"tirer les leçons" d'une histoire déformée

4 views
Skip to first unread message

Roland Marounek

unread,
Jun 14, 2024, 7:36:30 AMJun 14
to alert...@googlegroups.com

Vision étatsunienne de la trajectoire vers la confrontation avec la Chine : Pour l’auteur essentiellement, la Chine d’aujourd’hui, c’est l’Allemagne de Bismark, avec la Grande Bretagne d’alors dans le rôle des USA aujourd’hui. « La guerre n'aurait peut-être pas eu lieu si les dirigeants allemands n'avaient pas eu l'audace de modifier l'équilibre des forces navales » : de même aujourd’hui la guerre n'aura (peut-être) pas lieu si les dirigeants chinois n’ont pas l'audace de remettre en cause l’hégémonie étatsunienne, « rejetant les préoccupations relatives aux règles et aux normes de comportement international ».

La guerre a plus été le résultat de maladresse de la part des Anglais qu’une fatalité : Les Etats-Unis doivent juste convaincre la Chine qu’ « ils ne leur veulent aucun mal ». De même que « L'Allemagne croyait que la Grande-Bretagne représentait une menace existentielle pour son ascension. (...) La Chine d'aujourd'hui présente de nombreux signes d'orgueil démesuré et de peur, comme l'Allemagne après les années 1890 »

Toutefois, il faut bien entendu renforcer les alliances militaires encerclant la Chine, car « un mythe persistant veut que les systèmes d'alliance aient conduit à la guerre », et au contraire il faut (pour dissuader toute contestation de l’hégémonie US) « maintenir une dissuasion crédible » : « [Les États-Unis] doivent concentrer leur puissance militaire dans la région indo-pacifique et faire de cette force un moyen de dissuasion efficace contre l'agression chinoise. Ils devraient également revigorer l'OTAN, l'Europe devant assumer une part beaucoup plus importante du fardeau de sa propre défense. »

 

 

La marche des somnambules vers la guerre

[Sleepwalking Toward War]

 

L'Amérique et la Chine tiendront-elles compte des avertissements de la catastrophe du vingtième siècle ?

Odd Arne Westad, Foreign Affairs, Juillet/août 2024

https://www.foreignaffairs.com/china/sleepwalking-toward-war-united-states

 

Dans The Rise of the Anglo-German Antagonism, 1860-1914, l'historien britannique Paul Kennedy explique comment deux peuples traditionnellement amis se sont retrouvés dans une spirale d'hostilité mutuelle qui a conduit à la Première Guerre mondiale. Des forces structurelles majeures ont été à l'origine de la concurrence entre l'Allemagne et la Grande-Bretagne : les impératifs économiques, la géographie et l'idéologie. L'essor économique rapide de l'Allemagne a modifié l'équilibre des pouvoirs et a permis à Berlin d'étendre sa portée stratégique. Une partie de cette expansion - en particulier sur mer - a lieu dans des régions où la Grande-Bretagne avait des intérêts stratégiques profonds et bien établis. Les deux puissances se considèrent de plus en plus comme des opposants idéologiques, exagérant à l'extrême leurs différences. Les Allemands caricaturent les Britanniques en les présentant comme des exploiteurs du monde qui brassent de l'argent, et les Britanniques dépeignent les Allemands comme des malfaiteurs autoritaires déterminés à s'étendre et à réprimer.

 

Les deux pays semblaient être sur une trajectoire de collision, destinés à la guerre. Mais ce ne sont pas les pressions structurelles, aussi importantes soient-elles, qui ont déclenché la Première Guerre mondiale. La guerre a éclaté grâce aux décisions contingentes d'individus et à un profond manque d'imagination de part et d'autre. Certes, la guerre a toujours été probable. Mais elle n'était inévitable que si l'on souscrit au point de vue profondément anhistorique selon lequel un compromis entre l'Allemagne et la Grande-Bretagne était impossible.

