NetherlandscqbubtceukfzkLKERISZPjdqvfrD7C1GYNULC_++(?:%;;:?3346iksmolaf

0 views
Skip to first unread message

Ainsley Blakes

unread,
Apr 10, 2019, 5:29:47 AM4/10/19
to t...@smartaerials.co.uk, ben....@wyeleisure.co.uk, claudette...@gmail.com, kitty...@xtra.co.nz, jxfilewat...@teamdev.com, sarah...@nottinghamcity.gov.uk, tt_o...@web.de
L'histoire de France commence avec les premieres occupations humaines du territoire correspondant au pays actuel. Aux groupes presents depuis le Paleolithique et le Neolithique, sont venues s'ajouter, a l'Age du bronze et a l'Age du fer, des vagues successives de Celtes, puis au IIIe siecle de peuples germains (Francs, Wisigoths, Alamans, Burgondes) et au IXe siecle de scandinaves appeles Normands. Le nom de la France est issu d'un peuple germanique, les Francs. Clovis (466-511), roi des Francs Saliens scelle par son bapteme a Reims l’alliance de la royaute franque avec l’Eglise catholique, qui se prolongera en France jusqu’a la separation de l’Eglise et de l’Etat en 1905. Il unit les tribus franques salienne et ripuaire et conquiert un ensemble de territoires en Gaule et en Germanie qui sont agrandis par ses descendants merovingiens, puis par la deuxieme dynastie franque des Carolingiens fondee en 751. Charlemagne en particulier conquiert le nord de l'Allemagne (Saxe), l'Autriche et l'Italie. L'empire carolingien est finalement partage en 843 entre ses petits fils par le traite de Verdun qui separe la Francie occidentale de la Francie orientale, qui deviendra le royaume de Germanie. La troisieme dynastie franque, celle des Capetiens, s'impose definitivement en Francie occidentale a partir de 987. Philippe Auguste et ses successeurs donnent une nouvelle impulsion a l'unification territoriale du royaume de France et repoussent les frontieres orientales du Rhone sur les Alpes et de la Saone sur le Rhin, a partir de l'achat du Dauphine (1349) jusqu'a l'annexion de l'Alsace (1648-1681). Le nom de France n'est employe de facon officielle qu'a partir de 1190 environ, quand la chancellerie du roi Philippe Auguste commence a employer le terme de rex Franci? (roi de France)1 a la place de rex Francorum (roi des Francs) pour designer le souverain. Le mot etait deja couramment employe pour designer un territoire plus ou moins bien defini, comme on le voit a la lecture de la Chanson de Roland, ecrite un siecle plus tot. Des juin 1205, le territoire est designe dans les chartes sous le nom de regnum Franci?, c’est-a-dire royaume de France en latin2,3. Les Romains avaient ete les premiers a unifier l’administration de la Gaule en langue latine qui est devenue celle de l'Eglise. Le concile de Tours reuni en 813 a l'initiative de Charlemagne impose desormais de prononcer les homelies dans les langues vulgaires au lieu du latin. Paris, appelee a devenir la capitale par l’avenement en 987 de la dynastie capetienne, devient un centre universitaire renomme. La culture francaise connait un elan nouveau au contact de la Renaissance italienne lors des guerres d’Italie. Elle s'enrichit des debats sur la reforme religieuse et n’est pas par la suite etouffee comme en Italie par une contre-reforme trop rigoureuse. Elle eclot pleinement a compter du XVIIe siecle, developpant un classicisme impregne de cartesianisme. C’est a cette epoque que le francais prend sa forme moderne sous l’egide de l’Academie francaise. Le XVIIIe siecle est le siecle de la philosophie des Lumieres, marque par la promotion de la raison par les philosophes francais dans les cours et capitales europeennes et qui s'acheve par la Revolution francaise. La Liberte guidant le peuple, une des peintures historiques francaises les plus celebres, Eugene Delacroix, 1830. L’adoption d’un cadre administratif uniforme (departement), le developpement rapide du chemin de fer et l’instauration par Jules Ferry de l’ecole obligatoire et gratuite homogeneisent l’espace national qui connait dans la seconde moitie du XIXe siecle la revolution industrielle. La recherche et l’industrie francaise s’illustrent particulierement dans les transports (automobile et aeronautique), dans la chimie et la sante ainsi que dans l’armement. La croissance economique se traduit par l'urbanisation de la population, le developpement du salariat et l’amelioration du niveau de vie. Le mouvement syndical se structure, les assurances sociales apparaissent et se generalisent apres la Seconde Guerre mondiale. La longue crise des annees 1930, l’occupation nazie et la reconstruction suscitent la definition d’une politique economique (Commissariat general du Plan) qui accompagne la formation de grands groupes de taille europeenne voire mondiale. L’economie contemporaine est caracterisee par la tertiarisation des activites et la concurrence vigoureuse des pays emergents. L’organisation de l’Etat s’est faite par etapes : instauration de l’armee et l’impot permanents a l’issue de la guerre de Cent Ans, mise en place des intendants dans les provinces par le cardinal de Richelieu, unification du droit (Code civil) et du systeme judiciaire a la Revolution. Le 17 juin 1789 se constitue, par le Serment du jeu de paume, la premiere unite politique se reclamant du peuple francais : c'est l'acte de naissance de l'Etat actuel. Une precoce tradition etatique explique le developpement d’une administration dotee de puissantes prerogatives et animee par des corps d’officiers puis de fonctionnaires jaloux de leur statut, a l'encontre de laquelle se developpe volontiers un esprit frondeur4. A l’heure d’une Europe des regions ouverte sur le monde, le redimensionnement de l’Etat francais mais aussi le redeploiement de ses missions et de ses moyens sont en question et ont commence. Sommaire 1 Des origines a la fin de la Gaule romaine 1.1 Des premiers groupes humains a l'arrivee des Celtes 1.1.1 Les occupants du Paleolithique 1.1.2 Le Neolithique 1.2 Le temps des Celtes 1.2.1 Des vagues successives de -1300 jusqu'a La Tene (-500) 1.2.2 Developpement des relations commerciales 1.2.3 Epanouissement de la civilisation gauloise (-290 a -52) 1.3 La Gaule romaine 1.3.1 La paix romaine 1.3.2 Les migrations germaniques 2 Le Moyen Age et la formation de la France 2.1 Les Francs, Merovingiens et Carolingiens (Ve?–?Xe siecle) 2.1.1 Les Merovingiens 2.1.2 Les Carolingiens 2.2 Les Capetiens et la consolidation de l'Etat (XIe?–?XIIIe siecle) 2.2.1 L'evolution du pouvoir royal 2.2.2 Les transformations economiques et sociales 2.2.3 La fin des Capetiens directs 2.3 Crises et mutations du bas Moyen Age (du XIVe au XVe siecle) 2.3.1 Le temps des crises 2.3.2 La guerre de Cent Ans 3 L’Epoque moderne 3.1 Evolutions et bouleversements du XVIe siecle 3.1.1 L’affirmation de la puissance royale 3.1.2 Les guerres de religion 3.2 L'age classique : du XVIIe au XVIIIe siecle 3.2.1 Le grand siecle 3.2.2 Le siecle des Lumieres 3.3 Formation d'un premier empire colonial 3.3.1 Nouvelle-France 3.3.2 Antilles et Amerique du Sud 4 La periode revolutionnaire 4.1 La Revolution francaise (1789-1799) 4.1.1 La naissance d’une France nouvelle 4.1.2 Crises et succes de la Republique 4.2 Le Consulat (1799) et le Premier Empire (1804) 5 Le XIXe siecle de 1814 a 1870 5.1 La Restauration (1814-1830) et la Monarchie de juillet (1830-1848) 5.2 Deuxieme Republique (1848-1852) 5.3 Second Empire (1852-1870) 6 La Troisieme Republique de 1870 a 1940 6.1 L'instauration du regime republicain 6.1.1 Des debuts difficiles 6.1.2 La mise en place des institutions 6.1.3 L’enracinement de la Republique 6.2 La France sous la Troisieme Republique 6.2.1 Population et societe 6.2.2 La France coloniale 7 D'une guerre a l'autre 7.1 La Premiere Guerre mondiale et ses suites 7.1.1 La « Grande Guerre » (1914-1918) 7.1.2 Sortir de la guerre (1919-1929) 7.2 La crise des annees trente et la Seconde Guerre mondiale 7.2.1 La France des annees trente 7.2.2 La defaite de 1940 7.2.3 Les gouvernements concurrents du Regime de Vichy et de la France libre 8 La France depuis 1945 8.1 Le Gouvernement provisoire de la Republique francaise (1944-1946) 8.2 La Quatrieme Republique (1946-1958) 8.2.1 La politique generale du nouveau regime 8.2.2 La guerre d'Indochine 8.2.3 Les debuts de la guerre d'Algerie 8.3 La Cinquieme Republique (depuis 1958) 9 Historiographie 10 Notes et references 11 Annexes 11.1 Bibliographie 11.1.1 Etudes anciennes 11.1.2 Etudes contemporaines 11.2 Articles connexes Des origines a la fin de la Gaule romaine Des premiers groupes humains a l'arrivee des Celtes Les occupants du Paleolithique Peinture rupestre representant des Aurochs dans la grotte de Lascaux. Les galets amenages decouverts a Chilhac dans la Haute-Loire constitueraient les plus anciens temoignages d'occupation humaine sur le territoire francais et dateraient de - 2 Ma5,6. Toutefois, leur anciennete et meme leur caractere anthropique sont fortement contestes7,8,9. A Lezignan-la-Cebe dans l'Herault fut decouverte la plus ancienne preuve de trace humaine connue sur le sol francais datee entre 1,6 et 1,56 million d'annees mais elle peut remonter encore plus loin par la decouverte d'une vingtaine d'artefacts de type « pebble » culture (galets amenages) confectionnes a partir de supports divers (quartzite, basalte, micro-granite...) dates entre -1,6 et -2,5 millions d'annees. Vers 1 Ma, lors de la glaciation de Gunz, la grotte du Vallonnet pres de Roquebrune dans les Alpes-Maritimes est habitee par des petits groupes d'Homo erectus10. Ils occupent ensuite de nombreux sites jusque dans la vallee de la Somme. A Terra Amata pres de Nice, les chercheurs ont trouve des vestiges acheuleens ainsi que l'un des plus anciens foyers attestes. Ce sont des populations venues d'Afrique du Nord11 qui s'installent en Espagne puis en France et passent en Angleterre a pied sec ; ils faconnent des outils bifaciaux en amande, a la pointe aceree, fixee au bout d'un manche ou servant de hache. Du 200e au 35e millenaire av. J.-C., les hommes de Neandertal sont presents sur l'ensemble du territoire correspondant a la France actuelle. Ils taillent le silex selon la methode Levallois. Sur les sites des Eyzies et du Moustier en Dordogne, de nombreux outils ont ete retrouves : racloirs, bifaces, pics, ciseaux. Ils chassent le bison, l'aurochs, le cheval, le loup et le renne. Ils ont laisse les plus anciennes traces de sepultures en France : les morts sont ensevelis dans des fosses de 1,40 ? 1 ? 0,30 m ; des offrandes sont deposees a cote des corps (rations de viande, objets en silex, etc.). Cette periode est principalement representee en France par le Mousterien de tradition acheuleenne. A partir de -38 000 (interstade ou oscillation Hengelo-Les Cottes), des hommes anatomiquement modernes, venus du Proche-Orient peuplent les regions occupees par les hommes de Neandertal et les remplacent ou les assimilent progressivement : c'est l'epoque de l'Aurignacien. C'est essentiellement durant le Gravettien qu'apparaissent les Venus paleolithiques que l'on croit etre l'?uvre d'une deuxieme vague d'hommes modernes, peut-etre proto-indo-europeens, venus vraisemblablement des Balkans (voir Kozarnika)12. Les hommes de Cro-Magnon sont de remarquables artisans. Ils ont laisse des pointes de sagaies en os longues et finement travaillees, des spatules, des poincons, des lissoirs decores. Les sites attestant de leur activite sont tres nombreux : Bayac, Pincevent, la grotte de Lascaux celebre pour ses 150 peintures et 1 500 gravures, celles de Cosquer, de Gargas et de Chauvet... Le site de La Madeleine en Dordogne habite vers le XVIe millenaire av. J.?C. par des chasseurs de rennes et des pecheurs a livre des harpons a pointe mobile et a donne son nom a la civilisation de cette periode : le Magdalenien, qui succede alors au Solutreen. Durant l'interstade Bolling-Allerod apparaissent successivement au nord-est les cultures de Hambourg puis Federmesser et ahrensbourgienne. Vers le Xe millenaire av. J.?C., le climat se rechauffe. La fin des grandes glaciations amene la disparition du renne et du phoque. Le mesolithique est alors marque par une culture (le Sauveterrien) qui se repand du sud-ouest francais au nord-est plus froid a la poursuite du gibier. L'engloutissement du Doggerland accentue par un megatsunami cause par l'effondrement de Storegga vers la fin du VIIe millenaire aurait eu comme consequence un deplacement de populations vers l'Ouest jusque dans les iles Britanniques et vers le Sud jusque dans le Nord de la Gaule (Belgique) associe au Tardenoisien. Le Neolithique Article detaille : Neolithique. Vers le VIe millenaire av. J.?C. dans le Sud-Est, entre -5700 et - 5500 dans l'Est de la France (voir groupe de La Hoguette, Rubane, Cardial, puis culture de Cerny, culture de Rossen, culture de Michelsberg et Chasseen), apparaissent progressivement la culture des cereales, la domestication des animaux, et les nouvelles techniques artisanales comme la poterie, le tissage, le polissage des pierres. Les groupes humains se sedentarisent, donnant naissance aux premiers villages et aux premiers tombeaux megalithiques : tumulus, cairns, dolmens, et menhirs (voir allee couverte, culture Seine-Oise-Marne). Les menhirs sont tres presents en Bretagne, isoles ou en alignement comme a Carnac (4 km, 2 935 menhirs), ou en cromlech comme au pic de Saint-Barthelemy pres de Luzenac en Ariege. Selon Fernand Braudel, c'est a la fin du Neolithique que « l’identite biologique » de la future France avec deja les diversites de physionomies qui la caracterisent aujourd'hui se met en place. Les nombreux melanges ethniques y demeureront et les invasions qui suivront, Celtes, Germaniques, etc., se perdront peu a peu dans la masse des populations deja installees (tels les Ligures et les Vascons)13. L'Eneolithique et l'Age du bronze sont marques entre autres par la culture campaniforme et la culture de Hilversum et ses variantes. La question de savoir si l'agriculture s'est repandue au gre des migrations humaines ou par la diffusion des idees et des techniques agricoles est toujours debattue mais depuis 2010, plusieurs etudes de la diversite genetique des populations modernes viennent quelque peu eclaircir la situation. En janvier 2010, dans une etude scientifique financee par le Wellcome Trust sur la diversite genetique des populations modernes, des chercheurs de l'universite de Leicester au Royaume-Uni ont etudie des echantillons de toute l'Europe, dont des Francais de plusieurs regions (Finistere, Pays basque, Vendee, Haute-Garonne…), et ont fourni l'interpretation que la plupart des hommes europeens, descendraient d'agriculteurs migrants qui seraient arrives du Proche-Orient il y a entre 5 000 et 10 000 ans. Le professeur Mark Jobling, qui a conduit l'equipe de recherche, declarait ainsi : « Nous avons etudie la lignee la plus repandue du chromosome Y en Europe, qui correspond a environ 110 millions d'hommes : elle montre un gradient regulier du sud-est vers le nord-ouest, atteignant presque les 100 % en Irlande. Nous avons etudie la repartition de cette lignee, sa diversite dans les differentes regions d'Europe, et son anciennete ». Les resultats suggerent que cette lignee R1b-M269 s'est repandue avec l'agriculture, depuis le Proche-Orient. Le Dr Patricia Balaresque, auteur principal, declarait : « Au total, plus de 80 % des chromosomes Y des europeens viennent de ces agriculteurs. Par opposition, la plupart des lignees genetiques maternelles semblent venir des chasseurs-cueilleurs. Ceci suggere un avantage reproductif des agriculteurs sur les hommes locaux, lors de l'abandon des pratiques de chasse et de cueillette »14,15,16. Selon des etudes genetiques plus recentes, l'haplogroupe R1b-M269, qui represente 60 % des lignees masculines en France, pourrait etre associe, non pas aux fermiers du Neolithique, mais aux Proto-Indo-Europeens arrives en Europe durant l'Age du bronze et qui auraient remplace une grande partie de la population neolithique masculine existante17,18, ce qui reste toute de meme a expliquer puisque aucune trace d'un envahissement ou d'un quelconque genocide n'a laisse de traces durant cette periode. Les populations celtiques seraient caracterisees par differents sous-groupes de l'haplogroupe R1b-M269 introduit en Europe par ces migrations indo-europeennes19. Le temps des Celtes Des vagues successives de -1300 jusqu'a La Tene (-500) Article detaille : Celtes. Bien que cela ne s'appuie que sur peu de preuves tangibles on suppose que la colonisation de la future Gaule par les Celtes originaires d'Europe centrale debute vers -1300 avec la civilisation des champs d'urnes pour se terminer vers -70020. Il est possible toutefois que ce ne soit essentiellement que l'influence de la culture celtique qui se soit repandue sans etre accompagnee d'une colonisation massive. Vers la fin du VIIIe siecle av. J.