L'irrationnel doit-il être dominé ou dominant ?

3 views
Skip to first unread message

Lavau

unread,
Feb 18, 2008, 4:48:14 AM2/18/08
to Epistemologie et pertinence scientifiques, fr.sci.z...@googlegroups.com
L'irrationnel doit-il être dominé ou dominant ?

Cette ébauche d'article est à la jointure entre notre devoir de
scientifiques, et notre devoir de citoyens.
Oui, il est inspiré par les coups de folie du nouveau petit roi, et
par l'arrogance de ses complices, qui exultent à l'idée de mettre fin
au principe de laïcité de la république française.

La question de la place des religions et des sectes dans la
république, est similaire à celle de la place du chat ou du chien dans
la maison : ils doivent être dominés, et non dominants. Ils doivent
accepter l'autorité d'un maître, qui est responsable, lui.

Au quotidien, nous fréquentons des musulmans fort pacifiques, citoyens
au profil bas, heureux d'être en république française laïque. Et
pourtant l'Islam de Muhammad était bien conçu comme moyen de
domination politique et militaire, tout à fait totalitaire. Nous avons
entendu les chefs du F.I.S. à Alger, nous expliquer que leur Islam
n'acceptait qu'une seule position, dominante et totalitaire, sans un
seul soupçon de laïcité dans leur territoire.

Le contrat social qui nous lie, nous scientifiques, aux humbles
contribuables qui paient nos salaires et nos labos, est que nous
fournissons des informations exactes, vérifiées. Cela nous donne-t-il
aussi l'obligation de combattre les fables et les erreurs professées
par les sectes et les religions ? Viscéralement, je m'apprête à
répondre oui, mais il reste à examiner et critiquer cette position
instinctive. Les enseignements des sectes telles que la scientologie
ou les témoins de Jéhovah, mettent directement en danger leurs
adeptes, voire les civils extérieurs. Ces enseignements combattent
directement les scientifiques et la démarche scientifique. L'église
catholique n'a jamais renoncé de son plein gré à cesser d'emprisonner,
de torturer, d'assassiner ou d'exiler, mais parce qu'elle y a été
contrainte par la société civile et par l'état. L'église catholique
n'a pas renoncé de son plein gré à régenter la géologie, la biologie,
la physique, la cosmologie, les sciences naturelles en général, mais
bien parce qu'elle y a été contrainte par une bourgeoisie industrielle
et par une république plus puissantes qu'elle. Les fondamentalistes
américains ne renoncent pas à imposer leurs fables à l'enseignement
des sciences naturelles, et persistent à multiplier les actions
politiques et judiciaires pour imposer leur créationnisme dans les
écoles et à l'université.

Bref, notre rôle de scientifiques nous impose de mériter la confiance
que nous font nos compatriotes, en acceptant d'être combatifs envers
les professeurs de contre-vérités, envers les charlatans, vendeurs
d'huile de serpentualité.

Et quelle est la tâche qui incombe aux hommes de gauche, voire aux
républicains dans leur ensemble, dans la même situation ?

Je prétends qu'en gros, comme républicains, nous avons le même devoir
que les scientifiques, de combattre les charlatans, professeurs de
contre-vérités. Là où la république et la science ont partie liée,
c'est le refus de tout propriétaire ultime : en pays de droit
démocratique, le droit n'est en dernier recours à personne, tandis
qu'en pays de théocratie, le droit appartient en dernier recours aux
interprètes des dieux. En sciences, l'épreuve de réalité expérimentale
n'est en dernier recours à aucun propriétaire : elle est répartie
entre tous.


Cet article n'est qu'une ébauche. Je vais être totalement indisponible
pendant deux semaines, et je suis très pressé.
A bientôt !

Lavau

unread,
Feb 18, 2008, 6:26:38 AM2/18/08
to epistemologi...@googlegroups.com, epistemologi...@googlegroups.com
Reply all
Reply to author
Forward
0 new messages