QUELLE FOLIE ! (1) (EH OUI : ON A TOUJOURS TORT... D’AVOIR RAISON TROP TÔT !)

5 views
Skip to first unread message

DaneelO...@aol.com

unread,
Mar 16, 2008, 10:37:50 AM3/16/08
to culture...@yahoogroupes.fr, destina...@googlegroups.com
Dans un courrier daté du 7/03/08 ("POURQUOI TANT DE HAINE ?"), Daneel
Olivaw 13 avait notamment écrit :
<< JE PRÉPARE POUR TRÈS BIENTÔT UNE ÉDIFIANTE SÉRIE DE DOSSIERS - TOUS
PLUS ÉDIFIANTS ET PASSIONNANTS LES UNS QUE LES AUTRES - INTITULÉE "QUELLE FOLIE"
(Dont le titre m'a été évidemment inspiré par ces langues de vipère qui,
parmis le flot de venin et de fiel qu'elles ont déversé sur moi, m'avaient
carrément accusé de folie et préconisé péremptoirement l'internement psychiatrique !
(sic))
En voici pour vous mettre l'eau à la bouche les deux citations
d'introduction :

==> << l'Empereur Domitien - au cours des premières années 80 de la
nouvelle ère chrétienne - se contente de ressasser haines et rancoeurs...
Puis la fureur impériale se déchaîne et les condamnations à mort
pleuvent. (...)
Quoique rien - RIEN ! - ne prouve que des Chrétiens aient pris part a un
quelconque complot, la persécution semble s'être étendue vers eux avec une
violence telle que l'on comprend les termes utilisés par Clément dans sa lettre à
l'Eglise de Corinthe : "Les malheurs et les catastrophes ont accablés les
chrétiens de Rome".

Ce qui encourage Domitien à donner libre cours à une répression féroce,
c'est l'hostilité - il faut le reconnaître - manifestée par la population à
l'égard des disciples de Jésus.
Au temps de Néron, les chrétiens étaient "abhorrés pour leurs infâmies".
Trente ans après sa mort, aux yeux de la plèbe comme de l'aristocratie, les
chrétiens restent le réceptacle de tous les vices et, de ce fait, sont crus
capables de tous les crimes !

(Note de Daneel : on peut constater, au vu des récents évènements sur
certains forums internet - tel "free 3" de yahoogroupes - que presque 2000 ans plus
tard.... une bonne partie de la "plèbe" actuelle en est toujours resté
exactement au même point !!! A leurs yeux, l'Eglise chrétienne représente toujours le
réceptable de tous les vices et crimes de l'Humanité.... Ils ne font qu'y
ajouter près de 2000 ans d'histoire complètement bidonnée et outrageusement
déformée pour mieux démontrer que depuis les origines, les chrétiens sont la source
de tous les maux de la planète et de l'humanité !!!)

Il en sera encore de même cent ans plus tard. Tertullien résume amèrement cet
état d'esprit : << Si le Tibre inonde, si le Nil n'inonde pas les campagnes,
si le ciel est fermé, si la terre tremble, s'il survient une famine, une
guerre, une peste ; alors un cri aussitôt s'élève : "Les chrétiens aux lions ! A
mort les chrétiens !" >>
Tous les prétextes sont bons....
(quand au gouverneur Pline le Jeune, il écrivait à l'empereur Trajan que les
chrétiens étaient tous "possédés de la même folie" ! (sic))

(cf. "La Révolution de la Croix" par Alain Decaux. Editions Perrin 2007.
Chapitre : "Vers un empire chrétien")

-------------

Et dans le passionnant ouvrage de Paul Veyne "Quand notre monde est
devenu chrétien" (éditions Albin Michel, 2007), lui-même pourtant athée et
communiste déclaré - un nouvel "André Frossard" ? :oD - consacré à la période
312-394, au temps du fameux Empereur Constantin dont on a dit sur lui aussi tant de
mensonges et de médisances.... on peut lire :
==> << ... C'est pourquoi le christianisme était suspect et haï dans le
peuple : par son "discours" il ne ressemblait à rien de connu, donc il fallait
s'en méfier ; le christianisme était une religion sans en être une (on n'y
offrait même pas de sacrifices ! Quelles horreurs faisait-on à la place ?). La
cause des persécutions, dans le peuple, était une phobie : les chrétiens étaient
différents, sans être franchement des étrangers, on ne savait pas, avec eux,
à qui on avait affaire. (...) Ils n'appartenaient pas à la légendaire
"religion des pauvres et des esclaves", mais formaient un pan de la population où
toutes les classes étaient représentées...
Au IIe siècle, on se moquait des chrétiens ou on haussait hargneusement
les épaules (note de Daneel : exactement comme certaines personnes de nos jours
encore sur le fameux forum "free" dont j'ai parlé plus tôt. N'ayant pas
évolués près de 18 siècles plus tard, ils en sont toujours à mépriser et railler le
christianisme avec un "pffffff" dédaigneux et hautain, bouffi de leur
suffisance et arrogance qui n'exprime en réalité que leur propre médiocrité tant
intellectuelle que spirituelle)...
Au IIIe siècle on tonne contre eux... ou on discute sérieusement. Celse
ou Porphyre ne s'aventuraient à polémiquer contre cette "religion
philosophique" qu'après en avoir étudié de près les Écritures... Oui, dans ces années
200-300, chez les païens lettrés - QUI SONT DE NOS JOURS LES "ATHÉES" ET AUTRES
"LAÏQUES ANTI-CLÉRICAUX" QUI S'IMAGINENT "CULTIVÉS" ET "INTELLIGENTS" - le
christianisme, par son originalité, son pathétique, son dynamisme et son sens de
l'organisation, ne laissait personne indifférent ; il suscitait un vif intérêt...
ou un violent rejet ! (...)
Ses adversaires la critiquaient à la manière dont on critique les pensées
d'avant-garde :
C'était "une invention toute récente" ; "c'était la dernière mode" ;
"cela n'avait pas de passé" - DE NOS JOURS, CET ARGUMENT EST DEVENU : "CELA AVAIT
UN PASSÉ DIABOLIQUE REMPLI D'ABOMINATIONS, DE MEURTRES, DE MASSACRES,
D'INTOLÉRANCE, DE VIOLENCE ET DE HAINE...." - ; "pas de racines nationales (alors que
même la bizarre religion des Juifs en avait)" ; "c'était fait de sophismes
puérils appuyés sur des textes anachroniques".... Pire encore, cette religion
impliquait une métaphysique et un style de vie et se prenait donc pour une
philosophie ; or, "une religion est ouverte à tous, grands ou petits, tandis que
seule une élite sociale lettrée doit accéder à la philosophie". Le christianisme
livrait donc aux gens de peu ce qui devrait rester le privilège de l'élite
!.... Aux yeux de cet esprit de caste, le christianisme était une outrecuidante
religion de pauvres et d'esclaves. Un très haut seigneur, Symmaque, disait
qu'il ne voulait pas se faire chrétien pour ne pas ressembler à sa concierge... Il
oubliait qu'il aurait ressemblé aussi à son contemporain "saint Jérome" -
"sainte Eléonore" ??? -, dont la verve et la fécondité faisait l'actualité
littéraire tant auprès des chrétiens que des païens que réjouissaient ses
méchancetés contre les siens !... >> (Cf. extrait des chapitres "Un chef-d'oeuvre : le
christianisme" et "Autre chef-d'oeuvre : l'Église")

Et on pouvait également lire dans cet ouvrage (parmis bien d'autres
informations édifiantes et passionnantes), cette grande vérité inaltérable :
<< Le christianisme primitif a dû son rapide succès initial auprès d'une
élite à sa grande originalité, celle d'être une religion d'amour !... >>