 

La guerre n'aurait peut-être pas eu lieu si les dirigeants allemands, après le chancelier Otto von Bismarck, n'avaient pas eu l'audace de modifier l'équilibre des forces navales. L'Allemagne a célébré sa domination en Europe et a insisté sur ses droits en tant que grande puissance, rejetant les préoccupations relatives aux règles et aux normes de comportement international. Cette attitude a alarmé d'autres pays, et pas seulement la Grande-Bretagne. Il était difficile pour l'Allemagne de prétendre, comme elle l'a fait, qu'elle voulait créer un nouvel ordre mondial plus juste et plus inclusif, alors qu'elle menaçait ses voisins et s'alliait à un empire austro-hongrois en décomposition qui s'efforçait de nier les aspirations nationales des peuples situés à ses frontières.

 

De l'autre côté, la même vision étroite prévalait. Winston Churchill, chef de la marine britannique, a conclu en 1913 que la position prééminente de la Grande-Bretagne sur la scène mondiale "semble souvent moins raisonnable aux yeux des autres qu'aux nôtres". Le regard que les Britanniques portent sur les autres n'est généralement pas empreint de cette conscience de soi. Les fonctionnaires et les commentateurs crachent du vitriol sur l'Allemagne, dénonçant en particulier les pratiques commerciales déloyales de ce pays. Londres regarde Berlin avec circonspection, interprétant toutes ses actions comme des preuves d'intentions agressives et ne comprenant pas les craintes de l'Allemagne pour sa propre sécurité sur un continent où elle est entourée d'ennemis potentiels. Bien entendu, l'hostilité britannique ne fait qu'aggraver les craintes et attiser les ambitions allemandes. "Peu de gens semblent avoir eu la générosité ou la perspicacité de chercher à améliorer à grande échelle les relations anglo-allemandes", déplore Kennedy.

 

Cette générosité et cette perspicacité font également cruellement défaut dans les relations entre la Chine et les États-Unis aujourd'hui. Comme l'Allemagne et la Grande-Bretagne avant la Première Guerre mondiale, la Chine et les États-Unis semblent s'engager dans une spirale descendante, qui pourrait aboutir à un désastre pour les deux pays et pour le monde entier. Comme il y a un siècle, de profonds facteurs structurels alimentent l'antagonisme. La concurrence économique, les craintes géopolitiques et une profonde méfiance contribuent à rendre le conflit plus probable.

 

Mais un schéma n'est pas une fatalité. Les décisions prises par les dirigeants peuvent prévenir la guerre et mieux gérer les tensions qui naissent invariablement de la concurrence entre grandes puissances. Comme dans le cas de l'Allemagne et de la Grande-Bretagne, les forces structurelles peuvent pousser les événements à leur paroxysme, mais il faut que l'avarice et l'ineptie humaines atteignent une échelle colossale pour qu'un désastre s'ensuive. De même, un jugement sain et des compétences peuvent éviter les pires scénarios.

 

LES LIGNES SONT TRACÉES

Tout comme l'hostilité entre l'Allemagne et la Grande-Bretagne il y a plus d'un siècle, l'antagonisme entre la Chine et les États-Unis a des racines structurelles profondes. Il remonte à la fin de la guerre froide. Au cours des dernières phases de ce grand conflit, Pékin et Washington avaient été en quelque sorte des alliés, car tous deux craignaient la puissance de l'Union soviétique plus qu'ils ne se craignaient l'un l'autre. Mais l'effondrement de l'État soviétique, leur ennemi commun, a eu pour conséquence presque immédiate que les décideurs politiques se sont davantage concentrés sur ce qui séparait Pékin et Washington que sur ce qui les unissait. Les États-Unis déploraient de plus en plus le gouvernement répressif de la Chine. La Chine n'appréciait pas l'hégémonie mondiale des États-Unis, qui se mêlaient de tout.

