Stop the politics of war, time for a peace plan!

1 view
Skip to first unread message

Ludo De Brabander

unread,
Jun 23, 2024, 1:52:25 AMJun 23
to

Dear friends,

In three weeks NATO will 'celebrate' its 75the anniversary. The peace movement is calling up to join the counter-summit, demonstrations and actions in Washington and elsewhere with the message: NATO get out of our countries, of our world! It’s time to retire. Stop war! Stop NATO! No Peace without social justice!

The text below (and on our website) is my contribution to the 7th assembly of the ILPS in Georgetown, Penang, Malaysia.

Kind regards,

Ludo De Brabander, Vrede vzw, Belgium


Stop the politics of war, time for a peace plan!

Humanity has to cope with two planetary threats of increasingly dangerous proportions: climate change and the threat of nuclear war. Unfortunately, international tensions reduce space for diplomacy and action to address these and other major planetary challenges. Underlying all this is the competition between superpowers in the struggle for hegemony and the profit-driven capitalist system that keeps making the rich richer and the poor poorer.

After the cold war, in 1992 a first draft of the Defense Planning Guidance for the 1994–1999 period by US undersecretary of Defense Paul Wolfowitz was leaked. The major objective of what became known as the Wolfowitz doctrine was "to prevent the re-emergence of a new rival, either on the territory of the former Soviet Union or elsewhere". The document outlined an imperialist policy of unilateralism and pre-emptive military action with the fundamental goal of keeping the US in the role of sole superpower in a 'new world order'. More than 30 years later this hasn’t changed.

NATO's provocative behaviour in Eastern Europe

The rise of China and Russia's ambitions to reassert its role as a superpower were potential threats to the hegemonic role of the US. Although the Warschaupact and Sovjet-Union ceased to exist, Washington successfully managed to strengthen NATO in the post-cold war period with the purpose of defending its interests in Europe and the wider region and step up its confrontation and provocations with Russia. A few years after cancelling the ABM Treaty in 2002, the US announced its plans to build a new missile shield in Eastern Europe. In 2008, at its summit in Bucharest under pressure of the US, NATO gave the green light to Ukraine's future membership. At the time, Germany and France were aware of the consequences of Ukraine becoming NATO member. In the words of then French Prime Minister Fillon, it would upset the balance of power in Europe. The successive rounds of NATO enlargement - the number of members has now doubled from 16 at the end of the Cold War to 32 today - were done without taking into account the security interests of Russia, which raised strong objections from the outset from under Yeltsin.

NATO’s provocative behaviour helped shaping the current pivotal moment towards what is regularly called Cold War 2.0. In a cold war, superpowers fight their mutual rivalries through third countries.

Ukraine and US intrests in Europe

That is what is going on in and around Ukraine. In Ukraine, a nationalist conflict that took on an armed character turned into a proxy war as of 2014. For the US, that was the ultimate moment to realise its hegemonic goals according to old geopolitical guideline as it was defined by the first NATO Secretary General Hastings Ismay in the 1950’s to summarise NATO's raison d'être: to "keep the Soviet Union out, the Americans in and the Germans down".

The military cooperation and support to Ukraine that started immediately after 2008, with arms deliveries and joint manoeuvres was intensified after the Russian invasion of Ukraine. Economic ties between European countries and Russia were severed and replaced by a comprehensive package of sanctions that also immediately strengthened the US position in Europe, including by seizing much of the energy market. US LNG (liquid Gas) exports to Europe tripled in three years (between 2021 – 2023). Russia's position as a superpower was to be curtailed with a war of attrition at the expense of Ukraine, which was economically grounded and faces difficulties in finding new recruits for the battlefield.

The US was very open about the purpose of massive arms deliveries to Ukraine. It is not so much about ending the war quickly, but about weakening Russia as confirmed in April 2022 by US Secretary of Defence, Lloyd Austin. At the same time, Europe was undergoing rapid militarisation to the benefit of the military industry in the US and Europe. The military industrial complex is a not to underestimate driving force of western war policies. Many European proponents advocate the transformation to a war economy to tackle “the danger of Russian imperialism” even though it is clear that Russia is forced to concentrate all military efforts in Ukraine with little means of expanding its war.

