en images!

http://stmaterne.blogspot.com/2008/01/voeux-dan-neuf-pour-athes.html

R.V. Gronoff

unread,
Jan 3, 2008, 12:59:17 PM1/3/08
to
jmd a écrit :
> R.V. Gronoff wrote:
>> Bonnes fêtes de fins damnés!

>
> trop bon pour ne pas se trouver mis en images!
>
> http://stmaterne.blogspot.com/2008/01/voeux-dan-neuf-pour-athes.html
>

D'un autre côté, je serai en enfer avant eux.
Comme ça, leur enfer, ce sera de me subir pour l'éternité! :-)

Luc 13:23 Et quelqu’un lui dit, Seigneur, ceux qui doivent être sauvés
sont–ils en petit nombre ?
24 Et il leur dit, Luttez pour entrer par la porte étroite ; car
beaucoup, je vous le dis, chercheront à entrer et ne pourront pas.
25 Dès que le maître de la maison se sera levé, et aura fermé la porte,
et que vous vous serez mis à vous tenir dehors et à heurter à la porte,
en disant, Seigneur, ouvre–nous ! et que, répondant, il vous dira, Je ne
vous connais pas ni ne sais d’où vous êtes ;
26 alors vous vous mettrez à dire, Nous avons mangé et bu en ta
présence, et tu as enseigné dans nos rues.
27 Et il dira, Je vous dis, je ne vous connais pas, ni ne sais d’où
vous êtes ; retirez–vous de moi, vous tous, ouvriers d’iniquité.
28 Là seront les pleurs et les grincements de dents, quand vous verrez
Abraham et Isaac et Jacob et tous les prophètes dans le royaume de Dieu,
mais vous, jetés dehors.
22 Plusieurs me diront en ce jour–là, Seigneur, Seigneur, n’avons–nous
pas prophétisé en ton nom, et n’avons–nous pas chassé des démons en ton
nom, et n’avons–nous pas fait beaucoup de miracles en ton nom ?
23 Et alors je leur déclarerai, Je ne vous ai jamais connus ;
retirez–vous de moi, vous qui pratiquez l’iniquité.

Matthieu 7:22 Plusieurs me diront en ce jour–là, Seigneur, Seigneur,
n’avons–nous pas prophétisé en ton nom, et n’avons–nous pas chassé des
démons en ton nom, et n’avons–nous pas fait beaucoup de miracles en ton
nom ?
23 Et alors je leur déclarerai, Je ne vous ai jamais connus ;
retirez–vous de moi, vous qui pratiquez l’iniquité.

LR

unread,
Jan 3, 2008, 1:43:17 PM1/3/08
to
"R.V. Gronoff" a écrit :

> D'un autre côté, je serai en enfer avant eux.
> Comme ça, leur enfer, ce sera de me subir pour l'éternité! :-)

Horrible!


jmd

unread,
Jan 3, 2008, 3:20:14 PM1/3/08
to
R.V. Gronoff wrote:
>
> jmd a écrit :
> > R.V. Gronoff wrote:
> >> Bonnes fêtes de fins damnés!
> >
> > trop bon pour ne pas se trouver mis en images!
> >
> > http://stmaterne.blogspot.com/2008/01/voeux-dan-neuf-pour-athes.html
> >
>
> D'un autre côté, je serai en enfer avant eux.
> Comme ça, leur enfer, ce sera de me subir pour l'éternité! :-)
>

tu prépare la boutanche de rhum et j'arrive

qu'est-ce qu'ils vont râler de ne pas être au Ciel!

abourick

unread,
Jan 21, 2008, 8:08:09 AM1/21/08
to


Le retour au néant.

R.V.Gronoff

unread,
Jan 21, 2008, 3:20:42 PM1/21/08
to

"abourick" <bourri...@yahoo.br> a écrit dans le message de groupe de
discussion : bIadnU7habbvBAna...@giganews.com...

Non, le néant n'est pas.
La damnation, c'est d'être prisonnier de l'amour du Christ contre son gré,
enfermé éternellement dans sa révolte.

abourick

unread,
Jan 21, 2008, 4:16:24 PM1/21/08
to


Conception gnostique et antichrétienne de la damnation.


R.V.Gronoff

unread,
Jan 21, 2008, 5:12:47 PM1/21/08
to

"abourick" <bourri...@yahoo.br> a écrit dans le message de groupe de

discussion : 3OidnSVK-6Rblgja...@giganews.com...

En quoi ? Judas s'est damné tout en étant un élu du Christ, tout aussi aimé
que St Jean et les autres apôtres.
Mais à cet amour il a préféré l'argent. On connait la suite.

jr

unread,
Jan 22, 2008, 4:50:11 AM1/22/08
to
R.V.Gronoff :


> > > Non, le néant n'est pas.
> > > La damnation, c'est d'être prisonnier de l'amour du Christ contre
> > > son gré, enfermé éternellement dans sa révolte.
> >
> >
> > Conception gnostique et antichrétienne de la damnation.
> >
>
> En quoi ? Judas s'est damné


Qu'en savez-vous?

--
jr

R.V.Gronoff

unread,
Jan 22, 2008, 5:25:17 AM1/22/08
to

"jr" <j...@rouillard.org> a écrit dans le message de groupe de discussion :
5vlsijF...@mid.individual.net...

Orgueil, cupidité et désespoir, ça ne suffit pas ?

jr

unread,
Jan 22, 2008, 8:51:32 AM1/22/08
to
R.V.Gronoff :


> > > En quoi ? Judas s'est damné
> >
> >
> > Qu'en savez-vous?
> >
>
> Orgueil, cupidité et désespoir, ça ne suffit pas ?

L'orgueil n'est pas relaté, la cupidité n'est dénoncée que par Jean qui
ramène tout au fric (cf épisode du parfum dans les cheveux) et je vous
rappelle qu'il rend l'argent; et les suicidés ont aujourd'hui droit aux
enterrements religieux.

Par ailleurs, si Judas n'est pas sauvé, c'est mesquin de la part de
Dieu.

