Sectes, croyances et religions, un débat.

7 views
Skip to first unread message

Lavau

unread,
Mar 10, 2008, 8:26:42 AM3/10/08
to Epistemologie et pertinence scientifiques, fr.sci.z...@googlegroups.com
Mon grain de sel :

Il n'est pas de croyance qui soit respectable. Cela bien qu'il puisse
exister quelques maximes qui sont des mensonges efficaces dans
l'action, et qui comme telles sont respectables malgré leur fausseté
scientifique évidente.

Quand le psychologue Jean-Paul Garnier a conclu un séminaire d'une
demi-journée (devant des cadres en chômage, en reclassement
difficile), en écrivant ces trois maximes suivantes sur le tableau de
papier, il n'a pas dit que ce seraient des vérités, mais que si nous
les appliquions, ça irait mieux dans nos vies :
Citation de: Jean-Paul Garnier
1. Personne ne nous doit rien.
2. Il n'y a que moi qui puisse changer.
3. Qu'est-ce qui ne va pas en moi, qui fait que ce que vous faites
me dérange ?

Il est facile de définir l'abus de confiance, constitué par
l'enseignement de croyances contrafactuelles (contraires aux faits).
Les religions et les sectes s'abritent derrière le cri de "Liberté de
croyance", pour persister à endoctriner leurs fidèles sans défense, et
surtout les enfants sans défense, à leur bourrer le moût, à obtenir
d'eux qu'ils nourrissent la secte et son clergé, au détriment de leur
développement propre.

Mais saurons-nous commencer par balayer devant notre porte ? Chaque
clergé, chaque vaniteux incompétent, cherche à défendre bec et ongles
les contre-vérités qui lui tiennent à coeur, et qu'il est incapable de
corriger.

Voici un extrait de la scolarité de ma fille aînée :
Citation
... année scolaire 1986-87, où elle était en 5e. En ce temps-là, notre
ministère de l'Education Nationale avait brusquement commencé
l'enseignement des sciences physiques quatre ans plus tôt, dès la
classe de sixième, sans jamais avoir prévu les flux préalables de
formation de professeurs de sciences indispensables. Frédégonde a
ainsi bénéficié de deux PEGC d'une haute incompétence, après une
simili-formation hâtive. Le pire fut en 6e, mais je n'intervenais pas
encore. Depuis, j'ai appris que son enseignement se bornait à faire
recopier minutieusement des schémas d'expériences, sans faire
comprendre les expériences elles-mêmes. Il avait depuis longtemps la
réputation d'être tout aussi calamiteux en mathématiques : << Celui-
là, il est urgent qu'il prenne sa retraite ! Quand (mon aînée) était
avec lui, je devais refaire toutes les leçons derrière lui, >> précise
Alie Boron, qui est professeur de mathématiques en collège. J'ai
retenu que la fin de la phrase était << pour corriger ses erreurs
permanentes ! >>, car le contexte de la discussion entre les deux
femmes portait sur les inexactitudes enseignées, mais Alie le conteste.
(2)

En 5e, Madame V.t.n enseigna des rudiments de schémas
électrotechniques, avec trois fautes majeures. Elle dessinait les
piles avec la polarité à l'envers. Elle se trompait d'un angle droit
dans les champs magnétiques et les aiguilles aimantées. Autrement dit,
elle ne réalisait surtout pas l'expérience, mais prédisait sur schéma
une orientation de l'aiguille aimantée, à 90° de celle qu'on observe
expérimentalement. Pour prédire ainsi faux, elle confondait un
bobinage à simple couche, avec le tristement fameux tire-bouchon (3).
La troisième faute n'était qu'une violation des normes graphiques, et
non une faute de compréhension au fond. Début novembre 1986, je
corrigeai le cahier de cours, et le devoir de Frédégonde avant qu'elle
le remette. Et Frédégonde en eut une mauvaise note ! Je pris alors
rendez-vous avec madame V.t.n, pour lui montrer un mémento
professionnel d'électrotechnique, et lui rappeler les normes et les
faits. Paniquée, madame V.t.n appela le Principal en renfort, qui se
mit à me soutenir que c'était bien assez bon pour les élèves, et que
c'était plus simple comme cela. Il semblerait que madame V.t.n se
vengea contre Frédégonde ensuite, au long du restant de l'année - mais
est-ce vrai ? A quel âge Frédégonde a-t-elle commencé à mentir comme
elle a continué à le faire ensuite ? Je n'ai pu vérifier. Frédégonde
en conçut une haine définitive, et contre la physique, et contre son
père, accusé de l'avoir fait maltraiter par sa prof.

