Les chrétiens et la Politique.

0 views
Skip to first unread message

BRUNO LEROY.

unread,
Nov 12, 2006, 4:29:12 AM11/12/06
to ÉDUCATION ET ACTION SOCIALE POPULAIRE.
Nous voudrions bien vivre dans un monde où tout irait bien, où aucun
humain n'aurait faim, où chacun serait reconnu et aimé, où il n'y
aurait plus d'injustice...C'est un rêve !
Dans le monde, il y a du désordre, de l'injustice, de l'oppression, du
mensonge, de la haine, de l'égoïsme. Comment vivre ensemble dans un
monde pareil ?
C'est impossible sans la politique. C'est vite fait de se plaindre de
la délinquance des jeunes, mais il faut que soient décidées quelque
part la mise en place de comités de protection de la jeunesse et la
mise à disposition des jeunes de plaines de jeux et de plaines de
sport.
Il est facile de dénoncer la minorisation des femmes dans la
société, mais il faut un lieu où soient élaborées des lois qui
leur permettent d'être des citoyennes à part entière.
Comment obtenir que les poubelles communales passent chaque semaine
plutôt qu'une fois tous les quinze jours ?
Qui décidera qu'à tel endroit, il y aura un passage protégé qui
évitera des accidents de circulation ?
Pour que les gens puissent vivre ensemble, il faut des institutions,
des lois, des décrets, des règlements. Il faut pour cela des hommes
et des femmes qui assument un rôle de responsables dans les décisions
politiques.
Il faut aussi que l'ensemble des citoyens prennent leurs
responsabilités. A eux de formuler des requêtes et des exigences, de
stimuler et de critiquer, à eux de rappeler aux détenteurs du pouvoir
que la règle suprême, c'est l'homme.
La religion a-t-elle quelque chose à voir avec la politique ? Cette
question rappelle de bien mauvais souvenirs. Autrefois, des
responsables d'Église intervenaient au moment des élections pour dire
aux chrétiens pour quel parti il fallait voter. Parfois, aujourd'hui
comme autrefois, ce sont des laïcs engagés dans la politique qui
voudraient faire cautionner par les Évêques ou par l'Évangile, leurs
options, leurs interventions, leurs décisions.
Ce n'est pas mieux !
Les chrétiens doivent inventer leur politique et agir sous leur propre
responsabilité et sur base d'une réflexion sérieuse.
Si nous parlons de relance économique, de politique des revenus, des
plans de secteurs, des fusions de communes, de la paix et de la
sécurité Européenne, du sous-développement...il est inutile de
chercher dans l'Évangile des solutions concrètes.
Cela va de soi !
Pour construire la société, pour l'aménager ou la transformer, il
faut s'informer, faire des analyses sérieuses, connaître les hommes,
avoir conscience du poids du passé et de contraintes qui ne sont pas
toujours logiques et rationnelles.
Il n'y a pas " une " politique qui serait chrétienne à l'exclusion de
toutes les autres.
Il n'y a pas " un " type de société qui serait chrétien à
l'exclusion de tous les autres.
Il n'y a pas " un " parti, " un " mouvement qui seraient chrétiens à
l'exclusion de tous les autres.
La Foi et l'Évangile ne débouchent de droit dans aucune forme de
politique précise.
Et cependant, les chrétiens ne peuvent pas faire n'importe quoi en
politique car...
Il y a une pratique chrétienne de la politique.
Un chrétien pouvait-il être hitlérien ou stalinien ?
Un chrétien du Chili pouvait-il adhérer à la politique de Pinochet ?
Un chrétien a-t-il le droit de se taire lorsqu'un pouvoir politique
pratique systématiquement la torture ou n'accorde pas à des inculpés
le droit d'être défendus normalement par un avocat de leur choix ?
Un chrétien peut-il s'accommoder d'une société ou des situations :
où l'argent a plus d'importance que l'homme ;
où sont rejetés ceux qui ne sont plus ce que la machinerie attend
d'eux : être jeune, être homme, être en bonne santé ;
où ceux qui travaillent sont soumis à des cadences ou des conditions
de travail inhumaines ;
où les travailleurs ne sont plus que de purs exécutants...ou les
victimes de décisions qui sont prises par des responsables
inaccessibles, réunis en conseil d'administration, parfois à des
milliers de kilomètres de distance !
Il y a beaucoup de situations où se taire c'est prendre parti, où le
silence est complicité avec le désordre et l'injustice.
S'il est possible aux chrétiens de s'exprimer à travers des choix
politiques différents, aucun chrétien ne peut, sans trahir sa Foi,
agir à l'encontre d'exigences qui découlent en droite ligne de
l'Évangile du Christ auquel il prétend adhérer.
Il n'est pas possible d'être chrétien si l'on ne cherche pas à
rencontrer Jésus-Christ.
Il n'est pas possible d'être chrétien sans aimer ses frères, sans
s'ouvrir au monde. Il est impossible de faire l'expérience de Dieu
sans entrer en relation de solidarité et d'amour avec les autres.
Il n'est pas possible non plus d'être chrétien sans vivre la
dimension politique de la Foi. Le message évangélique comporte une
portée politique.
L'amour du prochain a quelque chose à voir avec l'organisation de la
société.
Il est essentiel à la foi chrétienne, et donc à l'Église, de
dénoncer les injustices, de promouvoir partout dans le monde la
vérité, la justice, le sens de la solidarité humaine et de la
responsabilité sociale.
Adhérer à l'Évangile, c'est croire que la Foi est, pour les hommes
d'aujourd'hui, une Bonne Nouvelle libératrice, une force qui mobilise
les énergies, en vue de supprimer tout ce qui, dans notre société
d'aujourd'hui, empêche l'homme de grandir en conscience, en liberté,
en responsabilité.
Il y a espoir si, ensemble, nous refusons de nous laisser intoxiquer
par la crise et si nous nous mettons à l'oeuvre pour bâtir une
société où le plus de gens possible seront en mesure d'exercer leur
compétence, leur liberté, leur responsabilité, dans les domaines
essentiels de la Vie.
N'oubliez pas le fameux adage : " si je ne m'occupe pas de politique
c'est la politique qui s'occupe de moi ".
L'expression de la Foi en actes commence dès maintenant...
Bruno LEROY.

Reply all
Reply to author
Forward
0 new messages