donnees cote/inflation

65 views
Skip to first unread message

mic54

unread,
Mar 25, 2014, 7:20:33 AM3/25/14
to
Bonjour,

J'essaye de trouver quelque chose d'intéressant avec quelques données.
Quelqu'un as-t-il une idée ?
J'ai pris mes 106 catalogues Yvert et Tellier, il m'en manque en effet 12,
pas forcément très ancien d'ailleurs, et j'ai pris les cotes de mes timbres
de prédilections, à savoir les types Sage bleu, j'y ai ajouté le 1 franc
vermillon vif, pourquoi le vif, parce que c'est le seul que j'ai trouvé coté
dans les premiers catalogues Yvert.
Donc j'ai le N°68, 78, 79, les deux accolées 68 et 78 en neuf et oblitéré,
ainsi que le N°7Vv en neuf et oblitéré, et j'y ai ajouté le non émis N°73.
J'ai pris les chiffres de l'inflation année après année correspondant.
Il faut savoir que les cotes ont commencé à bouger après 1906, qui
correspond chez Yvert à une stabilisation des numéros, permettant ainsi
d'avoir la même numérotation qu'aujourd'hui, 109 ans plus tard !

http://cjoint.com/data/0CzmjUQdqRr.htm

En espérant que vous y trouverez un quelconque intérêt...

Sincèrement,

Michel.


Alain Pierron

unread,
Mar 25, 2014, 9:00:45 AM3/25/14
to
Bonjour
Vous avez fait un excellent travail.
Quelles sont vos conclusions justifiant de telles disparités ?
Cordialement
Alain

antoin

unread,
Mar 26, 2014, 3:44:22 AM3/26/14
to
Le mardi 25 mars 2014 12:20:33 UTC+1, mic54 a écrit :
> En espérant que vous y trouverez un quelconque intérêt...

Tout à fait intéressant.
cela dit tes données seraient plus parlantes exprimées en francs constants
http://www.leparticulier.fr/jcms/c_109215/conversion-en-francs/euros-constants-les-nouvelles-valeurs-2010

et avec le tracé des courbes on verrait immédiatement les périodes de montée ou de baisse des cotes

mic54

unread,
Mar 26, 2014, 8:33:42 AM3/26/14
to
Bonjour Antoin et Alain,

>"antoin" <anto...@gmail.com> a écrit dans le message de news:
>c7b43a27-d1ba-49b5->9c59-f51...@googlegroups.com...
Intéressant en effet ces fluctuations monétaires.
Mais comme je ne suis pas économiste, je ne vois pas comment m'en servir.
Ce qui me parle c'est éventuellement une comparaison, encore faut-il quelle
soit comparable !

J'imagine la personne en 1888, qui va acheter son timbre à 15 centimes pour
mettre sur son courrier, et qui va acheter son mensuel "le collectionneur de
timbres-poste" de Maury à 15 centimes.

ça ne vous choque pas ?

Aujourd'hui je vais acheter mon timbre à 0.66 centimes d'euro, et je vais
acheter ma revue Timbres magazine à 5.90 euro.

Alors d'accord, les techniques ont évoluées, il y a plus de pages, il y a de
la couleur, peut-être des articles plus pertinants, mais d'autre moins ;-)
Mais l'information est plus facile à obtenir de nos jours, les machines
d'impression plus rapide.

Voila, un exemple qui me titille quand je lis le Collectionneur de
Timbres-poste.

Peut-être ça veut tout simplement dire que les collectionneurs sont prêt à
mettre un peu plus dans la littérature qu'à l'époque.
Ou que le niveau de vie à augmenté (ça aussi ça doit être vrai).

PS : j'avais mis ces quelques données en graphisme, mais je ne suis pas sur
de l'intérêt.
Mais pour comparer j'ai fait un autre graphisme avec le prix du timbre et le
prix du magazine l'Echo de 1906 à 2014

http://cjoint.com/data/0CAnFugLIy0.htm

Sincèrement,

Michel.


antoin

unread,
Mar 26, 2014, 9:51:02 AM3/26/14
to
Le mercredi 26 mars 2014 13:33:42 UTC+1, mic54 a écrit :

> Peut-être ça veut tout simplement dire que les collectionneurs sont prêt à mettre un peu plus dans la littérature qu'à l'époque.
Ou que le niveau de vie à augmenté (ça aussi ça doit être vrai).

