A propos des opérations de destabilisation chinoises et russes

0 views
Skip to first unread message

Roland Marounek

unread,
Jun 20, 2024, 2:11:50 AMJun 20
to alert...@googlegroups.com

INFOX.png
image tirée de https://www.rfi.fr/fr/europe/20240605-overload-la-campagne-de-d%C3%A9sinformation-pro-russe-qui-d%C3%A9tourne-le-travail-des-facts-checkers
La dénonciation des opérations ‘hybrides’ est-elle elle-même une opération hybride, destinée à  inculquer haine et peur de l’ « ennemi »?

 

Cela ne vous aura pas échappé, pratiquement chaque jour les médias et les politiques accusent la Chine et la Russie de mener ‘une guerre hybride’ de l’information, de mener de vaste campagnes de désinformations destinées à saper nos démocraties. Des médias en ligne dont pratiquement personne n’a entendu parler tels « Voice of Europe » nous menacent directement, des comptes rapidement mis hors ligne relaient la propagande du Kremlin, ...heureusement la Commission Européenne et l’OTAN nous protègent : https://www.nato.int/cps/fr/natohq/topics_219728.htm

 

« ...étant une alliance de pays démocratiques, l’OTAN tire sa légitimité de la confiance et de l’appui que lui témoignent les citoyens des pays membres. C’est la raison pour laquelle l’Organisation est la cible de campagnes de désinformation lancées par des acteurs malveillants – y compris la Russie et la Chine -, qui cherchent à saper la confiance de la population et à affaiblir la solidarité de l’Alliance. Ces acteurs se livrent à toute une série d’activités de désinformation contre l’OTAN »

 

Une opération de désinformation chinoise de grande ampleur démantelée par Meta

L’OTAN envisage de durcir sa réponse aux attaques hybrides russes

« L’OTAN soupçonne la Russie de vouloir propager la peur, semer la discorde et tenter de saper le soutien des Alliés à l’Ukraine. »

Buying Influence: How China Manipulates Facebook and Twitter (New-York Times, article même disponible en Chinois)

Comment les Etats-Unis veulent utiliser les jeux vidéo pour combattre la désinformation russe

....

 

 

Paille et poutre ? Les occidentaux pourraient surtout être inquiets que les Chinois et les Russes ne finissent  par arriver à faire ce qu’eux-mêmes font tellement bien, et de manière beaucoup plus efficace.

 

Reuters révèle la campagne de désinformation mondiale de Washington : Le reste de l'histoire

https://journal-neo.su/2024/06/18/reuters-exposes-washingtons-global-disinformation-campaign-the-rest-of-the-story/

traduction https://brunobertez.com/2024/06/19/reuters-confirme-que-le-gouvernement-americain-et-ses-agences-menent-des-campagnes-mondiales-de-desinformation-ciblant-memr-les-nations-alliees/

https://www.reuters.com/investigates/special-report/usa-covid-propaganda/

 

Dans un article récent, Reuters confirme ce que beaucoup savaient depuis des années, à savoir que le gouvernement américain et ses divers départements et agences mènent des campagnes mondiales de désinformation ciblant les nations qu’il cherche à affaiblir et dont il cherche à renverser les gouvernements.

Washington nuisait délibérément aux « alliés » américains

L’article  intitulé « Le Pentagone a mené une campagne secrète anti-vax pour affaiblir la Chine pendant la pandémie », admet :

Au plus fort de la pandémie de COVID-19, l’armée américaine a lancé une campagne secrète pour contrer ce qu’elle percevait comme l’influence croissante de la Chine aux Philippines, un pays particulièrement touché par le virus mortel.

L’opération clandestine n’a pas été signalée auparavant. Elle visait à semer le doute sur la sécurité et l’efficacité des vaccins et autres aides vitales fournies par la Chine, selon une enquête de Reuters. Grâce à de faux comptes Internet destinés à usurper l’identité des Philippins, les efforts de propagande de l’armée se sont transformés en campagne anti-vax. Les publications sur les réseaux sociaux ont dénoncé la qualité des masques, des kits de test et du premier vaccin qui serait disponible aux Philippines – le vaccin chinois Sinovac.

L’article révèle que la campagne n’a pas été menée uniquement aux Philippines, mais dans le reste de l’Asie du Sud-Est et bien au-delà.La campagne du gouvernement américain, menée par l’armée américaine, n’a pas été menée parce que l’on pensait que le vaccin chinois Sinovac ou l’un des équipements de protection qu’il fabriquait était défectueux, mais uniquement pour affaiblir la Chine.

Reuters citerait un officier militaire supérieur impliqué dans la campagne de désinformation qui a affirmé :  « nous n’envisageons pas cela du point de vue de la santé publique. Nous cherchions comment trainer la Chine dans la boue.»

Reuters a également interrogé des médecins qui ont admis que  « cela mettait les civils en danger pour un gain géopolitique potentiel ».