Before I continue, I want to make clear that we as a peace movement must denounce and condemn Russian aggression against Ukraine. In Russia, conservative, nationalistic and militaristic forces are in power. Forces that symbolize just about everything the peace movement fights against. But the western focus on the problematic nature of the Russian invasion, a violation of Ukrainian sovereignty, should divert attention from NATO's huge responsibilities and provocations that lead to the outbreak of war in Ukraine.

NATO continues to claim that the Russian invasion of Ukraine was "unprovoked". But NATO Secretary-General Stoltenberg himself admitted in a speech to the European Parliament in September last year that halting NATO expansion was a Russian condition for not invading Ukraine. According to Stoltenberg, he "went to war to prevent NATO, more NATO, from getting close to its borders. Stoltenberg says no more or less that there was a recipe for averting a Russian war against Ukraine, namely Ukraine's neutrality.

NATO and its member states have yet to make any attempt to use diplomacy to seek a way out of the war. The military alliance instead continue to fuel it, even though Ukraine is paying a huge price and there is little chance of Kiev regaining its territory by military means. China's 12-point plan of mid-May 2024 is dismissed by NATO. According to NATO Secretary General Jens Stoltenberg, Beijing is not well-placed to negotiate an end to the war. Clearly, the war must continue because Russia must be eliminated as a 'strategic rival'.

Dangerous tensions among nuclear armed powers

Meanwhile, in the so-called ‘Indo-pacific region’, much energy is invested to also weaken China, the other 'strategic rival' - as China and Russia are defined in the ‘NATO 2030 Agenda’ in 2021 - with economic sanctions and the militarisation of the region with numerous military exercises and the arming of allies such as Taiwan, South Korea and Japan (the latter country decided to double its military spending in five years). It is a dangerous policy that has greatly increased the nuclear threat, exacerbated by the cancellation of key disarmament agreements by former President Trump. As a result of the current tense relations diplomatic channels are disrupted for new agreements of arms control. Worse, instead of nuclear disarmament initiatives, nuclear arsenals are being modernised and even expanded, making the world more unsafe. According to a new ICAN-report, nuclear armed states spent 91 billion dollar in their nuclear arsenals last year. 10% more than the previous year and an increase of 34% in the last five years.

The increased nuclear threat should be a major motivation to work towards rapprochement with Russia and China. But for now, there is little sign of any urgency in transatlantic circles.

Another dangerous trend is that the international legal system, as developed after the Second World War, is increasingly coming under pressure. We have witnessed how decisive the European Union can be with by now 14 sanctions packages against Russia. That same show of political will and principles is completely absent when it comes to the genocidal actions of the Israeli colonial occupying power and Apartheid state. On the contrary, the US and some other NATO member states continue to supply Israel with arms and make themselves complicit in war crimes, crimes against humanity and genocide. This hypocritical behaviour of two weights and two measures is undermining the international legal system. It proves that not international law and human rights are the driving forces of Western foreign policy, but geopolitical, imperialist and neo-colonial interests.

The capitalist system is grounded in competition and makes countries seek market domination, control over resources and capital accumulation that is accompanied by militarism and confrontations. Human insecurity (lack of access to basic needs) and environmental problems faced by large populations in the global south as a result of exploitation, unequal trade relations and the neoliberal policies of institutions such as the IMF and the World Bank are a breeding ground for violent conflicts and civil wars.

Peace and capitalism are two concepts that are difficult to combine. Militarism and capitalism go against fundamental values of equality, solidarity and humanity. We need to revive the idea of a new international economic order (NIEO), to counter neoliberalism, imperialism and neocolonialism without being paralysed and weakened by often minor underlying differences in how a NIEO should look like. There is a historical reference. In 1974 a declaration for a new international economic order was voted by the UN General Assembly. However it was immediately and strongly rejected by the US for obvious reasons.