-C., la metallurgie du fer se repand (age du fer). Une nouvelle aristocratie guerriere se constitue grace a l'apparition des epees de fer et au combat a cheval. Elle bouleverse l'organisation sociale des Celtes jusque-la agraire et egalitaire. Les « princes et princesses de la Celtique » (Patrice Brun) se font enterrer avec armes et chariots d'apparat, comme a Vix en Cote-d'Or (-550 a -450) (Bourgogne). Char gaulois d'apparat. Selon Tite Live, les surabondantes populations des guerriers des Bituriges, Arvernes, Eduens, Ambarres, Carnutes et Aulerques sous la conduite du legendaire biturige Bellovesos envahissent la plaine du Po et se joignent aux Insubres tribus celtiques qui fondent vers -600 Mediolanum (Milan). Consequemment au climat vers la fin de l'age du bronze danois, les Celtes21 provenant des regions rhenanes (Rhin - Danube, foret Hercynienne) etendent leur autorite sur le reste de la Gaule a la fin du VIe siecle av. J.-C. et au debut du Ve siecle av. J.-C. C'est le second age de fer ou periode de la Tene. Cette nouvelle periode d'expansion correspond a des transformations economiques et sociales. Les guerriers aristocrates peu nombreux sont remplaces par des paysans-soldats regroupes autour d'un chef de clan. L'araire a soc de fer remplace l'araire en bois. Il permet de labourer les terres lourdes du centre et du nord de la France actuelle. Ceci explique en grande partie la colonisation de terres nouvelles, la croissance demographique et les nouvelles invasions qui en ont resulte. Vers le debut du -390, le chef senon Brennos mene des guerriers celtes (Senons, Cenomans, Lingons entre autres) en Italie du Nord ou ils se joignent a d'autres peuples celtiques, parmi lesquels les Insubres, les Boiens et les Carni. Rome est prise en -390. Les Romains vont contenir ces envahisseurs a partir de la fin de -349. Developpement des relations commerciales Les relations commerciales lointaines se developpent. Vers -600, est fonde le comptoir grec de Massalia (Marseille) sur les bords de la Mediterranee par des marins grecs venus de Phocee (lui conferant son surnom toujours usite de « Cite phoceenne »). Lors de cette fondation les Phoceens se heurtent a des tribus celtiques. D'autres comptoirs du meme type, avant et apres cette date, voient le jour surtout le long du rivage (Antibes des -680, Alalia (Aleria) vers -565). Massalia prend toutefois un ascendant decisif sur ses rivales vers -550 avec l'arrivee en masse de refugies phoceens, Phocee etant tombe aux mains des Perses. L'influence grecque se manifeste le long des grandes voies commerciales grace au role actif de Massalia. Les tombes princieres montrent la presence de luxueux objets provenant du pourtour mediterraneen (notamment d'Egypte), ce qui atteste la dimension commerciale de la richesse de ces aristocrates. Interrompues pendant les invasions du Ve siecle, les relations commerciales avec Marseille reprennent avec vigueur a la fin du IVe siecle av. J.-C.. Au cours de cette periode, on trouve des ceramiques et des pieces de monnaie grecques dans toute la vallee du Rhone, dans les Alpes et meme en Lorraine. Epanouissement de la civilisation gauloise (-290 a -52) Article detaille : Gaule. Un reflet iconographique de « l'historiographie nationaliste du XIXe siecle22 » : Vercingetorix jette ses armes aux pieds de Jules Cesar (tableau de Lionel Royer, 1899). La Gaule apres la conquete de Jules Cesar. La civilisation gauloise connait une periode particulierement florissante. L'emergence de veritables villes fortifiees (oppida) de dimensions bien plus importantes que les forteresses des periodes anterieures, ou encore l'usage de la monnaie sont des traits caracteristiques de cette civilisation. Des la fin du IVe siecle av. J.-C. et au debut du IIIe siecle av. J.-C., certains Belges (Germani cisrhenani) progressent cependant vers l'Oise, comme en temoigne le sanctuaire de Ribemont-sur-Ancre23 et celui de Gournay-sur-Aronde, lieux de batailles contre probablement des Armoricains ou des Gaulois belges ayant fait environ mille tues leur permettant ainsi de conquerir des territoires de ces derniers. Au IIe siecle av. J.-C., se met en place une relative hegemonie Arverne caracterisee par une forte puissance militaire et une grande richesse de ses chefs. Au meme moment l'emprise romaine augmente dans le Sud de la Gaule. Elle se manifeste d'abord sur le plan commercial. Les fouilles archeologiques ont montre qu'au cours du IIe siecle av. J.-C., les amphores italiennes remplacent peu a peu celles venant de Grece dans le commerce marseillais. A plusieurs reprises les Marseillais font appel a Rome pour les defendre contre les menaces des tribus celto-ligures et les pressions de l'empire arverne. Le sud-est de la Gaule, notamment les regions actuelles du Languedoc et de la Provence, est conquis par Rome avant la fin du IIe siecle et forme la province romaine de Narbonnaise. Cette region, qui va des Pyrenees aux Alpes en passant par la vallee du Rhone, est un territoire strategique pour relier l'Italie a l'Hispanie, conquise lors de la seconde guerre punique. La conquete de ces regions s’acheve en -118 apres la defaite des Arvernes et des Allobroges et l'alliance de Rome avec le peuple gaulois des Eduens. Apres la chute de l'hegemonie arverne sous la pression des Romains, les grands peuples de Gaule — Eduens et Sequanes en particulier – connaissent une forte rivalite. En -58, Jules Cesar utilise la menace que fait peser la pression germanique sur les Gaulois pour intervenir a l'appel des Eduens, allies de Rome. La guerre est longue et meurtriere et en janvier -52, avec l'accession au pouvoir de Vercingetorix, les Arvernes et leur clientele se soulevent contre l'armee du proconsul. Jules Cesar fait face a la determination des Gaulois dont le soulevement est quasi general. Sieges, incendies de cites, politique de la terre brulee et massacres, deportation en esclavage sont alors au programme qui s'acheve par une victoire romaine face a la fougue gauloise desorganisee. En -50, Jules Cesar laisse une Gaule exsangue24. Il laisse aux villes une grande autonomie. La Gaule romaine L'empereur Auguste organise la Gaule en quatre provinces : a la Narbonnaise suffisamment romanisee pour devenir une province senatoriale, il ajoute la Gaule aquitaine, la Gaule lyonnaise et la Gaule belgique. Les limites des Gaules depassent largement celles de la France actuelle, principalement en ce qui concerne la Gaule Belgique qui borde le Rhin. Lyon est choisie comme capitale des Gaules. Au IIe siecle il existe deja une communaute chretienne dans cette ville. Vers la fin du IVe siecle, en Gaule, presque toute la population des villes a bascule du cote du Christ. Peu a peu l'Eglise se ceint d'une administration ou un eveque dans chaque cite devient le chef de la communaute25. Article detaille : Lugdunum. Les provinces gauloises dans l'Empire romain au debut du IIe siecle. La paix romaine Rien ne semble changer au debut de l'occupation romaine. Certes les Gaulois doivent payer leurs tributs, mais ils gardent leurs magistrats et leur maniere de vivre. Les voies Romaines reprennent en grande partie les voies gauloises deja nombreuses et bien entretenues, ce qui explique la grande rapidite de deplacement des legions romaines26 ; la pacification sur le Rhin et en Bretagne favorisent l'essor economique. Pierre Gros resume ainsi l’impact de la presence romaine « la conquete romaine qui a entraine l’entree dans les temps historiques, a modele pour des siecles le paysage rural, etabli ou amenage les principaux axes de communication, urbanise d’immenses terroirs, defini les territoires administratifs »27. L’urbanisation generalisee voit le developpement de nombreuses cites, organisees sur le mode des municipes italiens, villes qui toutes perdurent encore de nos jours, tandis que les campagnes se couvrent de bourgades (vici) et de grandes exploitations agricoles (villae). La Gaule est alors avec l’Egypte la region la plus peuple de l’Empire romain, avec une population estimee a 7 millions d'habitants28. En 48, l'empereur Claude donne acces au Senat romain aux notables gaulois, comme le montrent les Tables de Lyon. Le developpement economique beneficie des siecles de Pax Romana : l’extension des vignes en Aquitaine, dans la vallee du Rhone et de la Saone et meme dans celle de la Moselle est telle qu’elle concurrence les vins italiens. Des artisans italiens installes en Gaule creent une industrie de la ceramique sigillee prospere (par exemple a La Graufesenque). L’artisanat gaulois produit aussi en abondance des objets en bois, des vetements de laine et exporte vers les grands centres de consommation en Italie, sur le Rhin et le haut Danube28. Les echanges ne se limitent pas aux biens materiels : a cote des cultes populaires du nombreux pantheon gaulois, apparaissent dans les villes d’autres religions d’origine orientale : culte de Mithra, de Cybele, de Jesus, atteste a partir de 177 (cf. les Martyrs de Lyon). Ce dernier culte deviendra preponderant dans les milieux urbains a partir du IVe siecle. Cinq siecles de romanisation laissent de profondes marques sur les Gaules : des langues (occitan et francais), un droit ecrit et degage de tout principe religieux, des villes, une religion (le catholicisme), et meme des habitudes quotidiennes (le pain, la vigne et le vin). Les migrations germaniques Le IIIe siecle voit se succeder les crises et les guerres civiles sur le sol gaulois. Bien que les provinces romaines de Germanie superieure et de Germanie inferieure aient ete constituees des le Ier siecle par Domitien, a partir du milieu du IIIe siecle, des peuples germaniques Francs et Alamans franchissent le Rhin et pillent la Gaule a plusieurs reprises. Un ephemere empire des Gaules (terme impropre), sans que celui-ci ait un caractere national, est cree par Postumus, bientot assassine par ses soldats. La Gaule est touchee par l'affaiblissement demographique, le declin des villes, le ralentissement du commerce et de la circulation monetaire ce qui amene les premieres manifestations des bagaudes. Durant la meme periode les Romains installent en Gaule des garnisons de Letes, parmi lesquels des Chamaves et des Hattuaires dans la future Bourgogne. La situation militaire est retablie a la fin du IIIe siecle, et le dispositif defensif sur le Rhin incorpore de plus en plus de contingents germaniques installes avec leurs familles. Des groupes de Francs en Gaule Belgique et d'Alamans en Alsace servent comme troupes auxiliaires federees, et certains officiers francs menent de brillantes carrieres au sein de l'Empire romain. Dans la nuit du 31 decembre 406 les peuples vandales, sueves, alains et d'autres peuples germaniques franchissent la frontiere sur le Rhin, malgre la defense des auxiliaires francs, puis en 412 les Wisigoths franchissent les Alpes et atteignent l'Aquitaine. Le pouvoir imperial romain leur cede des territoires puis disparait en 476. Les structures de l'Empire se defont en Gaule, le pouvoir politique passe aux mains de royaumes barbares avec leurs propres lois, leur propre religion, l'arianisme ou le polytheisme. Le danger que representent les Huns, suscite une alliance temporaire des occupants de la Gaule. En 451, Aetius prend la tete d'une coalition Gallo-romaine et Franque qui stoppe le raid de pillage des Huns commandes par Attila aux champs Catalauniques29. Cette bataille, qui fut bien loin d'aneantir les Huns, fut magnifiee par les historiens et enrichie de l'episode de sainte Genevieve encourageant les Parisiens a la resistance face a Attila30. Au milieu de ces royaumes barbares, wisigoth, alaman, burgonde ou franc, un Romain, Syagrius, parvient a maintenir entre Seine et Loire une portion detachee de l'Empire comme son bien propre et se fait donner le titre de roi des Romains31. Des refugies Bretons venus de Bretagne chasse par les Angles et les Saxons (l'actuelle Angleterre) s'installent en Armorique, qu'ils rendent partiellement independante du reste de la Gaule jusqu'a la creation du Duche de Bretagne en 93932. Les elites gallo-romaines encore presentes dans les villes en assurent la direction locale, et fournissent de nombreux eveques, protecteurs de leur communaute face aux malheurs de l'epoque, interlocuteurs du pouvoir militaire des rois germaniques qui se partagent la Gaule et derniers representants de la culture romaine. Citons parmi ceux-ci Avit de Vienne, Nizier de Lyon, Remi de Reims, Gregoire de Tours. Sur une medaille d'or de Constantin, datant sans doute de 310, on lit pour la premiere fois le mot Francia33. Le Moyen Age et la formation de la France Article detaille : Moyen Age. L'histoire de la France au Moyen Age de 476 a 1453, se caracterise par plusieurs periodes et evenements marquants durant dix siecles de Clovis a Charles VIII : l'affirmation du christianisme, la desintegration de l'Empire romain, la longue genese du Royaume de France, la grande peste, la guerre de Cent Ans... La societe est marquee par l'essor des campagnes et de la population francaise, le developpement du commerce (foires et marches) et la renaissance urbaine, l'apparition des universites et la formation de la langue francaise. Les Francs, Merovingiens et Carolingiens (Ve?