EH OUI !... D'OÙ ÉVIDEMMENT LA PERSÉCUTION INTENSIVE QU'ELLE A SUBI ALORS
ET N'A CESSÉ DE SUBIR AU COURS DE TOUS LES SIÈCLES DE SON HISTOIRE JUSQU'À
NOS JOURS ENCORE. CAR LORSQUE L'ON PRÊCHE LE VÉRITABLE AMOUR.... ON CRITIQUE
FORCÉMENT LA HAINE - SON ANTINOMIE - CHEZ LES GENS QUI SE CROYAIENT DÉPOURVUS DE
CE SENTIMENT MALFAISANT.
ET MALHEUREUSEMENT, COMME LES "FILTRES DE PERCEPTION" DE LA MAJORITÉ DES
ÊTRES HUMAINS NE LEUR PERMETTENT DE NE VOIR CHEZ AUTRUI QUE LE REFLET
D'EUX-MÊMES, LE SIMPLE FAIT DE DÉNONCER ET STIMATISER L'ESPRIT DU MAL QUI LES HABITE
INSCONCIEMMENT PROVOQUE AUTOMATIQUEMENT UN REJET HYSTÉRIQUE DU MESSAGE ET
ENGENDRE ALORS CHEZ CES PAUVRES GENS "HABITÉS" UNE PERCEPTION DE L'AUTRE
COMPLÈTEMENT DÉFORMÉE. C'EST CE QUE JÉSUS AVAIT DÉJÀ ENSEIGNÉ DÈS LE TOUT DÉBUT À CEUX
QUI LE SUIVRAIENT DANS SA VOIE : << ILS ME DÉTESTENT PARCE QUE JE DIS QUE LEURS
OEUVRES SONT MAUVAISES >>
ET COMME IL L'AVAIT ÉGALEMENT SI BIEN EXPLIQUÉ DANS L'UNE DE SES RARES
CRISE DE COLÈRE EXASPÉRÉE POURTANT BIEN LÉGITIME : << VOUS N'ÊTES QUE DES
LANGUES DE VIPÈRE ! UNE RACE DE SERPENT VENIMEUX !... SI VOUS AIMIEZ VRAIMENT DIEU
ET SA CRÉATION, VOUS M'AIMERIEZ AUSSI. MAIS VOUS ME DÉTESTEZ PARCE QUE VOUS
AVEZ EN RÉALITÉ POUR PÈRE LE DIABLE ! >>

(Beaucoup d'historiens et même de théologiens ont longtemps crus que
Jésus ne s'adressait là qu'aux Pharisiens, et quelque autre caste juive.... mais
non, il s'adressait en fait à toutes ces personnes médisantes qui passaient
leur temps à le railler, le mépriser, et même le calomnier et affirmer sur lui
les pires insanités.) >>


*************

QUELLE FOLIE !!!

L’avez-vous remarqué ?
Quand vous êtes le premier à proposer une nouvelle façon de vivre ou de
penser - dans n’importe quel domaine de la vie (sociale, politique,
scientifique, philosophique, ou même spirituelle) - vous êtes souvent en butte à la
médisance, aux insultes et même à la diffamation...
Et si vous insistez et ne vous laissez pas broyer par ce poids écrasant
du “Conformisme” (mélange inextricable de peur, d’ignorance... et de fatuité
!), il y a alors de fortes probabilités que vous soyez calomnié et accusé de
toutes les tares possibles et imaginables...
Bref : « voué aux gémonies !!! », comme le si symbolique “Jonathan Livingston
le Goéland” !...

Et pire encore : si, comme les valeureux “savants maudits” Robert Mayer,
William Harvey, Philip Ignaz Semmelweis, et bien d’autres encore..., vous
n’êtes pas carrément enfermés d’autorité à l’Asile d’aliénés (comme cela s’est
malheureusement trop souvent passé dans les régimes totalitaires ou de
démocratie quelque peu défaillante (!)), certaines “langues de vipère”
particulièrement venimeuses oseront même vous accuser publiquement de “débilité mentale”
et de “folie”...


Et cela malheureusement ne date pas que d’aujourd’hui....
Rappelez-vous la fameuse “Allégorie de la caverne” de Platon, où il
décrit de manière imagée la mise à mort de Socrate.... “l’illuminé” qui avait
tenté d’apporter un peu de la lumière de la connaissance et de la sagesse à une
foule “d’hommes-taupes”, aveuglés par la moindre lueur d’intelligence et de
conscience...
Rappelez-vous aussi Jésus lui-même - et combien dautres Chrétiens
après-lui -, comme ils furent également méprisés, raillés, persécutés, torturés et
même lâchement assassinés... Plus près de nous, rappellez-vous les si édifiants
contes d’Andersen, tel par exemple “La feuille du ciel”... ou la célèbre “
Reine des neiges”, où Hans-Christian Andersen nous relate en introduction
comment les malheureux humains, affectés par des éclats d’un verre déformant
diabolique incrustés dans leurs yeux, leur coeur et même parfois carrément leur
cerveau, ne perçoivent plus le Bien que de la manière la plus laide et méprisable,
ne trouvant plus de charme que dans la méchanceté et la haine.

Le prochain titre des éditions Dangles sur “les 10 plus gros mensonges
sur la sclérose en plaque...” de notre ami Jean-Pierre Maschi vous en donnera
également un édifiant exemple...

Rappelez-vous, c’était le 21 août 2002, dans notre éditorial intitulé “
Il ne faut jamais perdre espoir...” (article en ligne sur le site internet de
l’Agnvs : http://agnvswebmestre.free.fr/) :
« Nous avons reçu ces derniers jours, deux nouvelles majeures concernant
des adhérents de l’AGNVS, qui ne manqueront certainement pas d’intéresser
tous nos lecteurs. La première concerne le Dr. Jean-Pierre Maschi, que les
fidèles de “La Vie Claire” connaissent sûrement, car, pendant des années (depuis
août 1969 jusque dans les années 80), Henri-Charles Geffroy avait consacré de
très nombreux articles pour réhabiliter ce grand précurseur, non seulement “rayé
de l’ordre des médecins”, mais également traité publiquement de “charlatan”
et même de “déséquilibré mental” (sic) (...)
On verra par la suite, avec Loïc Le Ribault, que ces choses ne se sont
certes pas améliorées et qu’elles ont même bigrement empiré, surtout si l’on y
ajoute le cas du Dr. ès Sciences Mirko Beljanski,... et de ces autres nombreux
savants français dont nous parle Pierre Lance dans “Savants Maudits,
Chercheurs Exclus” : le Professeur de chimie médicale Antoine Béchamp, le Professeur
de physiologie Jules Tissot, le Professeur de clinique médicale infantile
Marcel Ferru, l’ingénieur chimiste René Jacquier, l’ingénieur électronicien
Antoine Prioré, le médecin Jean Solomidès, ... sans oublier ce génie totalement
méconnu et méprisé : René Quinton (auquel nous consacrons notre “Grand Dossier de
l’AGNVS” intitulé : “A LA SOURCE DE LA VIE, des transfusions marines aux
fabuleuses révélations du Secret de nos Origines”) !...
Mais déjà, pour J.-P. Maschi, tout avait été dit dans “La Vie Claire”
d’octobre 1969 : «... Il est encore heureux pour notre médecin que le Conseil de
l’Ordre des médecins n’ait pas le droit de vie ou de mort sur ses membres,
car il y a longtemps que le Dr. Maschi aurait été exécuté sans pouvoir se
défendre. (...)
Nous sommes effrayés à la pensée que le sort des malades français puisse
dépendre de médecins qui dirigent la médecine française en affichant un tel mépris
pour le malade.
L’Académie de médecine a refusé d’écouter le Dr. Maschi.
Les doyens et les professeurs ne lui ont pas répondu. Les membres des
Conseils de l’Ordre refusent de nous examiner (...)
En somme, ce que l’on reproche au Dr. Maschi, c’est de soulager les malades
... et de le reconnaître ! Agissant de la sorte, il a commis “ des fautes
d’une particulière gravité ” » (sic)

Il est triste de constater la similitude de cette histoire avec celle de
Loïc Le Ribault, qui lui aussi, comme René Quinton, comme Jean-Pierre Maschi (
et bien d’autres comme nos amis Alain Scohy ou Christian Tal Schaller),
persiste à vouloir guérir réellement les malades ; “Faute particulièrement grave” !

Mais au fait, pourquoi vous reparler aujourd’hui du Docteur Maschi ?!...
Car, depuis le 7 février 2002, après sa “radiation à vie” par l’Ordre
des médecins en 1968, puis les diverses poursuites contre lui pour “exercice
illégal de la médecine”, cet authentique pionnier de la lutte contre la pollution
électromagnétique, aujourd’hui âgé de 74 ans, vient d’être, enfin : “
RÉHABILITÉ par Décret du Président de la République ” !... »

Les éditions Dangles, donc, viennent de publier - en octobre 2007 - un
ouvrage édifiant de notre ami le Docteur Jean-Pierre Maschi : “LES 10 PLUS GROS
MENSONGES SUR LA SCLÉROSE EN PLAQUE”.
En voiçi un passage - extrait de l’épilogue - qui illustre déjà bien à
lui seul le phénomène de “l’Effet miroir” que beaucoup trop de gens ignorent,
et qui explique en résumé “On ne perçoit d’autrui que le reflet de soi-même ;
ce que Pierre dit de Jean nous renseigne effectivement plus sur Pierre que sur
Jean”) :

« Les éditions Dangles viennent de publier - en octobre 2007 - un nouvel
ouvrage de notre ami le Docteur Jean-Pierre Maschi, dont nous avions déjà
abondamment parlé ici lors de la parution de “Combat pour une idée, la pollution
électromagnétique” (voir nos “passionnantes lectures de l’AGNVS” de juin
2005).