Nos enseignements sous couvert de programmes officiels, nos manuels
sous couvert d'inspecteurs, sont bourrés de contre-vérités même en
sciences. J'ai donné dans un autre fil un des exemples d'invocations
erronées de la loi de Bernoulli, et hélas il y en a d'autres, même
dans les sujets d'examen.
http://deonto-famille.org/citoyens/debattre/index.php?topic=538.0

Comment allons-nous donner l'exemple de la rigueur dans nos propres
enseignements, nous enseignement public, service public ?


--
La science se distingue de tous les autres modes de transmission des
connaissances, par une "croyance" de base : nous croyons que les
experts sont faillibles, que les connaissances transmises peuvent
contenir toutes sortes de fables et d'erreurs, et qu'il faut prendre
la peine de vérifier, par des expériences.

Lavau

unread,
Mar 20, 2008, 4:56:14 PM3/20/08
to Epistemologie et pertinence scientifiques
> dans les sujets d'examen.http://deonto-famille.org/citoyens/debattre/index.php?topic=538.0
>
> Comment allons-nous donner l'exemple de la rigueur dans nos propres
> enseignements, nous enseignement public, service public ?

Quelle est au juste la distance entre "faire croire", et
charlatanisme ? Ou "faire croire", et duperie ? Ou "faire croire", et
fourberie ?

Dans son Art de la guerre, Sun Tzu a longuement insisté sur l'art de
la duperie, le rôle des espions, des faux espions chargés d'intoxiquer
l'adversaire, d'autant plus crédibles qu'ils sont morts, de la force
ordinaire et visible, et de la force extraordinaire, si bien
dissimulée que l'adversaire n'avait pas su la voir venir.

A neuf ans en pension d'enfants dirigée de fait par l'Opus Dei, nous
avions longuement eu comme aumônier un ancien de la guerre de 14-18.
Quand il ne racontait pas sa guerre, il nous contait fièrement les
ruses et duperies par lesquels des prêtres d'antan convertissaient les
esprits rebelles : "Tu vois, même mon chien ne mangerait pas de la
viande le vendredi !". Bien sûr qu'il y avait un truc, chez cet
illusionniste professionnel... Le chien était dressé à refuser toute
nourriture si elle était tendue avec la main gauche.

Ceux qui ont vécu de l'intérieur le système de mensonges que déploie
la WT (organe de commandement des Témoin de Jéhovah), pour les
maintenir à son service, leurs ruses pour leur interdire toute culture
sérieuse, toutes études supérieures, ou vous qui découvrez le système
de mensonges pratiqués par la secte de scientologie, pour exploiter
ses crédules esclaves jusqu'à l'os, ou moi qui ai subi les violentes
persécutions par les petits bourges cathos au cri de "A mort les
païens !", tout système de mensonges nous chatouille, quelle que soit
la spécialité et le genre de brigandage pratiqué par les gangs de
menteurs.

Depuis la conclusion de mon premier article paru, dans Le Nombre, une
hydre à n visages, j'ai toujours insisté que pour être vraiment
scientifiques, nous devions emprunter à nos voisins psychiatres un
concept central, celui d'épreuve de réalité.

Les religions et les sectes, et les charlatans politiques, rivalisent
de ruses pour vous faire croire ce qui les arrange, et pour vous
priver d'épreuves de réalité, épreuves dont ils ont tout à redouter
pour leurs tissus de mensonges.

J'ai rapporté ailleurs (http://forum.primovivere.org/viewtopic.php?
p=3907#3907) l'explosion de rage d'une charlatane qui m'est
proche, ma soeur, quand elle a appris que j'avais monté des
expériences pour en avoir le coeur net, discriminer qui de mon épouse
ou de moi-même était fou à lier. Hé oui, quelqu'un qui ose douter et
expérimenter, risque de restreindre le champ de domination d'une
despote, qui ne repose que sur sa ruse et son effronterie pour imposer
aux autres leur soumission à ses délires propres... Intolérable à une
narcissique, imbue de sa supériorité naturelle !

Les charlatans haïssent que vous ayez des épreuves de réalité : les
épreuves de réalité menacent leur empire d'illusionnistes.

Sur un forum québécois relativement sceptique, ils tournent en rond
autour de "Peut-on prouver la non-existence des divinités ?" C'est
volontairement troussé pour être un piège de mots insoluble.

Ça ne leur plait pas, que je rappelle que je n'ai rien à foutre de ces
pièges de rhéteurs. Il me suffit de constater que les vendeurs de
divinités ont tous été individuellement pris en flagrant délit de
mensonge, au service de leurs intérêts particuliers. Point final.


Le fil complet, avec intervention musclée d'une calomniatrice à gages
au service du brigandage familial :
http://forum.primovivere.org/viewtopic.php?t=478
Reply all
Reply to author
Forward
0 new messages