–?Xe siecle) Article detaille : Francs. Les Merovingiens Article detaille : Merovingiens. Le bapteme de Clovis, plaque de reliure en ivoire, dernier quart du IXe siecle. Au milieu de ces enchevetrements de peuples, les Francs saliens installes au Nord de la Gaule et les Francs ripuaires sur les rives du Rhin et de la Moselle, font la conquete d'une grande partie de la Gaule sous l'autorite de leur roi Clovis Ier (466-511). La grande intelligence de Clovis est d'avoir compris que son pouvoir ne pourrait pas durer sans l'assentiment des peuples romanises. Son bapteme catholique par l'eveque Remi de Reims entre 49634 et 500 (le debat est toujours d'actualite) permet la collaboration des Francs avec les elites gallo-romaines. Clovis est le fondateur de la premiere dynastie durable sur le territoire de la France actuelle, la dynastie merovingienne. La conversion de Clovis, quant a elle, a ete valorisee plus tard par les Capetiens en 987 pour affirmer le principe de la monarchie de droit divin, c’est-a-dire de l'origine divine du pouvoir royal. Ils popularisent la legende de la Sainte Ampoule, apportee par le Saint-Esprit represente par la colombe, pour oindre le roi baptise a Reims, ampoule qui sera utilisee pour les sacres des Capetiens jusqu'a la Revolution. Les Francs ont une vision patrimoniale de leur royaume. Clovis partage son royaume entre ses quatre fils, ce qui favorise les guerres entre les heritiers. La carte du pays evolue au gre des guerres, des crises et des heritages : le royaume de Clovis est vite divise entre Neustrie, Austrasie et Aquitaine, qui deviennent avec la Bourgogne conquise par les fils de Clovis dans les annees 530, les divisions politiques majeures de la « Gaule » au VIe siecle et au VIIe siecle. Les Francs s'etendent a l'est. Sous les Merovingiens la periode de regression amorcee des le Bas-Empire continue. La population diminue aux VIe et VIIe siecles sous le coup des epidemies, notamment celles de la peste. La desorganisation liee aux invasions barbares contribue a la disparition des artisans specialises qui avaient fait la renommee de la Gaule romaine. Les routes romaines ne sont plus entretenues. Le rare transport des marchandises se fait par voie fluviale. Le grand commerce s'arrete presque totalement et une economie autarcique autour des grands domaines, les vici, se developpe. Beaucoup de paysans perdent leur liberte car ils se « donnent » aux puissants en echange de leur protection. Le terme « franc » finit par designer les hommes libres, qu'ils soient d'origine germanique ou gallo-romaine, mais ils sont de moins en moins nombreux. A partir du debut du VIIe siecle, le pouvoir royal s'affaiblit au profit de l'aristocratie franque, et surtout aux « maires du palais » (major domus), sorte de premiers ministres. En effet les rois merovingiens n'ont plus de terres a distribuer a leurs guerriers et sont donc abandonnes par ceux-ci. La famille des Pippinides originaire d'Austrasie, s'empare des mairies du palais d'Austrasie puis de Neustrie. Elle remet la Provence, la Bourgogne et l'Aquitaine, devenues quasi independantes, dans l'orbite merovingienne et entame la conquete de la Frise au nord du royaume. L'un des plus fameux maires du palais, Charles Martel, repousse en 732 une armee musulmane non loin de Poitiers. Pour recompenser ses fideles, il confisque les immenses biens fonciers de l'Eglise qu'il leur redistribue. Ceci lui permet de s'assurer de leur fidelite sans se defausser de ses propres biens. Son fils Pepin le Bref fait enfermer dans un couvent le dernier roi merovingien, Childeric III, puis se fait elire roi par les guerriers francs en 751. Il prend aussi la precaution de se faire sacrer en compagnie de ses deux fils en 754 par le pape. Cela lui donne une legitimite nouvelle, celle de l'elu de Dieu, comme le roi David, election superieure a celle des guerriers francs. La dynastie merovingienne a vecu. Commence le regne de la dynastie carolingienne. Les Carolingiens Article detaille : Carolingiens. Le Royaume franc sous Charlemagne. Pepin le Bref fait la conquete de l'Aquitaine, devenue independante et de la Septimanie, devenue l'une des cinq provinces musulmanes d'al-Andalus de 719 a 75935. Il intervient meme hors de ses frontieres en creant notamment les Etats pontificaux apres une campagne contre les Lombards. A sa mort, il partage selon la tradition franque, son royaume entre ses deux fils, Carloman et Charles mais la mort precoce de Carloman permet a Charles de regner sur un royaume des Francs unifie. Le royaume des Francs (regnum francorum) connait sa plus grande expansion sous Charlemagne. Celui-ci etend le royaume jusqu'en Saxe a l'est, au prix de 20 annees de guerre, en Bretagne, en Vasconie, en Lombardie, en Baviere et chez les Avars. Cependant, ces conquetes ne sont pas definitives et de nombreuses revoltes secoueront la Bretagne ou la Vasconie. C'est alors que se mettent en place des « marches », zones militarisees qui servent a controler les attaques des Bretons ou des Vascons. Cette politique de conquete a pour consequence le couronnement imperial de Charlemagne le 25 decembre 800 par le pape Leon III. Les contemporains ont voulu y voir une renaissance de l'Empire romain d'Occident. Mais l'Empire carolingien est centre sur la Gaule et la Germanie. Charlemagne se considere d'abord comme un roi franc. Les regnes de Charlemagne et de son fils Louis le Pieux restent cependant, entre deux vagues d'invasions, une periode de renforcement du pouvoir royal, de renaissance des arts et de la culture qui a durablement marque les esprits ; « Charlemagne fonde la paix germanique et chretienne, inaugure la legislation sociale et rend l'enseignement primaire obligatoire »36. Charles le Chauve (BnF, Departement des Manuscrits, IXe siecle). Louis le Pieux renonce a confisquer les terres de l'Eglise pour les donner en recompense a ses fideles. Ce faisant, il est oblige de puiser dans ses propres biens et affaiblit ainsi la puissance fonciere des Carolingiens. Ses fils se disputent pour le partage de l'heritage carolingien. Finalement ils arrivent a un accord lors du partage de Verdun de 843. C’est a cette occasion que la Gaule est appelee pour la premiere fois Francie occidentale (Francia occidentalis en latin). La Francie occidentale, concedee a Charles le Chauve, le plus jeune fils de Louis le Pieux donnera naissance au royaume de France a la fin du IXe siecle, apres de multiples evolutions territoriales. La Francie occidentale s'etend de la mer du Nord a la mer Mediterranee, elle est grossierement delimitee a l'Est par la Meuse, la Saone et le Rhone. Elle a pour avantage l'extreme diversite de ses paysages et de ses ressources naturelles. Cependant aux IXe et Xe siecles, la Francie occidentale est menacee d'eclatement. Sous Nominoe, la Bretagne reaffirme son independance. Le rattachement de l'Aquitaine au royaume n'est que purement theorique. La seconde vague d'invasion de Vikings, des Sarrasins et des Hongrois accentue la desagregation de l'autorite royale. Les souverains impuissants a defendre leurs sujets doivent se resigner a voir passer le pouvoir de commandement de leurs mains a celles de puissants seigneurs qui se sont constitue des principautes, vastes territoires quasi independants. Pour stopper la menace viking, le roi Charles le Simple est oblige de ceder la Normandie au chef Rollon par le traite de Saint-Clair-sur-Epte en 911. Le titre de roi redevient electif et les Carolingiens doivent ceder leur couronne a Eudes, comte de Paris entre 888 et 898, a Robert Ier de 922 a 923, et a Raoul en 923 a 936. En 987, Hugues Capet, duc des Francs, descendant d'Eudes, est prefere au pretendant carolingien, Charles de Basse-Lotharingie, oncle du defunt roi Louis V, grace au soutien actif de l'archeveque Adalberon de Reims. Son election marque la fin de la dynastie carolingienne et le debut d'une nouvelle dynastie, la dynastie capetienne qui construira le royaume de France pendant le second millenaire. Il est a noter que la Bretagne ne participe pas a l'election et qu'en juillet 990, Conan le Tort se declare Princeps Britannorum (prince de Bretagne) et, selon le moine contemporain Raoul Glaber, est couronne a la maniere des rois a l'abbaye du Mont-Saint-Michel en presence des eveques de Bretagne37. Le royaume des Francs sous Hugues Capet Les Capetiens et la consolidation de l'Etat (XIe?–?XIIIe siecle) Article detaille : Capetiens. Carte dynamique illustrant la formation territoriale de la France metropolitaine de 985 a 1947. L'evolution du pouvoir royal Le regne des premiers Capetiens est marque par la faiblesse du pouvoir royal face aux grands seigneurs a la tete de principautes. Hugues Capet n'intervient jamais au sud du royaume. Son autorite est limitee au domaine royal, les biens materiels et les vassaux directs sur lesquels il exerce un pouvoir direct. Les premiers Capetiens ne possedent qu'un domaine peu etendu, reduit pour l'essentiel a une zone entre Beauvais et Orleans, vestige du duche de France de Robert le Fort. Par une politique habile de la plupart d'entre eux, ils assureront la croissance du domaine royal. Face aux grands du royaume quasi independants, ils possedent cependant trois atouts : Ils parviennent a rendre hereditaire leur lignage en faisant elire et sacrer leurs fils de leur vivant, et en les associant au trone (usage suivi jusqu'a Philippe Auguste). Les rois de France sont au sommet de la hierarchie feodale et ne rendent hommage a personne pour leurs possessions. Mais, feodalite oblige, tous les grands feodaux du royaume doivent l'hommage au roi. Les plus prestigieux vassaux du roi de France etaient les souverains d'Anjou et d'Angleterre. Par la moindre etendue de ses domaines placee sous son administration directe, le roi de France etait plus faible que bien des vassaux, mais en termes de vassalite, c'etait bien le roi de France qui se trouvait au sommet de la pyramide du pouvoir du systeme feodal. Un adage dit que « Rex francorum imperator est in suo regno » : « le roi est empereur en son royaume ». Le sacre permet aux Capetiens d'acquerir un caractere divin a travers l'onction, faite grace a l'huile de la sainte Ampoule, don du Saint-Esprit. Ainsi le roi, chretien depuis le bapteme de Clovis, devient de plus, un roi de droit divin, qui ne tient son pouvoir que de Dieu. Depuis Robert le Pieux, fils d'Hugues Capet, on attribue aux Capetiens des pouvoirs thaumaturgiques, par simple toucher, ils etaient censes guerir des ecrouelles ou scrofules38. Philippe-Auguste mene une lutte victorieuse pour abaisser la puissance des Plantagenets et agrandir le domaine. Le mariage d'Alienor d'Aquitaine avec le comte d'Anjou, devenu roi d'Angleterre sous le nom d'Henri II Plantagenet, fait de ce dernier un vassal du roi de France bien plus puissant que son suzerain, comme le montre la premiere carte. Philippe II, dit Philippe-Auguste a comme objectif principal l'abaissement des Plantagenets. Entre 1202 et 1205, il fait la conquete sur Jean sans Terre de la Normandie, du Maine, de l'Anjou, de la Touraine, du nord du Poitou et de la Saintonge. Jean sans Terre tente de reagir en organisant une coalition reunissant egalement l'empereur germanique Othon IV et le comte de Flandre. Le dimanche 27 juillet 1214, Philippe II triomphe de la coalition lors de la bataille de Bouvines. Sur le plan interieur, Philippe-Auguste augmente les ressources royales par une bonne administration, ce qui lui permet de retribuer des mercenaires, de construire des nouveaux remparts autour de Paris, de paver la ville et d'edifier la forteresse du Louvre. A sa mort, le domaine royal est considerablement agrandi. Ses successeurs vont continuer son ?uvre. Article detaille : Formation territoriale de la France. Son petit-fils, Louis IX, signe enfin la paix avec les Plantagenet. Il affirme le droit du roi de legiferer dans tout le royaume, y compris dans les grands fiefs quand l'interet commun l'exige. Il met en circulation une monnaie royale stable et fiable, le gros tournois d'argent valable dans tout le royaume. Il place definitivement la monarchie au-dessus du bien commun. Ses legistes affirment que rien ne peut justifier la rebellion d'un vassal et qu'aucun eveque ne peut excommunier le roi. Louis IX se croise par deux fois pour combattre les musulmans en Terre sainte, de 1248 a 1254 (septieme croisade) puis en 1270 en Egypte et a Tunis ou il meurt de la dysenterie le 25 aout. Philippe IV le Bel (1285-1314) est le dernier des grands Capetiens directs. Il est connu pour le role qu'il a joue dans la centralisation administrative du royaume. Il organise definitivement les parlements. Pendant tout son regne, il cherche a ameliorer les finances royales. Comme il echoue a instaurer un impot regulier, le budget de l'Etat fonctionne au moyen d’expedients : confiscation des biens des juifs, des marchands italiens, diminution du poids en metal precieux par rapport a leur valeur nominale des pieces frappees par le roi. Pour trouver de nouveaux subsides, il organise la premiere reunion de representants des trois ordres ou etats du clerge, de la noblesse et du tiers etat. Ce type de reunion sera appele plus tard Etats generaux. Il s'entoure de legistes originaires de toute la France. Mais Philippe le Bel est surtout connu pour son affrontement avec les papes, lesquels, pour echapper aux troubles continuels de Rome, s'installent a Avignon mettant pour trois quarts de siecle la papaute sous influence directe de la France. Quand il meurt en 1314, la monarchie capetienne semble consolidee et forte. Les transformations economiques et sociales Le bas de cet extrait de la tapisserie de Bayeux, XIe siecle, montre des travaux agricoles avec herse et charrue. Meme si les sources ecrites manquent, plusieurs indices montrent que la vitalite demographique de la France est tres importante a partir du XIe siecle. Des hommes venus du royaume de France tiennent le premier rang dans la conquete en 1066 de l'Angleterre par Guillaume le Conquerant, duc de Normandie. Les chevaliers francs jouent un role preponderant dans la reconquista de l'Espagne musulmane des le milieu du XIe siecle. Ils sont si nombreux a participer a la premiere croisade a la fin du XIe siecle, que les Etats crees apres la prise de Jerusalem en 1099 sont appeles Etats francs d'Orient. L'augmentation de la population accompagne les grands defrichements. Des nouvelles techniques agricoles se diffusent permettant de cultiver les terres riches et lourdes du bassin parisien : charrues a roue et a versoir qui aerent le sol, herses qui brisent les mottes. Villages, eglises et chateaux-forts faconnent le paysage des campagnes. Le retour a une paix relative favorise la circulation des marchandises et des hommes, la circulation monetaire et la renaissance des villes. Les artisans et les marchands se revoltent bien vite contre l'autorite tatillonne des seigneurs laics ou ecclesiastiques et parviennent a obtenir des chartes de libertes leur permettant de s'administrer eux-memes. Dans les villes, les artisans exercant une meme activite se regroupent en organisations professionnelles tres rigides et protectionnistes. Le XIIIe siecle consacre le rayonnement francais. Les historiens pensent qu'au cours de ce siecle la population passe de 12 millions a 20 millions d'habitants, grace aux ameliorations des pratiques agricoles qui permettent l'augmentation des rendements des terres cultivees. Ceci n'empeche pas les campagnes d'etre secouees par des revoltes, le plus souvent locales contre les droits feodaux ou la dime. Pourtant le XIIIe siecle est celui des chartes d'affranchissement qui permettent aux paysans d'ameliorer grandement leur condition juridique et fiscale. Paris devient la ville