Google Groups no longer supports new Usenet posts or subscriptions. Historical content remains viewable.
Dismiss

Navire sans erre !

956 views
Skip to first unread message

lapache

unread,
Jun 20, 2004, 3:20:01 AM6/20/04
to
Jeudi matin nous partons de Houat en direction du Crouesty . Tout petit
temps. Vers midi en attendant que ça se lève un peu on se met à sec de toile
et on casse la croûte sur le pont. Le vent se lève progressivement on devait
avoir 7 ou 8 noeuds mais nous étions tous dehors , quelqu'un à la barre et
attentifs à la navigation.J'ajoute que la visibilité était excellente.

Soudain un voilier qui navigait au près se met à nous apostropher violement
parceque nous étions sur sa trajectoire. Nous lui avons bien fait remarquer
que nous étions arrétés en train de manger mais ça ne l'a pas calmé.

Ma question : dois-je arborer les pavillons " navire sans erre " dans cette
situation ?

Merci d'avance


Michel

unread,
Jun 20, 2004, 5:03:11 AM6/20/04
to
On Sun, 20 Jun 2004 09:20:01 +0200, "lapache" <jean-...@wanadoo.fr>
wrote:

J'ai déj) fait cela souvent par petit temps, et j'ai hissé la boule de
mouillage par précaution, mais ce n'est pas tout-à-fait vrai, puisque
le bateau dérive avec le courant...

riguello

unread,
Jun 20, 2004, 6:19:17 AM6/20/04
to
Bien que je navigue assidûment depuis plus de 30 ans, je ne sais pas s'il faut un pavillon "navire sans erre" ou pas dans ce cas, je
ne sais pas a quoi il ressemble et je n'en ai sûrement pas à bord.
Par contre, la courtoisie que mes pères m'ont enseigné, m'emmènerait, dans telle situation, à ignorer et déplorer les beuglements de
cet excité, nouvelle espèce en voie de prolifération sur nos côtes.
Si je devais être sur le bateau naviguant à la voile, j'aurais choqué un peu pour passer sur son arrière en laissant une marge
confortable de discrétion.

Comme quoi, le bon sens et la courtoisie remplace aisément un règlement aussi tatillon soit-il.

Dans tous les cas, naviguer à la voile ne donne aucun droit à beugler, contrairement aux habitudes prises par certains équipages
sortant au large de La Trinité ... Je ne vise personne.

--
Riguello


Marcouf

unread,
Jun 20, 2004, 6:34:18 AM6/20/04
to
Michel vient de nous annoncer :

>> Soudain un voilier qui navigait au près se met à nous apostropher violement
>> parceque nous étions sur sa trajectoire. Nous lui avons bien fait remarquer
>> que nous étions arrétés en train de manger mais ça ne l'a pas calmé.

Salut Jean Pierre

il existe une marque pour les navires non maitre de leurs manoeuvres


Ne t'inquiéte pas des cons à voile ça existe!!!

dans l' aprés midi ton gugusse a du engueuler une cardinale sud qui
était sur sa route
et le soir en prennant sa voiture ,il a klaxonné aprés un gars qui
n'allait pas assez vite

Ce qu'il y a de bien avec les imbéciles c' est qu'il sont parfaitement
prévisible
par contre ils nous surprennent quand ils sont là où on ne les attends
pas.

pour moi la premiére fois où j' ai été surpris c' est par un groupe de
"figariste" à la Rochelle

la deuxiéme fois sur un glacier dans la barre des écrins. :-)

--
Amicalement

Marco

http://www.marcouf.org

Marcouf

unread,
Jun 20, 2004, 7:09:50 AM6/20/04
to
riguello a présenté l'énoncé suivant :

> Bien que je navigue assidûment depuis plus de 30 ans, je ne sais pas s'il
> faut un pavillon "navire sans erre" ou pas dans ce cas, je
> ne sais pas a quoi il ressemble et je n'en ai sûrement pas à bord.

Le navire non maitre de sa manoeuvre est de rang 1 dans la hiérarchie
des priviléges
il se signale par 2 boules superposés.

Marcouf

unread,
Jun 20, 2004, 7:10:24 AM6/20/04
to
Message supprimé par MesNews

Marcouf

unread,
Jun 20, 2004, 7:12:39 AM6/20/04
to
riguello a écrit :

> Bien que je navigue assidûment depuis plus de 30 ans, je ne sais pas s'il
> faut un pavillon "navire sans erre" ou pas dans ce cas, je
> ne sais pas a quoi il ressemble et je n'en ai sûrement pas à bord.

Bonjour,

Le navire non maitre de sa manoeuvre est de rang 1 dans la hiérarchie

des priviléges(il ne doit rien à personne)
il se signale par 2 boules superposées.

Hubert Crépy

unread,
Jun 20, 2004, 7:43:24 AM6/20/04
to
Marcouf wrote:
> Le navire non maitre de sa manoeuvre est de rang 1 dans la hiérarchie
> des priviléges(il ne doit rien à personne)
> il se signale par 2 boules superposées.

Vouivoui, mais question: un navire stoppé sans erre à qui il suffirait
de relancer le moteur ou de border les voiles pour repartir est-il bien
"non maître de sa manoeuvre" ? C'est discutable...

--
Hubert Crépy

Marcouf

unread,
Jun 20, 2004, 8:43:32 AM6/20/04
to
Hubert Crépy a couché sur son écran :

Salut Hubert

C'est discutable effectivement mais sujet à interpretation

amusant n'est il pas? ;-)

riguello

unread,
Jun 20, 2004, 8:56:43 AM6/20/04
to
> Le navire non maître de sa manoeuvre est de rang 1 dans la hiérarchie

> des priviléges(il ne doit rien à personne)
> il se signale par 2 boules superposées.