The need for human and common security

It is also up to us, social movements and left forces to keep fighting for the principle that there is no peace without social justice and that peace is impossible if people have no access to essential needs in a healthy environment. It is a struggle that social organisations, trade unions, environmental groups, human rights and peace activists must fight together even if the balance of power is very unequal. Resistance pays off. History proves it. Workers in many countries have succeeded in establishing a social security system. In Belgium numerous large and small actions have pushed political parties, municipalities and universities to implement principles of the BDS (Boycott, Divestment and Sanctions) towards Israeli entities complicit with the occupation.

The war in Ukraine, tensions in Asia and violence in the Middle East and Africa are great challenges to the peace and other social movements that seems divided and unable to weigh on politics. In time it will be realised that the politics of war are hopeless and bankrupt. Therefore, the peace movement must knock on the same nail each time: In Ukraine that means pushing for a cease-fire followed by negotiations aimed at a just, but also lasting peace. We have to emphasize that real security is based on the principle of ‘I am only safe if my neighbour also feels safe’.

Militarization and a new arms race come at the expense of necessary environmental and social investments. Tensions between militarized blocs prevent swift action to save our planet from climate change, address unsustainable inequality and poverty, and avert the nuclear weapons threat. We need a new security system that is people-centred, inclusive and based on respect for mutual security interests, on common security.

In three weeks NATO will 'celebrate' its 75the anniversary. The peace movement is calling up to join the counter-summit, demonstrations and actions in Washington and elsewhere with the message: NATO get out of our countries, of our world! It’s time to retire. Stop war! Stop NATO! No Peace without social justice!


Roland Marounek

unread,
Jun 23, 2024, 2:41:50 AMJun 23
to alert...@googlegroups.com

Traduction semi-automatique

Stop aux politiques de guerre, il est temps de mettre en place un plan de paix !

L'humanité doit faire face à deux menaces planétaires de plus en plus dangereuses : le changement climatique et la menace d'une guerre nucléaire. Malheureusement, les tensions internationales réduisent l'espace de diplomatie et d'action pour relever ces défis et d'autres défis planétaires majeurs. À la base de tout cela, il y a la concurrence entre les superpuissances dans la lutte pour l'hégémonie et le système capitaliste axé sur le profit qui ne cesse d'enrichir les riches et d'appauvrir les pauvres.

Après la guerre froide, en 1992, un premier projet de directive de planification de la défense pour la période 1994-1999, rédigé par le sous-secrétaire américain à la défense, Paul Wolfowitz, a fait l'objet d'une fuite. L'objectif principal de ce qui est devenu la doctrine Wolfowitz était "d'empêcher la réémergence d'un nouveau rival, que ce soit sur le territoire de l'ex-Union soviétique ou ailleurs". Le document décrivait une politique impérialiste d'unilatéralisme et d'action militaire préventive dont l'objectif fondamental était de maintenir les États-Unis dans leur rôle de seule superpuissance dans un "nouvel ordre mondial". Plus de 30 ans plus tard, cette politique n'a pas changé.