 

Mais ce durcissement des points de vue n'a pas entraîné un déclin immédiat des relations entre les États-Unis et la Chine. Au cours de la décennie et demie qui a suivi la fin de la guerre froide, les administrations américaines successives ont estimé qu'elles avaient beaucoup à gagner en facilitant la modernisation et la croissance économique de la Chine. À l'instar des Britanniques, qui avaient initialement soutenu l'unification de l'Allemagne en 1870 et l'expansion économique allemande par la suite, les Américains étaient motivés par leur propre intérêt à soutenir l'essor de Pékin. La Chine représentait un énorme marché pour les biens et les capitaux américains et, de plus, elle semblait vouloir faire des affaires à l'américaine, en important les habitudes de consommation et les idées sur le fonctionnement des marchés aussi facilement qu'elle adoptait les styles et les marques américains.

 

Sur le plan géopolitique, cependant, la Chine était beaucoup plus méfiante à l'égard des États-Unis. L'effondrement de l'Union soviétique a choqué les dirigeants chinois et le succès militaire des États-Unis lors de la guerre du Golfe de 1991 leur a fait comprendre que la Chine se trouvait désormais dans un monde unipolaire dans lequel les États-Unis pouvaient déployer leur puissance presque à volonté. À Washington, nombreux sont ceux qui ont été rebutés par l'usage de la force par la Chine contre sa propre population sur la place Tiananmen en 1989 et ailleurs. À l'instar de l'Allemagne et de la Grande-Bretagne dans les années 1880 et 1890, la Chine et les États-Unis ont commencé à se considérer avec une plus grande hostilité, alors même que leurs échanges économiques se développaient.

 

Ce qui a réellement changé la dynamique entre les deux pays, c'est la réussite économique inégalée de la Chine. En 1995, le PIB de la Chine représentait environ 10 % du PIB des États-Unis. En 2021, il atteignait environ 75 % du PIB américain. En 1995, les États-Unis produisaient environ 25 % de la production manufacturière mondiale et la Chine moins de 5 %. Aujourd'hui, la Chine a dépassé les États-Unis. L'année dernière, la Chine a produit près de 30 % de la production manufacturière mondiale, et les États-Unis seulement 17 %. Ces chiffres ne sont pas les seuls à refléter l'importance économique d'un pays, mais ils donnent une idée du poids d'un pays dans le monde et indiquent où réside la capacité à fabriquer des choses, y compris du matériel militaire.

 

Sur le plan géopolitique, l'opinion de la Chine sur les États-Unis a commencé à s'assombrir en 2003 avec l'invasion et l'occupation de l'Irak. La Chine s'est opposée à l'attaque menée par les États-Unis, même si Pékin ne se souciait guère du régime du président irakien Saddam Hussein. Plus que les capacités militaires dévastatrices des États-Unis, ce qui a réellement choqué les dirigeants de Pékin, c'est la facilité avec laquelle Washington pouvait rejeter les questions de souveraineté et de non-intervention, notions qui étaient des piliers de l'ordre international auquel les Américains avaient incité la Chine à adhérer. Les responsables politiques chinois se sont inquiétés du fait que si les États-Unis pouvaient si facilement bafouer les mêmes normes que celles qu'ils attendaient des autres, peu de choses viendraient limiter leur comportement à l'avenir. Le budget militaire de la Chine a doublé entre 2000 et 2005, avant de doubler à nouveau en 2009. Pékin a également lancé des programmes visant à mieux former ses militaires, à améliorer leur efficacité et à investir dans les nouvelles technologies. Elle a révolutionné ses forces navales et ses forces de missiles. Entre 2015 et 2020, le nombre de navires de la marine chinoise a dépassé celui de la marine américaine.