la plus importante de l'Occident chretien avec pres de 200 000 habitants, soit le double de Venise. Son rayonnement est assure par son universite, ses edifices religieux celebres dans toute la chretiente, telle la Sainte-Chapelle ou sont conservees les reliques de la couronne d'epines et du baton de Moise, la cathedrale Notre-Dame de Paris, ses ateliers de miniatures et d'ivoire. Pourtant des le milieu du XIIIe siecle, des signes d'essoufflement economique apparaissent. Les petits seigneurs s'appauvrissent. La croissance de la population a abouti a un fractionnement des tenures. L'ecart s'elargit dans les villes entre les riches et les pauvres entrainant des revoltes du « menu » peuple contre le peuple « gras » entrainant des greves et des conflits comme a Douai, Paris, Ypres… La fin des Capetiens directs La lignee des Capetiens directs se termine par les regnes successifs des trois fils de Philippe IV qui meurent sans heritier male. Lorsque Charles IV le Bel, le dernier fils de Philippe le Bel, meurt en 1328, c'est la premiere fois depuis l'election d'Hugues Capet que le defunt roi n'a pas d'heritier male. Deux pretendants sont en lice, Edouard III, roi d’Angleterre, petit-fils de Philippe le Bel et Philippe de Valois, neveu de Philippe le Bel. L'assemblee des grands du royaume prefere Philippe car il est de France et plus mur que son jeune rival anglais. Cet evenement marque le debut de la dynastie des Capetiens-Valois, branche collaterale des Capetiens directs. Crises et mutations du bas Moyen Age (du XIVe au XVe siecle) Tout l'Occident est affecte par les famines, la peste noire et de nombreux conflits. Mais la France, l'etat le plus peuple d'Europe, est davantage touchee par les malheurs, d'autant plus qu'elle est le cadre d'une guerre interminable entre 1337 et 1453, la guerre de Cent Ans. Le temps des crises A la fin du XIIIe siecle, on assiste en France a un retournement de conjoncture : il n'y a plus de terre a defricher. La production agricole stagne alors que la population continue a augmenter. L'epuisement des mines d'or et d'argent freine le developpement de la monnaie et par la meme les echanges commerciaux. Du debut du XIVe siecle a la fin du XVe l'Europe entiere connait un petit age glaciaire : les hivers sont plus longs et plus froids, les etes plus frais et plus humides, ce qui fait pourrir les recoltes sur pied. Les crises economiques qui en resultent entrainent des troubles politiques et sociaux accentues par la faiblesse de certains rois pendant la guerre de Cent Ans. Dans les annees 1315-1317, le mauvais temps entraine des recoltes insuffisantes. Le prix des cereales augmente, ce qui genere la famine avec une surmortalite des plus pauvres. Les famines persistent jusqu'a la fin du XVe siecle. La situation des paysans est catastrophique : soit ils mangent la part de grains reservee aux semailles et la famine s'accentue l'annee suivante, soit ils preservent les grains a semer et, des la fin de l'hiver, la mortalite augmente, faute de nourriture suffisante. Les textes de l'epoque font aussi etat de loups entrant dans les villes pour se nourrir, car eux-memes prives de proies. A partir de 1348, la peste qui avait deja ravage la France dans l'Antiquite et le haut Moyen Age, fait un retour en force provoquant la mort de presque un tiers de la population francaise. En 1361-1363, et en 1418-1419, une forme de peste fait des ravages parmi les enfants. Les revoltes se multiplient, notamment a Paris : revolte d'Etienne Marcel, revolte des Cabochiens. Dans les campagnes les jacqueries sont nombreuses. Les differentes crises ont eu aussi des aspects positifs. Les paysans et les artisans qui survivent aux famines et a la peste voient leur condition de vie s'ameliorer du fait de la hausse des salaires causee par la rarefaction de la main-d’?uvre. La noblesse decimee lors des grandes batailles de la guerre de Cent Ans se renouvelle. Les bourgeois achetent des seigneuries. La guerre de Cent Ans Article detaille : Guerre de Cent Ans. La guerre de Cent Ans oppose la France et l'Angleterre pour la succession au trone de France, de 1337 a 1453. Malgre ce que son nom peut laisser croire, elle n'est pas continue mais compte 55 annees de treve pour 61 annees de combats. Elle ne touche pas tout le royaume mais elle apporte la desolation et la mort la ou elle a lieu : pillages, epidemies et desertification accompagnent les bandes de mercenaires qui, en l'absence d'intendance et de solde reguliere, se paient en mettant a sac les regions ou ils stationnent, meme celles du prince qui les emploie. Pendant cet interminable conflit, le territoire francais est le champ de combats episodiques mais acharnes entre rois de France et rois d'Angleterre. Les Anglais beneficient de la superiorite tactique de leur armee (et particulierement de leurs archers). Ils infligent a la chevalerie francaise pourtant tres superieure en nombre, deux cuisantes defaites a Crecy en 1346 et Poitiers, bataille durant laquelle le roi de France, Jean II le Bon est fait prisonnier. Le dauphin Charles est contraint de signer le traite de Bretigny en 1360 qui concede aux Anglais un bon tiers du royaume de France, prevoit le paiement d'une enorme rancon de 3 millions d'ecus d'or pour la liberation de Jean II le Bon, soit l'equivalent des recettes du roi pendant deux ans. Celui-ci meurt a Londres en 1364 sans que la rancon ait ete completement versee. Son fils, Charles V est un bon stratege : la paix obtenue permet de lui redonner les capacites de reconquerir les territoires cedes en evitant les grandes batailles rangees et confie a de grands capitaines tel Du Guesclin la reconquete du territoire en reprenant une a une les places fortes de l'ennemi par une strategie de sieges successifs. En 1377 les Anglais ne controlent plus que la Bayonne, Bordeaux, Brest, Calais et Cherbourg. La France en 1435. Le redressement est provisoire. La folie de Charles VI plonge le pays dans la guerre civile entre Philippe Le Hardi duc de Bourgogne, oncle du roi, et Louis d'Orleans, frere du roi. Ce dernier prend le controle de l'Etat et s'allie avec des seigneurs du Sud-Ouest hostiles au roi d'Angleterre. L'accent de ces meridionaux va donner le nom des partisans du duc d'Orleans : les Armagnacs. Le duc de Bourgogne a lui interet a menager les Anglais qui commercent avec son comte de Flandre. Ces derniers profitent de la confusion pour lancer une chevauchee devastatrice a travers la France. Apres avoir evite Paris ils traversent la Picardie en direction de Calais. Ils sont rejoints a Azincourt en 1415 par la fine fleur de la chevalerie francaise. Les Francais subissent de nouveau une defaite meurtriere face a une armee anglaise epuisee et moins nombreuse : le parti des Armagnacs est decapite. Le duc de Bourgogne, Jean sans Peur, en profite pour s'emparer de la Champagne puis de Paris. Son fils, Philippe le Bon, pousse Charles VI a signer le 21 mai 1420 le traite de Troyes qui stipule : Charles VI doit desheriter son fils le dauphin Charles. Il le declare inapte a regner39 dans la mesure ou il a fait tuer le duc de Bourgogne Jean sans peur, le 10 septembre 1419. Le roi Henri V d'Angleterre devient immediatement regent du royaume de France et doit epouser Catherine de France, fille du roi fou. A la mort de Charles VI, le royaume de France doit revenir au fils d'Henri V et de Catherine. Lorsque Charles VI meurt en 1422, la France est divisee en trois : le nord et l'ouest sont sous le controle du frere d'Henri V, Jean de Lancastre duc de Bedford, en tant que regent du jeune roi anglais, futur Henri VI ; le Nord-Est ou le duc de Bourgogne est quasi independant ; le sud de la Loire ou le dauphin, prend le titre de Charles VII mais est surnomme le « roi de Bourges » par la propagande anglaise qui met en doute sa legitimite (dans la mesure ou le chateau de Bourges est la demeure favorite de Charles). Mais la cle du conflit est celle du choix de la nationalite. Les Anglais par leur strategie de pillage (les fameuses chevauchees) se sont fait hair par le peuple et ne sont soutenus que par les artisans et les universitaires des grandes villes. Le role de Jeanne d'Arc est plus politique et psychologique que militaire : elle catalyse cette volonte « de bouter les Anglais hors de France ». Elle participe au siege d'Orleans et apres la bataille de Patay insiste pour que le sacre de Charles VII ait lieu a Reims (ce qui est extremement symbolique et interprete a l'epoque comme un nouveau signe de volonte divine car la ville est en plein territoire bourguignon). Elle permet de justifier la naissance legitime du roi, faisant oublier les rumeurs pretendant qu’il etait le fils illegitime du duc d'Orleans et permet son sacre. La voie est alors libre pour la reconquete du territoire francais. Le role militaire propre de Jeanne d'Arc est faible : durant l'hiver 1429, elle s'empare du village de Saint-Pierre-le-Moutier, echoue devant la bourgade de La Charite-sur-Loire avant d'etre fait prisonniere devant Compiegne (24 mai 1430). La fin du conflit est proche : Charles VII fait la paix avec les Bourguignons en 1435 (traite d'Arras) et prives de leur puissant allie et sans soutien sur le terrain, les Anglais sont chasses de France en 1453 apres la bataille de Castillon. La France a la fin du XVe siecle En ligne rouge : les frontieres du Royaume francais en 1477 . Les parlers de France au XVIe siecle. Les rois de France regagnent prestige et autorite. Ils ont encore affaire a forte partie avec les Grands Ducs d'Occident Philippe le Bon et Charles le Temeraire, qui ont joint les Pays-Bas a leurs possessions bourguignonnes et se posent parmi les plus puissants souverains d'Europe. Charles VII et son fils Louis XI les considerent comme leurs principaux rivaux. Article detaille : Histoire de la Bourgogne. A la mort du Temeraire, ses possessions qui provenaient de la famille capetienne sont reprises par Louis XI mais les Pays-Bas reviennent a sa fille unique, Marie de Bourgogne qui les apporte a son epoux Maximilien d'Autriche : le partage devient une source de conflit entre les maisons de France et d'Autriche. Le Moyen Age s'acheve sur la fin de l'independance de fait des grandes principautes qu'etaient le duche de Bourgogne (1482) et le duche de Bretagne (vaincu en 1488, rattache en 1491, et formellement uni au royaume en 1532). L’Epoque moderne Evolutions et bouleversements du XVIe siecle L’affirmation de la puissance royale De la fin du XVe siecle a la fin de la premiere moitie du XVIe siecle, la politique exterieure francaise est largement dominee par les guerres d'Italie. Les Valois veulent faire valoir les droits herites de leurs ancetres sur le royaume de Naples, et le duche de Milan. En 60 ans, ils conquierent et perdent quatre fois Naples, six fois le duche de Milan. Finalement, ils abandonnent toute ambition en Italie40. On peut se poser la question de l'utilite de telles expeditions, sans cesse recommencees et se terminant a chaque fois par des echecs. Il existe plusieurs facteurs explicatifs : l'attrait des richesses et de la culture des prestigieuses villes italiennes, la volonte d'avoir le controle de passages qui permettent de menacer les interets de Habsbourg par le Sud. Au XVIe siecle, les strategies militaires se nouent, entre autres, autour de l'idee de frontiere offensive. Il s'agit d'occuper des points d'appui pour en priver l'adversaire, plus que d'agrandir le territoire du royaume. Article detaille : Guerres d'Italie. Francois Ier par Francois Clouet. En 1519, Charles Quint, roi d'Espagne depuis 1516, herite des possessions des Habsbourg (Empire d'Autriche, Pays-Bas, Franche-Comte). La France est l'obstacle a abattre pour unifier territorialement ses possessions. Il dispose aussi des inepuisables reserves d'or et d'argent des colonies espagnoles d'Amerique. Francois Ier se presente en vain a l'election du Saint-Empire romain germanique pour limiter l'influence du Habsbourg. Il echoue aussi a s'assurer l'alliance d'Henri VIII d'Angleterre. A partir de 1521, la France entame une guerre longue et difficile. Celle-ci commence par le desastre de Pavie en fevrier 1525. Francois Ier, impregne des valeurs chevaleresques refuse de reculer et est fait prisonnier. Il est contraint de signer le traite de Madrid en 1526, qui ampute la France d'un tiers de son territoire mais reprend la guerre aussitot libere. En 1529, il doit abandonner la suzerainete de la Flandre et de l'Artois, deux possessions de Charles Quint. Ce dernier renonce a revendiquer la Bourgogne41. Bien que combattant la Reforme dans le royaume, Francois Ier s'allie aux princes protestants allemands et meme au sultan de l'Empire ottoman, Soliman le Magnifique pour desserrer l'etau habsbourgeois. Henri II continue la lutte. Il reprend le Boulonnais et le Calaisis aux Anglais. En echange de son soutien aux princes reformes allemands en guerre contre l'empereur Charles Quint, il obtient le droit d'occuper Calais, Metz, Toul et Verdun. En 1559, le traite du Cateau-Cambresis signe enfin la paix entre la France et l'Espagne. Au XVIe siecle, la guerre s'est considerablement transformee. L'artillerie dont le role est determinant dans les batailles navales et dans les sieges commence a etre utilisee pour les combats en rase campagne. La France, pour maintenir sa puissance dans le jeu europeen, doit non seulement entretenir une armee permanente (les compagnies d'ordonnance creees par Charles VII), mais aussi posseder une solide artillerie et construire des forteresses capables de resister aux nouvelles techniques de guerre. La Renaissance italienne gagne la France depuis, notamment par le biais des guerres d'Italie. Francois Ier amene Leonard de Vinci a sa cour. C'est l'epoque de la construction des chateaux de la Loire : Blois, Chambord, Chenonceau, qui sont autant de lieux ou triomphe la vie de cour. La sculpture, la peinture et l'architecture francaises se transforment sous l'influence du modele italien donnant naissance a la Renaissance francaise dont la forme la plus aboutie est l'ecole de Fontainebleau. Francois Ier est le premier roi de France a avoir compris que le rayonnement artistique d'un pays est un element de gloire et de puissance. Comprenant l'importance des possessions coloniales, Francois Ier finance des expeditions lointaines. En 1534, le Breton Jacques Cartier decouvre la Nouvelle-France, et qui deviendra plus tard le Canada. Tout ceci coute fort cher. La taille est multipliee par quatre au cours du siecle ; elle passe de 5 a 20 millions de livres42. Mais les ressources fiscales sont insuffisantes pour financer les depenses. Les rois de France ont recours a l'emprunt – la dette double entre 1522 et 1550 – a la banqueroute en 1558 et 1567 qui permet d'annuler certaines dettes mais surtout d'en reechelonner le paiement et a la venalite des offices. Un office est une fonction publique dont le titulaire est inamovible depuis 1467 et qu'il achete. Si la venalite existait deja au XVe siecle, Louis XII et Francois Ier l'ont systematiquement developpee. Avec elle s'instaure peu a peu l'heredite officialisee avec la creation de la paulette en 1604, une taxe annuelle 1/60e de la valeur d'achat de l'office. Si les avantages sont evidents, procurer aux rois des rentrees