--
jr

abourick

unread,
Jan 22, 2008, 1:19:52 PM1/22/08
to
R.V.Gronoff wrote:
> "abourick" <bourri...@yahoo.br> a écrit dans le message de groupe
> de discussion : 3OidnSVK-6Rblgja...@giganews.com...
>> R.V.Gronoff wrote:
>>> "abourick" <bourri...@yahoo.br> a écrit dans le message de
>>> groupe de discussion :
>>> bIadnU7habbvBAna...@giganews.com...
>>>> a....@orange.fr wrote:
>>>>> On 31 déc 2007, 22:30, "abourick" <bourrique_...@yahoo.br> wrote:
>>>>>> R.V. Gronoff wrote:
>>>>>>> Bonnes fêtes de fins damnés!
>>>>>
>>>>>> Excellent ! LOL
>>>>>
>>>>> Faut il que vous soyiez inconscients de ce que peut être la
>>>>> damnation ....
>>>>
>>>>
>>>> Le retour au néant.
>>>>
>>>
>>> Non, le néant n'est pas.
>>> La damnation, c'est d'être prisonnier de l'amour du Christ contre
>>> son gré, enfermé éternellement dans sa révolte.
>>
>>
>> Conception gnostique et antichrétienne de la damnation.
>>
>
> En quoi ? Judas s'est damné tout en étant un élu du Christ, tout
> aussi aimé que St Jean et les autres apôtres.
> Mais à cet amour il a préféré l'argent. On connait la suite.


La damnation c'est la mort spirituelle, pas la vie éternelle en tant que
damné.


abourick

unread,
Jan 22, 2008, 1:19:57 PM1/22/08
to


Encore une inconséquence d'athée ! Le salut c'est accepter librement et
volontairement Dieu, son enseignement, son être, sa liberté, sa vie. Le
salut c'est l'union libre, amoureuse, mutuellement voulue et consentie entre
la liberté incréée et la liberté créée. Comment un être qui refuse
volontairement Dieu pourrait-il être sauvé ?

jr

unread,
Jan 22, 2008, 2:51:01 PM1/22/08
to
abourick a écrit :


>> Par ailleurs, si Judas n'est pas sauvé, c'est mesquin de la part de
>> Dieu.
>
>
> Encore une inconséquence d'athée ! Le salut c'est accepter librement et
> volontairement Dieu, son enseignement, son être, sa liberté, sa vie. Le
> salut c'est l'union libre, amoureuse, mutuellement voulue et consentie
> entre
> la liberté incréée et la liberté créée. Comment un être qui refuse
> volontairement Dieu pourrait-il être sauvé ?

Parce que Dieu le voudrait. Il n'est pas tout puissant et tout
miséricordieux? Par ailleurs, il est écrit que Satan entra dans Judas.
Il n'y a qu'à faire le tri.

--
jr

Didier Wagner

unread,
Jan 22, 2008, 2:52:38 PM1/22/08
to
abourick :

> Comment un être qui refus volontairement Dieu pourrait-il être sauvé ?


Si j'étais Dieu, j'aurais pitié du coeur des hommes (Maurice Maeterlick).

Si j'étais Dieu, j'aurais pitié du coeur d'Abourick.

--

Didier

abourick

unread,
Jan 22, 2008, 2:59:23 PM1/22/08
to


Grâce au Ciel tu n'es que D W, un impitoyable et obscur petit athée...

abourick

unread,
Jan 22, 2008, 2:59:20 PM1/22/08
to


Si la volonté de Dieu s'imposait à l'homme comment celui-ci pourrait-il être
libre ? La liberté de conscience est nécessaire pour que l'homme puisse
venir librement à Dieu. C'est donc par la volonté de Dieu que l'homme est
libre de conscience, qu'il se sauve en venant à lui ou qu'il se perd en
retournant au néant.

Dans la tradition biblique ha-satan c'est l'accusateur, celui qui accuse
Dieu devant l'homme et l'homme devant Dieu. Ce que tu es. Et l'esprit de
ha-satan entra en jr... Vieille histoire, presque aussi vieille que le péché
originel.


jr

unread,
Jan 22, 2008, 3:03:10 PM1/22/08
to
abourick a écrit :


>>>> Par ailleurs, si Judas n'est pas sauvé, c'est mesquin de la part de
>>>> Dieu.
>>>
>>>
>>> Encore une inconséquence d'athée ! Le salut c'est accepter librement
>>> et volontairement Dieu, son enseignement, son être, sa liberté, sa
>>> vie. Le salut c'est l'union libre, amoureuse, mutuellement voulue et
>>> consentie entre
>>> la liberté incréée et la liberté créée. Comment un être qui refuse
>>> volontairement Dieu pourrait-il être sauvé ?
>>
>> Parce que Dieu le voudrait. Il n'est pas tout puissant et tout
>> miséricordieux? Par ailleurs, il est écrit que Satan entra dans Judas.
>> Il n'y a qu'à faire le tri.
>
>
> Si la volonté de Dieu s'imposait à l'homme comment celui-ci pourrait-il
> être libre ?

Je vous cause de la volonté d'accueillir dans son paradis. Où il est
chez Lui, tout de même! Et ce pauvre Judas, sans qui rien n'aurait été
possible! Felix culpa, felix Judas.

> La liberté de conscience est nécessaire pour que l'homme puisse
> venir librement à Dieu.

Et les bébés? Et les anencéphales?

> C'est donc par la volonté de Dieu que l'homme est
> libre de conscience, qu'il se sauve en venant à lui ou qu'il se perd en
> retournant au néant.


Bref, vous êtes en train de me dire là que Dieu n'est pas tout puissant.

--
jr

Goret Neuneu

unread,
Jan 22, 2008, 3:08:07 PM1/22/08
to
jr a écrit :

> Par ailleurs, si Judas n'est pas sauvé, c'est mesquin de la part de
> Dieu.

Si nul ne peut se damner, personne n'est libre.

--
G2N
Contre les signatures, signez la pétition !

jr

unread,
Jan 22, 2008, 3:15:51 PM1/22/08
to
Goret Neuneu a écrit :

> jr a écrit :
>
>> Par ailleurs, si Judas n'est pas sauvé, c'est mesquin de la part de
>> Dieu.
>
> Si nul ne peut se damner, personne n'est libre.

Qui a dit que Judas voulait se damner? Vous?

--
jr

Goret Neuneu

unread,
Jan 22, 2008, 3:16:23 PM1/22/08
to
Didier Wagner a écrit :

> Si j'étais Dieu, j'aurais pitié du coeur d'Abourick.

Eh bien, commencez donc par ne pas mégoter sur la compassion, et le
reste vous sera donné par surcroît.

--
G2N
Etes-vous sûr qu'il a un coeur, d'abord ?

Goret Neuneu

unread,
Jan 22, 2008, 3:18:03 PM1/22/08
to
jr a écrit :

>>> Par ailleurs, si Judas n'est pas sauvé, c'est mesquin de la part de
>>> Dieu.

>> Si nul ne peut se damner, personne n'est libre.

> Qui a dit que Judas voulait se damner? Vous?