 

Certains affirment que la Chine aurait considérablement développé ses capacités militaires, quelle que soit l'attitude des États-Unis il y a vingt ans. Après tout, c'est ce que font les grandes puissances montantes à mesure que leur poids économique augmente. C'est peut-être vrai, mais le moment précis de l'expansion de Pékin était clairement lié à sa crainte que l'hégémon mondial ait à la fois la volonté et la capacité de contenir l'essor de la Chine s'il le souhaitait. L'Irak d'hier pourrait être la Chine de demain, comme l'a dit, de manière quelque peu mélodramatique, un planificateur militaire chinois au lendemain de l'invasion américaine. Tout comme l'Allemagne a commencé à craindre d'être enfermée à la fois économiquement et stratégiquement dans les années 1890 et au début des années 1900, c'est-à-dire exactement au moment où l'économie allemande connaissait sa croissance la plus rapide, la Chine a commencé à craindre d'être contenue par les États-Unis au moment même où sa propre économie montait en flèche.

 

AVANT LA CHUTE

S'il existe un exemple d'orgueil démesuré et de peur coexistant au sein d'un même leadership, c'est bien celui de l'Allemagne sous l'empereur Guillaume II. L'Allemagne croyait à la fois qu'elle était inéluctablement en pleine ascension et que la Grande-Bretagne représentait une menace existentielle pour son ascension. Les journaux allemands regorgent de postulats sur les progrès économiques, technologiques et militaires de leur pays, prophétisant un avenir où l'Allemagne dépasserait tous les autres. Selon de nombreux Allemands (et quelques non-allemands aussi), leur modèle de gouvernement, avec son mélange efficace de démocratie et d'autoritarisme, fait l'envie du monde entier. La Grande-Bretagne n'était pas vraiment une puissance européenne, affirmaient-ils, insistant sur le fait que l'Allemagne était désormais la plus grande puissance du continent et qu'il fallait la laisser libre de réorganiser rationnellement la région en fonction de la réalité de sa puissance. C'est d'ailleurs ce qu'elle aurait été en mesure de faire n’eut été l'ingérence britannique et l’éventualité que la Grande-Bretagne s'allie à la France et à la Russie pour contenir le succès de l'Allemagne.

 

À partir des années 1890, les passions nationalistes s'exacerbent dans les deux pays, de même que les idées les plus sombres sur la malveillance de l'autre. Berlin craint de plus en plus que ses voisins et la Grande-Bretagne ne veuillent entraver le développement naturel de l'Allemagne sur son propre continent et empêcher sa future prédominance. La plupart du temps inconscients de l'impact de leur rhétorique agressive sur les autres, les dirigeants allemands commencent à considérer l'ingérence britannique comme la cause première des problèmes de leur pays, tant à l'intérieur qu'à l'extérieur. Ils considèrent le réarmement britannique et les politiques commerciales plus restrictives comme des signes d'agressivité. "Le célèbre encerclement de l'Allemagne est enfin devenu un fait accompli", soupire Wilhelm, alors que la guerre se prépare en 1914. "Le filet s'est soudain refermé sur notre tête et la politique purement anti-allemande que l'Angleterre poursuivait avec mépris dans le monde entier a remporté la victoire la plus spectaculaire". De leur côté, les dirigeants britanniques estiment que l'Allemagne est en grande partie responsable du déclin relatif de l'Empire britannique, alors même que de nombreuses autres puissances se développent aux dépens de la Grande-Bretagne.

 

La Chine d'aujourd'hui présente de nombreux signes d'orgueil démesuré et de peur, comme l'Allemagne après les années 1890. Les dirigeants du Parti communiste chinois (PCC) ont tiré une immense fierté du fait que leur pays a traversé la crise financière mondiale de 2008 et ses conséquences avec plus d'habileté que leurs homologues occidentaux. De nombreux responsables chinois ont vu dans la récession mondiale de cette époque non seulement une calamité survenue aux États-Unis, mais aussi un symbole de la transition de l'économie mondiale d'un leadership américain à un leadership chinois. Les dirigeants chinois, y compris ceux du secteur des affaires, ont passé beaucoup de temps à expliquer aux autres que l'ascension inexorable de la Chine était devenue la tendance déterminante des affaires internationales. Dans ses politiques régionales, la Chine a commencé à adopter un comportement plus affirmé à l'égard de ses voisins. Elle a également écrasé les mouvements d'autodétermination au Tibet et au Xinjiang et a sapé l'autonomie de Hong Kong. Ces dernières années, elle a plus souvent insisté sur son droit à s'emparer de Taïwan, par la force si nécessaire, et a commencé à intensifier ses préparatifs en vue d'une telle conquête.