Sans vouloir pinailler inutilement, "navire sans erre" et "non maître de sa man½uvre" me paraissent différents.
L'un peut exprimer une volonté (l'heure du pique nique), l'autre une conséquence liée à un élément externe comme une panne.
On ne devient pas "non maître de sa man½uvre" volontairement.
Non ?
--
Riguello


Hubert Crépy

unread,
Jun 20, 2004, 10:34:13 AM6/20/04
to
riguello wrote:
> Sans vouloir pinailler inutilement,

Ben pourquoi pas? Tu veux retirer tout le sel et le piquant de la vie à
ceux qui ne peuvent pas naviguer en ce moment? ;-)

Je cite le RIPAM (Règle 3):
" f) L'expression « navire qui n'est pas maître de sa manoeuvre »
désigne un navire qui, en raison de circonstances exceptionnelles, n'est
pas en mesure de manoeuvrer conformément aux présentes Règles et ne peut
donc pas s'écarter de la route d'un autre navire. "

On peut éventuellement s'être mis soi-même et volontairement dans ces
circonstances exceptionnelles (par exemple en affalant ses voiles pour
pique-niquer). Ca n'est pas forcément raisonnable au milieu du chenal
d'accès au Havre, mais ne me paraît pas contre-indiqué au large, s'il y
a largement de l'eau autour. S'il suffit de démarrer un moteur pour
s'écarter, je ne pense pas qu'on puisse exciper d'un privilège "non
maître de sa manoeuvre". Si le moteur ne veut pas démarrer, il faut se
précipiter pour hisser les deux boules, ce qui signifie: "j'ai les
boules [sic], ce fichu tas de rouille est encore en panne". ;-)

--
Hubert Crépy

riguello

unread,
Jun 20, 2004, 11:19:08 AM6/20/04
to
Parfait !
Tu as fait la démonstration que "sans erre" et non manoeuvrant" ne sont pas la même chose.
Le RIPAM (encore un inconnu pour moi) parle bien de "circonstances exceptionnelles".
L'apéro ou le pique-nique ne sont pas exceptionnels sur ton bateau, je l'espère ! ;-)

Ton exemple démontre même comment d'un état "sans erre" on devient "non manoeuvrant" lorsque la bourrique refuse de répondre ...

Mais on ne répond pas à la question initiale : comment indique t'on que c'est l'heure de l'apéro à bord ?
--
Riguello


Hubert, de Cherbourg

unread,
Jun 20, 2004, 12:00:33 PM6/20/04
to
Bonjour

> Mais on ne répond pas à la question initiale : comment indique t'on que
c'est l'heure de l'apéro à bord ?

deux bouteilles pointe en haut : l'apéro va commencer
deux bouteilles opposées par la base, la vide en bas, la pleine en haut :
l'apéro est en cours
deux bouteilles pointe en bas : l'apéro est fini

certains bateaux font comme les pécheurs avec le panier hissé à l'avant à
demeure : il conservent le signal numéro deux à poste jour et nuit.

Hubert, de Cherbourg


Yann Amarre

unread,
Jun 20, 2004, 1:19:58 PM6/20/04
to
Et si tu arborais tout simplement un pavillon de plongée (je veux dire le
bleu et blanc disant "j'ai des scaphandriers en plongée" ...) et tous les
bateaux passent à 150m et tu manges peinard !


lapache

unread,
Jun 20, 2004, 2:08:17 PM6/20/04
to

"Yann Amarre" <no_spam...@free.fr> a écrit dans le message de
news:40d5c73d$1$11343$626a...@news.free.fr...

> Et si tu arborais tout simplement un pavillon de plongée (je veux dire le
> bleu et blanc disant "j'ai des scaphandriers en plongée" ...) et tous les
> bateaux passent à 150m et tu manges peinard !
>

Oui c'est une idée !
En regardant le code international de signaux je trouve aussi le pavillon M
( Mike ) : Mon navire est stoppé et n'a plus d'erre !

Mais je doute que le voilier venant à ma rencontre connaisse la
signification de ce pavillon !


Hubert, de Cherbourg

unread,
Jun 20, 2004, 2:53:52 PM6/20/04
to
bonsoir

surtout si tu as une bonne bouteille accrochée au frais sous le bateau : il
faut respecter les paliers de décompression pour la remonter !

Hubert, de Cherbourg

"Yann Amarre" <no_spam...@free.fr> a écrit dans le message de
news:40d5c73d$1$11343$626a...@news.free.fr...

riguello

unread,
Jun 20, 2004, 2:55:59 PM6/20/04
to
> ...

> Ma question : dois-je arborer les pavillons " navire sans erre " dans cette
> situation ?

Au fait,
un truc qui me surprends, c'est que le skipper de ce fameux voilier qui t'agresse d'un air supérieur n'est pas immédiatement viré de
bord en voyant que tu n'avait pas d'air ... ;-)
--
Riguello


Hubert, de Cherbourg

unread,
Jun 20, 2004, 3:01:23 PM6/20/04
to
bonsoir

> Mais je doute que le voilier venant à ma rencontre connaisse la
> signification de ce pavillon !

oh le Troll !

mais sais tu qu'un pavillon de plongée gros comme un mouchoir, si on arrive
dessus vent arrière il faut être à bien moins de 150 m. pour le voir ...

on s'inquiète, avant même de voir le pavillon, d'un bateau immobile, surtout
dans les zones de courant comme par ici où il n'est pas rare que le plongeur
soit loin du bateau en train de palmer comme un fou pour y revenir !

principe de base : passer loin d'un bateau immobile sauf si comme dans la
passe de l'Est, il y a parfois tant de bateaux qui pêchent qu'il n'y a
jamais 150 m. entre eux .... et il y passe aussi des ferry .... mais ils ont
un gros klaxon <]:o)

bonnes plongées et si ton pavillon est de format A5 et bien c'est un peu
petit, un format A3 serait le bienvenu, l'idéal : deux panneaux rigides à
45° l'un de l'autres et montés comme une girouette, au moins là plus
d'excuses !