Non, moi je me suis contenté de rappeler que l'existence de l'enfer
était une condition à la liberté. Ce qui ne signifie pas que vous y avez
de la compagnie.

jr

unread,
Jan 22, 2008, 3:20:53 PM1/22/08
to
Goret Neuneu a écrit :

> jr a écrit :
>
>>>> Par ailleurs, si Judas n'est pas sauvé, c'est mesquin de la part de
>>>> Dieu.
>
>>> Si nul ne peut se damner, personne n'est libre.
>
>> Qui a dit que Judas voulait se damner? Vous?
>
> Non,

Bon donc revenons au sujet: si Judas n'est pas sauvé, c'est que Dieu
est infiniment mesquin.

--
jr

Caligula

unread,
Jan 22, 2008, 3:21:46 PM1/22/08
to
jr a écrit :

> Qui a dit que Judas voulait se damner? Vous?

Judas, me semble-t-il, est plus une victime du scénario sadomaso du christ
qu'un traître. Il ira rendre l'argent et se pendre. Donc Judas a une
conscience et il s'accuse d'un crime qu'il n'a pas commis. Et christ qui
ressuscite après... il s'est bien moqué de lui, non?

Leur dieu est un salaud.

--
Caligula


jr

unread,
Jan 22, 2008, 3:23:09 PM1/22/08
to
Caligula a écrit :

Sauf si Judas est sauvé.

--
jr

Goret Neuneu

unread,
Jan 22, 2008, 3:26:46 PM1/22/08
to
jr a écrit :

> Bon donc revenons au sujet: si Judas n'est pas sauvé, c'est que Dieu
> est infiniment mesquin.

Que savez-vous de Judas ?
Que vous sondiez certains reins, passe encore, mais pas tous et les
coeurs par-dessus le marché.

Didier Wagner

unread,
Jan 22, 2008, 3:30:18 PM1/22/08
to
Goret Neuneu :

> Si nul ne peut se damner, personne n'est libre.


Si nul ne peut se sauver, personne n'est libre.

Et Dieu, dans l'affaire, que fait-il ? Il donne les bons points et les
mauvais ?

--

Didier

jr

unread,
Jan 22, 2008, 3:30:16 PM1/22/08
to
Goret Neuneu a écrit :

> jr a écrit :
>
>> Bon donc revenons au sujet: si Judas n'est pas sauvé, c'est que Dieu
>> est infiniment mesquin.
>
> Que savez-vous de Judas ?

Autant que mon aimable interlocuteur qui l'envoie en enfer. Moi je suis
un poil plus charitable, d'autant que ce brave Judas, s'il n'a pas
coïncé toute la famille, a au moins eu le fils.

--
jr

Goret Neuneu

unread,
Jan 22, 2008, 3:33:35 PM1/22/08
to
Didier Wagner a écrit :

>> Si nul ne peut se damner, personne n'est libre.

> Si nul ne peut se sauver, personne n'est libre.

Si nul ne peut raconter des conneries, personne n'est libre.

> Et Dieu, dans l'affaire, que fait-il ?

Il nous créé libres. Faites-en autant et revenez me voir.

> Il donne les bons points et les mauvais ?

Quand allez-vous sortir de ce concept scolaire, mon petit Didier ? Si ça
continue je vais prévenir vos parents que vous ne travaillez pas assez.

Didier Wagner

unread,
Jan 22, 2008, 3:34:08 PM1/22/08
to
Goret Neuneu :


> Non, moi je me suis contenté de rappeler que l'existence de l'enfer
> était une condition à la liberté. Ce qui ne signifie pas que vous y avez
> de la compagnie.


Il y eut des femmes, il y eut des hommes, il y a encore des hommes et des
femmes, peu nombreux il est vrai parmi les croyants, qui exercent leur
liberté à proclamer que, si Dieu est, l'enfer ne peut exister.

--

Didier

jr

unread,
Jan 22, 2008, 3:35:16 PM1/22/08
to
Goret Neuneu a écrit :

>> Et Dieu, dans l'affaire, que fait-il ?
>
> Il nous créé libres.

D'apprendre l'orthographe?

--
jr

jr

unread,
Jan 22, 2008, 3:36:19 PM1/22/08
to
Didier Wagner a écrit :

Y'en a un qui dit que l'Enfer existe nécessairement, mais qu'il est
nécessairement vide.

--
jr

Goret Neuneu

unread,
Jan 22, 2008, 3:42:56 PM1/22/08
to
Didier Wagner a écrit :

> Il y eut des femmes, il y eut des hommes, il y a encore des hommes et
> des femmes, peu nombreux il est vrai parmi les croyants, qui exercent
> leur liberté à proclamer que, si Dieu est, l'enfer ne peut exister.

Sont-ils libres s'ils ne conçoivent pas qu'ils peuvent refuser Dieu
définitivement ?

Didier Wagner

unread,
Jan 22, 2008, 3:44:25 PM1/22/08
to
jr :

> Sauf si Judas est sauvé.


Judas représente le judaïsme naissant, auquel s'oppose le jeune
christianisme et qui s'oppose à lui. Sauver Judas, c'était faire place au
judaïsme auprès de Dieu (et, partant, auprès des chrétiens).


--

Didier

abourick

unread,
Jan 22, 2008, 3:44:58 PM1/22/08
to


Si l'homme refuse Dieu alors il se perd. La perdition c'est le refus du don
de Dieu, le choix du néant plutôt que de l'être. Et de ce choix l'homme est
libre, absolument libre. Et s'il en est libre, absolument libre alors il en
est seul responsable, absolument responsable. Et son erreur, son choix
erroné, sa faute et son crime meurent avec lui. C'est ce que l'apocalypse
désigne par "la mort de la mort".

abourick

unread,
Jan 22, 2008, 3:44:55 PM1/22/08
to
jr wrote:
> abourick a écrit :
>
>
>>>>> Par ailleurs, si Judas n'est pas sauvé, c'est mesquin de la part
>>>>> de Dieu.
>>>>
>>>>
>>>> Encore une inconséquence d'athée ! Le salut c'est accepter
>>>> librement et volontairement Dieu, son enseignement, son être, sa
>>>> liberté, sa vie. Le salut c'est l'union libre, amoureuse,
>>>> mutuellement voulue et consentie entre
>>>> la liberté incréée et la liberté créée. Comment un être qui refuse
>>>> volontairement Dieu pourrait-il être sauvé ?
>>>
>>> Parce que Dieu le voudrait. Il n'est pas tout puissant et tout
>>> miséricordieux? Par ailleurs, il est écrit que Satan entra dans
>>> Judas. Il n'y a qu'à faire le tri.
>>
>>
>> Si la volonté de Dieu s'imposait à l'homme comment celui-ci
>> pourrait-il être libre ?
>
> Je vous cause de la volonté d'accueillir dans son paradis. Où il est
> chez Lui, tout de même! Et ce pauvre Judas, sans qui rien n'aurait été
> possible! Felix culpa, felix Judas.


