ou sont les juristeS ?

2 views
Skip to first unread message

Philippe

unread,
Sep 6, 2022, 1:16:06 AMSep 6
to
slt,

Du monde numerique, la cafetiere est en ebulitions, quel chance j'ai plus de gaz ....
Les magistrats instructeurs et ceux du parquet en état d’alerte maximum
Le Figaro6 Sep 2022Paule Gonzalès pgon...@lefigaro.fr
JEFF PACHOUD/AFP
Un magistrat au palais de justice de Vienne, en janvier.
le juge d’instruction et les juridictions spécialisées.» Marion Cackel, la présidente de l’association française des magistrats instructeurs, est en colère, comme beaucoup de ses collègues et de procureurs. La réforme de la police nationale (lire ci-dessus) met depuis des mois la magistrature en état d’alerte. Chaque rencontre des magistrats instructeurs ou des représentants des procureurs avec la direction des affaires criminelles et des grâces est l’occasion d’évoquer ce sujet brûlant. Dans cette affaire, cette dernière marche sur la pointe des pieds. Car il est difficile pour Vendôme de critiquer une réforme pilotée par Bauveau. Mais tandis que le ministre de l’intérieur, Gérald Darmanin, et le directeur général de la police nationale, Frédéric Veaux, répètent que cette réforme de grande envergure n’est faite que pour doper l’investigation en France, le monde judiciaire affirme que ce sera son coup de grâce. «C’est très simple, soutient Marion Cackel. On compte trois millions de procédures chaque année. Pensez-vous vraiment qu’ajouter 4000 enquêteurs de police judiciaire va éponger le flot de la délinquance du quotidien? Non seulement ce ne sera pas le cas, mais, en plus, on va sacrifier le traitement de la criminalité organisée de moyenne et haute intensité.» La magistrate lilloise, grande habituée des lourds dossiers, brandit les premiers retours des expérimentations, notamment à La Réunion. «Dix-huit effectifs sont arrivés en police judiciaire sur des postes profilés en matière de stupéfiants et de délinquance économique et financière. Six ont été choisis, sans qu’ils puissent s’y opposer, pour créer une brigade dont l’objectif est d’écluser 12000 dossiers de petite délinquance d’ici décembre.» «Le risque, renchérit Jean-baptiste Bladier, président de la Conférence nationale des procureurs, c’est que l’activité de voie publique, y compris judiciaire, absorbe l’essentiel des procédures et que le traitement de la criminalité organisée de moyenne et haute intensité reste en déshérence.» Autrement dit, selon les magistrats, ni la délinquance de proximité ni celle de plus forte intensité n’y trouveraient une réponse judiciaire satisfaisante. En Belgique, le démantèlement de la police judiciaire a déjà prouvé ses limites. Cette dernière ayant déjà quasiment perdu la guerre contre les «Mocro maffias», ces organisations mafieuses marocaines spécialisées dans le trafic de cocaïne et de drogue de synthèse.
Quel traitement pour les affaires de probité ?
« On peut faire du “saute dessus” avec un cambrioleur, un voleur à la tire ou un petit dealer de hall d’immeuble, qui sera immédiatement remplacé par une cohorte de candidats. Mais cela ne nous avancera pas beaucoup. On lutte mieux contre la délinquance du quotidien en démantelant les têtes de réseaux de cambrioleurs venus d’europe de l’est, ou les grands commanditaires du trafic de stupéfiants», insiste Marion Cackel. Pour cela, expliquent les magistrats, il faut échapper à la logique départementale qui prévaut dans la future organisation de la police nationale. Certes, localement, le ministère de l’intérieur promet que des services de « péjistes », pourront intervenir sur plusieurs départements à la fois. Mais, comme le souligne un procureur, «je doute qu’un directeur départemental accepte de mobiliser dix enquêteurs en dehors de son département pour faire tomber un gros bonnet parisien, par exemple ». De la même manière, «peut-on imaginer un service de PJ basé à Creil enquêter sur des viols intrafamiliaux d’amiens à Soissons ? », s’interroge encore Jean-baptiste Bladier. Reste la question de la délinquance économique et financière, par exemple le phishing ou les escroqueries aux comptes de formation sur internet. «On oublie qu’elle exige de longues et complexes enquêtes et qu’elle concerne des réseaux criminels de grande ampleur brassant des millions d’euros.» L’autre inquiétude des magistrats est le traitement des affaires de probité. « Les préfets et les directeurs départementaux sont en lien constant avec les élus sur lesquels il sera peut-être nécessaire d’enquêter. Ce sera un positionnement difficile pour les enquêteurs », souligne un procureur. « Nous avons là un sujet d’indépendance de la justice et de séparation des pouvoirs qu’il faut penser», résume Jean-baptiste Bladier. Du côté des syndicats de magistrats, Béatrice Brugère, d’unité Magistrats, estime que «la balle est dans le camp de la Chancellerie. Si cette dernière ne propose pas une réforme de grande ampleur des enquêtes, elle portera en partie les effets négatifs de cette réforme ».

Et bien on pourrait abaisser le depassement d'exce de vitesse, pour la grande delinquance routiere ? On eluciderait au moins des meurtrierS sans intention de donner la grace, le coup ?
c'est pour aider !

je sais pas trois millions de procedure, ils ont font beaucoup pour masquer la qualiter, ou c'est au travail et a l'economie que l'on se decharge de ses obligations sur nos autorites regaliennnes ?

On pourrai legaliser la wild et le canabis, l'autre jour on voulais supprimer l'autorite parental a une mere qui n'arrivait pas a endiguer le fleau par lequel son fils etait, est attire ?

Et puis en Province cela maille le terrain ?

ca va barder 4000 copainS en plus a la grande maison, va ton promouvoir du gardien de la paix ?

Quand je lis qu'ils vont faire de l'enquete en matiere de delinquanse financiere, mais comment vont il reussir a faire deux chose a la fois ? deja un certain eric, surnomer par les marseiller akitator, a montre touteS les qualites en matiere de respect des procedure .... 140 affaires criminelles, ( quel est le budjet jaccacerie a la machine a cafe ? ), alors la finance, tu veux dire qu'il yaurai des malheureux qui n'aurai pas de bon conseil ?
et puis est-ce que cela ne va pas chagriner les investisseurS ?
Moi je postule pour etre sous chef !
est ce que l'egalite homme femme va etre respecte ? on m'a dit y a pas de delinquante, y a que ?


--
ptilou

Reply all
Reply to author
Forward
0 new messages