Chronotropie et anisotropie expliquée

0 views
Skip to first unread message

Richard Hachel

unread,
Jan 6, 2022, 8:38:26 PMJan 6
to
Traduction française d'un post ce jour sur sci.physics.relativity

Oui, j'ai évidemment raison.
Quand on ne comprend pas quelque chose, il faut repartir sur des bases
simples. Ce qu'il faut bien comprendre, c'est que les premiers physiciens
de l'époque de Poincaré ou d'Einstein n'étaient pas des abrutis ou des
terroristes de la pensée. Ils ont très bien vu que cette histoire
clochait quelque part et nombreux furent ceux qui justement posèrent ce
que l'on appelle encore aujourd'hui le paradoxe de Langevin.
Il y a forcément une absurdité à dire que deux montres avancent
mutuellement l'une sur l'autre. C'est si évident qu'il n'y a même pas
besoin d'en discuter pour s'en convaincre.
C'est absurde de fait.
Pourtant les expérimentations de plus en plus précises ont montré que
la théorie était valable. La question est donc aujourd'hui : comment un
fait absurde peut-il sortir d'une théorie pourtant valable. J'ai
longtemps planché là dessus (des décennies) et j'ai trouvé d'où
venait le problème théorique.
Je vais te dire une chose : souvent, quand on ne comprend pas un
problème, c'est parce que la question est mal posée. Dans cette
histoire, je vois avec une évidence parfaite que c'est la confusion que
les hommes font entre le temps propre des deux jumeaux et la chronotropie
des deux référentiels. Ce n'est pas la même chose. Le temps propre du
jumeau des étoiles va au final être plus petit que le temps propre du
jumeau resté sur terre. C'est à dire ce qui est écrit sur les montres.
Mais ce qui est écrit sur les montres, même si c'est EN PARTIE
dépendant de la chronotropie, effet constant symétriques de type
sqrt(1-v²/c²),
n'est pas l'intégralité des concordances ou des discordances de temps.
L'anisotropie joue aussi.

Je remets pour bien comprendre, le petit schéma suivant.
On note par exemple que t=To=t'=To'=0 lorsqu'on déclenche toutes les
montres.
On voit que la montre O note t=0 pour l'événement E, et que la montre To
(qui représente le temps local marque -15 pour E). Dans l'autre
référentiel R' les choses sont à peu près du même type. La montre O'
marque t'=0 pour E, et la montre du temps local marque To'=-41pour E.
Mais ce n'est pas tout. Imaginons qu'un second événement ait lieu au
même endroit dans R six nanosecondes, ou six secondes, ou six années
lumières plus tard (selon le choix de remps qu'on a pris au départ). On
va alors noter pour E dans R:
(x,t,z,To,t) soit
pour ce second événement (12,9,0,-9,6) au lieu de (12,9,0,-15,0). Et
dans R' on notera (32,9,0,-31,2.24154) au lieu de (40,9,0,-41,0).
Cela veut dire que si dans R To et t restent identiques (le temps t de la
montre placé en O et To le temps local), ce n'est plus la même chose
dans R' car, là, l'événement E2 n'aura plus lieu à la même heure pour
t' (en O') et O".
On va avoir t'2=2.24154 et To'2=10.
Pourtant les deux montres sont dans le même référentiel inertiel R' et
il est clair qu'elles ont donc la même chronotropie.
Qu'est ce qui fait que les deux montres ne notent pas le même temps?
Parce que dans R', E et E2 n'ont pas lieu au même endroit. L'anisotropie
joue à plein sur les temps propres des montres, même si la chronotropie
de ces mêmes montres est identique.
C'est clair?

R.H.


Reply all
Reply to author
Forward
0 new messages