Le paradis est une image utilisée par le Christ pour désigner l'union entre
le créateur et la créature. Le paradis c'est le jardin du Père, là où il
cultive sa vigne, la maison d'Israël.

Si les hommes n'avaient pas rejeté Dieu le Christ n'aurait pas eu besoin de
mourir sur la croix pour nous sauver. Dans un monde soumis à satan, à
l'esprit du mal, les judas, ceux qui trahissent le Christ, sont inévitables.
Ils ne sont pas créateurs mais au contraire s'opposent à la création,
mettent des obstacles à son accomplissement. On peut dire d'eux qu'ils sont
inutiles puisqu'en dépit des obstacles Dieu parvient à créer des hommes à
son image qui partagent sa vie.


>> La liberté de conscience est nécessaire pour que l'homme puisse
>> venir librement à Dieu.
>
> Et les bébés? Et les anencéphales?


Les bébés sont des êtres inaccomplis sur le plan physique. Pour que le
développement spirituel de l'homme puisse s'effectuer il faut qu'il atteigne
un certain niveau de développement physique, psychologique, intellectuel et
mental. Pour les êtres malformés Dieu qui connaît toute chose veillera à ce
qu'ils complètent leur développement spirituel par d'autres voies que celles
des hommes bien formés.


>> C'est donc par la volonté de Dieu que l'homme est
>> libre de conscience, qu'il se sauve en venant à lui ou qu'il se perd
>> en retournant au néant.
>
>
> Bref, vous êtes en train de me dire là que Dieu n'est pas tout
> puissant.


Exact. Par sa volonté Dieu n'est pas tout-puissant. Il laisse l'homme libre,
absolument libre de choisir son destin. Sa toute-puissance se manifeste par
le fait que ceux qui le rejettent ne sont pas puisque tout ce qui est lui
est soumis par les liens de l'amour et de la liberté. C'est là le paradoxe
fondamental de Dieu : ce qui l'informe c'est l'amour absolu est cet amour
c'est son être lui-même.


R.V.Gronoff

unread,
Jan 22, 2008, 3:46:10 PM1/22/08
to

"abourick" <bourri...@yahoo.br> a écrit dans le message de groupe de

discussion : cuidnfAyX_Jhrgva...@giganews.com...

La mort spirituelle est l'héritage adamique. C'est de cela que le Christ
nous a relevé, en commençant par la grâce baptismale.

Le damné, c'est le riche "condamné" à passer l'éternité avec Abraham et le
pauvre Lazare.
C'est le païen, le communiste ou le musulman condamné à passer l'éternité
avec les martyrs chrétiens.
C'est le schismatique, l'hétérodoxe et l'hérétique condamné à passer
l'éternité avec les saints orthodoxes.

Luc 16:19 Or il y avait un homme riche qui se vêtait de pourpre et de fin
lin, et qui faisait joyeuse chère, chaque jour, splendidement.
20 Et il y avait un pauvre, nommé Lazare, couché à sa porte, tout couvert d'ulcères,
21 qui désirait de se rassasier des miettes qui tombaient de la table du
riche ; mais les chiens aussi venaient lécher ses ulcères.
22 Et il arriva que le pauvre mourut, et qu'il fut porté par les anges dans
le sein d'Abraham. Et le riche aussi mourut, et fut enseveli.
23 Et, en hadès, levant ses yeux, comme il était dans les tourments, il
voit de loin Abraham, et Lazare dans son sein.
24 Et s'écriant, il dit, Père Abraham, aie pitié de moi et envoie Lazare,
afin qu'il trempe dans l'eau le bout de son doigt, et qu'il rafraîchisse ma
langue, car je suis tourmenté dans cette flamme.
25 Mais Abraham dit, Mon enfant, souviens-toi que tu as reçu tes biens
pendant ta vie, et Lazare pareillement les maux ; et maintenant lui est
consolé ici, et toi tu es tourmenté.
26 Et outre tout cela, un grand gouffre est fermement établi entre nous et
vous ; en sorte que ceux qui veulent passer d'ici vers vous ne le peuvent,
et que ceux qui veulent passer de là ne traversent pas non plus vers nous.


Didier Wagner

unread,
Jan 22, 2008, 3:48:21 PM1/22/08
to
jr :

>> Il y eut des femmes, il y eut des hommes, il y a encore des hommes et
>> des femmes, peu nombreux il est vrai parmi les croyants, qui exercent
>> leur liberté à proclamer que, si Dieu est, l'enfer ne peut exister.

> Y'en a un qui dit que l'Enfer existe nécessairement, mais qu'il est
> nécessairement vide.


Nous conviendrons que l'important est que nul ne brûle.

--

Didier

Didier Wagner

unread,
Jan 22, 2008, 3:53:01 PM1/22/08
to
Goret Neuneu :

> Sont-ils libres s'ils ne conçoivent pas qu'ils peuvent refuser Dieu
> définitivement ?


Le concept de Dieu n'est nécessaire ni à l'apprentissage ni à
l'expérimentation ni à l'exercice de la liberté.

--

Didier

R.V.Gronoff

unread,
Jan 22, 2008, 3:54:38 PM1/22/08
to

"Didier Wagner" <did.wa...@viafree.fr> a écrit dans le message de groupe
de discussion : op.t5cmynj1huc1hc@ulisse...

1/ Dieu n'est pas un concept.
2/ Si Dieu n'existe pas, je suis Dieu, et je ne peux le prouver qu'en me
suicidant, ce qui est l'antipode de la liberté.

Goret Neuneu

unread,
Jan 22, 2008, 3:59:15 PM1/22/08
to
Didier Wagner a écrit :

:)
Tiens, vous avez changé d'hypothèse ?

abourick

unread,
Jan 22, 2008, 4:13:23 PM1/22/08
to


C'est un mâschâl qui dénonce la trahison des prêtres (vêtus de lin blanc)
qui s'auto-glorifient. Le mâschâl utilise le système de représentation en
vigueur chez les juifs sans que cela ne signifie qu'il y souscrive.


Matthieu 18.28
et n'ayez pas peur devant la face de ceux qui tuent le corps mais l'âme ils
ne peuvent pas la tuer ayez peur bien plutôt de celui qui est capable et
l'âme
et le corps de les faire périr dans la gei ben hinnom


Qui fait périr dans la gei ben hinnon (la vallée des fils de Hinnon,
usuellement translitéré en géhenne : le lieu près de Jérusalem où les
Hébreux retombés en paganisme perpétraient les sacrifices humains,
particulièrement d'enfants, lieu qui fut transformé en dépotoir public par
la suite) si ce n'est ha-satan, l'esprit du mal qui tient celui qui rejette
Dieu. La damnation c'est la mort spirituelle (la mort de la part spirituelle
de l'âme humaine qui rejette Dieu).