Hubert, de Cherbourg


Yvon Nedonchelle

unread,
Jun 20, 2004, 6:07:51 PM6/20/04
to
Marcouf a écrit :

Bonsoir.
Un navire n'est pas maître de sa manoeuvre quand il ne peut pas
manoeuvrer : pas de vent pour un voilier pur, panne de moteur.....
Un navire ne peut être déclaré pas maître de sa manoeuvre par décision
de son capitaine.
--
Yvon Nedonchelle.
REPONSE PAR MAIL : RHABILLEZ MON ADRESSE !
Voile en Ecosse, Irlande, Galice, Baltique :
http://perso.wanadoo.fr/yvon.nedonchelle/

Marcouf

unread,
Jun 20, 2004, 6:31:04 PM6/20/04
to
Yvon Nedonchelle a couché sur son écran :

> Un navire ne peut être déclaré pas maître de sa manoeuvre par décision
> de son capitaine.

Salut Yvon

He oui j'ai voulu joué sur les mots mais au fil de la conversation j'ai
pris mesure de mon erreur. ;-)

JMC

unread,
Jun 21, 2004, 1:03:14 AM6/21/04
to
Bonjour,
Non, mais ça fait partie des nouvelles rencontres que l'on peut faire sur la
mer...
Cela me rappelle une enguelade similaire il y a 2 mois alors que je
naviguais entre 2 iles par un plongeur surrexcité qui prétendait interdire
la passe sous prétexte qu'il était ancré au milieu. Il prétendait de plus
que son bateau faisait office de pavillon de plongée !!
Bonne route

"lapache" <jean-...@wanadoo.fr> a écrit dans le message de news:
cb3e29$sik$1...@news-reader2.wanadoo.fr...

razvag

unread,
Jun 21, 2004, 2:58:12 AM6/21/04
to
C'est tellement plus élégant quand on est intrigué par un canote dans
une situation "anormale" de le ranger à portée de voix pour lui demander
comment çà va et s'il a besoin d'aide.

Seulement voilà, faut dérégler le pilote automatique.

car pour les cons, le règlement c'est le règlement !!!

Comme disait Brassens : quand on est con, on est con.


Razvag

JMC a écrit :

Hubert, de Cherbourg

unread,
Jun 21, 2004, 3:47:46 AM6/21/04
to
Bonjour

> C'est tellement plus élégant quand on est intrigué par un canote dans
> une situation "anormale" de le ranger à portée de voix pour lui demander
> comment çà va et s'il a besoin d'aide.

j'ai déjà fait cela en Bretagne (en voilier à petite vitesse), mais "à
portée de voix" c'est trop prés pour respecter la réglementation sur les
plongeurs .... le canot était vide à la dérive ... le plongeur est remonté
aussitôt pour m'engueuler .... réglementairement j'étais dans mon tort.

Hubert, de Cherbourg


Yvon Nedonchelle

unread,
Jun 21, 2004, 4:10:49 AM6/21/04
to
lapache a écrit :

Bonjour.

Pour un voilier qui s'approche, un autre voilier, voiles ferlées, sans
signal particulier est un voilier au moteur : à 100m de distance on ne
peut pas deviner qu'il est sans erre.
Si il y a risque de collision le skipper du voilier approchant est en
droit de penser que le voilier au moteur va s'écarter, puis quand la
collision parait inévitable il va manoeuvrer en grommelant !
Casser la croute en dérivant à sec de toile ne donne aucune priorité, et
il faut laisser la place au chalutier ou au voilier qui se présente
(laisser la clef sur le moteur).
Hisser le pavillon "M" : je suis sans erre, ne résoudra rien car il sera
trop petit pour attirer l'attention et personne ne sait ce que "M" veut
dire.

Conclusion :
Il faut absolument éviter de se mettre dans des situations qui prêtent à
confusion dans un endroit où la circulation est importante, que ce soit
entre Houat et le Crouesty ou entre Douvres et Calais.

Jean-Jacques (Nantes)

unread,
Jun 21, 2004, 4:26:03 AM6/21/04
to
Bonjour,
Moi, j'aurai fait pareil, pensant me porter au secours de quelqu'un en
difficulté, voire tombé à la mer, quitte à appeler les secours!
Mais on peut comme ça plonger et laisser son bateau dériver comme ça?
JJ

"Hubert, de Cherbourg"
<hubert...@lapeste.net-remplacer-lapeste-par-laposte> a écrit dans le
message de news:40d69319$0$295$636a...@news.free.fr...

Hubert, de Cherbourg

unread,
Jun 21, 2004, 4:33:20 AM6/21/04
to
bonour
pour un plongeur seul (ce qui n'est déjà pas recommandé) dans une zone avec
un peu de courant et vent nul, certains préfèrent laisser le bateau dériver,
ils ont moins à nager pour remonter à bord.

personnellement je ne sais pas trop quoi en penser ....

Hubert, de Cherbourg


Fabrice

unread,
Jun 21, 2004, 4:40:59 AM6/21/04
to
Hubert, de Cherbourg a écrit :
que si tu t'es gouré dans ton estimation ou que le vent se lève, tu
rentres à la nage ...Bref, à ne pas recommander, un peu comme plonger
surlesté parce que "c'est plus facile de descendre"...