Le comportement provocateur de l'OTAN en Europe de l'Est

La montée en puissance de la Chine et les ambitions de la Russie de réaffirmer son rôle de superpuissance constituaient des menaces potentielles pour le rôle hégémonique des États-Unis. Bien que le Pacte de Varsovie et l'Union soviétique aient cessé d'exister, Washington a réussi à renforcer l'OTAN dans la période de l'après-guerre froide dans le but de défendre ses intérêts en Europe et plus largement dans la région, et d'intensifier sa confrontation et ses provocations avec la Russie. Quelques années après avoir annulé le traité ABM en 2002, les États-Unis ont annoncé leur intention de construire un nouveau bouclier antimissile en Europe de l'Est. En 2008, lors de son sommet de Bucarest, sous la pression des États-Unis, l'OTAN a donné son feu vert à l'adhésion future de l'Ukraine. À l'époque, l'Allemagne et la France étaient conscientes des conséquences de l'adhésion de l'Ukraine à l'OTAN. Selon les termes du Premier ministre français de l'époque, M. Fillon, l'équilibre des forces en Europe s'en trouverait bouleversé. Les vagues successives d'élargissement de l'OTAN - dont le nombre de membres a doublé, passant de 16 à la fin de la guerre froide à 32 aujourd'hui - ont été menées sans tenir compte des intérêts de sécurité de la Russie, qui a soulevé de fortes objections dès le début, sous le régime d'Eltsine.

Le comportement provocateur de l'OTAN a contribué à façonner le moment charnière actuel vers ce que l'on appelle régulièrement la guerre froide 2.0. Dans une guerre froide, les superpuissances combattent leurs rivalités mutuelles par l'intermédiaire de pays tiers.

L'Ukraine et les intérêts américains en Europe

C'est ce qui se passe en Ukraine et autour de l'Ukraine. En Ukraine, un conflit nationaliste qui a pris un caractère armé s'est transformé en guerre par procuration à partir de 2014. Pour les États-Unis, c'était le moment ultime de réaliser leurs objectifs hégémoniques selon la vieille ligne directrice géopolitique définie par le premier secrétaire général de l'OTAN, Hastings Ismay, dans les années 1950, pour résumer la raison d'être de l'OTAN : "maintenir l'Union soviétique à l'extérieur, les Américains à l'intérieur et les Allemands à terre".

La coopération militaire et le soutien à l'Ukraine qui ont commencé immédiatement après 2008, avec des livraisons d'armes et des manœuvres conjointes, se sont intensifiés après l'invasion de l'Ukraine par la Russie. Les liens économiques entre les pays européens et la Russie ont été rompus et remplacés par un ensemble complet de sanctions qui ont immédiatement renforcé la position des États-Unis en Europe, notamment en s'emparant d'une grande partie du marché de l'énergie. Les exportations américaines de GNL (gaz liquide) vers l'Europe ont triplé en trois ans (entre 2021 et 2023). La position de la Russie en tant que superpuissance devait être endiguée par une guerre d'usure aux dépens de l'Ukraine, qui était économiquement à terre et fait face à des difficultés pour trouver de nouvelles recrues pour le champ de bataille.

Les États-Unis ont été très ouverts sur l'objectif des livraisons massives d'armes à l'Ukraine. Il ne s'agit pas tant de mettre fin rapidement à la guerre que d'affaiblir la Russie, comme l'a confirmé en avril 2022 le secrétaire américain à la défense, Lloyd Austin. Dans le même temps, l'Europe a connu une militarisation rapide au profit de l'industrie militaire des États-Unis et de l'Europe. Le complexe militaro-industriel est une force motrice non négligeable des politiques de guerre occidentales. De nombreux acteurs européens prônent la transformation en une économie de guerre pour faire face au "danger de l'impérialisme russe", même s'il est clair que la Russie est obligée de concentrer tous ses efforts militaires en Ukraine, avec peu de moyens d'étendre sa guerre.

Avant de poursuivre, je tiens à préciser qu'en tant que mouvement pacifiste, nous devons dénoncer et condamner l'agression russe contre l'Ukraine. En Russie, les forces conservatrices, nationalistes et militaristes sont au pouvoir. Des forces qui symbolisent à peu près tout ce que le mouvement de la paix combat. Mais l'accent mis en Occident sur la nature problématique de l'invasion russe, sur la violation de la souveraineté ukrainienne, est destinée à détourner l'attention des énormes responsabilités de l'OTAN et des provocations qui ont conduit à l'éclatement de la guerre en Ukraine.