d'argent rapides, les inconvenients le sont aussi. C'est sous le regne de Francois Ier que l'Auvergne rejoint definitivement le domaine royal. Henri IV fait l'acquisition de la Bresse, le Bugey, le pays de Gex, ce qui le met en situation de gener les communications entre les possessions des Habsbourg. Dans un premier temps, il refuse d'unir a la couronne ses fiefs personnels sous pretexte de preserver les interets de sa s?ur. Le parlement de Paris refuse, en 1590, d'enregistrer les lettres separant les biens patrimoniaux de la famille de Navarre et le domaine royal. Apres la mort de sa s?ur, Henri IV accepte l'integration de ses fiefs au domaine royal. C'est aussi au XVIe siecle, que se forge la theorie de l'inalienabilite de domaine royal. Le roi ne peut plus donner en apanage des fiefs a ses fils cadets. Les guerres de religion Article detaille : Guerres de religion (France). Nuit de la Saint-Barthelemy, d'apres Francois Dubois. Les regnes des trois fils d'Henri II, Francois II (1559-1560), Charles IX (1560-1574) et Henri III (1574-1589) sont marques par les guerres de religion entre protestants et catholiques. La Reforme s'est progressivement repandue en France a partir de 1520, au point qu'en 1562, date du debut des huit guerres de religion, un dixieme de la population etait devenue protestante43. Cette guerre civile est marquee par le massacre de la Saint-Barthelemy, le 24 aout 1572 et les jours suivants, ou les protestants sont attaques dans leurs propres maisons par la Ligue, faisant plusieurs milliers de victimes a Paris et en province. La guerre civile est aussi une grande menace pour l'unite territoriale. Les protestants et les ligueurs font des promesses aux souverains etrangers pour obtenir leur aide. Par exemple, les reformes promettent a Elisabeth Ire d'Angleterre de lui restituer le Calaisis en echange de son intervention. De plus les troubles permettent a chacun des partis en presence de s'arroger des parcelles du pouvoir regalien. Les princes catholiques sont tout puissants dans les regions dont ils ont obtenu le gouvernement comme les Guise en Bourgogne, les Montmorency en Languedoc. L'edit de Beaulieu de 1576 permet aux protestants de celebrer leur culte publiquement partout sauf a Paris. Ils peuvent occuper huit places fortes et beneficient de chambres mi-partie dans les parlements. Ils constituent alors un veritable Etat huguenot dans l'Etat. L'edit de Nantes de 1598 ne revient qu'en partie sur ces privileges. Apres l'assassinat commande par Henri III du duc de Guise, chef de la Ligue catholique en France, l'universite de theologie de la Sorbonne decrete, lors d'une assemblee tenue le 7 janvier 1589, la decheance du roi tyran. Cette meme assemblee fait savoir que « le peuple francais etait delie du serment de fidelite prete a Henri III et qu'il pouvait s'armer pour la defense de la religion ». Cela suffira au moine Jacques Clement a assassiner le roi six mois plus tard44. Le trone, ne possedant plus d'heritier dans la branche des Valois, passe alors a une branche cadette, les Bourbons, en la personne d'Henri IV, auparavant roi de Navarre. Mais celui-ci etant protestant, il n'est pas reconnu par les ultracatholiques de la Ligue. Il lui faut reconquerir son royaume et se convertir au catholicisme, ce qu'il fait en 1593. Une fois son pouvoir consolide, Henri IV met un terme aux Guerres de religion en promulguant l'edit de Nantes de 1598. Aide de son ministre Sully, Henri IV tache de remettre sur pied le royaume durement eprouve par les guerres de religion. Lorsque Henri IV est assassine par Ravaillac, un catholique fanatique en 1610, il legue a son fils Louis XIII un royaume considerablement renforce. L'age classique : du XVIIe au XVIIIe siecle Articles detailles : Histoire de France au XVIIe siecle et Histoire de France au XVIIIe siecle. Le grand siecle Aux XVIe siecle et XVIIe siecle, la theorie de la monarchie absolue prend de l'ampleur. Elle a comme principal relais dans les provinces les officiers de justice qui cherchent a reduire les droits de justice seigneuriale. La justice est en effet un puissant moyen d'unification du pays. Tous les cas peuvent aller en appel aupres du conseil du roi par le moyen des evocations. La coutume de Paris a tendance a s'imposer comme droit commun coutumier. Territoire sous regne francais et conquetes de 1552 a 1798. Louis XIII (1601-1643) a neuf ans quand son pere Henri IV est assassine en 1610. Sa mere Marie de Medicis assure la regence avec ses favoris et neglige l'education du jeune roi. Louis XIII l'ecarte du pouvoir en 1617 en faisant assassiner son favori Concini. A partir de 1624, il regne en etroite collaboration avec son principal ministre, le cardinal de Richelieu qu'il soutient contre les intrigues des nobles, furieux d'etre ecartes du pouvoir. Il mene une politique de domestication des grands seigneurs du royaume (affaire du comte de Chalais en 1626), de durcissement envers les protestants a qui il parvient a retirer les places-fortes que l'edit de Nantes leur octroyait. Il installe des intendants de justice, police et finance dans les provinces. Contrairement aux officiers ceux-ci sont des commissaires revocables. Ils sont indispensables dans les regions frontieres ou occupees par les Francais. Ils y assurent l'ordre en luttant contre les pillages des soldats francais et en s'assurant de la fidelite des sujets, particulierement des nobles et des villes. Le roi accentue la centralisation en favorisant l'atelier de frappe monetaire de Paris aux depens de ceux de provinces. Des 1635, Louis XIII et le cardinal de Richelieu s'engagent dans la guerre de Trente Ans aupres des princes allemands protestants pour reduire la puissance de la dynastie des Habsbourg, d'Espagne, la premiere puissance europeenne a cette epoque et de ceux d'Autriche qui sont a la tete du Saint-Empire romain germanique. Pour affaiblir les Habsbourg, les Francais occupent des places fortes et s'assurent des passages qui les relient a leurs allies, en Alsace, en Lorraine et dans le Piemont. L'augmentation considerable de la pression fiscale, necessitee par la guerre, provoque de nombreux soulevements populaires : en 1636-1637 celui des croquants de Saintonge-Perigord, en 1639 celui des va-nu-pieds de Normandie, severement reprimes. Louis XIV a quatre ans et demi quand son pere meurt en 1643. Sa mere Anne d'Autriche assure la regence avec le cardinal Mazarin. Jusqu'en 1661, date de sa mort, c'est ce dernier qui gouverne effectivement, meme apres la majorite de Louis XIV. Il poursuit l'effort de guerre entame par Richelieu. Les troupes francaises remportent des victoires decisives qui permettent de mettre fin a la guerre de Trente Ans (1618-1648). Le traite de Munster d'octobre 1648 accorde a la France presque toute l'Alsace, confirme la possession des trois eveches et donne trois forteresses a la France sur la rive droite du Rhin, Landau, Philippsbourg et Brisach. Mazarin poursuit ainsi la politique de passage vers le Saint-Empire romain germanique entreprise par le cardinal de Richelieu. Le conflit se poursuit cependant avec l'Espagne jusqu'en 1659. Avec la paix de Pyrenees, le domaine royal s'agrandit du Roussillon, de l'Artois et de certaines places du Hainaut comme Thionville et Montmedy. Louis XIV epouse l'infante d'Espagne, Marie-Therese d'Autriche. Pour la premiere fois, dans un traite signe par la France, la frontiere entre la France et l'Espagne est definie par la nature : « les cretes des montagnes qui forment les versants des eaux »45. Louis XIV en costume de sacre par Hyacinthe Rigaud, 1701. A la mort de Mazarin, en 1661, Louis XIV declare qu’il gouvernera desormais seul, c’est-a-dire sans premier ministre. Il reclame de ses secretaires d'Etat une stricte obeissance et leur interdit de decider sans lui. Pour etre sur d'etre obei de ses ministres, il les choisit parmi la bourgeoisie comme Colbert ou Le Tellier. Le regne de Louis XIV marque une centralisation extreme du pouvoir royal. Les grandes decisions sont prises par le conseil d'en haut qui se reunit deux ou trois fois par semaine et ou ne siegent que 3 a 5 ministres. Les intendants sont plus que jamais la voix du roi dans les provinces. Des le debut de son regne personnel (1661-1715), Louis XIV amorce le redressement de l'autorite royale. Les gouverneurs des provinces, issus de la haute noblesse n'ont plus d'armee a leur disposition et doivent resider a la cour, ce qui rend plus difficile le clientelisme. En 1665, Louis XIV interdit aux parlements de deliberer sur les edits et leur ordonne de les enregistrer sans vote. Les etats provinciaux de Normandie, Perigord, Auvergne, Rouergue, Guyenne et Dauphine disparaissent. Avec Colbert, il entreprend de reformer la justice et fait rediger toute une serie d’ordonnances ou codes applicables dans tout le royaume. N'etant pas sur de la fidelite des officiers proprietaires de charges hereditaires, il confie leurs fonctions a des commissaires revocables. Ce procede finit par contraindre les officiers a l'obeissance. La noblesse perd tout pouvoir politique. Elle est domestiquee a Versailles ou son plus grand souci est de se faire remarquer du roi. Pour cela, elle doit faire des depenses excessives et en est reduite a quemander des pensions au roi pour assurer son train de vie fastueux. Louis XIV pense que la guerre est la vocation naturelle d'un roi. Mais au debut de son regne, l'armee est encore une entreprise privee monopolisee par la noblesse. Sous l'egide de Le Tellier puis de son fils Louvois, les officiers sont controles par des administrateurs civils qui appliquent des reglementations strictes, les depouillant d'une grande partie de leur pouvoir. Les efforts faits pour moderniser et discipliner l'armee permettent a Louis XIV de remporter d'eclatantes victoires dans la premiere partie de son regne personnel. La guerre de Devolution (1667-1668) lui permet de conquerir de nouvelles places fortes au nord de la France parmi lesquelles Dunkerque, Lille et Douai. Le traite de Nimegue de 1678 met fin a la guerre de Hollande. Louis XIV n'a pu reduire les Pays-Bas mais acquiert la Franche-Comte au detriment de l'Espagne. Des echanges de places fortes permettent de regulariser la frontiere au nord. En 1680-1681, Louis XIV, fort de sa domination sans partage sur l'Europe procede a la politique des « reunions ». Le but est de relier le chapelet de places fortes elaborees par Vauban. En pleine paix il annexe entre autres Nancy et Strasbourg. Cette violation du droit international indigne les Etats d'Europe. Louis XIV s'aliene les Etats protestants en revoquant l'edit de Nantes en 1685. Ses rapports avec l'Angleterre se tendent. En effet la France commence a peupler la Nouvelle-France entre 1635 et 1654 la Guadeloupe est conquise par Leonard de l’Olive et Duplessis d’Ossonville, en 1682 Cavelier de la Salle decouvre ce qu’il appelle la Louisiane, les Francais fondent des comptoirs commerciaux en Inde, ce qui concurrence les projets britanniques. Les 25 septembre 1688 Louis XIV lance un ultimatum exigeant que la treve qui lui accordait l'occupation des « reunions » pour 20 ans soit transformee en traite definitif. Il fait occuper et devaster le Palatinat dont il revendique la succession. Ceci entraine la guerre de la Ligue d'Augsbourg dirigee par Guillaume d'Orange, Stathouder de Hollande, devenu roi d'Angleterre avec sa femme Marie II. La guerre est indecise et coute tres cher alors que la France connait une periode de disette en 1693. Louis XIV accepte de negocier, il rend les « reunions » mais conserve Strasbourg par le traite de paix de Ryswick de 1697. La guerre de Succession d'Espagne, menee par une coalition europeenne pour empecher le comte d'Anjou second fils du dauphin de devenir roi d'Espagne commence en 1701. La France apres quelques victoires connait de nombreux revers. La paix est signee a Utrecht en 1714 et confirme l'accession d'une branche des Bourbon sur le trone d'Espagne. Le vieux roi qui meurt en 1715, voit son fils et son petit-fils mourir avant lui. Son heritier est donc son arriere-petit-fils ne en 1710. Le siecle des Lumieres Louis XV en costume de sacre par Hyacinthe Rigaud, 1730. Louis XV regne de 1715 a 1774. N'ayant que cinq ans a la mort de son arriere-grand-pere, Louis XIV, le pouvoir est confie a un conseil de regence dirige par le duc d'Orleans. Celui-ci a pris soin de faire casser le testament du roi defunt, qui limitait son pouvoir, par le parlement de Paris en echange d'un retour au droit de remontrance. Un des pouvoirs autonomes museles par Louis XIV retrouve ainsi un pouvoir de contestation de la monarchie dont il se servira tout au long du XVIIIe siecle. L'epoque est au relachement des m?urs, au boom economique, a la speculation. Le gout pour les produits exotiques favorise le developpement des ports de l'Atlantique. Les marchands de produits coloniaux, la monarchie et les trafiquants d’esclaves font d’eclatantes fortunes et les colons importent des produits manufactures de France. Le port de Nantes se developpe et les negriers se font construire a Nantes, a Bordeaux et a La Rochelle d’imposants batiments. La Nouvelle-Orleans est fondee en 1718. Quand le regent meurt en 1723, Louis XV s'appuie sur un de ses ministres, Fleury, son ancien precepteur en qui il a toute confiance, jusqu'a la mort de celui-ci en 1743; date a laquelle le roi prendra alors les renes effectifs du pouvoir. Sous son regne, la France s'agrandit. En 1735, la Lorraine, principaute souveraine, plusieurs fois occupee par la France, est donnee a Stanislas Leszczynski, roi malheureux, chasse du trone de Pologne par les Russes et les Autrichiens, et beau-pere de Louis XV. A sa mort en 1766, elle entre dans le domaine royal. La Corse, independante de facto depuis 1755, est symboliquement cedee par la Republique de Genes en 1768 puis soumise militairement apres la bataille de Ponte-Novo en mai 1769. Auparavant en 1762, la region des Dombes avait, elle aussi, rejoint le domaine. Sous les regnes de Louis XV et de Louis XVI, est entreprise une politique de simplification et de regularisation des frontieres. Il s'agit de proceder a des echanges de places avancees avec les Etats voisins pour eviter les enclaves aussi bien francaises en dehors des frontieres qu'etrangeres a l'interieur du territoire. En 1789, il n'existe plus que trois enclaves etrangeres en territoire francais, Avignon et le Comtat qui appartiennent au pape, la principaute de Montbeliard et la Republique de Mulhouse46. C'est d'ailleurs au XVIIIe siecle que se forge la theorie des frontieres naturelles de la France. Un memoire adresse au roi precise : « La France effectivement doit se tenir bornee par le Rhin et ne songer jamais a faire aucune conquete en Allemagne. Si elle se faisait une loi de ne point passer cette barriere et les autres que la nature lui a prescrites du cote de l'occident et du midi : mer ceane, Pyrenees, mer Mediterranee, Alpes, Meuse et Rhin, elle deviendrait alors l'arbitre de l'Europe et serait en etat de maintenir la paix au lieu de la troubler »47. Pendant son regne, Louis XV refuse plusieurs fois les propositions qui lui sont faites d'annexer les Pays-Bas autrichiens (la Belgique actuelle) en echange de son alliance ou de sa