Suite à ce que nous écrivions en introduction, voici donc un passage qui
illustre parfaitement le phénomène de ce “filtre de perception” qui affecte
tous les êtres humains (avec son corollaire de “l’Effet miroir” que
malheureusement beaucoup trop de gens ignorent ; il explique ce fait patent : « On ne
perçoit d’autrui que le reflet de soi-même ; ce que “Pierre” dit de “Jean”
nous renseigne davantage sur “Pierre” que sur “Jean” » (!!!))
(A propos de ce “filtre de perception qui affecte tous les êtres humains
”, voir mon dossier “Du Filtre de Perception... à la compréhension de
l’Harmonie universelle !” (publié notamment dans “La Lettre de l’AGNVS” de décembre
1999... et sur “Culture Net 2013”)) :

« Depuis des décennies, toutes les recherches visant à découvrir un virus
chez les sclérosés en plaques ont toujours échoué. Le plus grand fantasme de
la sclérose en plaques est, sans aucun doute, l’idée de la présence d’un
virus dans la maladie. Idée soigneusement entretenue, par des générations de
neurologues, depuis la mort de Jean-Martin Charcot en 1893. Charcot dont les
observations avaient, dès 1868, éliminé l’idée de l’existence d’un virus dans la
sclérose en plaques... Dans l’avant-propos, j’ai expliqué de quelle façon j’ai
pris conscience, dès 1965, de la pollution électromagnétique, et comment, à
partir de 1967, je me suis intéressé à la sclérose en Plaques (“SEP”). Contre
toute attente, ma théorie sur la pollution électromagnétique, mon hypothèse sur
la cause multifactorielle de la SEP et le traitement que je faisais suivre
aux malades ont été, pour moi, à partir de 1968, la cause d’un parcours part
iculièrement chaotique.
Quand j’ai constaté que le traitement donnait des résultats qui
dépassaient mes espérances, dès le 17 octobre 1967, j’ai présenté une dizaine de
malades à un chef de service de l’hôpital Pasteur de Nice. Je me suis aussi inscrit
à la Société de Médecine et de Chirurgie de Nice pour y faire un exposé et
j’ai informé le Conseil de l’ordre des médecins des Alpes-Maritimes. Après la
présentation de malades, j’ai commencé à voir des malades de toute la région
niçoise et très rapidement d’autres départements.
Au mois de mars 1968, un journaliste, directeur du bureau de l’Agence
France-Presse de Nice, lança, le 13 mars, une dépêche relatant le cas de la
boulangère du Vieux-Nice, la première sclérosée en plaques à avoir été améliorée
par mon traitement. Information reprise le 14 par des journaux de toute la
France.
Quatre jours plus tard, le 18 mars, par voie de presse, le Pr. François
Lhermitte mit en garde les sclérosés en plaques contre moi et ma thérapeutique
!... Il ignorait alors qui j’étais, en quoi consistait le traitement et quels
étaient les résultats obtenus par mes malades. Immédiatement, j’ai écrit à ce
professeur pour lui demander de constituer une commission qui pourrait
examiner mes malades. Proposition qu’il refusa !... J’ai également écrit au
ministère de la Santé et formulé une demande identique. Ma lettre est restée sans
réponse. A l’époque, je pouvais présenter plus de 400 malades améliorés,
rhumatisants et sclérosés en plaques.
Le 3 avril 1968, j’ai été convoqué au siège du Conseil de l’ordre des
médecins des Alpes-Maritimes. Le président, en présence de tous les membres de
ce conseil, m’accusa de “porter ombrage à l’honneur de ma famille, de la
médecine niçoise et de la médecine française” (sic)... (NDLR : de nos jours, notre
brave Docteur Jean-Pierre Maschi aurait imédiatement été qualifié - comme nos
amis le Dr. Alain Scohy ou le Dr. Christian Tal Schaller - de : “gourou”, de
“manipulateur dangereux”, de “criminel”, voire même de “débile mental” ou de
“secte” (!))

A l’époque, mon père, mon frère et son épouse étaient installés médecins
à Nice. Mon épouse était aussi installée chirurgien-dentiste.
Mes confrères refusèrent d’écouter les explications que je voulais leur
donner sur la pollution électromagnétique, mon traitement et mes malades.
Quelques jours plus tard, le président de ce Conseil et le ministre de la Santé
déposèrent plusieurs plaintes contre moi pour “charlatanisme et publicité” (!)...
Le 17 novembre 1968, j’ai comparu, à Marseille, devant le Conseil
régional Provence-Côte-d’Azur-Corse dont les membres décidèrent, ce jour-là, ma
radiation à vie.
L’avocat qui m’assistait fit remarquer qu’il y avait des centaines de
malades qui souhaitaient être examinés. Un des membres de ce Conseil lui
répondit “Mais les malades du Docteur Maschi ne nous intéressent pas” (sic) (!!!)
...


-------------

(Daneel : “Ce que fait cet individu ne nous intéresse pas... mais on
continue cependant à médire sur lui, à l’accuser de tous les vices et à lui nuire
autant que possible !!!”... Cela nous évoque le comportement quasi identique
de certains internautes particulièrement agressifs à l’égard de notre rédacteur
en chef “R. Daneel Olivaw” (animateur de divers forums de discussions et
réflexions tels “Culture Net 2013” et “Destination 2013”), lui aussi
abondamment insulté et calomnié par de venimeuses langues de vipères : “manipulateur”, “
menteur”, “fasciste”, “nazi”, “antisémite”, “poujadiste”, “homophobe”, “
négationniste”, et même “freluquet” (?), n’hésitant pas là encore à le
qualifier publiquement de “débile”, “malade mental” et “fou à lier” en lui
prescrivant même l’internement psychiatrique... tout en déclarant par ailleurs ne
pas s’intéresser à ses nombreux articles d’une densité culturelle
exceptionnelle...
Eh oui, Patrick Cadet-Geffroy (alias “R. Daneel Olivaw”) a beau faire
remarquer qu’il y a des centaines de ses articles, tous plus édifiants les uns que
les autres, qui “souhaiteraient être examinés”,... ses haineux et virulents
détracteurs répondent (exactement comme les si intelligents membres de ce
“Conseil” cité plus tôt) : “Mais les écrits de ce gourou ne nous intéressent pas”
(!)) -------------


EH OUI : ON A TOUJOURS TORT... D’AVOIR RAISON TROP TÔT !

A l’annonce de ma radiation à vie - écrivait donc notre ami Jean-Pierre
Maschi -, j’avais immédiatement fait appel de cette décision devant la section
disciplinaire du Conseil national de l’ordre des médecins. Le 16 avril 1969,
les membres de cette section confirmèrent ma radiation à vie en précisant “
qu’il n’y avait pas lieu de faire examiner certaines malades soignés par le
requérant”... J’ai alors porté mon affaire devant le Conseil d’État qui, le 11
février 1970, confirma ma radiation à vie, sans tenir compte de plus de 600
lettres de témoignage de mes malades qui figuraient à mon dossier...
Alors que j’étais radié à vie depuis plusieurs mois, le ministère de la
Santé accepta, enfin, de constituer une commission d’enquête qu’il chargea
d’étudier ma thérapeutique et d’examiner mes malades. Cette commission était
composée de cinq médecins que j’ai rencontrés le 23 juin 1969 au ministère de la
Santé. Durant une heure et demie, je leur ai fourni des renseignements sur la
pollution électromagnétique, mon traitement et mes malades. Je leur ai remis
457 observations de malades, rhumatisants et sclérosés en plaques. Ils
refusèrent d’expérimenter mon traitement sur des malades de leur choix, comme je leur
avais proposé. Parmi ces cinq médecins, deux étaient des neurologues,
spécialistes de la sclérose en plaques (...) Quelques mois plus tard, la commission
donna ses conclusions :
Ma théorie et ma thérapeutique n’avaient “aucune base scientifique”. Mes
malades étaient tous “de simples malades psychosomatiques”, et j’étais moi-même “
un déséquilibré mental”, dangereux pour ses malades par son seul comportement
et justiciable de l’article L460 du Code de la Santé...

