Re: Qui veut se mettre dans la peau d'un pilote de chasse?

13 views
Skip to first unread message

jc_lavau

unread,
Jul 22, 2020, 1:44:46 AM7/22/20
to
Le 15/07/2020 à 06:35, Mapomme a écrit :
> Ce matin je vous propose de vous mettre dans la peau d'un pilote de chasse:
>
> La nature est ainsi faite que les êtres vivants doivent évacuer les
> déchets de l’alimentation. Le pilote de chasse bien qu’étant d’une
> nature supérieure à l’être humain, n’en est pas moins obligé de
> s’alimenter (de mets raffinés certes ) et par conséquent d’éliminer, y
> compris le C(hef) de P(atrouille) quoi qu’il lui en coûte,
>
> A cet égard, tout le monde sait également l’inégalité flagrante entre
> chacun pour ce qui est de la capacité de vessies. Certains ont une
> vessie de bœuf, d’autres de souris. Je fais partie de cette dernière
> catégorie à mon grand désespoir et celui de mes combinaisons étanches.
>
> Aujourd’hui, la capacité de ravitaillement en vol étendue à tous les
> chasseurs et le type d’engagement opérationnels augmentent de façon
> importantes les temps de vol. Un Mirage 5F avec ses gros bidons tenait
> l’air 2h45 avec une bonne partie en haute altitude. Même une souris peut
> se retenir pendant 2h45, à condition de faire pipi au pied de l’avion
> avant que de le chausser. C’est le fameux « pipi prevol ».
>
> En revanche, un vol de 7h00 nécessite de s’équiper y compris lorsque
> l’on est un bœuf. Sans compter que la déshydratation est un écueil à
> éviter absolument : en cas d’éjection, partir en survie en ayant déjà un
> déficit hydrique n’est pas la meilleure option.
> Par conséquent, quoiqu’il en coûte, il faut boire en vol, de l’eau
> s’entend… même si certains déclarent qu’il vaut toujours mieux un pilote
> plein qu’un réservoir vide...
>
> Ainsi, pour les chasseurs, il y a la pochette ULMER. Un sac en plastique
> semi- rigide avec un col et une éponge déshydratée  à l’intérieur que
> l’on emmène en vol afin de se soulager...
>
> Aujourd’hui, je vous propose une petite expérience, devenir pilote de
> Mirage F1 dans une partie cruciale de la mission.
>
> Munissez vous d’une poche en plastique si possible de 20 cm de hauteur
> maximum (évitez le sac poubelle de 100l) , mettez y une éponge (sèche si
> possible également), enfilez un sous-vêtement, empruntez un collant de
> madame, enfilez un jeans, rendez-vous au toilettes, prévenez madame que
> vous faites une expérience scientifique afin d’anticiper les
> conséquences possibles.
>
> Vous voulez pousser le réalisme ? Vous pouvez aussi emprunter un balai
> et le positionner entre vos jambes, et également poser les clefs de la
> voiture sur le réservoir d’eau du WC à gauche (vous verrez, c’est
> important).
>
> Asseyez-vous sur la lunette, toujours habillé. Voilà, tenez le manche
> bien droit devant vous, vous êtes sur votre Mk10, dans votre mirage F1
> au dessus de la Centrafrique.
>
> Vous venez de faire votre deuxième ravitaillement en vol, cela fait 4h30
> que vous survolez le territoire, vous avez volé bas, vous avez volé
> haut, vous avez volé vite, vous avez volé lentement, vous avez grignoté
> une excellente barre énergétique et bu quelques lampées d’eau minérale
> dont vous avez glissé la bouteille dans la chaussette radar.
> Et ça commence à vous tarabuster…
>
> Le grand moment est arrivé. On prévient son équipier… On monte un peu,
> on stabilise la vitesse, on prend le lead si ce n’était pas le cas, car
> c’est celui qui à les mains libres qui assure la sécurité, celui qui
> officie est bien trop concentré sur l’action à venir ! Et on enclenche
> le PA (pilote automatique),
>
> Sur votre trône, commencez sans lâcher trop le manche par attraper avec
> votre main droite la clef de voiture qui est à gauche sur le réservoir…
> C’est bon ça y est ? Mettez la fictivement entre vos jambes (mais ne la
> lâchez pas!!!!) comme si vous deviez mettre la sécurité du siège
> éjectable, car je vous rappelle que vous êtes assis sur un pain de
> poudre !! Et comme vous souhaitez rentrer en avion et pas à pieds, il ne
> faudrait pas en ouvrant la fermeture éclair déclencher l’éjection.
>
> Ensuite, en bougeant le moins possible, ouvrez la braguette du jeans,
> après avoir entrouvert le sachet plastique et l’avoir glissé entre vos
> jambes, attrapez votre matériel (je vous rappelle qu’entre celui-ci et
> votre main, il y a encore un collant et un slip/caleçon), glissez
> l’outil dans le col entrouvert du sachet plastique et… officiez !
>
> Ce n’est pas fini, mais vous avez de la chance, l’air est calme, et vos
> WC sont toujours plus larges qu’une cabine de Mirage/Rafale… Une fois
> terminé, refermez le sachet d’abord, rentrez le matériel sans rien
> coincer, refermez l’emballage, remettez la clef sur le réservoir à
> gauche et allez au résultat… Qu’en pense madame ?
>
> Dites vous bien que c’est bien plus commode que dans la réalité et que
> je vous ai épargné la même procédure en babygros et combinaison de
> plongée !! Et que vous n’êtes pas ficelé à vos toilettes, enfin j’espère !
>
> Bonne journée !