neutralite, sans que les historiens en comprennent bien la raison46. Le refus de Louis XV d'annexer les Pays-Bas autrichiens montre que cette idee n'est pas, a ce moment, la doctrine officielle de l'Etat. En perdant la guerre de Sept Ans (1756-1763), la France perd son importance politique d'outre-mer, notamment en Amerique (perte de la Nouvelle-France) et en Inde (ou elle ne conserve que Yanaon, Chandernagor, Karikal, Mahe et Pondichery) en cedant ses territoires a la rivale Grande-Bretagne par le traite de Paris de 1763. Article detaille : Guerre de Sept Ans. Le regne de Louis XV est tres brillant sur le plan culturel, avec l'apparition des philosophes des Lumieres tels Voltaire, Rousseau, Montesquieu, Diderot et D'Alembert. Article detaille : Lumieres (philosophie). Le plus grand probleme de l'Etat est alors le deficit budgetaire chronique qui conduit a rendre le roi dependant des financiers et des manieurs d'argent. Autre source de paralysie des systemes de gouvernement, l'opposition des parlements, se posant en defenseur des lois du royaume et en contre-pouvoir. S'opposant a toute tentative de reformes du royaume, elle contribue a la crise de la monarchie absolue sous le regne de Louis XVI. Louis XVI en costume de sacre par Joseph Siffrein Duplessis, 1777. Le petit-fils de Louis XV, Louis XVI, arrive au pouvoir en 1774. Il est gauche et timide. Il vit dans une cour traversee par les intrigues et les coteries. Son regne est marque par une politique velleitaire. Face aux pressions de la cour, des parlements et de la noblesse, il est incapable de prendre les mesures necessaires pour combler une dette publique et un deficit budgetaire demesures. L'aide apportee aux insurges americains aggrave encore le deficit. Plusieurs autres facteurs expliquent les difficultes de la monarchie absolue. Malgre les tentatives de centralisation administrative, le pays est loin d'etre unifie. Il existe des douanes interieures entre les provinces, il n'y a pas d'unite des poids et mesures. Tout ceci entrave le developpement economique de la France a un moment ou l'Angleterre est en plein decollage industriel. Les impots ne sont pas percus de la meme maniere dans tout le pays, meme si les intendants en supervisent la repartition et la levee. Malgre les efforts entrepris depuis Francois Ier avec l'ordonnance de Villers-Cotterets, les lois ne sont pas les memes dans tout le royaume. Le nord est encore soumis au droit coutumier, a peu pres 300 coutumes, alors que le sud est regi par un droit ecrit, inspire du droit romain. L'Ancien Regime avait l'habitude de ne rien supprimer mais de superposer. De ce fait dans les annees 1780, il existe un enchevetrement de circonscriptions de tailles et de fonctions differentes : dioceses de l'Antiquite, bailliage et senechaussees du Moyen Age, generalites du XVIe siecle. Par exemple : « Un habitant de Saint Mesnin residait dans le bailliage de Semur, payait ses impositions a la recette de Semur, avait affaire au subdelegue de Vitteaux et a l'eveque de Dijon. si quelque affaire des eaux et forets le retenait, c'etait a la maitrise d'Avallon qu'il devait se rendre ; s'il avait besoin de la justice consulaire, c'est a Saulieu que son voyage le menait »48. Cette confusion s'explique par la maniere dont le domaine royal s'est forme. A chaque acquisition, les rois promettaient de respecter les privileges et les coutumes des provinces et des villes. A l'aube de la Revolution les particularismes regionaux restent tres vifs. Article detaille : societe d'Ancien Regime. Formation d'un premier empire colonial Articles detailles : Premier empire colonial francais et Colonisation francaise des Ameriques. C'est a l'epoque moderne et sous l'egide des Bourbons que la France se dote d'un premier empire outre-mer, en elaborant, pour la premiere fois de son histoire, une vaste entreprise de colonisation. Celle-ci, qui debute veritablement dans la premiere moitie du XVIIe siecle, s'appuie principalement sur le commerce maritime sucrier avec les Antilles, la traite des Noirs en provenance d'Afrique et celle des fourrures en Amerique du Nord. Malgre les efforts de Richelieu puis de Colbert, le vaste ensemble que forme la Nouvelle-France, s'etalant du Quebec actuel a la vallee du Mississippi, n'arrivera jamais vraiment a se developper, hormis en quelques points localises, du fait d'une recurrente faiblesse demographique et du desinteret progressif du pouvoir royal pour ces contrees lointaines. Les possessions antillaises, au contraire, prosperent a partir de la fin du XVIIe siecle et se hissent au sommet d'un systeme commercial atlantique lucratif qui concentre davantage l'attention de la monarchie. L'Inde est egalement l'objet de convoitises francaises qui echouent cependant a s'imposer face aux Britanniques au XVIIIe siecle, tandis que plusieurs comptoirs, notamment au Senegal actuel, sont implantes sur la cote ouest de l'Afrique afin de servir de bases pour le commerce des esclaves. Ils seront, plus tard, le point de depart de la seconde expansion coloniale de la France sur le continent africain. Nouvelle-France Au XVIe siecle, des marins francais commencent a naviguer le long des cotes nord-est de l'Amerique du Nord. En 1524, Giovanni da Verrazzano explore pour le compte de Francois Ier le littoral et les environs de l'actuelle New York, puis descend jusqu'aux Antilles. Dix ans plus tard, en 1534, le meme Francois Ier envoie le malouin Jacques Cartier explorer de nouvelles terres aux environs de Terre-Neuve. Cartier parvient jusqu'a l'estuaire du fleuve Saint-Laurent, puis remonte celui-ci, prend officiellement possession des lieux decouverts au nom du roi de France, et atteint plusieurs campements amerindiens. Un second voyage s'ensuit, l'annee suivante, lors duquel il pousse jusqu'a l'actuelle Montreal et croit avoir decouvert une region riche en or, ce qui motive le roi dans la preparation d'une troisieme expedition, cette fois-ci de colonisation. Mais celle-ci, qui a lieu en 1541, echoue et il faut desormais attendre un demi-siecle pour assister a l'installation des Francais sur les rives du Saint-Laurent. Neanmoins, si cette premiere entreprise de colonisation n'atteint pas ses objectifs et si les guerres de religion detournent longuement le regard de la monarchie de l'Amerique, les flottes des pecheurs bretons, basques et normands frequentent regulierement les cotes de Terre-Neuve et l'estuaire du Saint-Laurent dans leurs campagnes de peche a la morue, assurant une presence francaise indirecte, discrete et periodique. Profitant de cette presence qui s'intensifie a partir des annees 1580, Henri IV, souhaitant relancer l'effort maritime et outremer de la France pacifiee par la fin des guerres de religion, octroie en 1598 puis en 1603 des monopoles commerciaux, destines a encourager l'installation a Terre-Neuve. C'est l'Acadie qui est colonisee en premiere, lorsque Pierre Dugua de Mons et Jean de Poutrincourt fondent Port-Royal en 1605. En 1608, Quebec est officiellement fondee par Samuel de Champlain, qui s'efforce de developper la colonie naissante. En 1614, il scelle, au nom de la France, une alliance avec les Indiens Hurons, qui engage les Francais dans la guerre contre les Iroquois, ennemis des Hurons. Alors que, plus au sud, les Anglais s'installent sur les cotes de Virginie (1607) puis du Massachusetts (1620), et que les Hollandais font de meme sur l'ile Manhattan, la Nouvelle-France s'etend timidement, sous la pression iroquoise et avec des moyens financiers, militaires et politiques limites, voire parfois presque derisoire. Le cardinal de Richelieu, qui percoit l'importance et les avantages du commerce maritime et de l'expansion coloniale, reussit a relever partiellement une colonie quebecoise delaissee par la regence de Marie de Medicis, et cree en 1627 la Compagnie des cent-associes, qui detient le monopole de tout commerce avec la Nouvelle-France mais egalement la gestion de celle-ci. Elle ne parvient toutefois pas a s'imposer, subissant des revers d'abord militaires en 1629, lorsque les Anglais s'emparent de Quebec une premiere fois - rendue en 1631 - et detruisent une flotte de secours, puis commerciaux, la traite des fourrures ne constituant pas un atout economique assez fort pour faire face aux dettes qu'accumule la compagnie. Elle survit au cardinal un peu plus de vingt ans, jusqu'a sa dissolution par Louis XIV en 1663. A la meme date, la colonie passe sous controle royal direct. Colbert, dont l'objectif est de former une industrie nationale puissante et de developper pour ce faire le commerce maritime, se lance dans un projet de modernisation et de peuplement de la Nouvelle France, qui doit devenir a reellement devenir un empire economiquement prospere et politiquement imposant. Depuis la mort de Richelieu en 1642, une nouvelle periode d'oubli de la part de la metropole s'etait ensuivie pour la colonie, sous-peuplee au regard de l'essor demographique des possessions anglaises. L'exploration du territoire repose alors sur les missionnaires, notamment jesuites, qui evangelisent les tribus amerindiennes, et sur des aventuriers et trappeurs individuels, parfois hors-la-loi, nommes coureurs des bois ou voyageurs. Les Grands Lacs sont atteints dans les annees 1640, Montreal est fondee en 1642, mais, dans l'ensemble, la presence francaise est fragile a l'arrivee de Louis XIV. Celui-ci, conseille par Colbert, entreprend de pacifier la colonie en acculant les Iroquois a la defaite en 1666, de s'assurer le controle de l'Acadie rendue par les Anglais en 1667, puis de peupler la colonie, notamment par l'envoi, au cours des annees 1660 et 1670, d'orphelines ou de veuves - les fameuses filles du roi. A partir de 1689, commence une serie de guerres coloniales contre les Anglais, les deux adversaires ajoutant a leurs rivalites continentales une concurrence commerciale, maritime et territoriale dont les colonies constituent la principale scene de conflit. La fondation de la Louisiane francaise en 1699, qui acheve d'encercler les possessions anglaises confinees sur le littoral atlantique, ne fait qu'exacerber les tensions. Par le traite d'Utrecht de 1713, la France reconnait la perte de l'Acadie et de la Baie d'Hudson. Si les annees 1730 et 1740 sont celles du developpement relatif du commerce atlantique et d'une longue paix avec la Grande-Bretagne, propice a la croissance economique et a la stabilite sociale, la Louisiane reste sous-developpee et le Canada sous-peuple face aux concurrents anglais. L'empire francais nord-americain manque de plus d'une veritable continuite, l'interieur de son territoire officiel ou revendique etant le plus souvent a l'ecart de la presence francaise, qui ne s'y manifeste qu'au travers d'un reseau decousu de forts. Les colons britanniques se sentent cependant de plus en plus menaces, surtout lorsque les Francais s'implantent dans la vallee de l'Ohio au milieu du XVIIIe siecle. En 1754 eclate la guerre de la Conquete, pendante de celle de Sept Ans en Europe. L'issue en est desastreuse pour l'empire colonial francais : Quebec est prise en 1759, Montreal se rend en 1760, et le traite de Paris de 1763 enterine la perte par la France du Canada et de la Louisiane. Momentanement recuperee en 1800, celle-ci est definitivement vendue aux Etats-Unis trois ans plus tard. Antilles et Amerique du Sud En 1635, la Guadeloupe et la Martinique passent sous controle francais. La culture du tabac, qui demande une demande en main-d'?uvre fournie au depart par des engages europeens, subit la concurrence du tabac de Virginie, plus competitif. Les iles se tournent donc, a partir des annees 1660 et 1670, vers l'exploitation sucriere, qui fera leur richesse. Au meme moment, Louis XIV envoie aux boucaniers de l'ile d'Hispaniola, etablis a Saint-Domingue (actuelle Haiti, soit la partie ouest de l'ile) un gouverneur, afin de faire passer les republiques boucanieres et flibustieres sous sa coupe. L'operation est un succes : en 1697, l'Espagne, presente sur la partie est d'Hispaniola, reconnait a la France la possession de Saint-Domingue. S'y developpe durant les annees qui suivent l'exportation du sucre, qui depasse bientot celle de la Jamaique anglaise, pourtant grosse productrice. La traite des esclaves africains prend de l'importance avec l'emergence de la culture de la canne a sucre, necessitant une main-d'?uvre importante a l'heure ou les engages se font de moins en moins nombreux. Le commerce triangulaire se met en place sur l'Atlantique, les Europeens echangeant des armes, munitions ou objets de pacotille en Afrique contre des esclaves, avant de revendre ceux-ci dans les colonies en echange des produits exotiques produits par celles-ci. Ces produits (dont le sucre), fortement demandes en Europe, y sont ecoules sur un marche dynamique et lucratif. Ce commerce, veritable systeme economique et maritime atlantique qui concerne toutes les Antilles, contribue autant a l'essor des colonies antillaises de la France que de grands ports comme Nantes ou Bordeaux, qui s'embellissent. La periode revolutionnaire Tableau representant la journee des Tuiles de 1788. La Journee des Tuiles du 7 juin 1788 par Alexandre Debelle, (musee de la Revolution francaise). La periode revolutionnaire commence vers 1787. A cette epoque la monarchie absolue est incapable de conduire les reformes, notamment fiscales, indispensables a la modernisation de la France face a la contestation des groupes privilegies, parlements et noblesse en tete. D'autre part, les idees nouvelles portees par les philosophes des Lumieres et les economistes anglais ont penetre les couches aisees de la population qui reclament une monarchie parlementaire, la rationalisation des institutions et la liberalisation d'un systeme economique archaique. La reaction nobiliaire et la crise economique jouent un role non negligeable dans l'ebranlement populaire. La periode revolutionnaire se termine en 1814-1815, quand l'empereur Napoleon Ier est envoye en exil d'abord a l'ile d'Elbe et ensuite dans l'ile de Sainte-Helene. Napoleon Bonaparte, en consolidant certains acquis revolutionnaires, en exportant certains de ses aspects au cours de guerres et des conquetes qui marquent son regne, en mettant fin a la guerre civile entre les Francais, est considere, aux yeux de ses contemporains, comme le continuateur de la Revolution. Traditionnellement les historiens distinguent deux temps majeurs pendant la periode revolutionnaire : la Revolution francaise de 1789 a 1799 et la periode napoleonienne (Consulat et Premier Empire) de 1799 a 1815. La Revolution francaise (1789-1799) Article detaille : Revolution francaise. La naissance d’une France nouvelle Prise de la Bastille le 14 juillet 1789, (musee de la Revolution francaise). L'annee 1789 est riche en evenements historiques. Incapable d'etablir un impot universel, Louis XVI a convoque les Etats generaux pour le 5 mai 1789 a Versailles. Les deputes du tiers etat parviennent en deux mois et sans violence a mettre fin a la monarchie absolue avec l’aide d'une partie du clerge et de la noblesse, en se faisant reconnaitre comme assemblee nationale a la suite du serment du jeu de paume, prete le 20 juin 1789. Le 14 juillet 1789, les Parisiens, exasperes par la crise