(NDLR : On reconnaît bien là le même type de conclusion du même genre de
“Commission scientifique” que celle que nous évoquions dans notre article "à
propos de l’affaire Émile Fradin" !) (A voir dans le prochain message)

Cet article pouvant permettre MON INTERNEMENT D’OFFICE DANS UN ASILE
PSYCHIATRIQUE (!!!) (Comme cela s’était effectivement passé avec les docteurs
Robert Mayer, William Harvey, Philip Ignaz Semmelweis ... comme nous aurons
l’occasion d’en reparler plus loin), j’ai immédiatement écrit à M. Georges
Pompidou, président de la République, pour lui faire part des étranges conclusions de
ces curieux experts. Ces conclusions révoltèrent mes malades qui multiplièrent
alors leurs actions pour dénoncer ces “experts” qualifiés de “cinq tristes
sires” dans un article, écrit par le porte-parole de mes malades et publié dans
le numéro de février 1971 de la revue LA VIE CLAIRE. Cette revue fit paraître
tous les mois, de 1969 à 1979, un article pour la défense de ma thérapeutique
sous la rubrique “Au secours de la Maschithérapie”.
Comme j’avais continué à exercer et à recevoir, à mon cabinet, des
malades qui venaient me consulter de toute la France, le Conseil de l’ordre des
médecins des Alpes-Maritimes a porté plainte contre moi, à trois reprises, pour
exercice illégal de la médecine. Les 29 juin 1971, 17 juin 1974 et 9 octobre
1978 j’ai été traduit devant le tribunal correctionnel de Nice. (...)
A partir de 1968, j’ai écrit aux successifs ministres de la Santé pour
les mettre en garde contre la pollution électromagnétique.
Toutes mes lettres sont restées sans réponse.
Durant plusieurs années, j’ai été seul à défendre l’idée de pollution
électromagnétique... mais, à partir du milieu des années 1970, j’ai appris que
des chercheurs canadiens, américains, russes... avaient, à leur tour, pris
conscience de l’existence de cette pollution (pollution particulièrement
dangereuse, car étant incolore, inodore, insonore, impalpable et indolore, et pouvant
toucher tous les habitants des pays industrialisés sans qu’ils s’en rendent
compte, ses effets ne se faisant sentir qu’après plusieurs années d’exposition
!!!) (...)
Mes malades étaient de plus en plus scandalisés que l’on ne veuille pas
tenir compte de leurs témoignages. Pour répondre à leur demande, j’ai alors
écrit un livre que j’ai intitulé “Secouru par mes malades” paru en 1976 (qui
sera largement diffusé dans tout le réseau des magasins “La Vie Claire” (NDLR)).
Dans ce livre de 500 pages, je fournissais des explications sur la pollution
électromagnétique, la sclérose en plaques, et relatais les débuts de mon
affaire, mettant nommément en cause plus de 80 personnes : ministres de la santé,
conseillers de l’ordre des médecins, conseillers d’Etat, politiciens et
naturellement les professeurs français “spécialistes” de la sclérose en plaques. ...


Eh oui... la fameuse “Affaire Émile Fradin” que j’évoquerai plus tard ne
représentait encore, hélas, que les prémices de ce grand “déshonneur de la
science” (!)...
Comme je l’écrivais également dans le dossier de l’AGNVS de février 2007
“LES POLLUTIONS SOURNOISES” : « Savez-vous qu'il y a des pesticides dans la
rosée du matin sur les fleurs ? Savez-vous qu'il y en a dans l'eau de pluie, à
Paris, Rennes, Marseille, Lyon, Bordeaux ? Savez-vous qu'il y en a dans les
sources, dans les nappes les plus profondes, dans les sols, dans les pommes,
dans le pain ? Savez-vous qu'il y en a dans le sang des nouveau-nés, dans le
lait des mères, dans la graisse de nos corps ? Savez-vous qu'il y en a même dans
l'air intérieur des maisons ?... Les pesticides sont partout, et leurs molécul
es s'attaquent directement à la vie des humains et de tous les êtres vivants
!... Jusqu'alors, les responsables de ce désastre sans précédent pouvaient
dormir tranquillement. Nul ne les connaissait. Mais grâce au livre “Pesticides :
Révélations sur un scandale français”, (publié chez Fayard), ce ne sera plus le
cas ! (...) Fabrice Nicolino et François Veillerette, révèlent, dans le sens
le plus fort de ce mot, un système. Un système né après 1945, grâce auquel
l'industrie des pesticides a pris le pouvoir, tous les pouvoirs. Ce livre donne
des noms, tous les noms. Il explore une à une les méthodes du lobby, dénonce
les congrès “scientifiques” truqués. (...) Un parallèle était fait entre la
pollution électro-magnétique et la pollution chimique, dont les conséquences
néfastes étaient maintenant reconnues par la communauté scientifique. Mais il
avait fallu attendre plus de cinquante ans pour que l’ensemble des scientifiques
acceptent cette idée. La pollution chimique mettait en cause des puissances
industrielles considérables qui, durant des décennies, avaient trouvé des
scientifiques prêts à nier les effets désastreux de cette pollution et à influencer
les hommes politiques. La pollution électromagnétique mettait, elle aussi, en
cause des puissances industrielles importantes dont les matériels étaient les
principales sources de ces radiations non ionisantes. Il fallait donc
s’attendre à ce qu’elles fassent tout pour empêcher la reconnaissance officielle de
cette nouvelle forme de pollution. Ces grandes sociétés devaient déjà être
assurées de trouver un appui auprès de scientifiques pour nier son existence. En
France, l’Académie de Médecine et le Ministère de la Santé Publique avaient, dès
1968, indiqué leur position dans cette affaire : refuser cette idée ! »

(Et on aura pu voir également dans le dossier de l’Agnvs de décembre
2007, consacré au “réchauffement climatique” - le mythe de l’effet de serre (!)
-, comment la collusion de la science avec la politique - “science politicienne
” - a pu aussi nourrir une terrible machine de guerre propagandiste pour nier
indéfiniment la réalité en produisant constamment de nouvelles “informations
contradictoires” !...) -------------

J.-P. Maschi : ... A partir de 1976, j’ai commencé à faire des
conférences-débats dans toute la France et n’ai cessé d’en faire jusqu’à ce jour.
Au mois de juin 1983, j’ai appris que j’étais cité dans le Dictionnaire
usuel illustré des Éditions Quillet-Flammarion qui indiquait : “Auteur d’une
théorie sur la pollution électro-magnétique, il a découvert une thérapeutique
soulageant diverses affections dont certains rhumatismes et la sclérose en plaques
”.
Cette citation, annoncée par une longue dépêche de l’Agence
France-Presse, fit sensation car étant radié à vie, c’était du jamais vu !... (C’est à
partir de 1983 que les spécialistes de la sclérose en plaques commencèrent à
reprendre, progressivement, toutes les idées que j’avais avancées sur cette
maladie en 1967 et qu’ils avaient rejetées en 1968) (...) Pour que justice me soit
rendue, j’ai dû faire appel à l’arbitrage de deux présidents de la République.
Par un décret personnel, en date du 1er mars 1990, le président François
Mitterrand a amnistié ma radiation à vie, et au mois de février 2002, j’ai été
réhabilité par le président Jacques Chirac... »

*************


PETIT EXTRAIT DE “L’ENCYCLOPÉDIE NON-CONFORMISTE DU TROISIÈME
MILLÉNAIRE” DE “R.DANEEL OLIVAW” (Lui aussi actuellement traîné dans la boue par de
véritables harpies à la langue de vipère venimeuses qui ne cessent de déformer
outrancièrement tous ses propos pour mieux les railler publiquement et l’accuser
avec insistance de toutes les tares de l’humanité. Mais bref, comme le disait
si justement le grand Rudyard Kipling dans sa “Lettre à mon fils” : <<
laissons mentir sur soi leur bouches folles, sans soi-même mentir d’un mot >> ; on
pourra donc trouver ici la toute première mouture de mon encyclopédie datant
déjà de 1996 (j’en avais déjà diffusé beaucoup de pages à l’époque....et
constamment depuis toutes ces années)) :

<< Oui : on nous ment !
Sans cesse !
Constamment !
Depuis des années nous vivons dans le monde terrible décrit par Orwell !
Mais ouvrez donc les yeux mes pauvres amis, “esclaves” de démons et
autres spéculateurs capitalistes sans scrupules cherchant à vous décérébrer,
chaque jour davantage, afin de vous mener plus aisément à l’abattoir, en vous ayant
préalablement vidé de tout votre sang (énergie vitale) !...

Depuis des années, des écologistes et végétariens tirent en vain la
sonnette d’alarme, mais on ne veut pas les écouter, on préfère les railler ou les
calomnier.
Je constatais encore tout récemment, dans la grande soirée thématique
d’ARTE du 12-12-96, consacré spécialement à l’alimentation, que ce sont ces gens
vraiment sensés et intelligents que tout le monde taxait de “fanatisme”, d’
“extrémisme”, et autres qualificatifs peu amènes.

