Délire égocentrique individuel, versus délire collectif anthropocentrique.

13 views
Skip to first unread message

Lavau

unread,
Aug 26, 2008, 3:36:10 AM8/26/08
to Epistemologie et pertinence scientifiques
Délire égocentrique individuel, versus délire collectif
anthropocentrique.

Avec dans le rôle du délire égocentrique individuel, le délire
d'enflure de la Terre et de négation
des subductions, de Florian, et dans le rôle du délire
anthropocentrique collectif la sémantique
nègre-blanc (façon polie de ne pas dire "schizophrène") sous laquelle
on enseigne la quantique, avec des "aspects corpusculaire", de la
"réduction du paquet d'onde", des probabilités d'apparitions de la
Viarge à Fatima et du corpuscule néo-newtonien...


Damian Canals Frau a écrit :
> (suite à une question sur l'apologue du chat de Schrôdinger)
>
> Ceci dit, la presse de divulgation utilise fréquemment le « canular » du chat pour essayer de
> montrer l'étrangeté de la mécanique quantique avec une description où intervient un même
> chat mort et vivant. C'est ici que la réponse la plus simple et pas fausse, c'est de dire que
> l'expérience mentale inventée par Schrödinger n'entre pas dans le domaine de validité de la
> mécanique quantique. Cela n'a rien à voir avec la recherche en physique.
>
> En résumé
>
> Le problème du chat est un canular. Le problème physique qu'il sous-tend est : peut-on
> appliquer la méthodologie de la mécanique quantique à des objets macroscopiques (forcément
> formé par des particules élémentaires) ?. C'est-à-dire, a-t-on réussi à superposer des états
> (quantiques) correspondant à des objets macroscopiques ? La réponse à la deuxième
> question est oui. Mais la superposition se défait très, très rapidement, avant qu'on n'est pu
> faire une mesure. La raison : les états qu'on superpose doivent être cohérents et pour ces
> états macroscopiques, la décohérence intervient très rapidement par interaction des particules
> qui forment l'objet macroscopique avec le milieu. Donc, (à ma connaissance) on n'a pas pu
> vérifier expérimentalement la validité de l'application des méthodes de la mécanique quantique
> à des objets macroscopiques.

Je ne peux qu'approuver la première affirmation : c'est un canular.
Pour en revenir au problème que l'enseignement de la quantique tarde
tant à résoudre : Jusqu'à ce jour, tout l'enseignement repose sur la
confusion entre les lois de la physique, qui sont impersonnelles, avec
ce que l'on peut faire en fonction de postulats subreptices et jamais
validés. L'expression que tu as employé "méthodes de la mécanique
quantique" est vérolée par cette confusion même, qu'on t'a enseignée,
et que tu reproduis.

Mutatis mutandis, c'est un délire similaire qui anime Florian : il
prétend que puisque nous maintenant, ne voyons plus de plancher
océanique plus vieux que 200 à 250 millions d'années, alors il n'y en
a
jamais eu. Il se met lui aussi au centre de l'image, avec son
égocentrisme infantile. Florian nous fait facilement rigoler, car par
chance son délire n'appartient qu'à lui, est fort minoritaire. Nous
rigolerions moins, si ce délire était enseigné massivement dans toute
les universités. On aurait du dur à le vaincre....

Nous ne pouvons pas manipuler les absorbeurs, ou si peu. Très peu :
l'exception, ce sont les miroirs. Alors que les émetteurs sont
évidents
et chauds. Nous savons le mécanisme qui préside aux aspects
"aléatoires"
des transactions entre émetteurs et absorbeurs, mais nous ne pouvons
rien en prédire sur quel absorbeur passe en ce moment la transaction
qui
aboutit. C'est vexant pour nous, mais la maturité exige que nous ne
confondions plus "il n'y a pas de loi, juste du hasard", avec "il y a
bien une loi, mais je ne peux rien en tirer qui flatterait ma fierté
d'Homo Faber".

--
http://quantic.deonto-ethics.org
http://deonto-ethics.org/impostures/
http://deonto-famille.org/citoyens/debattre/index.php?topic=48.0
http://lavaujac.club.fr/Quantique_pour_les_nuls.html
Reply all
Reply to author
Forward
0 new messages