L’Opus Dei veille à la fin de l’école gratuite

7 views
Skip to first unread message

Lpo...@gmail.com

unread,
Aug 26, 2008, 7:07:12 AM8/26/08
to
C’est avec un enthousiasme inquiétant que Nicolas Sarkozy et Xavier
Darcos sont en train de transformer l’école publique. Derrière ces
réformes, il y a une idéologie, inspirée de mouvements sectaires ou
d’extrême droite. Elle est expliquée avec brio par Eddy Khaldi,
enseignant et Muriel Fitoussi, journaliste, dans un livre à paraître
lundi 25 août aux éditions Demopolis, « Main basse sur l’école
publique ». « Bakchich » publie quelques bonnes feuilles de ce livre-
enquête qui dépasse de loin le simple résumé des événements de l’année
en matière scolaire.

Nouveaux programmes, suppression des cours le samedi matin,
introduction de leçons d’instruction civique et morale, voilà un
aperçu de ce qui attend nos petits inscrits à l’école primaire à la
rentrée de septembre.

Il faut dire que l’école intéresse beaucoup le père Darcos.

Depuis septembre 2007, Xavier Darcos, ministre de l’Education
nationale, a entamé son projet de réformes du primaire, qui n’est pas
du goût de tous. Nombreux sont les enseignants et parents d’élèves qui
jugent ces propositions menaçantes pour l’école publique et son
principe d’équité, et s’inquiètent de la qualité de l’enseignement,
elle aussi un brin menacée. Ca y est, c’est dit, les professeurs des
écoles devraient perdre beaucoup moins de temps à prendre des notes
sur des cours de pédagogie sur les bancs des IUFM d’ici 2010.

Contre cette avalanche de réformes, les mobilisations ont été
nombreuses avant les vacances estivales. Et aujourd’hui, qu’en est-
il ? Bien que « la priorité soit donnée à la rentrée des enfants, des
Assemblées Générales sont d’ores prévues pour le jour de la pré-
rentrée », indique à Bakchich une représentante parisienne du Syndicat
National des Ecoles (SNE-CSEN). Elle ajoute : « Avant de penser dans
le détail aux actions à mener à la rentrée, nous attendons le rapport
de la commission de juillet du rectorat, que nous n’avons encore reçu
».

Pas de doute, Xavier Darcos doit revoir sa copie sous peine de
s’exposer à de nouvelles grèves. Mais le monsieur est chanceux, le
service minimum imposé aux salariés de l’éducation publique est passé
depuis.

Les deux auteurs de Main basse sur l’école publique, Eddy Khaldi,
enseignant et spécialiste de la laïcité et l’école, et Muriel
Fitoussi, journaliste spécialisée dans les questions politique et
sociale, montrent dans leur livre sur quelle toile de fond idéologique
se repose notre Darcos pour réformer l’Education nationale. C’est avec
surprise que derrière les idées du ministre, apparaissent des noms tel
que l’Opus Dei.
http://www.bakchich.info/article4775.html
(Voir des extraits du bouquin « Main basse sur l’école publique » sur
le site)

jdu...@gmail.com

unread,
Aug 26, 2008, 8:04:07 AM8/26/08
to
On 26 août, 13:07, Lpo...@gmail.com wrote:
> C’est avec un enthousiasme inquiétant que Nicolas Sarkozy et Xavier
> Darcos sont en train de transformer l’école publique. Derrière ces
> réformes, il y a une idéologie, inspirée de mouvements sectaires ou
> d’extrême droite. Elle est expliquée avec brio par Eddy Khaldi,
> enseignant et Muriel Fitoussi, journaliste, dans un livre à paraître
> lundi 25 août aux éditions Demopolis, « Main basse sur l’école
> publique ».

je n'en doute pas, ce livre doit être très divertissant.

« Bakchich » publie quelques bonnes feuilles de ce livre-
> enquête qui dépasse de loin le simple résumé des événements de l’année
> en matière scolaire.
>
> Nouveaux programmes, suppression des cours le samedi matin,
> introduction de leçons d’instruction civique et morale, voilà un
> aperçu de ce qui attend nos petits inscrits à l’école primaire à la
> rentrée de septembre.
>

quand on recentre l'apprentissage sur l'essentiel, on peut
effectivement supprimer des heures qui ne servent à rien. Cela permet
d'alléger l'emploi du temps des enfants, afin que ceux-ci passent plus
de temps dans leur famille.
Donc la suppression de l'école le samedi matin ne doit pas être un
problème.