FAbrice

Jean-Jacques (Nantes)

unread,
Jun 21, 2004, 5:12:01 AM6/21/04
to
En plus, c dangereux de laisser un bateau dériver comme ça sans aucun
contrôle! Enfin, c ce que je crois.
JJ

JJ
"Fabrice" <f.bruel...@wanadoo.fr> a écrit dans le message de
news:2jnliuF...@uni-berlin.de...

gericaf

unread,
Jun 21, 2004, 6:48:11 AM6/21/04
to

:-) :-)
je pense que le pb réel est ailleurs : celui qui navigue et qui voit un
bateau sans réaction, doit anticiper et manoeuvrer pour eviter.
celui qui passe outre ce principe est un délinquant..
:') :')

--
Gericaf,
Bon vent à tous et à bientôt sur le web..

Yvon Nedonchelle

unread,
Jun 21, 2004, 7:46:19 AM6/21/04
to
gericaf a écrit :

Absolument.

Mais comment découvre t'on que le bateau est sans réaction ?
On le découvre car il n'effectue pas les manoeuvres espérées.
Ce qui nous ramène au problème précédent : manoeuvre d'évitement quand
il devient évident que l'autre ne change pas de route comme il devrait
le faire.

En cas de besoin on peut tourner le bateau pour montrer son cul à celui
qui se rapproche : le bateau rattrapant doit s'écarter du bateau
rattrapé (règle 13a du règlement international pour prévenir les
abordages en mer)

Eric Surzur

unread,
Jun 21, 2004, 8:31:06 AM6/21/04
to

"Marcouf" <mar...@wanadoo.fr> a écrit dans le message de news: (...)
:
: C'est discutable effectivement mais sujet à interpretation

:
: amusant n'est il pas? ;-)
:
Bonjour,
Excellent Marcouf, excellent.
Grand Prix de l'Humour en bois.
:-)
J'adore.
Eric.


riguello

unread,
Jun 21, 2004, 9:56:41 AM6/21/04
to
Si tu peu "bouger ton cul" (je reprends ton expression) tu es donc redevenu manoeuvrant et doit donc respecter l'ensemble des
règles.
Ce qui est important c'est de montrer clairement ton intention.
Si tu navigues, tu montres clairement tes intentions par ton cap et ta vitesse stabilisés.
Si tu es arrêté, le simple fait d'avoir les voiles affalées indique tes intentions.

Mais, une fois de plus, tout ça n'est qu'une question de bon sens.
--
Riguello
"Yvon Nedonchelle" <yvon.ned...@wanadoo.apoil.fr> a écrit dans le message de news:cb6h85$b7i$1...@news-reader2.wanadoo.fr...

Fanch

unread,
Jun 21, 2004, 10:28:13 AM6/21/04
to
Dimanche 20 Juin 2004 09:20 lapache a écrit:

> Jeudi matin nous partons de Houat en direction du Crouesty . Tout petit
> temps. Vers midi en attendant que ça se lève un peu on se met à sec de
> toile et on casse la croûte sur le pont.

salut,
perso, quand je veux "m'arrêter" en cours de route, pas pour mouiller donc
mais pour casser la croûte ou faire un café etc je mets à la cape car ça
bouge quand même moins quand on garde ses voiles je trouve :o)

> Le vent se lève progressivement
> on devait avoir 7 ou 8 noeuds mais nous étions tous dehors , quelqu'un à
> la barre et attentifs à la navigation.J'ajoute que la visibilité était
> excellente.

toujours assurer une veille, rien à redire


> Soudain un voilier qui navigait au près se met à nous apostropher
> violement
> parceque nous étions sur sa trajectoire. Nous lui avons bien fait
> remarquer que nous étions arrétés en train de manger mais ça ne l'a pas
> calmé.

tant qu'on encombre pas le milieu d'un chenal, d'une régate (!), que l'on
oblige pas quelqu'un qui fait route à raser la terre ou un caillou de part
notre position, je ne vois pas de problème à se laisser dériver
tranquillement, je n'ai jamais été conspué dans mon cas, certains (très
peu) passent parfois à me toucher pour voir si j'ai un souci, l'équivoque
peut se situer à ce niveau, c'est vrai qu'à la cape, on est considéré comme
faisant route, si je me rappelle bien, et là, on peut me demander de bouger
mes fesses, enfin, c'est du cas par cas la plupart du temps.

>
> Ma question : dois-je arborer les pavillons " navire sans erre " dans
> cette situation ?

moi je ne mets rien par rapport à ce que je dis au-dessus, malgré tout, je
peux décoller en cas d'incertitude et puis, il suffit de voir tous les
canots dérivants qui pêchent le long de la côte, je n'ai pas souvenir d'un
accident dû à eux, du moins par ici
a+

--
Fanch
48°24'N & 04°29'W

razvag

unread,
Jun 21, 2004, 10:35:48 AM6/21/04
to
En d'autres sujet, Hubert nous a rappelé que l'on doit toujours assurer
la veille sur un bateau quel qu'il soit, donc le plongeur solitaire qui
laisse son canote à la dérive est lui aussi en tort

Jean-Jacques (Nantes) a écrit :

riguello

unread,
Jun 21, 2004, 11:07:30 AM6/21/04
to
Oui, et un bateau abandonné est la propriété du premier qui le trouve !
N'oubliez pas de laisser les clefs ! ;-)
--
Riguello


riguello

unread,
Jun 21, 2004, 11:11:19 AM6/21/04
to
> c'est vrai qu'à la cape, on est considéré comme
> faisant route, si je me rappelle bien, ...

Règle une cape tribord amure et alors tu es le roi !
Que les morveux aillent gueuler ailleurs ... ;-))
--
Riguello


Hubert, de Cherbourg

unread,
Jun 21, 2004, 11:17:03 AM6/21/04
to
bonjour

> Oui, et un bateau abandonné est la propriété du premier qui le trouve !

même pas !

cela dépend des risques que l'on a pris à le sauver.
Il y a un accord amiable entre l'assureur et le sauveteur ou jugement si
l'accord ne se fait pas.