Mais tout est relatif dans cet univers, et le vrai fanatisme n’est certes
pas là où l’on veut nous faire croire !
Au cours de cette parodie de débat, on a pu assister à une immonde
tentative médiatique de désinformation pour pousser les consommateurs à manger du
foie gras : de grandioses expériences scientifiques ayant démontré que les oies
gavées ne subissaient aucun stress, et même adoraient ça ! (sic)
(De toute façon, la vérité est ailleurs : le foie gras est issu d’un foie
malade, d’un animal rendu artificiellement obèse, et donc plus toxique encore
que la viande ordinaire (ce qui n’est pas peu dire)... Bien-sûr, toutes les
explications relatives à “l’alimentation de demain” n’étaient que
désinformations mercantiles et plus stupides les unes que les autres, visant simplement à
faire oublier au consommateur les millions de personnes - oui, les millions
de personnes - qui meurent régulièrement à cause de la viande, directement, ou
par toutes ses conséquences socio-pathologiques...)

Fanatisme ? Extrémisme ? Je dirais par exemple que mes parents - qui,
sans pour autant être végétariens, mais se contentant (il y a quelques années de
cela) de leur poulet fermier dominical et d’un lapin bio de temps en temps -,
sont des individus “normaux”... mais l’obèse Maïté qui ne cesse de faire la
bécasse à la télé, et le rougeaud président du “Centre d’Information des
Viandes” (qui, tout en répétant inlassablement «on ne doit pas laisser dire ça»...
ne cesse, lui, de proférer et de publier auprès des médecins intoxiqués, les
contre-vérités les plus flagrantes et les mensonges les plus éhontés), sont
bel et bien, eux, les véritables fanatiques et extrémistes ! (toute personne
lucide les écoutant attentivement, ne peut que se rendre compte de l’état de
débilité avancée de leurs discours et arguments)
(n'oublions pas que mes propos ici datent de plus de 12 ans !... Peu après la
date où je suis moi-même devenu végétar/lien (!))

Quant aux végétariens incriminés qu’ils accusent de ce fanatisme
extrémiste (il paraît que “l’on ne voit chez les autres que le reflet de soi-même”.
Cela semble ici se confirmer), ils sont plutôt, eux, l’élite actuelle de
l’humanité. Ce sont eux qui sont en avance sur leur temps, les vrais pionniers
d’une vie plus consciente, intelligente et pleinement responsable de toutes les
conséquences de ses actes ! (...)
Et s’il n’y avait que ça : ce même quotidien (cf. “l’Union”) - et il
n’est malheureusement pas le seul (j’ai même lu des “informations” du
“C.I.V.” dans des journaux réservés aux médecins !) - explique encore à ses
innocents lecteurs qu’il faut manger équilibré... et donc ne pas oublier la viande, la
volaille et le poisson (1-11-96). Dans un autre, dont j’ai oublié la date, on
lisait encore que la viande, avant le lait et les oeufs, était “l’aliment”
qui contenait le plus de zinc, que le zinc était un oligo-élément essentiel
pour l’équilibre du corps, et qu’il fallait donc impérativement consommer de la
viande pour garder la santé. Le 15-10-96, l’article santé spécial nutrition
était consacré aux enfants : «Au-delà de 10 heures de sport par semaine, le
jeune sportif devra accroître sa ration de viandes, poissons, oeufs et produits
laitiers»... Et la lobotomisation des masses continue: dans celui du 9-12-96,
j’apprend déjà au passage que la consommation de “protéines animales, dont une
partie sous forme de produits laitiers”, est obligatoire dans les cantines
scolaires depuis au moins 1971. Mais cette étude de “Nutri News” n’est pas encore
satisfaite, il faut faire consommer : plus de viande, de poisson, d’oeuf, de
fromages et de produits laitiers (sic). Le 10-10-95, on s’en prenait cette
fois à la femme enceinte, qui devait surtout manger équilibré pendant sa
grossesse. C’est à dire consommer du foie, du lait, des oeufs, du beurre, encore du
foie, des fromages gras, du lait entier, des poissons gras, des abats, et encore
des viandes (Je vous assure que je n’invente rien, c’était vraiment dans la
rubrique “votre santé” du 10 Octobre 1995). Et cet article pour les femmes
enceintes concluait : «Il faut manger au moins 600g de foie de veau, de porc ou
de boeuf par jour». Ahurissant !
Dans la rubrique “Diététique” du 30-10-96, on nous “informait” encore que
la viande de boeuf était la meilleure source de fer, de vitamine B12, de
vitamine PP, ainsi que des bons oligo-éléments.

Et c’est pas fini : dans un récent numéro, il était écrit bien en gros
que le végétarisme n’était surtout pas pour les enfants : «Pédiatres et
spécialistes de la nutrition s’inquiètent: certains parents, pour des raisons
“philosophiques”, imposent à leurs enfants des régimes végétaliens strictes,
dépourvus de viande, poisson, oeufs et produits laitiers(...) Ce régime est
particulièrement dangereux pour les enfants, de même d’ailleurs que pour les femmes
enceintes) (sic)... Le “tout-légume” garantit à coup sûr des carences graves qui
vont retentir sur la croissance (Murray Rose, Karl Mann, Kohelmalen, Paavo
Nurmi, Fausto Coppi, Carl Lewis, Sri Chinmoy, Gandhi, le Dalaï Lama, et tous les
bouddhistes du monde ont été effectivement gravement carencé... Ces
carnassiers racontent vraiment n’importe quoi. Et dire que c’est les vaches qu’on
accuse d’être folles). Le fer nécessaire à l’organisme vient beaucoup plus de la
viande que des épinards. Et le calcium, dont le jeune enfant doit consommer
autour de 800 mg par jour, se trouve beaucoup plus facilement dans les laitages
que dans les fruits et légumes (ce qui est bien-sûr totalement faux ! C’est là
une contre-vérité démontrée comme telle depuis déjà plus de 40 ans, et sans
cesse réaffirmé depuis par les moyens les plus sérieux et les plus précis). Au
lieu d’imposer à leurs enfants leurs dangereux rituels alimentaires estiment
les spécialistes (?), les végétaliens seraient mieux inspirés de leur apprendre
ce précepte: un produit laitier à chaque repas ! »
Je ne dirais qu’un mot : ÉCOEURANT !

Et enfin, la dernière grande stupidité en date, publiée le 12-12-96: «800
spécialistes viennent de se réunir à Paris les 6 et 7 décembre, à l’occasion
du colloque international “Nutrition et personnes âgées”(...) Autrement dit,
pour vieillir en douceur et garder la forme, il faut bien manger: lait et
produits laitiers tout au long de la vie(...) Les plus récents travaux montrent
aussi, pour les personnes âgées, l’intérêt de la viande, du poisson, des oeufs,
et des produits laitiers... Les experts soulignent la nécessité d’assurer aux
personnes âgées une alimentation équilibrée... Il faut donc exclure les
régimes (surtout végétariens n’est-ce pas), et manger de tout (des oeufs industriels
nocifs à la consommation, des produits laitiers, de la viande et du poisson)»
Consternant, vraiment consternant. 800 “spécialistes” pour dire les
bêtises les plus stupides que j’ai jamais entendu !!! [Et ça continue ; que
vois-je encore dans “l’Union” du 17-12, toujours dans la même rubrique “Santé” :
l’illustre anonyme qui rédige ses conseils médicaux et nutritionnels (plus
absurdes et ignares les uns que les autres), incite encore les “madames” à
s’intoxiquer et à intoxiquer leurs époux et enfants, leur recommandant expressément
de ne surtout pas oublier de consommer, chaque jour : «1/2 litre de lait, 2
yaourts (ceux aux bifidus qui contiennent des bactéries issus du porc ?)...
ainsi que 100 gr de viande !»... Et le lendemain, le matraquage continue (ces
nutritionnistes tarés et criminels s'inquiéteraient-ils de la prise de conscience
végétarienne de ce “bas peuple”, qu’ils aimeraient bien conserver dans
l’esclavage et la dépendance des grands laboratoires
chimico-allopathico-vivisectionnistes ???).
C’est ainsi qu’il nous est innocemment expliqué qu’une étude américaine
aurait démontré que : «le lait et la viande sont les principales sources de zinc,
dont la carence augmente le risque de mortalité»...
Conclusion évidente : consommez du lait et de la viande en abondance.
Consommez stupidement ces pseudo “aliments”, les plus nocifs à la santé humaine et à
son équilibre mental. Et, de plus, les plus préjudiciables à une gestion
sensée et intelligente des ressources naturelles !]