Début années septantes, un motard de la gendarmerie, homonyme de l'homme
du SAC qui a été assassiné chez lui, Jacques Massie donc, faisait des
rallyes en Triumph, puis en Norton. Il avait gréé dans son pantalon,
sortant à côté de sa botte gauche, "un petit tuyau, dont l'usage est
aussi simple à comprendre que difficile à expliquer".

Le docteur André Leroux, dit "Dédé la tempête" par les autres
plaisanciers et glénanards, confessait qu'en pleine tempête, alors qu'on
se bat pour sa peau, on ne va pas entreprendre une longue expédition
vers les toilettes, on pisse sur soi. Du reste, les toilettes... La
tempête finie, on range et nettoie tout à bord. Tout. Tout en haut du
compartiment des toilettes, il y a un équipet, il y met la main... c'est
là qu'elle était, la merde des toilettes chimiques.

Bon, qui y songe quand le temps se gâte, à se gréer dans son pantalon
sous la salopette cirée, un tuyau rendant les mêmes services qu'au
motard cité plus haut ?

--
Le contrat social du scientifique inclut le mandat de se piloter
en exactitude : le système de production des connaissances,
il est présumé le piloter en exactitude et non en traditions, ni
en stratégies de pouvoir, ni en narcissisme, ni en corruption.

PL

unread,
Aug 26, 2020, 5:08:05 AM8/26/20
to
:)

--
PL
"jc_lavau" <Nojacques...@frii.effer.invalid> a écrit dans le message
de news: rf8jod$phm$1...@shakotay.alphanet.ch...
> Le 15/07/2020 à 06:35, Mapomme a écrit :
>> Ce matin je vous propose de vous mettre dans la peau d'un pilote de
>> chasse:
>>
>> La nature est ainsi faite que les êtres vivants doivent évacuer les
>> déchets de l'alimentation. Le pilote de chasse bien qu'étant d'une nature
>> supérieure à l'être humain, n'en est pas moins obligé de s'alimenter (de
>> mets raffinés certes ) et par conséquent d'éliminer, y compris le C(hef)
>> de P(atrouille) quoi qu'il lui en coûte,
>>
>> A cet égard, tout le monde sait également l'inégalité flagrante entre
>> chacun pour ce qui est de la capacité de vessies. Certains ont une vessie
>> de bouf, d'autres de souris. Je fais partie de cette dernière catégorie à
>> mon grand désespoir et celui de mes combinaisons étanches.
>>
>> Aujourd'hui, la capacité de ravitaillement en vol étendue à tous les
>> chasseurs et le type d'engagement opérationnels augmentent de façon
>> importantes les temps de vol. Un Mirage 5F avec ses gros bidons tenait l'air
>> 2h45 avec une bonne partie en haute altitude. Même une souris peut se
>> retenir pendant 2h45, à condition de faire pipi au pied de l'avion avant
>> que de le chausser. C'est le fameux « pipi prevol ».
>>
>> En revanche, un vol de 7h00 nécessite de s'équiper y compris lorsque l'on
>> est un bouf. Sans compter que la déshydratation est un écueil à éviter
>> absolument : en cas d'éjection, partir en survie en ayant déjà un déficit
>> hydrique n'est pas la meilleure option.
>> Par conséquent, quoiqu'il en coûte, il faut boire en vol, de l'eau s'entend.
>> Et ça commence à vous tarabuster.
>>
>> Le grand moment est arrivé. On prévient son équipier. On monte un peu, on
>> stabilise la vitesse, on prend le lead si ce n'était pas le cas, car c'est
>> celui qui à les mains libres qui assure la sécurité, celui qui officie
>> est bien trop concentré sur l'action à venir ! Et on enclenche le PA
>> (pilote automatique),
>>
>> Sur votre trône, commencez sans lâcher trop le manche par attraper avec
>> votre main droite la clef de voiture qui est à gauche sur le réservoir. C'est
>> bon ça y est ? Mettez la fictivement entre vos jambes (mais ne la lâchez
>> pas!!!!) comme si vous deviez mettre la sécurité du siège éjectable, car
>> je vous rappelle que vous êtes assis sur un pain de poudre !! Et comme
>> vous souhaitez rentrer en avion et pas à pieds, il ne faudrait pas en
>> ouvrant la fermeture éclair déclencher l'éjection.
>>
>> Ensuite, en bougeant le moins possible, ouvrez la braguette du jeans,
>> après avoir entrouvert le sachet plastique et l'avoir glissé entre vos
>> jambes, attrapez votre matériel (je vous rappelle qu'entre celui-ci et
>> votre main, il y a encore un collant et un slip/caleçon), glissez l'outil
>> dans le col entrouvert du sachet plastique et. officiez !
>>
>> Ce n'est pas fini, mais vous avez de la chance, l'air est calme, et vos
>> WC sont toujours plus larges qu'une cabine de Mirage/Rafale. Une fois
>> terminé, refermez le sachet d'abord, rentrez le matériel sans rien
>> coincer, refermez l'emballage, remettez la clef sur le réservoir à gauche
>> et allez au résultat. Qu'en pense madame ?
Reply all
Reply to author
Forward
0 new messages