L'instruction civique existe déjà... c'est la morale qui fait peur ?
remplaçons le mot par "éthique", qui veut dire exactement la même
chose, et tout le monde sera content. Cela fait longtemps que l'on
regrette l'absence de cours de morale à l'école. Voilà qu'elle fait
son retour, quarante ans après 68 : il ne s'agit que d'un simple
rééquilibrage. Quand on a fait des conneries, il faut savoir les
réparer, même après quarante ans.

Quel est le problème dans tout cela ?

> Il faut dire que l’école intéresse beaucoup le père Darcos.
>

le contraire serait inquiétant, vu qu'il est le ministre de l'EN...
remarquez, on a déjà vu un ministre de la défense qui avait de la
haine pour le corps militaire (Alain Richard)


> Depuis septembre 2007, Xavier Darcos, ministre de l’Education
> nationale, a entamé son projet de réformes du primaire, qui n’est pas
> du goût de tous.

on ne peut jamais plaire à tout le monde !

Nombreux sont les enseignants et parents d’élèves qui
> jugent ces propositions menaçantes pour l’école publique et son
> principe d’équité,

rien que ça... des menaces ?

et s’inquiètent de la qualité de l’enseignement,
> elle aussi un brin menacée. Ca y est, c’est dit, les professeurs des
> écoles devraient perdre beaucoup moins de temps à prendre des notes
> sur des cours de pédagogie sur les bancs des IUFM d’ici 2010.
>

ce n'est pas plus mal. le Jospin n'était pas vraiment inspiré en 1989
quand il a créé les iufm.

> Contre cette avalanche de réformes, les mobilisations ont été
> nombreuses avant les vacances estivales. Et aujourd’hui, qu’en est-
> il ?

que l'on se rassure, on va voir une marche de viande bovine dès
septembre dans les rues des villes françaises. C'est le salon de
l'agriculture perpétuel.

Bien que « la priorité soit donnée à la rentrée des enfants, des
> Assemblées Générales sont d’ores prévues pour le jour de la pré-
> rentrée », indique à Bakchich une représentante parisienne du Syndicat
> National des Ecoles (SNE-CSEN). Elle ajoute : « Avant de penser dans
> le détail aux actions à mener à la rentrée, nous attendons le rapport
> de la commission de juillet du rectorat, que nous n’avons encore reçu
> ».
>
> Pas de doute, Xavier Darcos doit revoir sa copie sous peine de
> s’exposer à de nouvelles grèves.

les grèves, il a bien montré qu'il n'en avait cure.

Mais le monsieur est chanceux, le
> service minimum imposé aux salariés de l’éducation publique est passé
> depuis.
>

mince alors !

> Les deux auteurs de Main basse sur l’école publique, Eddy Khaldi,
> enseignant et spécialiste de la laïcité et l’école, et Muriel
> Fitoussi, journaliste spécialisée dans les questions politique et
> sociale, montrent dans leur livre sur quelle toile de fond idéologique
> se repose notre Darcos pour réformer l’Education nationale.

l'EN a toujours été sous l'emprise d'une idéologie de ... gauche.
Maintenant que l'on tourne la roue, voilà que l'on parle de "fond
idéologique", comme si cela n'existait pas auparavant.

C’est avec
> surprise que derrière les idées du ministre, apparaissent des noms tel

> que l’Opus Dei.http://www.bakchich.info/article4775.html


> (Voir des extraits du bouquin « Main basse sur l’école publique » sur
> le site)

ah dès que l'on voit "opus dei" on commence à voir rouge...

Merci de ce moment ultra divertissant.

Message has been deleted

Ouf

unread,
Aug 26, 2008, 5:02:58 PM8/26/08
to

Merci de ce moment ultra divertissant.

C'est clair!!


jdu...@gmail.com

unread,
Aug 27, 2008, 4:45:38 AM8/27/08
to
On 26 août, 18:25, Pat O'Beur <Pat.O'B...@frogland.fr> wrote:

> jdud...@gmail.com wrote:
> > dès que l'on voit "opus dei" on commence à voir rouge...
>
> > Merci de ce moment ultra divertissant.
>
> Effectivement! :)

je trouve la paranoïa de certains toujours assez drôle.

Reply all
Reply to author
Forward
Message has been deleted
0 new messages