L'OTAN continue d'affirmer que l'invasion russe de l'Ukraine était "non-provoquée". Mais le secrétaire général de l'OTAN, M. Stoltenberg, a lui-même admis, dans un discours prononcé devant le Parlement européen en septembre de l'année dernière, que l'arrêt de l'expansion de l'OTAN était une condition posée par la Russie pour ne pas envahir l'Ukraine. Selon Stoltenberg, il "est entré en guerre pour empêcher l'OTAN, plus d'OTAN, de s'approcher de ses frontières". Stoltenberg affirme ni plus ni moins qu'il existait une recette pour éviter une guerre russe contre l'Ukraine, à savoir la neutralité de l'Ukraine.

L'OTAN et ses États membres n'ont toujours pas fait la moindre tentative de recours à la diplomatie pour trouver une issue à la guerre. Au lieu de cela, l'alliance militaire continue à l'alimenter, même si l'Ukraine paie un prix énorme et qu'il y a peu de chances que Kiev regagne son territoire par des moyens militaires. Le plan chinois en 12 points de la mi-mai 2024 est rejeté par l'OTAN. Selon le secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg, Pékin n'est pas bien placé pour négocier la fin de la guerre. Il est clair que la guerre doit continuer parce que la Russie doit être éliminée en tant que "rival stratégique".

Des tensions dangereuses entre les puissances nucléaires

Pendant ce temps, dans la région dite "indo-pacifique", beaucoup d'énergie est investie pour affaiblir également la Chine, l'autre "rival stratégique" (comme la Chine et la Russie ont été qualifiées en 2021 dans l'"Agenda 2030 de l'OTAN") avec des sanctions économiques et la militarisation de la région avec de nombreux exercices militaires et l'armement d'alliés tels que Taïwan, la Corée du Sud et le Japon (ce dernier pays a décidé de doubler ses dépenses militaires en cinq ans). Il s'agit d'une politique dangereuse qui a considérablement accru la menace nucléaire, exacerbée par l'annulation d'accords de désarmement clés par l'ancien président Trump. En raison des relations tendues actuelles, les canaux diplomatiques sont perturbés pour de nouveaux accords de contrôle des armements. Pire, au lieu d'initiatives de désarmement nucléaire, les arsenaux nucléaires sont modernisés et même élargis, ce qui rend le monde plus dangereux. Selon un nouveau rapport de l'ICAN, les États dotés d'armes nucléaires ont dépensé 91 milliards de dollars dans leurs arsenaux nucléaires l'année dernière, soit 10 % de plus que l'année précédente. 10 % de plus que l'année précédente et une augmentation de 34 % au cours des cinq dernières années.

La menace nucléaire accrue devrait être une motivation majeure pour travailler au rapprochement avec la Russie et la Chine. Mais pour l'instant, il y a peu de signe du moindre sentiment d'urgence dans les cercles transatlantiques.

Une autre tendance dangereuse est que le système juridique international, tel qu'il a été développé après la Seconde Guerre mondiale, est de plus en plus mis sous pression. Nous avons vu à quel point l'Union européenne peut être décisive avec les 14 paquets de sanctions qu'elle a déjà adoptés contre la Russie. Cette même démonstration de volonté politique et de principes est totalement absente lorsqu'il s'agit des actions génocidaires de la puissance d'occupation coloniale israélienne et de l'État d'apartheid. Au contraire, les États-Unis et certains autres États membres de l'OTAN continuent de fournir des armes à Israël et se rendent complices de crimes de guerre, de crimes contre l'humanité et de génocide. Ce comportement hypocrite de deux poids et deux mesures sape le système juridique international. Il prouve que ce ne sont pas le droit international et les droits de l'homme qui sont les moteurs de la politique étrangère occidentale, mais les intérêts géopolitiques, impérialistes et néocoloniaux.