PS : j'avais mis ces quelques données en graphisme, mais je ne suis pas sur
de l'intérêt.
Mais pour comparer j'ai fait un autre graphisme avec le prix du timbre et le
prix du magazine l'Echo de 1906 à 2014
> http://cjoint.com/data/0CAnFugLIy0.htm

Ca veut dire que la cote des timbres ne suit pas l'inflation, c'est à dire qu'elle baisse en francs constants. On le sait déjà pour ces dernières années.

Mais le tracé des courbes sur un siècle peut être très intéressant:
Selon les années le timbre a monté plus vite en francs constants, ou a stagné, ou a baissé. La lecture de telles courbes sera très parlante.
On pourra vérifier que les "bons" timbres eux, ont des cotes qui ne s'effondrent pas.

Si tu as les données pour 2 timbres, un "bon" et un "normal" je peux essayer de tracer les courbes.
cordialement
Antoin

sbuchfr

unread,
Mar 26, 2014, 11:43:27 PM3/26/14
to
Bonjour,

Je ne suis pas vraiement sur de l'intérêt des analyses monétaires sur la
fluctuation du prix des timbres, surtout sur la base de catalogues.
Pour cela plusieurs raisons :
Les cotes de catalogue sont fixées de manière arbitraire, sans suivre un
réel état du marché, ni une indexation sur l'éventuelle rareté. Par exemple
à sa sortie un timbre moderne vaut au catalogue faciale x 2.
Chose amusante une cote évolue à la hausse au fil des années jamais à la
baisse, sauf quelques effets d'annonce des éditeurs de catalogues mais en
fait rien de sérieux..
Le prix d'achat chez des marchands varie de cote catalogue / 4 à cote
catalogue / 2.
Le prix de revente par un particulier à un marchand est souvent loin d'être
à ce niveau. Une collection moderne si on veut bien vous l'acheter ne vaudra
pas la faciale.
Voilà pour les banalités, qui s'appliquent à 90% des timbres cotés dans les
catalogues.

Ensuite viennent les spécialités. Et là on est dans un tout autre registre.
Ce n'est plus un timbre parmi tant d'autre mais un timbre et un ensemble de
caractéristiques qui le sortent du lot.
Par exemple, le vermillon : C'est un timbre phare de la collection de
France. Chaque collectionneur rêve d'en avoir un. Enfin ceci est vrai
maintenant mais en 1900 le vermillon était un timbre comme les autres.
Autre exemple, un 5F sage seul sur une lettre chargée pour une destination
exotique présentera un intérêt particulier pour un cercle restreint de
personnes mais qui seront prêt à dépenser des sommes qui n'ont pas grand
chose à voir avec le catalogue mais plutot avec l'estimation qu'ils feront
du prix qu'ils sont prêts à payer.

Tant que je parle de spécialité un petit exemple de fixation arbitraire de
prix par les catalogues. Il y a bien longtemps que Y&T ne cotait plus les
millésimes pour les colonies françaises. Lorsque les premiers catalogues
Dallay sont sortis leurs auteurs ont décidé de les faire apparaitre.
Seulement voilà quelles cotes leur donner ? Difficile de faire une
estimation quand le marché est assez confidentiel. Solution : prenez la cote
de Y&T 1936 (donc en anciens francs) et reportez la telle quelle (mais
maintenant en Euro).
Vous pouvez toujours faire des calculs en francs constants je ne suis pas
sur qu'il y ait une réelle cohérence.

Autre exemple : Toujours avec Dallay. Je possède une variété de double
surcharge sur type Groupe qui est l'unique exemplaire retrouvé à ce jour.
J'avais communiqué l'information à timbre mag qui l'avait publié à l'époque
au moment de la rédaction des Dallay. Bilan, Dallay l'a coté (quelques
milliers d'Euros) alors que ce timbre n'est même pas beau. Oblitération
illisible, et plié. Et n'a donc aucun marché. Je ne vois pas quel illuminé
serait prêt à mettre plus de 100Euros dans un timbre pareil. Et pourtant il
est beaucoup plus rare qu'un Vermillon.