economique, l'instabilite gouvernementale et redoutant l'arrivee de troupes autour de Paris, prennent d'assaut la Bastille, accelerant ainsi le processus revolutionnaire initie par les deputes, en faisant plier un symbole de l'absolutisme royal. En effet, le 17 juillet, le roi, venu a l'hotel de ville de Paris enteriner les nouvelles institutions parisiennes nees de la prise de la Bastille, accepte de porter la cocarde tricolore : le blanc, la couleur royale, entoure des deux couleurs de la garde municipale de Paris, le bleu et le rouge. Cette association de couleurs prefigure le drapeau tricolore qui est utilise a partir de 1794 pour symboliser la republique. A la fin du mois de juillet 1789, les campagnes sont agitees par la Grande Peur, une revolte contre les droits feodaux. Pour mettre fin a l'agitation les deputes votent dans la nuit du 4 aout 1789, l'abolition des privileges et des droits feodaux. Meme si ces derniers sont declares rachetables lors de la redaction des decrets des 4, 6, 7, 8 et 11 aout 1789, cette date marque la fin de l'Ancien Regime et le debut d'une nouvelle societe. La Declaration des droits de l'homme et du citoyen votee le 26 aout 1789 en est l'acte de bapteme. Ce texte reconnait l'egalite des citoyens devant la loi, consacre la souverainete nationale et legitime le droit a la resistance a l'oppression. Avec le retour force du roi a Paris les 5 et 6 octobre 1789, la Revolution semble avoir atteint ses buts : faire naitre une monarchie parlementaire en rabaissant le prestige du roi et en restreignant ses pouvoirs. Le 14 juillet 1790, un an apres la prise de la Bastille, la fete de la Federation celebre, sur le Champ-de-Mars a Paris, la reconciliation nationale et l'unite de tous les Francais. La memoire de ces deux dates a conduit a adopter, en 1880, la date du 14 juillet comme fete nationale de la Republique francaise. La Declaration des droits de l'homme et du citoyen de 1793. L'abolition des privileges et de la feodalite pousse les constituants, petris de rationalisme et des idees de Lumieres, a reorganiser la France pour lui donner l'unite qui lui faisait defaut. L'assemblee decide de supprimer l'enchevetrement des anciennes circonscriptions administratives et decide, le 15 janvier 1790, de creer une circonscription administrative unique pour la justice, l’administration, la religion, la collecte des impots, gerant la chose publique de maniere tres decentralisee. Il s'agit des 83 premiers departements, geres par des conseils de departement elus et divises eux-memes en districts, en cantons et en communes. La suppression des douanes interieures, la decision de creer de nouvelles unites de poids et mesures basees sur le systeme decimal et valables dans toute la France, la redaction de codes unifiant le droit a l'echelle nationale, l'egalite en droit pour les protestants et les juifs sont autant d'initiatives propres a consolider l'unite nationale a mettre au credit des Constituants. La suppression des corporations par le decret d'Allarde et l'interdiction des rassemblements paysans et ouvriers par la loi Le Chapelier en 1791 participent de ce desir d'unite, mais entrainent a long terme une faiblesse des corps intermediaires, notamment des syndicats49. L'affaire des princes possessionnes d'Alsace et de l'annexion d'Avignon et du Comtat Venaissin en 1790 permet aux revolutionnaires de poser un nouveau principe du droit international, le droit des peuples a disposer d'eux-memes. Par contre, la reorganisation du clerge catholique sans l'autorisation de la papaute suscite une profonde division dans le royaume. La constitution civile du clerge votee le 12 juillet 1790 transforme les eveques et les cures en fonctionnaires elus et devant preter serment de fidelite a la Nation. Cette loi est condamnee par le pape, ainsi que la Declaration des droits de l'homme et du citoyen. La France est alors divisee en deux : le monde rural soutient plutot les pretres refractaires, ceux qui refusent de preter serment pour obeir au pape, les citadins plutot les jureurs, ceux qui acceptent le serment a la Nation. L'hostilite du roi et d'une immense majorite de la noblesse aux changements est un autre element fondamental de division. De nombreux nobles emigrent, formant a la frontiere allemande une armee d'emigres prete a intervenir. Louis XVI louvoie, espere la guerre et une defaite francaise pour retrouver son pouvoir absolu. Celle-ci est declaree le 20 avril 1792 par la toute nouvelle assemblee legislative issue de la Constitution de 1791, la premiere jamais votee en France. Les defaites des premiers combats et l'invasion du territoire national ont pour consequence la chute de la monarchie le 10 aout 1792 et la proclamation de la Republique le 22 septembre 1792. Deux jours avant, le 20 septembre 1792, une armee composee de jeunes volontaires patriotes avait arrete l'avance prussienne a Valmy. Si la victoire militaire est minime, son impact symbolique est tres fort. Article detaille : Declaration de guerre de la France a l'Autriche (1792). Crises et succes de la Republique L'execution de Louis XVI le 21 janvier 1793. A l'automne les armees de la Revolution occupent les Pays-Bas autrichiens, la rive gauche du Rhin, la Savoie et Mulhouse. Danton fait sienne la theorie des frontieres naturelles et encourage les guerres de conquete bien loin de l'ideal revolutionnaire de liberation des peuples opprimes. A Paris, la nouvelle assemblee elue au suffrage universel pour voter une nouvelle constitution, la Convention, est occupee par le proces du roi a partir de decembre 1792. Son execution le 21 janvier 1793 souleve l'indignation de l'Europe monarchiste et entraine la formation de la premiere coalition en fevrier. Articles detailles : Guerres de la Revolution et Guerres de l'Empire. La jeune republique est vite assaillie de toutes parts par les coalises qui franchissent les frontieres aux printemps 1793. A partir de mars 1793, l'Ouest de la France est la proie d'une insurrection catholique et royaliste, appelee guerre de Vendee. Les Girondins, l'aile droite de la Convention, qui dirigent le pays depuis la proclamation de la Republique, veulent respecter les institutions en place et veulent reduire Paris ou l'agitation et la pressions des sans-culottes sont permanentes, a 1/83e de la France. Ils tiennent a maintenir des institutions decentralisees face a l'aile gauche de la Convention qui reclame des mesures d'exception face aux difficultes. Portrait de Maximilien de Robespierre conserve au Musee Carnavalet. Sous la pression des sans-culottes les Girondins sont chasses de la Convention par les journees revolutionnaires des 31 mai et 2 juin 1793. Les Montagnards qui forment la partie la plus radicale de l'assemblee arrivent au pouvoir. Ils n'hesitent pas a satisfaire certaines revendications du peuple parisien pour garder le pouvoir et surtout, sauver la Republique menacee de chaos face aux menees contre-revolutionnaires des royalistes en Vendee et ailleurs, a la revolte des Girondins contre la « dictature parisienne » appelee revolte federaliste et a l'avancee des coalises sur le territoire francais. Les Montagnards instaurent un gouvernement revolutionnaire, c’est-a-dire un gouvernement extremement centralise dans lequel les decisions sont prises par un organe issu de la Convention, le Comite de salut public, domine par la forte personnalite de Robespierre. Ces mesures extraordinaires doivent sauver la revolution par la Terreur (envers les ennemis de la Republique) et la vertu (des patriotes). Le 23 aout 1793, la levee en masse est decretee. C’est le premier exemple dans l'histoire de France d'une conscription obligatoire de tous les jeunes hommes celibataires. C'est aussi la premiere fois que l'economie nationale est presque entierement tournee vers l'effort de guerre. Lors des journees des 4 et 5 septembre, les sans-culottes demandent que la Terreur soit mise « a l’ordre du jour ». Cette demande est transmise a la Convention le 5 septembre, mais sans que les deputes ne l’instaurent officiellement. Le 10 octobre 1793, le gouvernement est declare revolutionnaire jusqu’a la paix avant d’etre regi officiellement par le decret du 14 frimaire (4 decembre). Sous la pression du peuple qui souffre de la faim, relayee par les sans-culottes, les deputes adoptent des mesures economiques d’urgence : a la loi du 27 juillet 1793 contre l'accaparement qui punit de mort la speculation, ils ajoutent le 11 septembre le maximum national des grains et des farines et le 29 septembre 1793 une nouvelle loi du maximum general sur les denrees et les salaires50. L'ensemble de ces mesures d'exception permet de vaincre les revoltes et de degager les frontieres des l'automne 1793. Les armees francaises, commandees pour la plupart par des generaux issus du rang, passent de nouveau a l'offensive. Les regions conquises deviennent des departements : celui du Mont-Blanc, des Alpes-Maritimes et du Mont-Terrible (Mulhouse-Bale). En 1794 la Belgique est reconquise ainsi que la rive gauche du Rhin. Robespierre, qui veut renforcer la Terreur alors que la situation ne le justifie plus, est renverse le 9 thermidor an II (27 juillet 1794) et execute le lendemain. Les Conventionnels mettent fin au regime d'exception qu'a ete la Terreur. Ils redigent une nouvelle constitution, celle du Directoire, qui partage le pouvoir executif entre 5 directeurs et le pouvoir legislatif entre deux assemblees. Le suffrage censitaire est retabli. Mais la constitution ne permet pas de resoudre les conflits entre les differents pouvoirs. Le Directoire est une periode ou les multiples elections et les coups d’Etat se succedent. L'insecurite est tres grande ainsi que la misere populaire. Par contre, sur le plan exterieur, les conquetes et les annexions sont nombreuses. La Belgique et une partie de la Hollande sont transformees en 9 departements francais le 1er octobre 179651. En 1798, c'est au tour de la rive gauche du Rhin et de Geneve d'etre organises en cinq departements. Les frontieres naturelles sont largement atteintes. Si on ajoute que les Provinces-Unies, la Suisse et l'Italie sont transformees en republiques s?urs avec des institutions calquees sur celles du Directoire et une politique etrangere infeodee a celle de la France, les frontieres naturelles sont meme depassees. Si les republiques s?urs beneficient des acquis revolutionnaires comme la suppression de la feodalite et l'egalite en droit, elles doivent fournir des requisitions et des ?uvres d'art, ce qui rend vite la presence francaise impopulaire. La lassitude des Francais induite par les desordres interieurs permet au general Napoleon Bonaparte d'etre favorablement accueilli, quand par le coup d’Etat du 18 brumaire (9 novembre 1799), il met fin au Directoire. Le general est en effet tres populaire depuis ses eclatantes victoires lors de la premiere campagne d’Italie (1796-1797). Il beneficie de plus de puissants appuis politiques. Son frere Lucien Bonaparte est president du conseil des cinq-cents, une des deux assemblees du Directoire. Sieyes fait appel a lui pour renverser le regime et pouvoir ainsi en etablir un autre plus stable. Mais des qu'il est au pouvoir Napoleon Bonaparte le confisque a son profit et etablit un regime personnel : le Consulat. Le Consulat (1799) et le Premier Empire (1804) Articles detailles : Consulat (histoire de France) et Premier Empire. Le Premier Empire Napoleon dans son cabinet de travail par David, 1812. Bonaparte fait rapidement rediger une constitution, la Constitution de l'an VIII. Il y est designe comme premier consul donc de fait a la tete de l'executif. Il a le pouvoir de nommer aux principales fonctions publiques et il a le pouvoir d'initiative des lois et du budget. Il y a trois consuls en tout mais les deux autres, Cambaceres et Lebrun, n'ont qu'un pouvoir consultatif. Bien que Bonaparte possede une grande partie du pouvoir legislatif, il prend soin de creer quatre assemblees mais aucune n'est elue par les citoyens. Leurs membres sont choisis par le premier consul ou par le Senat, une des quatre chambres. Parmi elles on peut signaler le Conseil d'Etat qui doit preparer, rediger les projets de loi et interpreter les lois. Il est a l'origine du conseil d'Etat actuel. Le suffrage universel est retabli mais il n'y a plus d'elections. Les Francais sont consultes pour des plebiscites. Le pouvoir personnel de Napoleon Bonaparte est renforce par la constitution du 16 thermidor an X (4 aout 1802). Il est consul a vie et peut nommer son successeur de son vivant. Les pouvoirs des assemblees sont reduits au profit des senatus-consulte acte emanant du Senat. Les elections sont retablies mais elles se deroulent a plusieurs degres et seuls les 600 citoyens les plus imposes peuvent faire partie du college departemental52. De plus, les citoyens ne choisissent pas des representants, ils proposent des candidats dans ce qui est appele des « listes de confiance ». De plus les libertes publiques sont supprimees : liberte de presse, de reunion, censure dans l'edition et le theatre. Bonaparte renforce la centralisation administrative. A partir de 1800, il nomme a la tete de chaque departement, un prefet et un sous-prefet par arrondissement. Il prend soin aussi de nommer ou faire nommer les maires. Les prefets sont charges de mettre fin aux divisions nees de la Revolution et de briser tout ce qui reste de particularismes locaux. Les institutions financieres et judiciaires sont organisees de la meme maniere, les juges etant nommes par le premier Consul. Napoleon Bonaparte retablit progressivement la stabilite financiere. Il cree la Banque de France en 1800, la seule institution a pouvoir emettre de la monnaie. En 1803, le decret de Germinal cree le franc, dit franc germinal. La piece d'un franc est d'un poids invariable de 5 g d'argent. Elle gardera la meme valeur jusqu'en 1914. La promulgation du code civil de 1804 permet l'achevement de l'unite du pays. Ce code, en projet depuis 1789, traite de la famille, de la propriete et des contrats. Il melange les regles de droit ecrit et les coutumes des differentes regions dans un texte applicable a tous les Francais. La loi du 16 septembre 1807 cree la Cour des comptes, un corps unique centralise de controle des comptes publics. Le premier consul met aussi fin au brigandage et a l'insecurite dont souffraient beaucoup de departements. En 1804, les Francais acceptent par plebiscite que Napoleon Bonaparte devienne empereur hereditaire sous le nom de Napoleon Ier. On sait aujourd'hui qu'il a choisi le titre d'empereur pour ne pas se mettre a dos une partie de la population anti-monarchiste et par reference a l'Antiquite. Ce n'est qu'apres la flamboyante victoire d'Austerlitz le 2 decembre 1805 qu'il envisage de creer un empire continental[ref. necessaire]. La bataille d'Austerlitz, 2 decembre 1805 peint par Francois Gerard (1810), conserve au Musee de l'Histoire de France (Versailles). Sous Napoleon Bonaparte, la France est presque sans arret en guerre. En 1810, a l'apogee du Premier Empire, elle compte 130 departements qui englobent les Pays-Bas, une partie de l'Allemagne jusqu'au Danemark et une partie de l'Italie. Les annexions sont en grande partie dues a la necessite pour Napoleon de faire