Pour la signification du mâschâl que tu cites voici une explication de
Claude Tresmontant in "L'évangile de Luc, traduction et notes" :

16, 22 Et il a été transporté dans le flanc d'Abraham... Le flanc, chaque
côté du corps, depuis le défaut des côtes jusqu'aux hanches, Littré. Se dit
des objets creux et enfoncés. Le flanc d'un vaisseau. - Grec eis ton kolpon,
hébreu heiq. - Genèse 16, 5 : Et elle a dit,Saraï, à Abram (sic)... C'est
moi qui ai donné ma servante dans ton flanc, hébreu be-heiqeka, grec eis ton
kolpon sou... Lorsqu'il s'agit d'Abraham, il vaut mieux éviter de traduire :
le sein d'Abraham, si l'on ne veut pas faire rire les enfants des écoles. -
Exode 4, 6 : Introduis ta main dans le creux de ton flanc ! Et il a
introduit sa main dans le creux de son flanc et il l'a retirée et voici que
sa main était lépreuse comme de la neige, hébreu be-heiqeka, grec eis ton
kolpon sou ; hébreu be-heiqô, grec eis ton kolpon autou. - Nombres 11, 12;
Deutéronome 13, 7; 28, 54 ; 28, 56 ; Ruth 4, 16 ; etc. ; Isaïe 65, 6 ; 65, 7
; Jérémie 12, 18 : Tu fais grâce, hébreu hesed, à des milliers et tu fais
payer la faute des pères dans le creux du flanc de leurs fils qui viennent
après eux, hébreu el-heiq, grec eis kolpous (sic), au pluriel ! Proverbes
16, 33, hébreu ba-heiq, grec eis kolpous au pluriel ! - Paul Joüon,
L'Évangile..., 403 : « Dans le sein d'Abraham, c'est-à-dire dans la courbe
formée par le corps d'Abraham étendu sur le lit de repas... » - Le creux du
flanc, lorsqu'on est étendu pour manger, les jambes repliées, appuyé sur le
coude gauche. Ce n'est toujours pas ce que nous appelons aujourd'hui le sein
! - Jean 1, 18 : Dieu, personne ne l'a jamais vu ! Le fils unique et chéri
de Dieu, qui est dans le creux du flanc du père, eis ton kolpon c'est lui
qui l'a fait connaître. - Jean 13, 23 : Et il était étendu [pour manger],
l'un de ceux qui apprenaient avec lui, - et qui ne veut pas être nommé, -
dans le creux du flanc de Ieschoua, grec en tô kolpô. - Celui qui reçoit
chez lui dans sa maison le Rabbi et ses compagnons lors de la dernière nuit,
se trouve à sa droite et donc penché sur ou dans le creux du flanc du Rabbi
qui se trouve à sa gauche. - Eléazar est invité au festin d'Abraham et il se
trouve à sa droite puisqu'il est penché dans le creux du flanc d'Abraham, -
et non pas sur le sein ni dans le sein... - On observe que dans cette
histoire que raconte le Rabbi, c'est tout de suite, immédiatement, que la
personne d'Eléazar, Eléazar lui-même, - le texte ne dit pas : l'âme
d'Eléazar, - est transporté dans le banquet auprès, aux côtés de Abraham.
Abraham, Isaac et Jacob sont aujourd'hui, actuellement vivants, de même que
Moïse et Elie. Il n'y a pas lieu d'attendre la fin des temps. Luc 20, 27 ;
23, 43.

16, 23 Et dans le scheôl... Le mot grec haidès ou hadès traduit l'hébreu
scheôl, - étymologie inconnue, le royaume des morts, Genèse 37, 35 ; 42, 38
; 44, 29 ; 44, 31 ; Nombres 16, 30 ; etc Nous n'avons pas traduit l'hébreu
scheôl en français parce que nous ne connaissons pas de correspondant exact.
Dans le scheôl, les morts ne sont pas annihilés. Ils existent. La personne
du riche, le riche lui-même, est dans le scheôl. Il n'est pas dit : l'âme du
riche.
Et Eléazar dans le creux de son flanc... Grec en tois kolpois autou ! C'est
la traduction grecque que nous avons relevée précédemment.

16, 24 Mon père Abraham... Le grec pater traduit l'hébreu abi, mon père,
Genèse 22, 7 ; 22, 18; 27, 34; etc.
Pour qu'il mouille... Le verbe grec baptein traduit le verbe hébreu tabal,
Exode 12, 22 ; Lévitique 4, 6 : Et il trempera, le kôhen, son doigt dans le
sang... 4, 17 Et il mouillera, le kôhen, son doigt avec du sang, hébreu min
ha-dam, grec kai bapsei ho hiereus ton daktulon autou apo tou aimât os...

16, 25 Mon fils... Grec teknon, hébreu béni, Genèse 27, 37 ; etc. ;
Lévitique 9, 9 ; 14, 16; etc.

16, 26 Et avec tout cela... Grec kai en pasi toutois. - Isaïe 9, 11 : Avec
tout cela, elle n'a pas reculé, sa colère, hébreu be-kôl zôt, grec epi
toutois pasin. - Isaïe 9, 16, idem ; 9, 20, idem.
Un grand fossé... Grec chasma, hébreupahat, 2 Samuel 18, 17. Isaïe 24, 17 :
La terreur et la fosse et le piège sur toi, habitant du pays ! Hébreu pahad
wa-pahat wa-pah.

16, 28 En sorte qu'il aille attester solennellement... Les verbes grecs
marturein et diamarturein traduisent le verbe hébreu oud, hiphil parfait
heïd, attester d'une manière solennelle la vérité de, être témoin, Genèse 31
47; etc.; Exode 19, 21; 21, 29; Deutéronome 4, 26; 8, 19; 30, 19; 31, 28; 1
Samuel 8, 9 ; 2 Rois 17, 13; Néhémie 9, 26 ; etc . Le grec martus traduit
l'hébreu ed, le témoin, celui qui a vu et qui atteste que c'est vrai, Genèse
31, 47 ; Exode 23, 1 ; Lévitique 5, 1 ; etc.
Dans ce lieu... Grec eis ton topon touton. Qohélet 3, 20 : Tout s'en va dans
un lieu unique, hébreu el maqôm ehad, grec eis topon hena, = le tombeau. -
Qohélet 6, 6 : Est-ce que ce n'est pas vers un même lieu que tout s'en va?
Hébreu el maqôm ehad, grec eis topon hena. - Jean 20, 7 eis hena topon =
dans le tombeau.