Changeons de sujet.... et retrouvons le même délire et le même mécanisme de
mensonge à outrance :
<< Dans l’émission “j’y crois, j’y crois pas” du vendredi 10 Février
1995 sur TF1, animée par Tina Kiefer, un collaborateur de la revue “Science et
Vie”: le Pr de méthodologie thérapeutique Jean-François Bergmann, ainsi que son
confrère Jean-Jacques Aulas, pharmacologue et psychiatre, ont tenté une fois
de plus, comme le Cancérologue Schwartzenberg (qui a empêché le Conseil
Européen de voter pour la reconnaissance officielle des Médecines Naturelles), de
démontrer que les homéopathes n’étaient que des escrocs uniquement intéressés
par le fric, des charlatans dangereux, les accusant même “d’homicides”,
notamment ceux qui ont l’intelligence et la sagesse de refuser certaines médications
chimiques, vaccinations ou transfusions sanguines, démontrées fort nocives,
voire mortelles !...
Ils ont même méprisé aussi leurs patients, qui, selon eux, ne seraient que :
des «“cervelles obscures” pour croire sérieusement à cette grande illusion
qu’est “l’homéopathie”!...».
(cf. il faisait allusion à son ouvrage: “Homéopathie, la grande illusion”)


Ces braves “scientifiques” sont apparemment bien semblables à ces
savants arrogants d’il y a deux siècles : «le 24 Juillet 1790, une extraordinaire
chute de pierres météoritiques a lieu à Juliac en Gascogne. Un mémoire signé de
trois cent témoins oculaires sera envoyé à “l’Académie Royale des Sciences”,
qui sera scandalisée au sujet de ces “cervelles obscures qui peuvent croire
sérieusement que des masses de pierres tombent des cieux”»(cf:“l’univers des
étoiles”, de Bottinelli et Berthier, 1986)


A la lumière de toute ces conséquences néfastes de la médecine chimique, on
comprend donc pourquoi la racine grecque de “chimie” est “khémia”,
signifiant: “Magie noire”!... Contrairement à la sublime “Alchimie”, plutôt comparable
à la “Magie blanche” (j’en profite pour préciser que cette grande Science
spirituelle, contrairement à ce que pensent les irréductibles matérialistes, n’a
jamais eu l’ambition de transformer le métal plomb en métal d’or; Spirituel
par essence, l’Alchimie était une initiation intellectuelle et psychologique
permettant de transformer les bas instincts et les sombres passions humaines
(lourdes et opaques comme le plomb !), en sentiments généreux, altruistes, beaux
et lumineux comme l’or le plus pur ! Le langage populaire ne dit-il pas
d’ailleurs d’un homme plein de Bonté qu’il possède... un coeur d’or !))


Peut-être serait-il bon aussi de rappeler à nos doctes Jean-François
Bergmann et Jean-Jacques Aulas (sans oublier le Pr. Léon Schwartzenberg et le Pr.
Francis Kahn), la dramatique mésaventure de Semmelweis ; Voilà ce qu’en
raconte le grand écrivain Hans Ruesch, Historien de la médecine et
antivivisectionniste convaincu, dans son ouvrage de 1991 “Expérimentation Animale, Honte et
échecs de la médecine”: «1847 avait marqué le début de la guerre contre
l'infection grâce au Hongrois Philip Ignaz Semmelweis, directeur de la Maternité de
l'Hôpital général de Vienne. Dans cet hôpital, la fièvre puerpérale tuait une
parturiente (une femme qui accouche) sur quatre - le même taux de mortalité qu'au
Massachusetts General Hospital pour les amputations. A Paris, la situation
était encore pire: en moyenne 59% des amputés mouraient. Quant aux opérations
abdominales, elles furent rarement tentées avant la découverte de l'anesthésie
et si on les pratiquait les résultats étaient encore pires. En Angleterre, 86 %
des femmes ayant subi une césarienne mouraient.
Semmelweis, comme Hippocrate, n'avait jamais vu un microbe et n'avait
jamais entendu parler d'une théorie microbienne, laquelle était encore à énoncer,
mais tous deux avaient abouti à une conclusion identique grâce à une
véritable intuition médicale et au simple exercice de leurs facultés intellectuelles:
l'observation clinique intelligente, qui a trouvé la solution à tant de grands
problèmes médicaux, contrairement à toutes les expériences vivisectionnistes
des laboratoires.
Bien que les preuves apportées fussent incontestables, son étude fut noyée
sous l'hilarité générale des géants médicaux de l'époque. L'ignorance des
doctes...
D'autres avant Semmelweis avaient déjà suggéré que la fièvre puerpérale
pouvait être une maladie “contagieuse” et donc que l'hygiène pourrait
l'empêcher. Mais, là aussi, on s'était moqué d'eux!...»

En 1795, l'écossais Alexander Gordon, dans une étude intitulée
«Traitement sur la fièvre puerpérale épidémique d'Aberdeen» montra que cette fièvre se
comportait comme une maladie contagieuse, et préconisait donc avant tout la
désinfection des infirmières et des médecins chargés des parturientes, qui à
l'époque n'avaient même pas l'habitude de se laver les mains ! (...) En 1843,
l'Américain Wendell Holmes, professeur d'anatomie et de physiologie à l'Université
de Harvard, écrivit “The Contagiousness of Puerperal Fever” (La contagiosité
de la fièvre puerpérale). Semmelweis n'avait pourtant pas entendu parler de
l'ouvrage anglais quand il arriva à la même conclusion et la mit en pratique :
Quelques jours auparavant, Semmelweis avait vu mourir un confrère qui s'était
coupé et infecté pendant qu'il pratiquait une autopsie sur une victime de la
fièvre puerpérale. Il avait manifesté les mêmes symptômes que les femmes qui
en mouraient... Ce même jour, Semmelweis commença sa guerre contre la
contagion: il exigea une propreté absolue et une désinfection au chlore de toutes les
personnes en contact avec la Maternité. Mais les médecins n'aimaient pas cette
innovation, qu'ils trouvaient humiliante et ridicule.
Peut-être bien qu’il y avait là un peu d’exagération en mettant la seule
cause des problèmes sur le dos d’un “micro-organisme” invisible, n'empêche
qu'en deux ans, par des règles d’hygiène -et donc de respect- les plus
élémentaires, Semmelweis réduisit la mortalité dans la Maternité de 90 %. Qu’importait
donc que sa théorie soit erronée ou incomplète, puisqu’en pratique elle
permettait de sauver d’innombrables vies!... Mais il n'en retira aucun crédit,
parce qu'il ne pouvait pas démontrer sa théorie à travers des expériences sur
animaux qui à l'époque connaissaient déjà une grande vogue. Et comme,
apparemment, sauvegarder la vie n’a jamais été le souci essentiel de ces savants, les
grands pontes médicaux de l’époque ignorèrent ces résultats probants (certains,
dont le grand Professeur Klein, médecin attitré de l’Empereur, prétendirent
même que ce n’était pas l’hygiène, mais des incidences atmosphériques ou
telluriques qui causaient ces décès. Puis, reprenant en partie la théorie des
“miasmes invisibles”, prétendirent que c’était surtout la faute des “étudiants
étrangers” (sic)). Et quand, exaspéré, il commença à traiter d'assassins les
obstétriciens qui refusaient toujours de se laver les mains, ses confrères
s'allièrent alors pour le bouter dehors !...
Il retourna alors dans sa Budapest natale et publia un livre sur ses
découvertes. Ses compatriotes le tournèrent eux aussi en dérision, et face à sa
légitime colère et exaspération, ils finirent par décréter qu’il avait perdu la
raison et l’enfermèrent sans une maison de fous où il y mourut, sans connaître
la reconnaissance de ses travaux... Combien de jeunes mères moururent encore
pendant ce temps, grâce à ces obstétriciens d’une arrogance bornée et
meurtrière?!...
Et c’est exactement ce qui se passe aujourd’hui encore avec la médecine
allopathique et vivisectionniste. Le phénomène est tellement étendu, que des
médecins eux-mêmes déclarent qu’aujourd’hui, si un patient réussi à garder la
santé, c’est en dépit des médicaments ! (...)