Le sauveteur peut demander la saisie conservatrice du bateau sauvé en cas de
désaccord.

Il y a eu ce genre de souci à Aurigny il y a longtemps.
Les méchantes langues accusaient les îliens d'avoir "aidé" à la rupture
d'amarre et ne voulaient pas payer (une grosse somme certes) pour le
sauvetage, mais sans intervention le bateau était perdu ....

cette calomnie (pas de preuve) m'énerve un peu, sachant par expérience
qu'une amarre passée en double sur un organneau en galva rugueux peut se
couper en quelques heures, surtout si les chaumards à l'avant sont un peu
écartés : l'amarre n'arréte pas d'aller et venir sous tension, cela ne
pardonne pas.

Hubert, de Cherbourg


gozran

unread,
Jun 21, 2004, 12:28:36 PM6/21/04
to
Navi'e, sans R ? C'est pas français ça, et donc ... il faut mettre le
pavillon national si ça se passe chez nous. Vala

Hubert, de Cherbourg a écrit:

Marcouf

unread,
Jun 21, 2004, 5:14:04 PM6/21/04
to

Eric

ne me laisse pas dans l' ignorance

c' est l' humour ou le grand prix qui est en bois :-)

Eric Surzur

unread,
Jun 22, 2004, 4:12:01 AM6/22/04
to

"Marcouf" <mar...@wanadoo.fr> a écrit dans le message de news:
mn.ad727d46c...@wanadoo.fr...

:-)
...c'est l'avis rond. Qui permet d'avoir de l'erre. Ce fil me faisait penser
aux maximes du Marin Breton.
:-)
Eric.


Marcouf

unread,
Jun 22, 2004, 1:53:28 PM6/22/04
to
Eric Surzur avait énoncé :

L'erre est au navire ce que le rhum est au marin :oÞ

Jean-Mi

unread,
Jun 22, 2004, 1:09:44 PM6/22/04
to
Bonjour,
Qu'ici personne ne soit d'accord, et n'ai semble-t-il de solution
universelle peut se comprendre ...
Mais dans la noble association que tu fréquente dans ce domaine je ne doute
pas que quelqu'un puisse te donner une réponse "tranchée" et indiscutable
;-)
Les faits montre effectivement qu'il y a des gens que je ne comprend pas
partout ... Même sur l'eau ....
Humanité ou vas tu ? :'(
Par contre concernant ta question ... Suis le monsieur et vérifie qu'il met
bien son cône tête en bas sur l'étai lorsqu'il démarre son moteur (car son
'rafiot' fait forcément plus de 7m ....) ET ce même s'il laisse sa grand
voile hissée ...
Dans le domaine maritime, et marin en particulier ... beaucoup semble assez
"conservateurs" sur les valeurs, sur les termes utilisés...
Aussi difficile de discuter en le comprenant avec un marin qu'avec un
médecin :'(
A moins d'avoir un dictionnaire ouvert en permanence devant soi on a aucune
chance ...
Et pourtant beaucoup de règlements ..........
Je n'ai encore jamais navigué sur un bateau qui arbore ce cône pointe en bas
au moteur ....
Preuve en est-il que certains règlements semble dépassés et peuvent
largement être ignoré par un peu de bon sens .....

En 2ème point, j'aurais tendance à dire (au risque de dire encore une énorme
connerie) ... (j'ai peur de lasser à la fin :'( )
Un Voilier ne surgit pas SOUDAIN lorsque la veille est attentive ....
Ou alors c'est le méga yacht de la mort qui tue avec des mats de 80M de haut
pour pouvoir développer la puissance qui le fait apparaître soudainement
dans un champs de vision par temps dégagé ...
De plus, en étant pointilleux, il me semble que l'idée même de veille
permanente va de pair avec une manoeuvrabilité permanente .....
Car regarder attentivement si on a mis son bateau dans une situation ou il
ne peut plus bouger ne me semble que de peu d'intérêt à part de dire "je
sais pourquoi je suis mort" ....
Moniteur de voile, la solution évoquée par quelqu'un d'autre : la cape,
m'aurait semblé autrement plus pédagogique pour moi même mais aussi pour
l'équipage :
1) pour moi : ça me faisais une nouvelle occasion de vérifier comment se
comporte mon bateau à la cape, et donc le jour ou j'en aurais besoin, je
"saurais exactement" comment procédé pour pratiquer LA cape qui va bien à
mon bateau.
De plus en tant que skipper : j'aurais vu d'un bon oeil de ne pas "user" mes
manoeuvres par une manoeuvre supplémentaire, et de plus aurait choisit la
cape, pour rester au maximum manoeuvrant, un léger angle de barre et ça
repart ...
2) Pour l'équipage : la cape n'est pas connue de beaucoup de personne, alors
qu'il semble que cela soit une solution qui évite bien des ennuis ... sans
bien sure être LA solution idéale à toute les situations, mais dans ce cas
précis, cela aurait permit à l'équipage de voire de visu de quoi il en
retournait ....

Concernant les discutions qui ont suivis, je ne suis bien sur pas un vieux
loup de mer bien au contraire ...
Cependant au premier abord, autant il me semble que "navire non manoeuvrant"
ne me semble pas convenir car effectivement y est associé une notion
d'éléments exceptionnels et extérieur au navire ...
Autant "navire sans erre", ou bien la boule noire signalant le "mouillage"
me semble à priori sans être un spécialiste applicable ...
Bien que navire au mouillage implique dans la majorité des cas que tu ne
bouges pas ... Mais si tu arbore ce pavillon au large, il me semble
compréhensible très facilement que tu es en "pause" et que tu dérive
(puisqu'il y a peu de chance que tu es réussit à "crocher le fond")...
Quand à navire sans erre, cela me semble limite car le peu de vent mais
surtout le courant qui lui peut être assez fort te donne justement de
l'erre, et pas forcément qu'un peu ...