La conclusion que l'on peut en donner c'est que pour un timbre courant la
cote ne représente qu'un indice du prix d'achat chez un marchand avec des
fluctations notables et en aucun cas un prix de revente.
Quand aux spécialités le prix d'achat dépend en fait principalement de la
qualité du timbre, de l'intérêt de la pièce, et des acheteurs.
La qualité car le prix est directement lié à ce critère. Un timbre fraicheur
postale se négociera toujours mieux qu'un timbre froissé, avec une tache
d'encre pour oblitération et un coin en moins.
L'intérêt de la pièce, qu'il soit du à une variété, une oblitération, une
destination ou son histoire. Tout simplement parce qu'elle prendra un aspect
de rareté pour les acheteurs potentiels d'où une envie de surenchérir pour
être celui qui possède CETTE pièce là.
L'acheteur enfin ne l'oublions pas. On ne s'adresse pas au même public quand
on a une pièce à 10 Euros et une pièce à 10.000.

Bref tout cela pour dire que les catalogues ne sont que de vagues
indicateurs de prix et que tout calcul de fluctuation sur cette base est
vain.
D'autre part si on désire avoir une collection ayant une valeur commerciale,
il faut en banir les pièces ordinaires. Seules les collections spécialisées
composés de pièces peu ordinaires et de bonnes qualités ont un avenir
financier probable. Mais attention à bien choisir sa spécialité car le prix
de revente dépendra des acheteurs intéressés.

Cordialement,

Stéphane Buchheit
Colfra n°586
sbu...@free.fr
"mic54" <coi...@free.fr> a écrit dans le message de news:
lgroq2$bsb$1...@speranza.aioe.org...

mic54

unread,
Mar 27, 2014, 2:36:54 PM3/27/14
to
Bonsoir Stéphane,

"sbuchfr" <sbu...@free.fr> a écrit dans le message de news:
5333c1ee$0$2043$426a...@news.free.fr...
Merci de ton avis.
Il est clair que les catalogues n'indiquent qu'une valeur, qui est surtout
une indication de rareté pour les pièces "courantes".
En effet l'exotisme n'a pas de place !
J'ai un N°79 pour ma part non dentelé, inconnu dans les catalogues.
D'ailleurs quel intérêt d'y mettre une cote, si il n'y en a qu'un, le prix
sera le prix de la dernière transaction, ou le prix que quelqu'un voudrait y
mettre.
La valeur que j'en donne est principalement documentaire, puisqu'il n'existe
pas.
Il y a le cas des oblitérations, qui n'entre que peux en jeu, et pourtant,
dans bien des cas je préfére un timbre oblitéré qu'un timbre neuf, c'est un
timbre qui a vécu sa vie de timbre.
Et si au cours de sa vie il a rencontré un cachet peu ordinaire, alors voila
tout l'intérêt que j'y trouve.
Mais il en faut pour tout les goûts, et la poste est la pour le prouver.

Sincèrement,

Michel.


>


sbuchfr

unread,
Mar 27, 2014, 2:50:21 PM3/27/14
to
Bonjour,

Désolé, mais pas d'accord. La cote du catalogue n'est en rien l'image d'une
éventuelle rareté ou alors de manière fortuite.
Ce n'est même pas l'image du marché courant.

En fait le catalogue est juste une base de négociation pour des timbres
courant et avec une incertitude sur la valeur plus que conséquente.
Donc vouloir faire des analyses financières sur la base de valeurs ayant une
précision ridicule est une perte de temps.

Un dernier petit exemple. Une série de timbre des années 70 vaut au mieux la
faciale converti directement en Euro, et plus raisonnablement faciale -10 ou
20%. Pas la peine de se prendre la tête avec la cote des catalogues pour ce
résultat.

Cordialement,

Stéphane Buchheit
Colfra n°586
sbu...@free.fr
"mic54" <lesu...@surf.fr> a écrit dans le message de news:
lh1r45$l4a$1...@speranza.aioe.org...

Droger Jean-Paul

unread,
Mar 27, 2014, 4:10:15 PM3/27/14
to
mic54 a utilisé son clavier pour écrire :
Bonsoir,

j'ai enfin quelques minutes de libre entre les courses, achat de matos
pour remplacer celui en panne et finir de déblayer ce que je suis en
train de ranger!

Bon, comparer des évolutions de cotes pourquoi pas? Je serais tenté de
comparer des cotes "normées" ou "hors dimension" c'est à dire en
partant de 1 pour tous les timbres sur l'échelle des temps et cela
permet de voir ce qui monte + ou - vite par rapport à la mise du début!

Mais la cote est un chiffre afublé d'une unité monétaire: le franc puis
l'euro. Mais que représente elle? Là c'est pas très précis et peu de
catalogue le disent!!