Dans le “Télé 7 Jours” du 20 Novembre 1995, commentant le film de Roger
Andrieux avec Philippe Volter “Docteur Semmelweis”, on pouvait encore y lire
ces quelques informations:
«Quand, en 1846, le jeune médecin hongrois de 28 ans, Ignace-Philippe
Semmelweis lance son cri d’alarme: “Professeurs, étudiants, lavez-vous les
mains, vous êtes responsables de cette hécatombe”, il reçoit alors ricanements et
vexations. Le heurt est brutal. Semmelweis, le “sauveur des mères”, est
révoqué(...) Il s’acharne, mais à Vienne, comme à Prague, Amsterdam ou Paris, on
refuse d’admettre la vérité. Partout c’est l’indifférence et le sarcasme(...)
Ses lettres ouvertes aux sommités médicales de l’Europe entière signent son
exécution. Par lui le scandale arrive. Il est déclaré fou.
Fou furieux, il l’est devant tant de coupable ignorance et de suffisance
criminelle. On l’expulse de Vienne. Il revient à Budapest et, sur les murs de
sa ville natale, colle des affichettes: “Non aux médecins assassins. Non à la
mort”. Pendant 18 ans, il ne lâchera plus sa vérité, se débattra sans relâche.
Au-delà du mépris, des cabales, de la calomnie; “illuminé”, “alcoolique”,
“fantasque”, dit-on.
(Mais où est donc le nouveau Semmelweis, qui aura l’énergie et le courage
nécessaire pour partir en croisade contre les “médecins assassins”
d’aujourd’hui, qui, avec leurs vaccins, drogues, antibiotiques et autres
chimiothérapies et manipulations génétiques, sont responsables de cette moderne hécatombe,
où de plus en plus de personnes meurent de cancers, leucémies, sida, etc.?!...
(serait-ce le Pr. Duesberg, et les Drs. A. Scohy, G. Lanctôt, L.B. de Brouwer,
R. Dextreit,... ?))
Après ces scandales, le docteur Semmelweis -seul dans ce combat-, a tout
perdu: son crédit, son honneur, et sa raison de vivre. Épuisé physiquement et
moralement, sa famille et ses amis le conduisent dans un asile psychiatrique
où il y mourra à 47 ans, le 16 août 1865!...»

Semmelweis n’est malheureusement pas le seul à avoir ainsi souffert de ce
comportement arrogant et borné de ces “savants ignares”; C’est ainsi que je
découvrais un peu plus tard, dans le très intéressant ouvrage de Dominique
Loup, “Philosophie Alimentaire” (éditions N.O.E., 215 ch. de Bottecreux, 74160
Collonges sous Salève): «Lorsqu’en 1628 le médecin anglais William Harvey
publie le résultat de ses recherches sur le corps humain, celles-ci contiennent une
découverte capitale : la circulation sanguine. La réaction à sa découverte ne
se fait pas attendre: la quasi-totalité de sa clientèle le pense totalement
fou et déserte son cabinet. L’Église voue aux gémonies cet hérétique, et le
corps médical le répudie... Et ce brave William Harvey restera totalement
incompris jusqu’à sa mort...»


Cela ressemble étrangement à l’histoire de Franz Anton Mesmer
(“l’inventeur” génial de l’hypnose médicale et de la thérapie par magnétisme) - dont je
parlerais ultérieurement -, et à celle, très actuelle, du Dr. Ryke Geert
Hamer, interdit de pratique médicale..., vilipendé, traité de gourou sectaire, et
même d’antisémite raciste, bref : voué aux pires gémonies... Comme Louis
Kuhne au siècle dernier, comme Henri Bieler au milieu de ce siècle, comme
Hippocrate, comme Raymond Dextreit, comme Henri-Charles Geffroy, comme Kneipp, et
d’autres d’autres thérapeutes de génie, Hamer a le tort immense de préserver ses
patients des drogues pharmaceutiques, qui maintiennent si bien la population en
esclavage de la chimie et de l’ignorance. (...)
* [C’est toujours dans l’ouvrage de Dominique Loup, que l’on pouvait
trouver ces citations que l’on devrait répéter - et se répéter - plus souvent :
«”On ne s’égare jamais si loin que lorsque l’on croit connaître la route”
nous dit un proverbe suisse.
Et un autre proverbe suisse : “Les vérités qu’on aime le moins à apprendre
sont celles qu’on a le plus d’intérêt à savoir”.
Tandis qu’un proverbe judéo-arabe rajoute que: “Il n’est rien qui ait un
goût plus amer que la vérité”(...)
Et souvenons-nous des paroles de ces grandes personnalités:
“L’expérience nous fait connaître que tout ce qui est incroyable n’est pas
forcément faux” (Cardinal de Retz).
“C’est une sotte présomption d’aller dédaignant et condamnant pour faux ce
qui ne nous semble pas vraisemblable” (Montaigne).
Nicolas Boileau disant aussi que: “Le vrai peut quelquefois n’être pas
vraisemblable”

(Comme nous le disait aussi le génial écrivain scientifique Arthur C. Clarke,
grand ami d’Isaac Asimov, auteur comme lui de nombreuses nouvelles de
Science-fiction formidables et de véritables chefs-d’oeuvres tels “Chants de la
terre lointaine”, “Rendez-vous avec Rama”, la trilogie de “2001, l’odyssée de
l’espace”...: «la vérité est toujours plus extraordinaire que la fiction !»)
(...)

“En tout temps et dans tous les pays, la pensée des âmes méditatives fut un
sujet de scandale” (Anatole France). “C’est toujours par ce qu’elle contient
de vérité qu’une oeuvre nouvelle choque ses contemporains” (Henry Bataille).
Pierre Denis Lebrun Pindare ajoutant: “C’est avoir déjà tord que d’avoir
trop raison”(...)
René Guénon ne nous disait-il pas: “L’avis de la majorité ne peut être que
l’expression de l’incompétence”
(cela étant vrai à toutes les étapes de l’évolution ; Les pionniers étant par
définition toujours en minorité !)(...)

“Il faut bien compter entre 80 et 100 ans pour qu’une erreur scientifique
fermement enracinée puisse enfin être reconnue comme telle, et être détrônée
(Elle peut même perdurer plus longtemps, comme en témoigne ce cohérent mais
inepte système astronomique du savant grec Claude Ptolémée, qui fit autorité
pendant des siècles) ... La vérité est en effet souvent choquante pour les civilisés
que nous sommes, parce que, comme le prouvent les faits et la réalité, nous
nous en sommes considérablement éloignés... Le mensonge est la première
puissance du monde, car il est complaisant et flatte l’orgueil. Il sait s’infiltrer
et se rendre agréable. Ce n’est donc pas étonnant qu’on laisse entrer le
Diable et qu’on l’écoute” (Günther Schwab)(...)

Paul Raynal aussi nous le répétait: “Chacun est responsable de tous”
(...)
“Le destin de toute vérité est d’être ridiculisée avant d’être reconnue”
(Albert Schweitzer).
“Réfléchir, c’est déranger ses pensées”, nous disait également le grand
Jean Rostand.
Et Romain Rolland: “Tout homme qui est un vrai homme - ce mot devant bien-sûr
être compris dans le sens de “humain” - doit apprendre à rester seul au
milieu de tous, à penser seul pour tous, et au besoin contre tous” (est-ce pour
cette raison que le célèbre philosophe Diogène errait en plein jour une lanterne
à la main, disant “je cherche un homme” ?)(...)

“A mesure qu’on avance dans la vie, on s’aperçoit que le courage le plus
rare est celui de penser” nous disait Anatole France, ajoutant encore:
“Doutons même du doute !”.

André Gide: “L’appétit de savoir naît du doute. Cesse de croire et instruit
toi”(...)

“Les convictions sont les ennemis de la vérité, plus dangereux que les
mensonges” (Nietzsche).

“Il n’est pire ignorance que celle qui s’ignore” (Dr. J. Metadier).

“Savoir mal est pire qu’ignorer” (Jean-Jacques Casanova).

“Le doute est la clef de toutes connaissances” nous apprend encore un
proverbe arménien.

Un proverbe polonais disant: “Ne s’égare pas celui qui pose des questions
!”...»]