En résumé de cette "longue réponse" :
le "soudain" me semble limite vis à vis d'un voilier ....
Quitte a se mettre en panne autant le faire dans les règles avec la cape qui
est formatrice vis à vis de l'équipage et ne prête aucun doute pour l'autre
skipper s'il prend la peine de sortir ses jumelles et vérifie ton gisement
par rapport a son propre bateau lors de sa navigation,
La boule de mouillage peut me sembler utile dans pareil cas ...

Cordialement,
JM qui est loin d'être sur d'avoir raison, qui essaye d'apporter sa modeste
pierre à l'édifice et qui espère s'il est à coté de la plaque se faire
corriger par les éminents contributeurs de ce forum afin d'éviter de se
retrouver en pareil cas ;-)
Si je vais en mer ce n'est pas pour me faire "houspiller" par qui que se
soit ;-) :D

"lapache" <jean-...@wanadoo.fr> a écrit dans le message de
news:cb3e29$sik$1...@news-reader2.wanadoo.fr...


> Jeudi matin nous partons de Houat en direction du Crouesty . Tout petit
> temps. Vers midi en attendant que ça se lève un peu on se met à sec de
toile

> et on casse la croûte sur le pont. Le vent se lève progressivement on


devait
> avoir 7 ou 8 noeuds mais nous étions tous dehors , quelqu'un à la barre et
> attentifs à la navigation.J'ajoute que la visibilité était excellente.
>

> Soudain un voilier qui navigait au près se met à nous apostropher
violement
> parceque nous étions sur sa trajectoire. Nous lui avons bien fait
remarquer
> que nous étions arrétés en train de manger mais ça ne l'a pas calmé.
>

gericaf

unread,
Jun 22, 2004, 2:42:10 PM6/22/04
to
Marcouf a couché sur son écran :

:-) :-)
c'est plutôt l'inverse !
:'( :'(

Hubert, de Cherbourg

unread,
Jun 22, 2004, 2:48:59 PM6/22/04
to
Bonsoir

> Suis le monsieur et vérifie qu'il met
> bien son cône tête en bas sur l'étai lorsqu'il démarre son moteur (car son
> 'rafiot' fait forcément plus de 7m ....) ET ce même s'il laisse sa grand
> voile hissée ...

non, seulement s'il laisse sa voile hissée.
Le cône est demandé pour un navire qui fait route moteur et voile, et dans
ce cas il a les prérogatives du bateau à moteur.

si les voiles ne sont pas hissées le cône est inutile.


> Je n'ai encore jamais navigué sur un bateau qui arbore ce cône pointe en
bas
> au moteur ....

si, en Belgique ...

> Un Voilier ne surgit pas SOUDAIN lorsque la veille est attentive ....

hélas si ! cela arrive ....

cela m'est arrivé ...

au prés tribord amure, assez loin sous le vent et en avant un autre voilier
même route.
pas d'autre voilier en vue.
un coup d'oeil de temps à autre, puis je finis par l'avoir en vue constante
juste en arrière du génois ...

et tout d'un coup : un voilier à contre bord à 10 m. ?/?!§

en fait il devait se confondre avec l'autre voilier, puis a virer de bord
dans les quelques minutes où je ne regardais pas et comme ensuite j'avais
une vue constante sur l'autre voilier que je croyais unique, je n'ai plus
été voir sous le génois pendant trop longtemps (dix grosses minutes ...)

certes j'étais prioritaire, mais je me considère comme ayant fait une grosse
c.....ie !


> 1) pour moi : ça me faisais une nouvelle occasion de vérifier comment se
> comporte mon bateau à la cape, et donc le jour ou j'en aurais besoin, je
> "saurais exactement" comment procédé pour pratiquer LA cape qui va bien à
> mon bateau.

la cape sous génois histoire de prendre le thé risque de couter cher en
génois et barres de flèches ...


> De plus en tant que skipper : j'aurais vu d'un bon oeil de ne pas "user"
mes
> manoeuvres par une manoeuvre supplémentaire, et de plus aurait choisit la
> cape, pour rester au maximum manoeuvrant, un léger angle de barre et ça
> repart ...

pas du tout : il faut repasser le foc de l'autre côté, car chercher le vent
arrière à partir de la cape peut demander du temps et virer foc déjà à
contre n'est pas possible.


> 2) Pour l'équipage : la cape n'est pas connue de beaucoup de personne,

qu'est-ce qui te fait dire cela ?

> Quand à navire sans erre, cela me semble limite car le peu de vent mais
> surtout le courant qui lui peut être assez fort te donne justement de
> l'erre, et pas forcément qu'un peu ...

l'erre est par rapport à l'eau, le courant n'y change rien, tu peux être
sans erre à 4 noeuds au gps !

mais c'est en continuant à te poser toutes ces questions que tu trouveras le
plus vite les bonnes réponses.
Si tous mes élèves posaient autant de questions .... <]:o)

Hubert, de Cherbourg


Marcouf

unread,
Jun 22, 2004, 6:41:19 PM6/22/04
to
gericaf avait énoncé :

>> L'erre est au navire ce que le rhum est au marin :oÞ
>
> :-) :-)
> c'est plutôt l'inverse !
> :'( :'(

Bon je recommence

le rhum est à l' erre ce que le marin est au bateau ;-)

Jean-Mi

unread,
Jun 23, 2004, 12:41:18 AM6/23/04
to
Bonjour Hubert et à toutes et tous,

"Hubert, de Cherbourg"
<hubert...@lapeste.net-remplacer-lapeste-par-laposte> a écrit dans le
message de news:40d87f3e$0$879$626a...@news.free.fr...
[...]