 

L'orgueil croissant de la Chine et la montée du nationalisme aux États-Unis ont permis à Donald Trump d'accéder à la présidence en 2016, après avoir séduit les électeurs en présentant la Chine comme une force maléfique sur la scène internationale. Une fois entré en fonction, M. Trump a entamé un renforcement militaire dirigé contre la Chine et lancé une guerre commerciale pour renforcer la suprématie commerciale des États-Unis, marquant ainsi une nette rupture avec les politiques moins hostiles menées par son prédécesseur, Barack Obama. Lorsque Joe Biden a remplacé M. Trump en 2021, il a maintenu un grand nombre des politiques de M. Trump visant la Chine - soutenu par un consensus bipartisan qui considère la Chine comme une menace majeure pour les intérêts américains - et a depuis imposé de nouvelles restrictions commerciales visant à rendre plus difficile l'acquisition de technologies sophistiquées par les entreprises chinoises.

 

Pékin a réagi à ce changement de ligne dure à Washington en faisant preuve d'autant d'ambition que d'insécurité dans ses relations avec les autres. Certaines de ses plaintes concernant le comportement américain ressemblent étrangement à celles que l'Allemagne a formulées à l'encontre de la Grande-Bretagne au début du vingtième siècle. Pékin a accusé Washington d'essayer de maintenir un ordre mondial intrinsèquement injuste - la même accusation que Berlin a portée contre Londres. "Ce que les États-Unis ont constamment juré de préserver, c'est un soi-disant ordre international conçu pour servir leurs propres intérêts et perpétuer leur hégémonie", déclarait en juin 2022 un livre blanc publié par le ministère chinois des affaires étrangères. "Les États-Unis eux-mêmes sont la plus grande source de perturbation de l'ordre mondial actuel."

 

Les États-Unis, quant à eux, tentent d'élaborer une politique à l'égard de la Chine qui combine la dissuasion et une coopération limitée, à l'instar de ce qu'a fait la Grande-Bretagne lors de l'élaboration de sa politique à l'égard de l'Allemagne au début du XXe siècle. Selon la stratégie de sécurité nationale d'octobre 2022 de l'administration Biden, "la République populaire de Chine a l'intention et, de plus en plus, la capacité de remodeler l'ordre international en faveur d'un ordre qui fait pencher la balance mondiale à son avantage". Bien qu'elle soit opposée à une telle refonte, l'administration a souligné qu'elle serait "toujours prête à travailler avec la RPC lorsque nos intérêts concordent". Pour renforcer ce point, l'administration a déclaré : "Nous ne pouvons pas laisser les désaccords qui nous divisent nous empêcher d'avancer sur les priorités qui exigent que nous travaillions ensemble". Le problème aujourd'hui - comme dans les années précédant 1914 - est que toute ouverture à la coopération, même sur des questions clés, se perd dans les récriminations mutuelles, les irritations mesquines et l'aggravation de la méfiance stratégique.

 