Tout aussi dramatique que Semmelweiss (ou Harvey, mentionné plus tôt)),
il y a également le cas du Dr. Robert Mayer (1814-1878), médecin de la marine,
qui démontra de manière incontestable, la «loi de la conservation de l'énergie»
. Le monde scientifique monta sur ses grands chevaux: comment cet outsider
sans formation digne de ce nom et non titulaire d'une chaire universitaire
pouvait-il avoir l'audace de formuler une loi de portée universelle, et ce sans
passer par la voie hiérarchique des pontifes en place ?...
En pratiquant sur des marins malades les saignées d'usage à cette époque,
le Dr. Mayer avait observé que la différence de couleur entre le sang veineux
et le sang artériel était moins prononcée chez les Européens fraîchement
débarqués sous les tropiques que chez ceux qui séjournaient sous des latitudes
tempérées. En réfléchissant aux causes de ce phénomène, le médecin découvrit la
relation entre la chaleur et le travail; Sous les tropiques, le corps n'a pas
besoin de produire autant de chaleur que plus au nord ou au sud: la combustion
interne est réduite et l'organisme consomme moins de cet oxygène qui confère
au sang sa couleur vermeille. Si le travail élève la température, conclut alors
Mayer, il doit être convertible en chaleur, et réciproquement. Après avoir
longuement expérimenté dans l'arrière-boutique de la pharmacie paternelle, à
Heilbronn, Mayer formula enfin la plus grande découverte scientifique du siècle
!... Sans décrire en détail le calvaire du petit docteur, je me bornerai à
consigner ici qu'à l'exception de Justus von Liebig - qui fit paraître, sans
succès d'ailleurs, un article de Mayer dans ses “Annales de la chimie”;
«l'ensemble des savants ne cessa de l'attaquer et de le calomnier, au point
que celui-ci tomba malade d'une encéphalite. Par la suite les intrigants
réussirent même à faire interner leur victime en asile psychiatrique, pour folie des
grandeurs ! »

[C’est là qu’on s’aperçoit que Jean Thuillier, auteur d’une grande
“Histoire de la folie”, est complètement déconnecté. Il va jusqu’à prétendre que
Semmelweis avait une “personnalité psychopathique”.
Il a oublié, notre cher psychiatre, directeur du premier institut de
psychopharmacologie, que l’on ne voit généralement chez autrui que le reflet de
soi-même !...

Semmelweiss n’a jamais été psychopathe ou fou.
Il ne l’est devenu qu’aux yeux de son entourage : “fou de colère”,
excédé devant tant de médiocrité, d’agressivité, de méchanceté, et d’aveuglement
obstiné et criminel,... bref: excédé par ... leur folie !...

Tout individu vraiment sain d’esprit ne peut que “devenir fou” - AUX
YEUX DES AUTRES !!! - en constatant que le monde dans lequel il vit est dirigé
par de véritables psychopathes névrosés, capables de faire assassiner chaque
jour leurs semblables sans le moindre remords !...
Ses “troubles psychiques”, ne sont pas dû à sa folie, mais à la folie de
ses contemporains, refusant d’admettre la vérité, et le couvrant
d’indifférence, de sarcasmes, de mépris, de cabales et de calomnies !
(beaucoup d’autres encore subirent eux aussi cette haine et cette bêtise
typiquement humaines: Swedenborg, Steiner, Grothendieck... de purs génies !!!)]

Le but recherché était atteint: on pouvait désormais présenter la loi de
la conservation de l'énergie comme le produit d'un cerveau délirant. Après ce
«succès», la science allemande organisa pendant presque dix ans un silence de
mort autour de Mayer, sauf pour annoncer son décès à l'asile. Et ce nom
n'aurait jamais été mentionné à propos de la découverte révolutionnaire de celui
qui le portait, si le physicien anglais John Tyndall (1820-1896) n'avait, à
l'occasion d'une réunion de la Royal Society, en 1852, reconnu à Mayer la
paternité de cette découverte. En revanche, des aussi honorés et intègres que Hermann
von Helmholtz (1821-1894), Rudolf Clausius (1822-1888) et autres coryphées de
la science avaient contesté au petit docteur la priorité de cette découverte
et contribué à ruiner son cabinet médical à Heilbronn... car qui donc aurait
l'idée d'aller se faire soigner par un fou ?!...

[Cette attitude est malheureusement encore très vivace, j’ai eu moi-même
le choc, quand, dans les années 94-95, j’ai commencé avec enthousiasme à
parler de tous ces avantages de mon “comportement de vie” végétarien-harmoniste,
d’être harcelé, calomnié... et même accusé notamment par un vieil ami (?!), de
: “comportement schizophrénique” (sic !!!).

Elle est d’ailleurs non seulement vivace, mais aussi très répandue: qui
ne se souvient pas, dans l’oeuvre célèbre de Richard Bach, comment fut traité
Jonathan le goéland, lui qui ne voulait qu’apprendre aux siens à “voler” et à
se libérer ainsi de leurs chaînes et conditionnements;... Il fut lui aussi
injurié, agressé, blâmé, et finalement rejeté et exclu de la... “fraternité”
!...]

A SUIVRE

*************

<< La folie, est de reproduire continuellement les mêmes comportements et de
s'attendre à des résultats différents. >>
Neale Donald Walsch ("L'amitié avec Dieu")

-------------


==> « Comme l'écrit notamment Pierre Lance dans ses ouvrages passionnants sur
la mafia de la pensée unique "Savants Maudits, Chercheurs Exclus" (3 volumes
tous aussi excellents les uns que les autres :

http://perso.wanadoo.fr/lerenouvelle/pub/Savants_maudits_2.html) :


"Les journaux, les radios, les télévisions ne nous restituent que l'écume des
choses. Lire et faire lire, n'en doutez pas, c'est AGIR !"

Si vous lisez ces articles de Culture Net 2013, et si vous les faites
lire, vous aurez déjà commencé la révolution (des fourmis), la vraie, celle des

esprits et non celle des rues !... »

...................................................


Pour consulter les archives et ainsi découvrir tous les précédents
articles :

<< http://fr.groups.yahoo.com/group/culturenet2013/ >>


Pour s'inscrire directement (ou inviter vos amis à s'inscrire) :

- << culturenet20...@yahoogroupes.fr >>


.............


A Bientôt.


MEILLEURES PENSÉES Ã TOUS !!!!!!!!!!!!!

R. Daneel Olivaw


.....................

<< AVEC LE TEMPS, SEULS L'AMOUR ET LA VÉRITÉ...

... FINISSENT PAR TRIOMPHER ! >> (Mahatma GANDHI)

*************


( A VOIR ÉGALEMENT :
==> <A HREF="http://agnvswebmestre.free.fr/effetdeserre.htm">Effet de serre:
chimère notoire ?</A>
(http://agnvswebmestre.free.fr/effetdeserre.htm))


==> LE SITE DE L'AGNVS :

<A HREF="http://agnvswebmestre.free.fr/">AGNVS : Association les Guides de la
Nature, ...</A>

(http://agnvswebmestre.free.fr/)

L'ALIMENTATION SAINE :

==> <A HREF="http://www.fraternet.com/magazine/loi2104.htm">
L'alimentation saine - Henri-Charles Geffroy</A>

(http://www.fraternet.com/magazine/loi2104.htm)

</HTML>

olga france

unread,
Mar 16, 2008, 9:47:00 PM3/16/08
to DaneelO...@aol.com, culture...@yahoogroupes.fr, destina...@googlegroups.com
Très intéressant ce texte quand tu l'auras terminé tu me le passeras?
Amitiés.

Isabel

DaneelO...@aol.com

unread,
Mar 20, 2008, 4:24:58 PM3/20/08
to destina...@googlegroups.com
Dans un courrier daté du 16/03/08 18:58:14, olga....@wanadoo.fr a écrit :

<<Très intéressant ce texte quand tu l'auras terminé tu me le passeras?

Amitiés. Isabel>>

Salut Isabel...
Désolé pour le retard à te répondre.. comme d'hab je suis toujours "surbooké"
(et les médisances de mes propres amis n'arrangent pas mon emploi du
temps.... même si ce sont elles qui me permettent aussi de peaufiner mes écrits et de
les rendre moins abstraits, plus vivant, , plus ancré dans le quotidien des
gens d'aujourd'hui)..

Enfin bref....

Pourquoi me demandes-tu donc de te passer le texte ?
Tout ce que je partage - TOUT !!!!!!!!!!!!! - sur mes forums "Culture Net
2013" et "Destination 2013" et même mon site de l'AGNVS est en libre
disposition !
Tout est cadeau !.... Je passe certes des heures à les rédiger, et parfois
des jours, des mois entiers à trouver toutes les infos les confronter, les
analyser, etc. .. mais c'est offert.... pas de droit d'auteur... mon travail de
"polémiste er journaliste non-conformiste" est gratuit.... comme l'enseignait mon
film-culte "jonathan Iivingston le goéland" : << TANT D'AMOUR PASSE DANS LE
SEUL FAIT DE DONNER, DE PARTAGER LE MEILLEUR DE CE QUE L'ON A APPRIS ET
COMPRIS.... etc. >>

Tu peux donc déjà prendre ce que tu veux et le diffuser comme tu le veux...
Et au fur et à mesure de ma disponibilité, je transmettrais la suite !...

(Je vais encore avoir une phase plus silencieuse les prochains jours, je dois
déjà me remetttre au boulot pour la prochaine LETTRE DE L'AGNVS, qui doit
marquer les "60 ans de La Vie Claire" !!!!)


Meilleures pensées !.... </HTML>

Reply all
Reply to author
Forward
0 new messages