L’armée américaine n’était pas la seule coupable 

Aussi révélateur et inquiétant que soit l’article de Reuters, il est loin de donner corps à toute l’étendue de la désinformation, de la manipulation et de la coercition américaines concernant les vaccins et les équipements médicaux chinois.

En plus d’une campagne à grande échelle menée par l’armée américaine sur les réseaux sociaux, le Département d’État américain, par l’intermédiaire du National Endowment for Democracy (NED, interdit en Russie), a demandé à divers groupes d’opposition et partis politiques que le gouvernement américain avait constitués au fil des ans. au fil des années dans des pays ciblés, notamment en Asie du Sud-Est, d’amplifier ces mêmes récits à la fois dans les médias et même dans la rue.

En Thaïlande, le « Future Forward Party », soutenu par les États-Unis et dirigé par le milliardaire devenu homme politique Thanathorn Juangroongruangkit, et son  mouvement d’opposition financé par le NED  ont contribué à propager les mensonges et la désinformation reconnus du Pentagone à travers une série de manifestations exigeant que le gouvernement thaïlandais mette fin à sa coopération avec la Chine et ils achètent plutôt des vaccins aux États-Unis, et plus particulièrement auprès des géants pharmaceutiques américains Pfizer et Mondera.

Le South China Morning Post, dans un  article de 2021  intitulé « Comment le vaccin chinois Sinovac a été pris entre les feux croisés des manifestations antigouvernementales en Thaïlande », rapportait :

Le mouvement antigouvernemental thaïlandais est allé au-delà des appels à une réforme de la politique et de la monarchie et se concentre sur la gestion de la pandémie par Prayuth et sa dépendance au vaccin Sinovac au milieu d’une troisième vague alimentée par le Delta.

L’article éviterait de mentionner qui était spécifiquement l’opposition, et quels liens potentiellement compromettants ils ont pu avoir, les motivant à colporter « par hasard » le récit du Pentagone dans les rues de Bangkok.

Ce n’était pas une coïncidence si une opposition soutenue par les États-Unis menait de telles manifestations, surtout maintenant que Reuters a révélé que le Pentagone était la source des affirmations anti-chinoises que l’opposition thaïlandaise soutenue par les États-Unis répétait.

Les États-Unis ont utilisé tous leurs atouts, bien au-delà des opérations médiatiques menées par leurs militaires, mais aussi des groupes d’opposition et des partis politiques qu’ils avaient constitués et qu’ils financent dans le monde entier, pour participer également à la campagne mondiale de désinformation de Washington contre la Chine.

Loin d’être un seul exemple, l’opposition soutenue par les États-Unis en Thaïlande (et ailleurs) s’est rangée aux côtés de Washington contre la Chine sur toutes les questions imaginables, y compris des questions qui n’ont rien à voir directement avec la Thaïlande, y compris la mer de Chine méridionale, dont la Thaïlande ne fait pas partie. un demandeur.

Ce n’était ni la première ni la dernière campagne de désinformation aux États-Unis 

Alors que Reuters se concentre principalement sur ce seul aspect d’une seule campagne de désinformation menée désormais, il est vrai, et délibérément par les États-Unis, causant sciemment du tort aux alliés comme aux ennemis, le rapport fait allusion à l’existence de nombreuses autres campagnes de ce type.

Reuters notait :

Les opérations psychologiques clandestines comptent parmi les programmes les plus sensibles du gouvernement. La connaissance de leur existence est limitée à un petit groupe de personnes au sein des agences de renseignement et militaires américaines. De tels programmes sont traités avec une prudence particulière car leur exposition pourrait nuire aux alliances étrangères ou aggraver les conflits avec les rivaux.

Même si Reuters omet toute mention de campagnes spécifiques, il admet que le gouvernement américain a mené des campagnes de désinformation similaires visant à saper l’opinion publique chinoise.

Reuters admet :

En 2019, Trump a autorisé la Central Intelligence Agency à lancer une campagne clandestine sur les réseaux sociaux chinois visant à retourner l’opinion publique chinoise contre son gouvernement, a rapporté Reuters en mars. Dans le cadre de cet effort, un petit groupe d’agents a utilisé de fausses identités en ligne pour diffuser des récits désobligeants sur le gouvernement de Xi Jinping.

Ces campagnes se poursuivent aujourd’hui, remettant en question la qualité et la sécurité d’autres produits et projets chinois, allant des équipements de télécommunications fabriqués par Huawei aux grands projets d’infrastructures, le tout dans le but non pas de fournir ou de vendre aux pays en développement des alternatives américaines, mais de simplement refuser au monde en développement la possibilité de se développer complètement.

Tout comme ce fut le cas pour les vaccins chinois et les équipements médicaux de protection, l’opposition thaïlandaise soutenue par les États-Unis a joué un rôle direct dans l’amplification de ces autres campagnes médiatiques.