Il y a un certain temps (je l'ai connut fin des années 50 quand j'ai
commencé et début des années 60)cela était le prix de vente des
professionnels, et donc le prix d'achat éventuel de ces mêmes pros
(entre 1/3 et 40% de cette cote).

Mais pour différentes raisons tout le monde vend en dessous des cotes,
et même des VO prestigieuses ont des prix de départ inimaginables il y
a 40 a,s: 1/3 de cote ou moins pour de treès belles pièces et il arrive
que ces pièces soient vendues à ces prix là. Je prends comme exemple
tous les timbres "caisse d'amortissement" que je n'achète qu'à 30% de
la cote, et chez des pros ....

Quand au prix d'achat!! Pour la France les timbres en francs neuf,
c'est au plus 50% de la faciale .. ce qui explique que TOUS les
MARCHANDS affranchissent en timbres en francs et montent au créneau
pour que ces timbres ne soient pas démonitisés .. (mais ils facturent
ces timbres à la VF ou plus).


Maintenant il ne faut pas oublier un principe toujours valable: lorsque
les pros n'ont pas de stock, la cote est faible (pour acheter pas
cher), lorsque les pros ont des stocks la cote est élevée!!

Ce qui explique qu'il est facile de trouver des pièces de cote élevée,
mais que certaine à cote plus faible sont introuvables ...

Si vous avez le temps, faites donc un tour des marchands et demandez
leurs s'ils ont de timbres de roulettes oblitérées ou sur documents en
semeuses ... vous verrez que le stock est bas, même très bas (mais faut
avant prendre des notes pour savoir les diférencier des autres timbres)

Par contre vous demandez un 1F empire non dentelé, vous en trouverez
.... et même des 1F vermillon cela devrait se trouver sans trop de
dificultés, mais faut les payer!!



Bon quand aux indices, évolution des prix, c'est une magouille assez
peu logique censé mesurer l'évolution du cout d'un produit ou d'un
ensemble de produits.

Aujourd'hui, quand on voit l'évolution des prix des timbres, ne
collectionner que pour gagner de l'argent me semble un peu illusoire ..
D'ailleurs un marchand de timbre qui prend sa retraite est souvent
remplacé par un tout autre commerce ....

Sur ce bonne soirée.

--
Pour m'envoyer un mail, remplacer anti par droger et manama par
wanadoo; to send me directly a mail replace anti with droger and manama
with wanadoo;
anti.je...@manama.fr


mic54

unread,
Mar 27, 2014, 5:12:33 PM3/27/14
to
Stéphane,

Même si je suis d'accord que le catalogue ne donne pas le coût du timbre, je
reste sur ma position.
Celui-ci donne une idée de la rareté d'un timbre courant, à quelque
exception près, c'est-a-dire un indice de prix pour le timbre que chacun
voudra mettre dans son album.
Il est évident que les premiers catalogues sont des catalogues de marchands,
donc moyennement impartial.
Malgré tout si un timbre est sortie pendant 20 ans et un autre pendant 2
ans, je pense que le 1er sera moins coté que le 2eme.
Maintenant d'accord également que les chiffres que je ressort ne donne pas
vraiment grand chose, et de toute manière seront toujours à la hausse.
Maintenant ce que veule y mettre les acheteurs dans un timbre c'est autre
chose, forçément le moins possible, et à la revente le plus possible, comme
dans tout les domaines.
Mais comme de moins en moins de personnes ne s'intéressent à ses bouts de
papiers...


Sincèrement,

Michel.


"sbuchfr" <sbu...@free.fr> a écrit dans le message de news:
533472f9$0$2229$426a...@news.free.fr...

mic54

unread,
Mar 28, 2014, 3:01:40 AM3/28/14
to
Bonjour Jean-Paul,

"Droger Jean-Paul" <anti.je...@manama.fr> a écrit dans le message de
news: mn.dcf67de39...@manama.fr...
Merci de ton retour d'expérience.
Pour ma part n'arrivant à rien avec mes cotes, de toute manière un siècle de
cote ne donne pas grand chose, il s'est passé tellement de choses.
Mais peut-être que ce graphisme est plus intéressant :

