L'arc en ciel ne tiendra pas les promesses que nous en espérions.

3 views
Skip to first unread message

JC_Lavau

unread,
Jun 17, 2022, 11:19:34 AMJun 17
to
Lors d'une précédente édition du manuel (Microphysique
Transactionnelle, Principes et Applications), nous avions exprimé
l'espoir que l'étude des limites de conditions distance-diamètre des
gouttes, fournirait une réfutation ou une limitation expérimentale à la
théorie transactionnelle, ou au moins à l'approximation géométrique
des fuseaux de Fermat.

Or l'arc en ciel ne tiendra pas les promesses que nous en espérions.

1. De telles campagnes de mesures mobiliseraient des équipes
d'expérimentateurs qui n'existent pas, et que personne ne financera.

2. La réfutation espérée partait du postulat que la goutte siège de
réfraction-réflexion-réfraction ne pouvait apporter aucun pincement
intermédiaire au fuseau de Fermat incident. Or un tel pincement s'observe
quotidiennement, et en bien plus radical, dans toute dispersion Rayleigh
(celle du bleu du ciel, et des couleurs du lever et du coucher du Soleil
et de la Lune). Ce postulat est donc faux.

3. La distance d'un arc complet est bornée par l'altitude du nuage d'où
tombe cette pluie. Lors d'une observation récente, le pied de l'arc
était à environ 1 à 1,5 km.

4. À une distance de l'ordre de 5 à 10 km, on n'observe qu'une petite
portion de pied d'arc, et les couleurs y sont assez estompées, très peu
détaillées.
Reply all
Reply to author
Forward
0 new messages