Dans les relations germano-britanniques, trois conditions principales ont conduit l'antagonisme croissant à la guerre. Tout d'abord, les Allemands étaient de plus en plus convaincus que la Grande-Bretagne ne permettrait en aucun cas à l'Allemagne de s'élever. Dans le même temps, les dirigeants allemands semblaient incapables de définir aux Britanniques ou à quiconque comment, en termes concrets, l'essor de leur pays allait ou non remodeler le monde. Deuxièmement, les deux parties craignaient un affaiblissement de leurs positions futures. Ce point de vue, ironiquement, a encouragé certains dirigeants à penser qu'ils devaient entrer en guerre le plus tôt possible. Le troisième facteur est l'absence quasi totale de communication stratégique. En 1905, Alfred von Schlieffen, chef de l'état-major général allemand, a proposé un plan de bataille qui garantirait une victoire rapide sur le continent, où l'Allemagne devait compter à la fois avec la France et la Russie. Ce plan prévoyait notamment l'invasion de la Belgique, un acte qui donnait à la Grande-Bretagne une raison immédiate d'entrer en guerre contre l'Allemagne. Comme le dit Kennedy, "l'antagonisme entre les deux pays était apparu bien avant que le plan Schlieffen ne devienne la seule stratégie militaire allemande ; mais il a fallu le génie sublime de l'état-major prussien pour fournir l'occasion de transformer cet antagonisme en guerre".

 

Toutes ces conditions semblent désormais réunies dans les relations entre les États-Unis et la Chine. Le président chinois Xi Jinping et les dirigeants du PCC sont convaincus que l'objectif principal des États-Unis est d'empêcher l'essor de la Chine quoi qu'il arrive. Les déclarations de la Chine concernant ses ambitions internationales sont si anodines qu'elles sont presque dénuées de sens. Sur le plan intérieur, les dirigeants chinois sont sérieusement préoccupés par le ralentissement de l'économie du pays et par la loyauté de leur propre peuple. Pendant ce temps, les États-Unis sont tellement divisés politiquement qu'une gouvernance efficace à long terme devient presque impossible. Le risque de mauvaise communication stratégique entre la Chine et les États-Unis est élevé en raison de l'interaction limitée entre les deux parties. Tout porte à croire que la Chine élabore des plans militaires pour envahir un jour Taïwan, provoquant ainsi une guerre entre la Chine et les États-Unis, tout comme le plan Schlieffen a contribué à déclencher une guerre entre l'Allemagne et la Grande-Bretagne.

 

UN NOUVEAU SCÉNARIO

Les similitudes frappantes avec le début du vingtième siècle, période qui a connu le désastre ultime, laissent présager un avenir sombre marqué par l'escalade de la confrontation. Mais le conflit peut être évité. Si les États-Unis veulent éviter une guerre, ils doivent convaincre les dirigeants chinois qu'ils ne sont pas déterminés à empêcher le développement économique futur de la Chine. La Chine est un pays gigantesque. Elle possède des industries qui n'ont rien à envier à celles des États-Unis. Mais comme l'Allemagne en 1900, elle a aussi des régions pauvres et sous-développées. Les États-Unis ne peuvent pas, par leurs paroles ou leurs actions, répéter aux Chinois ce que les Allemands croyaient que les Britanniques leur disaient il y a un siècle : si seulement vous arrêtiez de croître, il n'y aurait pas de problème.

 

Dans le même temps, les industries chinoises ne peuvent pas continuer à se développer sans restriction aux dépens de tous les autres. La mesure la plus intelligente que la Chine pourrait prendre en matière de commerce serait d'accepter de réglementer ses exportations de manière à ne pas empêcher les industries nationales d'autres pays d'être compétitives dans des domaines importants tels que les véhicules électriques, les panneaux solaires et d'autres équipements nécessaires à la décarbonisation. Si la Chine continue d'inonder les autres marchés avec ses versions bon marché de ces produits, de nombreux pays, y compris ceux qui n'ont pas été trop préoccupés par la croissance chinoise, commenceront à restreindre unilatéralement l'accès au marché des marchandises chinoises.

 

Les guerres commerciales illimitées ne sont dans l'intérêt de personne. Les pays imposent de plus en plus de droits de douane sur les importations et limitent les échanges et les mouvements de capitaux. Mais si cette tendance se transforme en un déluge de droits de douane, le monde sera en difficulté, tant sur le plan économique que politique. Ironiquement, la Chine et les États-Unis seraient probablement tous deux des perdants nets si les politiques protectionnistes s'imposaient partout. Comme le soulignait une association commerciale allemande en 1903, les gains intérieurs des politiques protectionnistes "ne seraient d'aucune utilité en comparaison des dommages incalculables qu'une telle guerre tarifaire causerait aux intérêts économiques des deux pays". Les guerres commerciales ont également contribué de manière significative au déclenchement d'une véritable guerre en 1914.