16, 31 Même si un homme se relève d'entre les morts... - Jean 11, 1 : Il y
avait un homme qui était malade, Eléazar de Beit-Ananiah, le village de
Mariam et de Martha sa sour. Mariam, c'est celle qui a oint le Seigneur avec
de l'huile parfumée... Jean 11, 53 : A partir de ce jour-là ils ont pris la
décision de le mettre à mort. - Jean 12, 1 : Quant à Ieschoua, six jours
avant la fête âepesah, il est venu à Beit-Ananiah, là où il y avait Eléazar,
qu'il a relevé d'entre les morts, Ieschoua... - Il est permis de se demander
si le mâschâl de Luc 16, 19 est antérieur ou postérieur à la relevée de
Eléazar ; si le choix du nom de Eléazar dans ce mâschâl a un rapport, ou
bien aucun rapport, avec Eléazar le frère de Martha et de Mariam ; si cette
dernière affirmation, Luc 16, 31 est une allusion anticipée à ce qui va se
passer pour Eléazar, ou bien une allusion à un fait déjà passé, puisque la
relevée d'entre les morts de Eléazar n'a pas causé chez les théologiens de
haut grade une conversion, mais au contraire une fureur qui les a conduits à
décider la mise à mort du Rabbi et de Eléazar; Jean 12, 10: Ils ont pris la
décision, les kôhanim de haut grade, de tuer aussi Eléazar... La question
est donc de savoir si notre mâschâl du Luc 16, 19 est antérieur ou
postérieur à la relevée de Eléazar. Dans les deux cas, il est une allusion
au fait que la relevée d'entre les morts d'un homme n'a pas suffi à
convaincre les théologiens de la haute caste sacerdotale. - Ni Matthieu ni
Marc n'ont rapporté ce mâschâl. S'ils avaient eu l'Évangile de Luc sous les
yeux, pourquoi ne l'auraient-ils pas rapporté eux aussi?

Didier Wagner

unread,
Jan 22, 2008, 4:15:59 PM1/22/08
to
R.V.Gronoff :


> 2/ Si Dieu n'existe pas, je suis Dieu, et je ne peux le prouver qu'en me
> suicidant, ce qui est l'antipode de la liberté.


J'ai du mal à vous suivre.

Si le lycanthrope n'existe pas, êtes-vous nécessairement, ipso facto,
lycanthrope ?

Si Dieu n'existe pas, comment pourriez vous être Dieu, puisqu'il n'existe
pas ?

Voulez-vous dire que si Dieu n'existe pas, vous n'existez pas non plus ?

Ou bien - je n'ose y croire - suggéreriez-vous que si toutes les «
qualités » qui composent le concept - Désolé, pour moi Dieu est un concept
(et ce n'est pas rien !) - de Dieu ne sont plus transférables sur une «
idée », vous les porterez, vous les endosserez, vous les assumerez toutes ?

Chapeau !

Mais, de grâce, ne prouvez surtout pas que vous êtes Dieu...

J'ai trop de plaisir à vous lire.

--

Didier

R.V.Gronoff

unread,
Jan 22, 2008, 4:21:39 PM1/22/08
to

"Didier Wagner" <did.wa...@viafree.fr> a écrit dans le message de groupe

de discussion : op.t5cn0xmthuc1hc@ulisse...


> R.V.Gronoff :
>
>
>> 2/ Si Dieu n'existe pas, je suis Dieu, et je ne peux le prouver qu'en me
>> suicidant, ce qui est l'antipode de la liberté.
>
>
> J'ai du mal à vous suivre.
>
> Si le lycanthrope n'existe pas, êtes-vous nécessairement, ipso facto,
> lycanthrope ?
>
> Si Dieu n'existe pas, comment pourriez vous être Dieu, puisqu'il n'existe
> pas ?
>

Dieu est "Je suis", c'est à dire l'Etre en soi. S'il n'existe pas, alors
l'Etre, c'est moi (mon égo, le "je" que je suis).

> Voulez-vous dire que si Dieu n'existe pas, vous n'existez pas non plus ?
>

Au contraire: si Dieu n'existe pas, *vous* n'existez pas. Seul l'ego
cartésien existe.

> Ou bien - je n'ose y croire - suggéreriez-vous que si toutes les «
> qualités » qui composent le concept - Désolé, pour moi Dieu est un concept
> (et ce n'est pas rien !) - de Dieu ne sont plus transférables sur une «
> idée », vous les porterez, vous les endosserez, vous les assumerez toutes
> ?
>

Encore une fois, Dieu n'est pas un concept, mais l'Etre personnel.

> Chapeau !
>
> Mais, de grâce, ne prouvez surtout pas que vous êtes Dieu...
>

Je laisse ce plaisir aux athées solipsistes.

R.V.Gronoff

unread,
Jan 22, 2008, 4:23:55 PM1/22/08
to

"abourick" <bourri...@yahoo.br> a écrit dans le message de groupe de

discussion : Z4OdnXle3fobwQva...@giganews.com...