Par exemple, Thanathorn Juangroongruangkit a été cité par Bloomberg, dénonçant le projet du gouvernement thaïlandais de construire conjointement une ligne ferroviaire à grande vitesse reliant la Thaïlande à la Chine via le Laos, qui dispose déjà d’une ligne ferroviaire à grande vitesse construite par la Chine.

Le Département d’État américain dénonce régulièrement l’initiative chinoise « la Ceinture et la Route », la condamnant comme un moyen de « piéger » les nations dans l’endettement et la dépendance à l’égard de la Chine.L’  

article de 2018  intitulé « La Thaïlande a besoin d’un hyperloop, pas d’un train à grande vitesse construit en Chine, selon un critique de la junte », rapporterait :

Un magnat devenu homme politique qui s’oppose au gouvernement militaire thaïlandais a critiqué son projet ferroviaire à grande vitesse de 5,6 milliards de dollars avec la Chine, car la technologie hyperloop offre une alternative plus moderne.

Thanathorn Juangroongruangkit organiserait également un  événement de presse au cours duquel il ferait la promotion de l’« hyperloop » inexistant comme alternative au chemin de fer à grande vitesse sino-thaïlandais. Au cours de cet événement, il révélerait le véritable objectif de s’opposer aux infrastructures construites par la Chine :

Je pense qu’au cours des cinq dernières années, nous avons accordé trop d’importance à la Chine. Nous voulons réduire cela et rééquilibrer davantage nos relations avec l’Europe, avec le Japon et avec les États-Unis.

En réalité, la Thaïlande accorde de l’importance à la Chine en raison de sa proximité géographique, de ses liens culturels et historiques communs et, de manière plus pragmatique, du fait que la Chine est le plus grand partenaire commercial de la Thaïlande, ses investisseurs, sa source de tourisme, son partenaire en matière d’infrastructures et, de plus en plus, son partenaire dans le domaine des affaires et domaine de la défense.

Réduire une relation fructueuse et croissante pour la faire pivoter vers les États-Unis et leurs mandataires européens et japonais, qui sont tous incapables d’offrir des alternatives aux opportunités offertes par la Chine, est une politique irrationnelle. Ce n’est que « rationnel » si ceux qui proposent une telle politique servent les intérêts des États-Unis plutôt que ceux de la Thaïlande.

Compte tenu des relations étroites que Thanathorn Juangroongruangkit entretient lui-même avec Washington et du fait que son mouvement d’opposition est financé par Washington, sa proposition de politiques qui servent les intérêts américains aux dépens de la Thaïlande n’est pas une surprise.

Ceci n’est qu’une petite illustration de l’ampleur de la manipulation et de la coercition américaines dans le monde entier, allant bien au-delà des activités malhonnêtes et abusives sur les plateformes de médias sociaux, mais allant jusqu’à la création de mouvements d’opposition et de partis politiques non seulement pour exprimer opposition à la Chine, mais pour détourner de force les pays de leur collaboration avec la Chine en capturant politiquement leurs gouvernements, en installant des régimes clients au pouvoir et en faisant pencher la politique de manière irrationnelle en faveur des intérêts américains aux dépens de la nation ciblée, dans ce cas, la Thaïlande. .

Cela se fait non seulement par l’intermédiaire de l’armée américaine, mais aussi du Département d’État américain et d’un vaste réseau mondial d’organisations et de partis politiques construits, financés et dirigés par Washington.

Pour les nations du monde entier, il est important de comprendre les abus exercés par les États-Unis dans leurs propres espaces d’information respectifs, et la nécessité de protéger leur public contre de tels abus en contrôlant les réseaux de médias sociaux qui servent de vecteur à ces abus.

En obligeant les sociétés étrangères de médias sociaux à ouvrir des bureaux dans les pays ciblés et en les tenant responsables de la violation des lois locales interdisant les campagnes de désinformation abusives menées par des entités étrangères comme Washington, et en développant des alternatives locales aux plateformes de médias sociaux basées aux États-Unis, les pays ciblés peuvent décider eux-mêmes. qui peut utiliser son espace d’information et dans quel but – et s’il faut ou non tolérer le type de manipulation et de coercition exercée par Washington comme l’a exposé Reuters dans son récent rapport.

Pour la Chine et la Russie, qui ont déjà fait de grands progrès dans la sécurisation de leurs propres espaces d’information respectifs, elles pourraient peut-être ajouter les moyens de défendre l’espace d’information au portefeuille d’articles de défense que les deux pays exportent déjà dans le monde entier.

Brian Berletic est un chercheur et écrivain géopolitique basé à Bangkok, notamment pour le magazine en ligne  « New Eastern Outlook » .

 

 


Sans virus.www.avast.com
image001.png
Reply all
Reply to author
Forward
0 new messages