 

Contenir les guerres commerciales est un début, mais Pékin et Washington devraient également s'efforcer de mettre fin ou au moins de contenir les guerres chaudes qui pourraient déclencher une conflagration beaucoup plus importante. Dans un contexte de concurrence intense entre grandes puissances, même les petits conflits peuvent facilement avoir des conséquences désastreuses, comme l'a montré la période qui a précédé la Première Guerre mondiale. Prenons, par exemple, l'actuelle guerre d'agression de la Russie contre l'Ukraine. Les offensives et contre-offensives de l'année dernière n'ont pas beaucoup modifié les lignes de front ; les pays occidentaux espèrent travailler à un cessez-le-feu en Ukraine dans les meilleures conditions que la bravoure ukrainienne et les armes occidentales peuvent atteindre. Pour l'instant, une victoire ukrainienne consisterait à repousser l'offensive russe initiale de 2022 et à obtenir des conditions qui mettent fin aux massacres d'Ukrainiens, accélèrent l'adhésion du pays à l'UE et permettent à Kiev d'obtenir des garanties de sécurité de la part de l'Occident en cas de violation du cessez-le-feu par les Russes. Nombreux sont ceux qui, dans le camp occidental, espèrent que la Chine pourra jouer un rôle constructif dans ces négociations, Pékin ayant insisté sur le "respect de la souveraineté et de l'intégrité territoriale de tous les pays". La Chine devrait se rappeler que l'une des principales erreurs de l'Allemagne avant la Première Guerre mondiale a été d'assister au harcèlement de ses voisins des Balkans par l'Autriche-Hongrie, alors même que les dirigeants allemands en appelaient aux grands principes de la justice internationale. Cette hypocrisie a contribué à déclencher la guerre en 1914. À l'heure actuelle, la Chine répète cette erreur dans sa façon de traiter la Russie.

 

Bien que la guerre en Ukraine soit actuellement à l'origine des tensions les plus vives, c'est Taïwan qui pourrait être les Balkans des années 2020. La Chine et les États-Unis semblent se diriger en somnambules vers une confrontation entre les deux rives du détroit à un moment ou à un autre de la prochaine décennie. Un nombre croissant d'experts chinois en politique étrangère estiment désormais qu'une guerre à propos de Taïwan est plus probable qu'improbable, et les décideurs américains sont préoccupés par la question de savoir comment soutenir au mieux l'île. Ce qui est remarquable dans la situation de Taïwan, c'est qu'il est clair pour toutes les parties concernées - sauf peut-être pour les Taïwanais les plus déterminés à obtenir une indépendance formelle - qu'un seul compromis possible peut permettre d'éviter un désastre. Dans le communiqué de Shanghai de 1972, les États-Unis ont reconnu qu'il n'y avait qu'une seule Chine et que Taïwan en faisait partie. Pékin a déclaré à plusieurs reprises qu'il souhaitait une unification pacifique avec Taïwan. Une réaffirmation de ces principes aujourd'hui contribuerait à prévenir un conflit : Washington pourrait déclarer qu'il ne soutiendra en aucun cas l'indépendance de Taïwan, et Pékin pourrait déclarer qu'il n'utilisera pas la force à moins que Taïwan ne prenne officiellement des mesures pour devenir indépendant. Un tel compromis ne ferait pas disparaître tous les problèmes liés à Taïwan. Mais il rendrait beaucoup moins probable une guerre entre grandes puissances à propos de Taïwan.