<snip blabla hébreu>

Alexandre KALOMIROS
LE FLEUVE DE FEU


XVIII

Quiconque est perplexe et ne comprend pas comment l'amour de Dieu peut
rendre quelqu'un affreusement misérable, le faire souffrir et le brûler
comme une flamme devrait songer au frère aîné de l'enfant prodigue.
N'était-il pas dans la maison de son père ? Tout ce qui s'y trouvait ne lui
appartenait-il pas ? N'était-il pas aimé par son père ? Son père ne
l'avait-il pas invité, supplié de se joindre au festin joyeux ? Qu'est-ce
qui le rendait misérable et le brûlait d'amertume et de haine ? Qui lui
avait refusé quoi que ce fût ? Pourquoi ne s'est-il pas réjoui du retour de
son frère ? Pourquoi n'avait-il pas d'amour, ni pour son père ni pour son
frère ? N'était-ce pas à cause de sa mauvaise humeur intérieure ? N'était-ce
pas pour cela qu'il restait en enfer ? Et qu'était cet enfer ? Etait-ce un
endroit à part ? Y avait-il quelque instrument de torture ? Ne continuait-il
pas à vivre dans la maison de son père ? Qu'est-ce qui le séparait (le la
joie qui régnait dans la maison, sinon sa haine et son amertume ? Est-ce que
son père ou même son frère, avaient cessé de l'aimer ? N'était-ce pas
précisément cet amour qui endurcissait son cour toujours davantage ?
N'était-ce pas la joie qui l'attristait ? Son cour ne brûlait-il pas de
haine, haine pour son père et pour son frère, pour l'amour de son père
envers son frère et pour l'amour de son frère envers son père ? C'est là
l'enfer : la négation de l'amour ; la haine en réponse à l'amour ;
l'amertume à la vue de la joie innocente ; être entouré d'amour et avoir de
la haine en son cour.
Telle est la condition éternelle de tous les damnés. Ils sont tous
tendrement aimés. Ils sont tous invités au joyeux festin. Ils vivent tous
dans le Royaume de Dieu, dans la nouvelle terre et les nouveaux cieux.
Personne ne les chasse. Même s'ils voulaient s'en aller, ils ne pourraient
s'enfuir de la nouvelle création de Dieu ni se cacher du tendre amour du
Dieu partout présent. Leur seul choix serait peut-être de s'éloigner de
leurs frères et de chercher un isolement amer, mais ils ne pourront se
soustraire à Dieu et à Son amour, ce qui est d'autant plus terrible que dans
cette vie éternelle, dans cette nouvelle création, Dieu sera tout pour Ses
créatures.
Comme le dit saint Grégoire de Nysse : «Dans la vie présente, nous avons des
liens avec plusieurs choses, comme le temps, l'air, le lieu, la nourriture
et la boisson, le vêtement, la lumière du soleil, la lumière des lampes et
d'autres nécessités de la vie dont aucune n'est Dieu malgré leur nombre ;
l'état de béatitude dans lequel nous espérons ne comporte aucune de ces
choses, mais l'Etre divin sera tout et tiendra lieu de tout pour nous, Se
distribuant Lui-même proportionnellement à chaque besoin de cette existence.
Il est clair aussi selon les saintes Ecritures que Dieu devient pour ceux
qui le méritent, lieu, maison, vêtement, nourriture, boisson, lumière,
richesse, royaume et tout ce qu'on peut imaginer qui contribue au bonheur de
la vie(47)».
Dans la nouvelle vie éternelle, Dieu sera tout pour Ses créatures, non
seulement pour les bons mais aussi pour les méchants, non seulement pour
ceux qui l'aiment mais aussi pour ceux qui le haïssent. Mais comment celui
qui hait Dieu pourra-t-il supporter de tout recevoir des mains de Celui
qu'il déteste ? Quel tourment éternel ce sera, quel feu éternel, quels
grincements de dents !

Allez-vous en loin de moi, vous les maudits,
dans le feu intérieur et éternel de la haine,
dit le Seigneur,
car j'ai eu soif de votre amour et vous ne Me l'avez pas donné,
j'ai eu faim de votre béatitude et vous ne Me l'avez pas offerte,
J'étais en prison dans Ma nature humaine
et vous ne m'avez pas visité dans Mon Eglise.
Vous êtes libres d'aller où votre malice le désire,
loin de moi,
dans la haine torturante de vos cours,
étrangère à Mon cour aimant qui n'a de haine pour personne.
Libre à vous de quitter l'Amour pour l'enfer éternel de la haine,
inconnu de moi et de ceux qui sont avec Moi,
mais qui a été préparé par la liberté pour le diable,
du jour où J'ai formé mes créatures libres et raisonnables.
Mais où que vous alliez
dans la ténèbre de vos cours pleins de haine,
Mon amour vous suivra comme un fleuve de feu,
car quel que soit le choix de votre cour,
vous êtes et vous resterez éternellement
Mes enfants.
Amen.

(Traduit par Hélène Pignot)

Didier Wagner

unread,
Jan 22, 2008, 4:26:49 PM1/22/08
to
R.V.Gronoff :

> [...] je ne peux le prouver qu'en me suicidant, ce qui est l'antipode de
> la liberté.


Dans certaines occasions - il y a de fort beaux exemples : je pense en
particulier à celui de Caton, Caton d'Utique, que Dante ne put se résoudre
à mettre en enfer - le suicide est le témoignage suprême de la liberté.

--

Didier

R.V.Gronoff

unread,
Jan 22, 2008, 4:28:06 PM1/22/08
to

"Didier Wagner" <did.wa...@viafree.fr> a écrit dans le message de groupe

de discussion : op.t5coizcfhuc1hc@ulisse...

Dante croyait au purgatoire, il est donc de valeur théologique nulle.

Didier Wagner

unread,
Jan 22, 2008, 4:32:04 PM1/22/08
to
R.V.Gronoff :

>> Mais, de grâce, ne prouvez surtout pas que vous êtes Dieu...

> Je laisse ce plaisir aux athées solipsistes.


Si, d'aventure, un athée cherchait à prouver qu'il est Dieu, il ne serait
plus athée.

--

Didier

Caligula

unread,
Jan 22, 2008, 4:41:09 PM1/22/08
to
R.V.Gronoff a écrit :

> 1/ Dieu n'est pas un concept.

Vous ne connaissez pas la chanson de John Lennon : God.

God is a concept
By which we measure
Our pain...

> 2/ Si Dieu n'existe pas, je suis Dieu, et je ne peux le prouver qu'en me
> suicidant, ce qui est l'antipode de la liberté.

Là je ne comprends pas le raisonnement.

--
Caligula


abourick

unread,
Jan 22, 2008, 7:51:49 PM1/22/08
to


snip le blablabla gnostique


Matthieu 18.28
et n'ayez pas peur devant la face de ceux qui tuent le corps mais l'âme ils
ne peuvent pas la tuer ayez peur bien plutôt de celui qui est capable et
l'âme et le corps de les faire périr dans la gei ben hinnom


Qui fait périr l'homme dans la gei ben hinnon (la vallée des fils de Hinnon,

Peio

unread,
Jan 22, 2008, 8:29:41 PM1/22/08
to
abourick a écrit :
> jr wrote:

> Exact. Par sa volonté Dieu n'est pas tout-puissant.

Déjà que Goret et Nestor m'avaient expliqué que Dieu ne connaissait pas
l'issue d'un match qu'il regarde en différé, v'la-t-y pas qu'il ne sait
plus tout ce qu'il fait ou qu'il ne fait pas tout ce qu'il veut.

Je regrette de plus en plus le panthéon grec ou romain qui était tout
autant mou du genou, mais qui était quand même beaucoup plus rigolo.


--
Peio

Goret Neuneu

unread,
Jan 23, 2008, 1:29:11 AM1/23/08
to
Peio a écrit :

> Déjà que Goret et Nestor m'avaient expliqué que Dieu ne connaissait pas
> l'issue d'un match qu'il regarde en différé,

Il semble que vous n'ayez pas tout bien compris.

jr

unread,
Jan 23, 2008, 1:32:28 AM1/23/08
to
Goret Neuneu a écrit :


> Didier Wagner a écrit :
>
>> Il y eut des femmes, il y eut des hommes, il y a encore des hommes et
>> des femmes, peu nombreux il est vrai parmi les croyants, qui exercent
>> leur liberté à proclamer que, si Dieu est, l'enfer ne peut exister.
>
> Sont-ils libres s'ils ne conçoivent pas qu'ils peuvent refuser Dieu
> définitivement ?