http://cjoint.com/data/0CChHKEAwpf.htm


Avec les chiffres ont peut raconter n'importe quoi.
La encore il faut relativiser.
Je suis donc parti du catalogue Yvert & Tellier 1906, date à laquelle la
numérotation s'est stabilisé, nous retrouverons les mêmes numéros
qu'aujourd'hui.
Le catalogue de 1906 était mondial et faisait 624 pages, même s'il existait
depuis 1903 un catalogue France et Colonies, c'est le mondial que j'ai pris
comme base, jusqu'en 1947 ou le catalogue s'est scindé en 2, pour ne trouver
la France que sur le catalogue France et colonies, qui se scindera à nouveau
plus tard pour finalement ne comprendre que la France.
Avec la multiplication des émissions, des fins de catalogues, ce document
dépasse les 1000 pages en 2014.
L'impression du catalogue passe en 2 couleurs en 1981 et en couleurs en
1983.
Pendant cette période le catalogue changera plusieurs fois de format.
Dans ce graphisme j'ai pris tout simplement le même éditeur pour la revue,
c'est plus simple, la revue à toujours été existante.
Même si dans un premier message j'ai parlé du Collectionneur de
Timbres-Poste, qui à du s'arrêter en 1968, il semblerai que l'édition de
cette revue ne soit pas régulière.
Alors la encore le chiffre peut être contesté.
L'Echo était vendu à l'abonnement d'un an en 1906 3 francs, et il y avait 24
numéros.
Donc le numéro est bien à 0.125 franc (ancien) mais si on ramêne cela à
l'année, et si on prend le prix de l'abonnement qui varie sur 1 ou 2 ans, on
n'aura plus tout à fait le même chiffre.
Je suis donc resté sur le numéro, c'est plus simple.
Le prix du timbre, j'en ai déjà parlé.
J'y ai juste ajouté la cote du N°101, timbre courant.
Alors voila, on peu débattre.
Le timbre à continuer à monter franchement après les années 1990 alors que
le prix du catalogue se stabilisait, idem pour la revue, et dans une moindre
mesure du prix de l'affranchissement.
Maintenant, combien s'achète un N°101 neuf pour une cote de 35 euro.
7, peut-être 8 euro, après suivant qu'il y ai bord de feuille, centrage,
c'est autre chose.
Peut-être comme le dit Jean-Paul que le prix réellement d'achat des timbres
baisses.
Encore faudait-il éplucher les VSO, et la je pense que des surprises
pourraient apparaitre.
Mise à part les raretés réputées, que seul quelques personnes peuvent
s'acheter en se bagarrant sur le prix, je pencherai en effet pour une
baisse.

Bonne journée,

Michel.


marcophilaisne

unread,
Mar 29, 2014, 4:30:24 AM3/29/14
to
Le 27/03/2014 21:10, Droger Jean-Paul a écrit :
>
> Maintenant il ne faut pas oublier un principe toujours valable:
> lorsque les pros n'ont pas de stock, la cote est faible (pour acheter
> pas cher), lorsque les pros ont des stocks la cote est élevée!!
>
> Ce qui explique qu'il est facile de trouver des pièces de cote élevée,
> mais que certaine à cote plus faible sont introuvables ...
>
> Si vous avez le temps, faites donc un tour des marchands et demandez
> leurs s'ils ont de timbres de roulettes oblitérées ou sur documents en
> semeuses ... vous verrez que le stock est bas, même très bas (mais
> faut avant prendre des notes pour savoir les diférencier des autres
> timbres)
>
> Par contre vous demandez un 1F empire non dentelé, vous en trouverez
> .... et même des 1F vermillon cela devrait se trouver sans trop de
> dificultés, mais faut les payer!!
>
>
>
bonjour,

mais cela peut aussi se lire dans l'autre sens :

quand la cote est faible, on ne constitue pas de stock
quand la cote est élevée on rentre en stock si possible.
d'ailleurs si vous vous présentez pour vendre un 1f vermillon , vous
allez être reçu mais pas si vous vendez la collection de grand papy (qui
pourtant contient peut être de bons timbres mais peu cotés)
en gros un marchand achète ce qui se vend. Il faudrait, comme en bourse
, vendre à la hausse et acheter à la baisse mais comme la cote ne fait
que augmenter ! ! !

cordiales salutations


--
Marcophilaisne

Marcophilaisne

NOUVEAU : le blog de la marcophilie dans l’aisne :

http://ampa02.blogspot.com/


marcophilaisnearobase laposte point net
www.delcampe.com/boutiques/marcophilaisne
<http://www.delcampe.com/boutiques/marcophilaisne>

Et le site marcophile pour l’Aisne :

http://www.poisot.fr/marcofil/

Reply all
Reply to author
Forward
0 new messages