 

Il est essentiel de contenir la confrontation économique et d'atténuer les points chauds régionaux potentiels pour éviter une répétition du scénario germano-britannique, mais la montée de l'hostilité entre la Chine et les États-Unis a également rendu de nombreuses autres questions urgentes. Les initiatives en matière de contrôle des armements et la gestion d'autres conflits, tels que celui entre les Israéliens et les Palestiniens, font cruellement défaut. Des signes de respect mutuel sont demandés. Lorsqu'en 1972, les dirigeants soviétiques et américains se sont mis d'accord sur un ensemble de "principes fondamentaux des relations entre les États-Unis d'Amérique et l'Union des républiques socialistes soviétiques", la déclaration commune n'a pratiquement rien donné de concret. Mais elle a instauré un minimum de confiance entre les deux parties et a contribué à convaincre le dirigeant soviétique Leonid Brejnev que les Américains ne lui voulaient pas du mal. Si Xi, comme Brejnev, a l'intention de rester dirigeant à vie, c'est un investissement qui vaut la peine d'être fait.

 

La montée des tensions entre grandes puissances crée également la nécessité de maintenir une dissuasion crédible. Un mythe persistant veut que les systèmes d'alliance aient conduit à la guerre en 1914 et qu'un réseau de traités de défense mutuelle ait piégé les gouvernements dans un conflit qu'il est devenu impossible d'endiguer. En réalité, ce qui a fait de la guerre une quasi-certitude après que les puissances européennes ont commencé à se mobiliser les unes contre les autres en juillet 1914, c'est l'espoir inconsidéré de l'Allemagne que la Grande-Bretagne ne viendrait pas, après tout, à l'aide de ses amis et alliés. Pour les États-Unis, il est essentiel de ne pas donner matière à de telles erreurs au cours de la décennie à venir. Ils doivent concentrer leur puissance militaire dans la région indo-pacifique et faire de cette force un moyen de dissuasion efficace contre l'agression chinoise. Ils devraient également revigorer l'OTAN, l'Europe devant assumer une part beaucoup plus importante du fardeau de sa propre défense.

 

Les dirigeants peuvent tirer des leçons du passé, tant positives que négatives, sur ce qu'il convient de faire ou de ne pas faire. Mais ils doivent d'abord tirer les grandes leçons, et la plus importante d'entre elles est de savoir comment éviter les guerres horribles qui réduisent des générations de réalisations à l'état de ruines.

 

ODD ARNE WESTAD est titulaire de la chaire Elihu d'histoire et d'affaires mondiales à l'université de Yale et coauteur, avec Chen Jian, de l'ouvrage à paraître The Great Transformation : China's Road From Revolution to Reform.


Sans virus.www.avast.com

André Lacroix

unread,
Jun 17, 2024, 1:01:21 PMJun 17
to alert...@googlegroups.com
Les comparaisons historiques valent ce qu'elles valent...
Autre signe qu'il s'agit bien d'une vision étatsunienne de la situation : les préjugés de l'auteur sur Tian'anmen (voir l'analyse de Bruno Guigue https://www.legrandsoir.info/tiananmen-1989-de-la-crise-sociale-au-putsch-avorte.html)  et sur la situation au Tibet et au Xinjiang (à lire : Albert Ettinger, La Chine, un ennemi fabriqué par la propagande?, éd. La Route de la Soie, 2024).

Le 14-06-24 à 12:47, 'Roland Marounek' via Alerte Otan a écrit :
--
Les opinions exprimées ci-dessus ne sont pas nécessairement celles du Comité de Surveillance OTAN.
---
Vous recevez ce message, car vous êtes abonné au groupe Google Groupes "Alerte Otan".
Pour vous désabonner de ce groupe et ne plus recevoir d'e-mails le concernant, envoyez un e-mail à l'adresse alerte-otan...@googlegroups.com.
Cette discussion peut être lue sur le Web à l'adresse https://groups.google.com/d/msgid/alerte-otan/666c1fd5.050a0220.8f3db.780fSMTPIN_ADDED_BROKEN%40gmr-mx.google.com.

Reply all
Reply to author
Forward
0 new messages