Bien sûr. La liberté ne se mesure pas *que* à l'aune de vos fantasmes.
Ce n'est pas parce que la gravitation m'empêche de faire certaines
galipettes que je ne suis pas libre d'en faire d'autres, par exemple.

--
jr

jr

unread,
Jan 23, 2008, 1:36:10 AM1/23/08
to
abourick a écrit :


>> Je vous cause de la volonté d'accueillir dans son paradis. Où il est
>> chez Lui, tout de même! Et ce pauvre Judas, sans qui rien n'aurait été
>> possible! Felix culpa, felix Judas.
>
>
> Le paradis est une image utilisée par le Christ pour désigner l'union entre
> le créateur et la créature. Le paradis c'est le jardin du Père, là où il
> cultive sa vigne, la maison d'Israël.
>
> Si les hommes n'avaient pas rejeté Dieu le Christ n'aurait pas eu besoin de
> mourir sur la croix pour nous sauver.

Et tout ça grâce à qui? Grâce à Judas. Le pauvre me fait l'effet d'un
soldat perdu envoyé pour une mission difficile et abandonné par ses chefs.

>>> La liberté de conscience est nécessaire pour que l'homme puisse
>>> venir librement à Dieu.
>>
>> Et les bébés? Et les anencéphales?
>
>
> Les bébés sont des êtres inaccomplis sur le plan physique. Pour que le
> développement spirituel de l'homme puisse s'effectuer il faut qu'il
> atteigne
> un certain niveau de développement physique, psychologique, intellectuel et
> mental. Pour les êtres malformés Dieu qui connaît toute chose veillera à ce
> qu'ils complètent leur développement spirituel par d'autres voies que
> celles
> des hommes bien formés.

Bon. Et comment font-ils pour avoir la liberté de conscience
"nécessaire" selon vous?


>> Bref, vous êtes en train de me dire là que Dieu n'est pas tout
>> puissant.
>
>
> Exact. Par sa volonté Dieu n'est pas tout-puissant.

C'est faux: votre Dieu ne peut pas faire quelque chose qu'il ne puisse
défaire. Moi je peux.

--
jr

jr

unread,
Jan 23, 2008, 1:37:34 AM1/23/08
to
abourick a écrit :


> jr wrote:
>> Caligula a écrit :
>>
>>> jr a écrit :
>>>
>>>> Qui a dit que Judas voulait se damner? Vous?
>>>
>>> Judas, me semble-t-il, est plus une victime du scénario sadomaso du
>>> christ qu'un traître. Il ira rendre l'argent et se pendre. Donc
>>> Judas a une conscience et il s'accuse d'un crime qu'il n'a pas
>>> commis. Et christ qui ressuscite après... il s'est bien moqué de
>>> lui, non? Leur dieu est un salaud.
>>
>> Sauf si Judas est sauvé.
>
>
> Si l'homme refuse Dieu alors il se perd.

Où voyez vous que Judas ait refusé Dieu? Il fait ce qui est
indispensable pour la volonté de Dieu (non pas ma volonté, mais la tienne).

--
jr

jr

unread,
Jan 23, 2008, 1:40:59 AM1/23/08
to
Peio a écrit :

Et au moins ça baisait.

--
jr

Caligula

unread,
Jan 23, 2008, 3:33:10 AM1/23/08
to
Peio a écrit :

> Je regrette de plus en plus le panthéon grec ou romain qui était tout
> autant mou du genou, mais qui était quand même beaucoup plus rigolo.

Et inspirant de belles oeuvres libres dans tous les arts. Même Louis XIV
préféra ressembler à Apollon, roi Soleil, qu'au christ malgré qu'il se
disait chrétien et se montra si intolérant pour la religion de ses peuples.

--
Caligula


R.V.Gronoff

unread,
Jan 23, 2008, 4:17:45 AM1/23/08
to

"Didier Wagner" <did.wa...@viafree.fr> a écrit dans le message de groupe

de discussion : op.t5corqmthuc1hc@ulisse...

"Si Dieu existe, comment supporterai-je, moi, de ne pas être Dieu ?" -- F.
Nietzsche


La réponse de l'Eglise Orthodoxe:

"Dieu s'est fait homme afin que, par lui, l'homme puisse devenir Dieu." --
St Irénée de Lyon

R.V.Gronoff

unread,
Jan 23, 2008, 4:19:21 AM1/23/08
to

"Caligula" <caius.c...@club-internet.fr> a écrit dans le message de
groupe de discussion : 479662f6$0$21149$7a62...@news.club-internet.fr...


> R.V.Gronoff a écrit :
>
>> 1/ Dieu n'est pas un concept.
>
> Vous ne connaissez pas la chanson de John Lennon : God.
>
> God is a concept
> By which we measure
> Our pain...
>

"Dieu est mort." -- Nietzsche
"John Lennon est mort." -- Dieu
"La mort est morte." -- L'Eglise Orthodoxe

>> 2/ Si Dieu n'existe pas, je suis Dieu, et je ne peux le prouver qu'en me
>> suicidant, ce qui est l'antipode de la liberté.
>
> Là je ne comprends pas le raisonnement.
>

Lisez "Les Démons " de Dostoïevski

R.V.Gronoff

unread,
Jan 23, 2008, 4:21:21 AM1/23/08
to

"abourick" <bourri...@yahoo.br> a écrit dans le message de groupe de

discussion : t4WdneL4H7gqEgva...@giganews.com...


> La damnation c'est la mort spirituelle (la mort de la part spirituelle
> de l'âme humaine qui rejette Dieu).
>

L'évangile que j'ai cité prouve le contraire, et vos élucubrations dans une
langue morte improbable et incompréhensible n'y change rien.
Fin de la conversation.

R.V.Gronoff

unread,
Jan 23, 2008, 4:26:04 AM1/23/08
to

"Peio" <pierre.aubi...@free.fr> a écrit dans le message de groupe
de discussion : 47969897$0$17725$426a...@news.free.fr...


> abourick a écrit :
>> jr wrote:
>
>> Exact. Par sa volonté Dieu n'est pas tout-puissant.
>
> Déjà que Goret et Nestor m'avaient expliqué que Dieu ne connaissait pas
> l'issue d'un match qu'il regarde en différé, v'la-t-y pas qu'il ne sait
> plus tout ce qu'il fait ou qu'il ne fait pas tout ce qu'il veut.
>

Philippiens 2:13 car c'est Dieu qui opère en vous et le vouloir et le
faire, selon son bon plaisir.

Caligula

unread,
Jan 23, 2008, 4:28:46 AM1/23/08
to