Le système capitaliste est fondé sur la concurrence et pousse les pays à rechercher la domination du marché, le contrôle des ressources et l'accumulation de capital, ce qui s'accompagne de militarisme et de confrontations. La précarité (le manque d'accès aux besoins de base) et les problèmes environnementaux auxquels sont confrontées de larges populations du Sud en raison de l'exploitation, des relations commerciales inégales et des politiques néolibérales d'institutions telles que le FMI et la Banque mondiale, constituent un terrain propice aux conflits violents et aux guerres civiles.

La paix et le capitalisme sont deux concepts difficiles à combiner. Le militarisme et le capitalisme vont à l'encontre des valeurs fondamentales d'égalité, de solidarité et d'humanité. Nous devons relancer l'idée d'un nouvel ordre économique international (NOEI), pour contrer le néolibéralisme, l'impérialisme et le néocolonialisme, sans être paralysés et affaiblis par des divergences sous-jacentes souvent mineures sur la forme que devrait prendre ce nouvel ordre économique. Il y a une référence historique. En 1974, une déclaration pour un nouvel ordre économique international a été votée par l'Assemblée générale des Nations unies. Cependant, elle a été immédiatement et fermement rejetée par les États-Unis, pour des raisons évidentes.

Le besoin de sécurité humaine et générale

C'est aussi à nous, mouvements sociaux et forces de gauche, de continuer à nous battre pour le principe qu'il n'y a pas de paix sans justice sociale et que la paix est impossible si les gens n'ont pas accès aux besoins essentiels dans un environnement sain. C'est un combat que les organisations sociales, les syndicats, les groupes environnementaux, les militants des droits de l'homme et de la paix doivent mener ensemble, même si le rapport de force est très inégal. La résistance est payante. L'histoire le prouve. Dans de nombreux pays, les travailleurs ont réussi à mettre en place un système de sécurité sociale. En Belgique, de nombreuses actions, petites et grandes, ont poussé les partis politiques, les municipalités et les universités à mettre en œuvre les principes du BDS (Boycott, Désinvestissement et Sanctions) à l'égard des entités israéliennes complices de l'occupation.

La guerre en Ukraine, les tensions en Asie et la violence au Moyen-Orient et en Afrique constituent de grands défis pour les mouvements pacifistes et autres mouvements sociaux qui semblent divisés et incapables de peser sur la politique. Avec le temps, on réalisera que les politiques de guerre sont sans espoir et condamné à la faillite. C'est pourquoi le mouvement pacifiste doit taper chaque fois sur le même : En Ukraine, cela signifie faire pression pour un cessez-le-feu suivi de négociations visant à une paix juste, mais aussi durable. Nous devons insister sur le fait que la véritable sécurité repose sur le principe suivant : "Je ne suis en sécurité que si mon voisin se sent lui aussi en sécurité".

La militarisation et une nouvelle course aux armements se font au détriment des investissements environnementaux et sociaux nécessaires. Les tensions entre les blocs militarisés empêchent d'agir rapidement pour sauver notre planète du changement climatique, lutter contre les inégalités et la pauvreté insoutenables et écarter la menace des armes nucléaires. Nous avons besoin d'un nouveau système de sécurité centré sur les personnes, inclusif et fondé sur le respect des intérêts de sécurité mutuels, sur la sécurité commune.

Dans trois semaines, l'OTAN "célébrera" son 75e anniversaire. Le mouvement pacifiste appelle à se joindre au contre-sommet, aux manifestations et aux actions à Washington et ailleurs, avec le message suivant : "OTAN, hors de nos pays, de nos pays, hors de notre monde ! Il est temps de prendre sa retraite. Stop à la guerre ! Stop à l'OTAN ! Pas de paix sans justice sociale !

 

 

De : alert...@googlegroups.com [mailto:alert...@googlegroups.com] De la part de Ludo De Brabander
Envoyé : dimanche 23 juin 2024 04:13
À : niet-openbare ontvangers:
Objet : [alerte-otan] Stop the politics of war, time for a peace plan!