> > Je n'ai encore jamais navigué sur un bateau qui arbore ce cône pointe en
> bas
> > au moteur ....
>
> si, en Belgique ...

Je n'ai pas encore été me promener par là bas ;-)

>
> > Un Voilier ne surgit pas SOUDAIN lorsque la veille est attentive ....
>
> hélas si ! cela arrive ....
>
> cela m'est arrivé ...
>
> au prés tribord amure, assez loin sous le vent et en avant un autre
voilier
> même route.
> pas d'autre voilier en vue.
> un coup d'oeil de temps à autre, puis je finis par l'avoir en vue
constante
> juste en arrière du génois ...
>
> et tout d'un coup : un voilier à contre bord à 10 m. ?/?!§
>
> en fait il devait se confondre avec l'autre voilier, puis a virer de bord
> dans les quelques minutes où je ne regardais pas et comme ensuite j'avais
> une vue constante sur l'autre voilier que je croyais unique, je n'ai plus
> été voir sous le génois pendant trop longtemps (dix grosses minutes ...)
>
> certes j'étais prioritaire, mais je me considère comme ayant fait une
grosse
> c.....ie !
>
>

"Surgir" à la voile est bien sur possible ... Le voilier étant "caché" par
une voile (souvent le génois), une pointe de terre, un autre bateau etc ...
Ma réponse était dans le contexte du départ : plan d'eau dégagé, beau temps,
bonne visibilité et voile affalée ==> Donc condition de visibilité
"parfaite". Certes la mer "gomme" les détails, la vitesse et les distances,
certe un voilier au près est moins visible qu'au travers ...
Mais dans de bonne condition de visibilité, sur un plan d'eau dégagé avec
une veille attentive (conditions décrite à l'origine), je ne comprend pas
comment un voilier peut "surgir soudainement.
Mais je ne comprend peut être pas parce que cela ne m'est jamais arrivé.
Ma réponse essayait de poser une question, que je ne n'ai pas voulu aborder
trop "directement" ... Pour être plus clair ... Dans ces conditions
parfaite, avec une veille attentive, si un voilier surgit, quand est-il de
ferry (ou autre bateau très rapide), et qu'en devient-il quand les
conditions se dégradent ...

Dans le cas que tu décrit, le voilier "surgit" effectivement ;-) Cela
m'amène a une autre question, l'un de vous s'est-il "globalement" de conbien
de degré sur l'horizon les voiles d'avant aveugles ? Un foc descend moins
bas qu'un génois ou un génaker, mais ces 2 grandes voiles d'avant par contre
aveugle de façon non négligeable, et j'aimerais avoir un ordre de grandeur
;-)
A ce sujet aussi, il me semble me souvenir de génois et/ou génaker avec une
"bande transparante" dans le bas qui permettait de conserver une bonne
visibilité sur l'avant. Est-ce des expériences, ou bien est-ce un "type" de
voile ou une option à prendre à la voilerie ?

>
>
>
>
> > 1) pour moi : ça me faisais une nouvelle occasion de vérifier comment se
> > comporte mon bateau à la cape, et donc le jour ou j'en aurais besoin, je
> > "saurais exactement" comment procédé pour pratiquer LA cape qui va bien
à
> > mon bateau.
>
> la cape sous génois histoire de prendre le thé risque de couter cher en
> génois et barres de flèches ...

Je reconnais être parti du "postulat" que le génois était sur enrouleur ...
Cas le plus fréquent tout de même ... Et à ce moment là, quelque tours et on
enlève tout frottement. Il me semble de ma petite expérience et de ce que
j'ai pu en lire, que dans le cadre de la cape, la "taille" de la voile
d'avant ou son rendement (génois rouler perd du rendement) n'ont que peu
d'importance et que cette voile d'avant à contre va déventer la voile et
donc lui éviter de faseiller

>
>
> > De plus en tant que skipper : j'aurais vu d'un bon oeil de ne pas "user"
> mes
> > manoeuvres par une manoeuvre supplémentaire, et de plus aurait choisit
la
> > cape, pour rester au maximum manoeuvrant, un léger angle de barre et ça
> > repart ...
>
> pas du tout : il faut repasser le foc de l'autre côté, car chercher le
vent
> arrière à partir de la cape peut demander du temps et virer foc déjà à
> contre n'est pas possible.

Qui a parlé de chercher le vent arrière ? ;-)
Pour avoir fait quelques essais, il me semble que cela est possible (même si
un peu long et la borieux) en mettant la grand le à contre de la voiel
d'avant (en poussant la baume à la main jusqu'a faire "porter la GV"),
toujours est-il que dans le cas d'origine, il ne me semblait pas question de
virer de bord, mais d'utiliser la cape pour manger tranquile tout en
conservant une possibilité de mouvement quasi instantanée : sans virer de
bord, il suffit de reprendre le génois sur l'autre bord et d'abbattre un peu
pour le "remplir", border la GV pour reprendre rapidement de l'erre. Comme
le font certains en départ de regate ;-) Ils se mettent le plus près
possible de la ligne et attendent le départ à la cape, au coup de canon, ils
démarrent assez vite ...

>
>
> > 2) Pour l'équipage : la cape n'est pas connue de beaucoup de personne,
>
> qu'est-ce qui te fait dire cela ?

Plusieurs discution que j'ai eu ou entendu autour de moi, le constat de
voire que dans certains cas ou un cape semblerait convenir parfaitement les
choix retenus son souvent très "compliqués" mais pas la cape ... Bref un
ensemble de choses ;-)

>
> > Quand à navire sans erre, cela me semble limite car le peu de vent mais
> > surtout le courant qui lui peut être assez fort te donne justement de
> > l'erre, et pas forcément qu'un peu ...
>
> l'erre est par rapport à l'eau, le courant n'y change rien, tu peux être
> sans erre à 4 noeuds au gps !