--
Les opinions exprimées ci-dessus ne sont pas nécessairement celles du Comité de Surveillance OTAN.
---
Vous recevez ce message, car vous êtes abonné au groupe Google Groupes "Alerte Otan".
Pour vous désabonner de ce groupe et ne plus recevoir d'e-mails le concernant, envoyez un e-mail à l'adresse alerte-otan...@googlegroups.com.
Cette discussion peut être lue sur le Web à l'adresse https://groups.google.com/d/msgid/alerte-otan/0fa40dd3-067b-49d0-a8ef-67fd47a0778e%40vrede.be.


Sans virus.www.avast.com

Gerard Lévy

unread,
Jun 23, 2024, 7:16:11 AMJun 23
to alert...@googlegroups.com
Pour information.
Une contribution (parmi d’autres), sur une sortie de guerre en Ukraine…(envoyée dans INFO P&D Lettre d’information de la commission Paix et Désarmement EELV du 8/5/2024):
«Moult paramètres seront sur la (future), table de négociations, telles (exemples à débattre of course):
- relecture et réactualisation des accords Minsk I et II;
- une Ukraine en dehors de l’OTAN (en cohérence aux engagements pris par Baker face à Gorbatchev, « aucun pays de l’Est n’entreront dans l’OTAN», promesse de Gascon! Idem la non entrée de l’Ukraine dans l’OTAN est cohérente avec le risque de prolifération nucléaire de voir de futures bases US dotées de telles armes, comme déjà le cas pour 6 États européens; de plus cette non entrée reste en cohérence avec l’article 6 du TNP);
- mise en œuvre d’un fédéralisme renforcée en Ukraine, pour la Crimée et le Donbas, avec une autonomie style les régions espagnoles dotées de parlements;
- ports francs en Crimée pour la flotte russe (en regard de Gibraltar et Guantanamo comme exemples);
- conférence pan-européenne sur la « sécurité commune », avec l’OSCE, l’ONU comme parties;
- retrait des missiles russes de Kaliningrad et de Biélorussie, comme facteur de désescalade, avec arrêts des exercices militaires de l’OTAN aux frontières de la Russie (voir ce qui a été négocié lors de la fin de la crise de Cuba: les USA retirent leur missiles nucléaires Jupiter de Turquie; les Russes les leurs de Cuba);
- fond international pour la reconstruction en Ukraine (contribution financière de la Russie, avec échéances);
- autres;
Of course, le tryptique « cessez-le-feu / ouverture de négociations / plan de paix… », doit rester la boussole pour une sortie de guerre, le temps étant compté au vu de l’escalade, l’engrenage entre les propos de la Ministre des Affaires étrangères lettone (« la Russie doit disparaître»!), du Président de Pologne (« Je souhaite des armes nucléaires US en Pologne » !), du Ministre des Affaires étrangères britannique («… les armes envoyées par l’OTAN peuvent être utilisées sur le sol russe »!), sans oublier notre Président E.Macron (Jupiter)(« Si l’Ukraine en fait la demande, accord pour envoyer des troupes »!), et cerise sur le gâteau de l’apocalypse W.Poutine (« pour des manœuvres d’armes nucléaires russes aux frontières de l’Ukraine »!).
Si après ce terrible diagnostic, droits dans nos bottes, les Ecologistes que nous sommes, pour ne pas nous laisser entraîner tels des somnambules vers le précipice, il n’y a que la mobilisation anti guerre en résonance avec Hessel et son fameux « Indignez-vous » qui pourrait remettre nos pendules à l’heure-)!
Encore un effort camarades -)!
Soyons actifs aujourd’hui avant d’être radio-actifs demain (sous peu)! ».

A suivre.
🐝🦋🌎🌻🕊☮️☢️
Gérard Lévy 
(co-responsable de la commission Paix et Désarmement EELV Les Ecologistes).

Envoyé par IPhone

Le 23 juin 2024 à 08:41, 'Roland Marounek' via Alerte Otan <alert...@googlegroups.com> a écrit :


Reply all
Reply to author
Forward
0 new messages