Dans l'absolu je suis bien entendu d'accord ... Je me plaçais à la place de
l'autre bateau. tu arrive sur un bateau qui pour lui n'a pas d'erre, mais
pour toi peut se déplacer à 4 noeuds ou plus en fonction du courant ... A
priori et au risque de me tromper ... En tant que "patron" à bord, lorsque
tu navigue tu jette un oeil au gisement des navires environant de façon à
identifier une éventuelle route de collision ... Or il me semble avoir
constaté, que dés qu'une cote est en vue, on raisonne en
"gisement/alignement" : gisement par rapport à soi, et en même temps aligné
l'autre bateau sur un amer ou un point remarquable permet de mieux estimer
la vitesse des 2 mobiles en même temps. Le skipper du bateau "arrivant"
peut avoir sousestimé la force du courant, ou ne pas en avoir tenu compte :
exemple concret : à ce jour j'ai toujours entendu dire que pour une
traversée de la manche "croisière" on ne tient pas compte des courants
puisque les courant son "traversier", on va subir une marée complète, et
donc on serra pousé autant d'un coté que de l'autre.... Genre de raisonement
qui peut amener le skipper à m'éconnaitre le courant. ee dans ce cas une
observation d'un alignement du bateau rencontré donnera une impression de
vitesse (4 noeuds dans notre exemple) qu'il sera difficile d'attribuer à un
moteur ou au courant de loin ....
Voilà pourquoi j'avais répondu cela, en étant d'accord avec toi concernant
l'erre ;-)

>
> mais c'est en continuant à te poser toutes ces questions que tu trouveras
le
> plus vite les bonnes réponses.
> Si tous mes élèves posaient autant de questions .... <]:o)

Reconverti toi : donne des cours de voiles et prends moi comme élève ^_^
<]:o)
Et le pire c'est que je me retient énormément niveau question ... Ayant peur
de lasser trop de contributeur, et ayant un grand attachement à l'effort
fournit pour obtenir quelque chose : je préfère chercher par moi même plutôt
que de poser des questions rabachées car posée trop souvent ou trop
"simple".


>
> Hubert, de Cherbourg
>
>
JM


Fanch

unread,
Jun 23, 2004, 3:26:16 AM6/23/04
to
Mardi 22 Juin 2004 20:48 Hubert, de Cherbourg a écrit:


> la cape sous génois histoire de prendre le thé risque de couter cher en
> génois et barres de flèches ...

salut,
pour ceusses qui ont un gse, c'est sûr qu'il faut prendre quelques tours,
sinon pour des voiles d'avant classiques, personnellement, je n'ai jamais
mis à la cape avec un génois, (soit c'est pour une cape de sécurité et
donc, on a la voile du temps ou pour une cape de confort et on prend des
tours sur son gse)
mais quel changement d'ambiance à bord une fois qu'on s'est mis à la cape, à
faire pour ceux qui n'en usent pas généralement

> pas du tout : il faut repasser le foc de l'autre côté, car chercher le
> vent arrière à partir de la cape peut demander du temps et virer foc déjà
> à contre n'est pas possible.

on peut abattre assez vite en gardant le foc à contre, en choquant l'écoute
de grand-voile et en nageant avec le gouvernail, du moins sur mon canot :o)

Charles

unread,
Jun 23, 2004, 4:24:03 PM6/23/04
to
"lapache" <jean-...@wanadoo.fr> a écrit dans le message de
news:cb3e29$sik$1...@news-reader2.wanadoo.fr...

> Vers midi en attendant que ça se lève un peu on se met à sec de toile
> et on casse la croûte sur le pont. Le vent se lève progressivement on
devait
> avoir 7 ou 8 noeuds mais nous étions tous dehors , quelqu'un à la barre et
> attentifs à la navigation.J'ajoute que la visibilité était excellente.
> Soudain un voilier qui navigait au près se met à nous apostropher
violement
> parceque nous étions sur sa trajectoire. Nous lui avons bien fait
remarquer
> que nous étions arrétés en train de manger mais ça ne l'a pas calmé.
> Ma question : dois-je arborer les pavillons " navire sans erre " dans
cette
> situation ?
> Merci d'avance

Salut,
Je suis ce post avec intérêt. Je crois que tu ne te poses pas la bonne
question.
La bonne question à mon avis c'est : "est ce que je peux m'arrêter comme ça
pour manger ou pour une autre occupation ?
Si on fait une analogie, je roulais tranquille, pas une voiture en vue, on
s'est arrêté sur la route pour casser la croûte, quelqu'un restait au
volant, la visibilité était excellente. Tout d'un coup un gars en bagnole
nous a doublés en nous injuriant.
Ma question, dois je mettre un triangle de signalisation pour prévenir les
autres automobilistes que je suis arrêté sur la route ?
A mon avis, il faut se rendre compte que la mer est une zone à multiples
facettes, travail, loisir mais surtout de navigation.
Que les règlements s'appliquent à tous pour éviter de se rentrer dedans,
donc il y en a au moins un qui bouge !!!
Aussi mets toi à la place de l'autre qui voit un truc qui semble se diriger
vers lui, parce qu'un bateau à voile sans voiles s'est un bateau à moteur,
on peut comprendre sa surprise en vous voyant manger!!!
En plus manger, sur un voilier sans voiles établies, çà devait être pétole
et mer d'huile!!!
A+
Charles
http://lemuscadet.free.fr


Jean-Mi

unread,
Jun 24, 2004, 2:39:52 AM6/24/04