respecter le blocus continental qui vise a asphyxier le Royaume-Uni economiquement. De plus, un grand nombre d'Etats sont infeodes a la France : la Confederation du Rhin, la Confederation helvetique, les royaumes d'Italie, de Naples et d'Espagne. En tout, pres de la moitie de l'Europe est sous influence francaise. Mais cette domination est de plus en plus contestee. En effet, la France favorise son economie aux depens des Etats vassaux. En 1812, pour contraindre la Russie a respecter le blocus continental qu'elle a rompu, Napoleon Ier l'envahit. Mais il s'avance de maniere trop imprudente jusqu'a Moscou et doit effectuer une retraite en subissant les rigueurs de l'hiver et les assauts des troupes et des partisans russes. Il perd 90 % de ses effectifs. Le desastre de la campagne de Russie en 1812-1813 precipite la fin du Premier Empire. Une nouvelle coalition se noue contre la France. En octobre 1813, a la suite de la defaite de Leipzig, les Francais doivent evacuer l'Allemagne. Les Pays-Bas et l'Espagne sont perdus. En 1814, la France est envahie. Napoleon abdique en avril et devient roi de l'ile d'Elbe. Le frere du roi Louis XVI, le comte de Provence, devient roi sous le nom de Louis XVIII. La France garde ses frontieres de 1792, incluant la Savoie et le comte de Nice, et peut conserver toutes les ?uvres confisquees a l'etranger. Mais en 1815, Napoleon Ier s'enfuit de l'ile d'Elbe et revient au pouvoir a partir du 20 mars jusqu'au 18 juin 1815, date a laquelle il est definitivement vaincu a Waterloo et envoye en exil dans l'Atlantique Sud, sur l'ile de Sainte-Helene. La France paie durement les Cent-Jours. Elle doit rendre une grande partie des ?uvres pillees et perd les acquisitions de 1792, Savoie et Nice notamment plus la Sarre. Elle doit en outre payer l'entretien d'une force d'occupation de 150 000 soldats. Le XIXe siecle de 1814 a 1870 La Restauration (1814-1830) et la Monarchie de juillet (1830-1848) Articles detailles : Restauration francaise et Monarchie de Juillet. Louis XVIII en costume de sacre par Francois Gerard. La restauration est la periode allant de la chute du Premier Empire le 6 avril 1814 a la Revolution de 1830. Les Bourbons reviennent au pouvoir lors d'une periode appelee Restauration qui debute le 6 avril 1814. Le 24 avril 1814, Louis XVIII debarque a Calais. Le 4 juin 1814, il accorde une charte par laquelle il consent volontairement a limiter son pouvoir. Il affirme par la meme la souverainete de droit divin du monarque. De ce fait, la charte de 1814 accorde un pouvoir important au roi, personnalite « inviolable et sacree »52. L'initiative des lois lui est reservee, mais celles-ci sont votees par le Parlement compose de deux chambres : la Chambre des pairs dont les membres sont nommes a vie par le roi et dont le nombre est illimite ; la Chambre des deputes lesquels sont elus pour cinq ans au suffrage censitaire. Les deputes parviennent a obliger les ministres a venir justifier leur politique devant eux, et a repondre a leurs questions. La Restauration, qui semble bien partie malgre quelques obstacles, est abregee par le retour de Napoleon en mars 1815, qui oblige Louis XVIII a fuir a Gand. Napoleon reprend le pouvoir pour une periode de cent jours qui va durer jusqu'a la defaite de Waterloo du 18 juin 1815, laquelle reinstalle Louis XVIII sur le trone. Louis XVIII se voulant un roi conciliant, sa politique n'est pas du gout des « Ultras » qui exigent un chatiment contre ceux qui ont soutenu Napoleon pendant les Cent-Jours. Dans ce climat de vengeance, les elections d'aout 1815 leur donnent la majorite, et paradoxalement, ce sont eux qui mettent en pratique la responsabilite politique des ministres devant la chambre, ce que la charte de 1814 ne prevoyait pas. A la mort sans heritier de Louis XVIII en septembre 1824, son frere Charles X lui succede. Contrairement a son frere, ce dernier n'a pas compris que certains changements etaient irreversibles. Il se fait sacrer a Reims en 1825 dans la pure tradition capetienne, et tente de retablir l'Ancien Regime en favorisant la noblesse et le catholicisme. Il fait voter une loi sur l'indemnisation des nobles qui avaient emigre pendant la Revolution et dont les proprietes avaient ete vendues comme biens nationaux. Une autre loi, dite loi sur le sacrilege, punit de mort le vol des ciboires contenant des hosties consacrees ou la profanation de ces dernieres. Il s'appuie sur les ultras, c'est-a-dire les deputes partisans d'un retour a l'Ancien Regime. Mais sa politique reactionnaire se heurte a l'opposition determinee de la bourgeoisie liberale. En 1830, le ministre Polignac publie quatre ordonnances reactionnaires. Elles prevoient le retablissement de la censure pour la presse, la dissolution de la chambre, la modification du cens electoral pour reserver le droit de vote aux grands proprietaires fonciers, et la fixation de la date des nouvelles elections. La publication de ces ordonnances le 27 juillet 1830 provoque une revolution dite des Trois Glorieuses en juillet 1830. Louis-Philippe Ier par Franz Xaver Winterhalter, 1841. Dans un Paris couvert de barricades, on crie vive la Republique ou vive l'Empereur. Mais dans les coulisses du pouvoir, des bourgeois moderes comme Adolphe Thiers ou Casimir Perier parviennent a imposer le duc d'Orleans comme nouveau souverain. La branche ainee de la famille royale, celle des Bourbons, est donc remplacee par la branche cadette, celle des Orleans. La bourgeoisie liberale a su utiliser la revolution populaire pour mettre sur le trone un roi conforme a ses interets. La revolution de Juillet ne constitue donc pas une rupture avec le regime precedent. Le principal changement est le fait que la souverainete nationale remplace la souverainete de droit divin. Ce changement se manifeste dans le titre donne au roi : Louis-Philippe devient roi des Francais, c’est-a-dire qu'il detient son pouvoir de la volonte du peuple, alors que ses predecesseurs portaient le titre de roi de France. La Chambre des pairs perd son influence. Le drapeau tricolore remplace definitivement le drapeau blanc. La Monarchie de Juillet correspond aux debuts de l'industrialisation de la France. La France experimente, dans le sillage de l'Angleterre, un boom ferroviaire des annees 1840, qui stimule la production d'acier. Le Premier ministre Guizot lance le credo d'une nouvelle societe : « enrichissez-vous ! ». Les grandes dynasties bourgeoises, liees aux banques ou aux grandes entreprises, se constituent et affirment leur volonte de dominer la vie politique. Le suffrage censitaire etant tres restreint, elles sont les seules, avec l'aristocratie traditionnelle, a pouvoir voter et a avoir des elus a la Chambre des deputes. Cela se traduit par l'apparition de deux partis politiques, les conservateurs, les representants de la vieille noblesse, et les liberaux, les representants du monde des affaires. Mais ces deux groupes s'entendent sur la conservation du regime tel qu'il est, puisqu'il sert leurs interets. La loi Guizot de 1833 oblige chaque commune a entretenir une ecole elementaire. Cependant la revolution industrielle cree une nouvelle classe sociale, celle des ouvriers en proie a la misere. Les theories socialistes de Louis Blanc et de Proudhon cherchent a remedier aux injustices sociales dont le proletariat est la victime. La Monarchie de Juillet est aussi marquee par un nouvel essor de la colonisation francaise. L'incident diplomatique du coup d’eventail donne par le dey d'Alger au consul francais en 1827 sert de raison a la conquete francaise de l’Algerie en juillet 1830. La colonisation s'etend progressivement a toute l'Afrique. En 1842 les generaux Binger, Crozat et Marchand se lancent a la conquete de la Cote d'Ivoire, mais doivent faire face a la resistance de Samory. Le roi se presente comme un bon pere de famille bourgeois, mais en realite, c'est un homme autoritaire et un habile man?uvrier. La faiblesse du corps electoral, l'autorite du roi, et la revelation d'une grande corruption au sein du gouvernement finissent par discrediter totalement le regime. De plus, a la suite de mauvaises recoltes, le pays connait une crise economique profonde a partir de 1846. L'opposition republicaine en profite pour s'agiter a nouveau. Deuxieme Republique (1848-1852) Article detaille : Deuxieme Republique (France). Victor Sch?lcher en 1885 En 1847, l'opposition, alimentee par une vague de mecontentement due a la corruption du regime en place et par la crise economique, organise dans tout le pays des banquets pour demander l'elargissement du corps electoral. La liberte de reunion n'existant pas, la presence a ces banquets republicains permet aux opposants au regime de se reunir sans enfreindre la loi. Le 22 fevrier 1848, le pouvoir interdit la tenue d'un banquet. Ceci entraine des manifestations qui se poursuivent le lendemain. C'est alors que la troupe tire sur les manifestants. Quand la nouvelle de cette fusillade est connue, tout le Paris populaire s'embrase. Le roi abdique le lendemain car il ne veut pas etre responsable d'un massacre de la foule parisienne. Les insurges ont retenu la lecon de 1830. Ils exigent que des republicains siegent dans le gouvernement provisoire. Celui-ci proclame la Republique le soir meme. La deuxieme Republique commence. La Deuxieme Republique institue definitivement le suffrage universel masculin en France. Elle abolit l'esclavage sur proposition de Victor Sch?lcher. Ceci n'empeche pas l’armee francaise de commencer la conquete du Senegal la meme annee. Sous la pression du peuple et des socialistes, des mesures sociales sont prises : proclamation du droit au travail, limitation de la journee de travail a 10 heures a Paris et a 11 heures en province. Des ateliers nationaux sont crees pour donner du travail aux parisiens touches par la crise economique. Mais aux elections d'avril 1848, les Francais elisent majoritairement des moderes hostiles aux mesures novatrices (500 deputes) ou des monarchistes (300). Les socialistes qui defendent les mesures sociales ne sont qu'une centaine. Le gouvernement provisoire qui decoule de cette assemblee decide de fermer les ateliers nationaux. L'est parisien se revolte a l'annonce de cette decision. Le general Cavaignac est muni des pleins pouvoirs pour mater la rebellion. Il brise celle-ci dans un bain de sang apres trois jours de combats, du 23 au 25 juin 1848. Ces « journees de juin » discreditent ou salissent la jeune Republique aux yeux de certains milieux, notamment ouvriers. Mais tandis que ceux-ci, victimes de la repression, s'en desinteressent, les paysans et les possedants craignent les desordres sociaux et recherchent un regime stable et autoritaire. Pour decider des nouvelles institutions, les constituants s'inspirent des Etats-Unis dont le modele a ete popularise par Alexis de Tocqueville dans son livre De la democratie en Amerique, publie en 1835. La constitution du 4 novembre 1848 choisit de confier le pouvoir executif a un president elu au suffrage universel direct pour une duree de quatre ans. Il peut se representer apres un intervalle de quatre ans. Comme aux Etats-Unis, l'Assemblee et le president sont totalement independants. Mais contrairement aux Etats-Unis, le president n'a pas le droit de veto. Louis Napoleon Bonaparte, Lamartine, Cavaignac, Ledru-Rollin et le socialiste Raspail sont candidats a l'election presidentielle, la premiere au suffrage universel masculin en France. Le neveu de Napoleon Ier peut notamment profiter de la division des gauches et de la faiblesse du niveau d'instruction, tandis que le nom de Bonaparte est bien plus connu dans les campagnes. Le 10 decembre 1848, et avec pres de 75 % des voix, issues notamment du Parti de l'Ordre, il est elu pour quatre ans. La nouvelle assemblee elue en mai 1849 est dominee par les monarchistes. Elle mene une politique extremement conservatrice. Elle envoie a Rome des troupes pour maintenir le pape dans ses Etats pontificaux menaces par les revolutionnaires republicains italiens. Elle vote la loi Falloux qui met l'ecole sous le controle de l'Eglise catholique. Le 31 mai 1850, l'Assemblee vote une loi electorale qui exclut du corps electoral ceux qui ne peuvent pas justifier de trois ans de residence continue dans la meme commune, ce qui elimine 3 millions de personnes du corps electoral, principalement des artisans et des ouvriers saisonniers. En s'opposant a cette reforme, Louis-Napoleon fait figure de heros pour le peuple. Au debut de l'annee 1851, Louis Napoleon Bonaparte demande une revision de la constitution pour lui permettre de se representer des la fin de son mandat. Devant le refus de l'Assemblee Nationale, il execute un coup d'Etat minutieusement prepare le 2 decembre 1851, qu'il enterine par un referendum. Le 2 decembre est en effet une date symbolique pour les Bonaparte : Napoleon Ier a ete couronne un 2 decembre et a remporte l'annee suivante l'eclatante victoire d'Austerlitz, le 2 decembre 1805. La deuxieme Republique finit renversee par son propre president, qui ne tarde pas a instaurer un regime imperial. Second Empire (1852-1870) Article detaille : Second Empire. Napoleon III par Franz Xaver Winterhalter. Le coup d'Etat du 2 decembre 1851 entraine peu de reactions. Seules quelques personnalites s'opposent ouvertement au nouveau regime. C'est le cas de Victor Hugo qui part en exil a Guernesey d'ou il ne cesse de fustiger Louis-Napoleon Bonaparte qu'il appelle « Napoleon le Petit ». Le plebiscite du 20 decembre 1851 donne au nouvel homme fort les pleins pouvoirs pour rediger une nouvelle constitution. Apres un nouveau plebiscite, il est proclame empereur sous le nom de Napoleon III. Napoleon met en place un regime autoritaire ou la liberte de la presse est limitee et les opposants sont pourchasses. La pratique des candidatures officielles reduit l'opposition au silence. Seuls quelques republicains parviennent a se faire elire. Mais comme le pays beneficie d'une bonne conjoncture economique, les protestations sont peu nombreuses. A partir de 1860, le Second Empire se liberalise. Napoleon III a perdu une grande partie du soutien des catholiques car il aide le roi de Piemont-Sardaigne, Victor-Emmanuel II a realiser l'unite italienne, ce qui va a l'encontre des interets de la papaute. De plus, la signature d'un traite de libre-echange avec le Royaume-Uni, alors premiere puissance industrielle mondiale, mecontente les industriels qui craignent la concurrence de produits anglais. L'empereur cherche donc de nouveaux soutiens en allant vers les liberaux et les classes populaires. Le droit de greve est accorde en 1864. Les ouvriers ont le droit de constituer des caisses d'entraide (suppression de la loi Le Chapelier). Le corps legislatif obtient peu a peu des droits. Il peut critiquer le gouvernement, voter le budget. Il a meme l'initiative des lois a partir de 1869. Le Second Empire a peu a peu evolue vers un regime parlementaire, les ministres etant responsables devant le Parlement. Cette liberalisation du regime est approuvee massivement par un plebiscite en mai 1870 qui donne a l'empereur 7 336 000 « oui » contre 1 560 000 « non ». Le Second Empire semble consolide sur des bases plus democratiques. Il est cependant balaye en quelques semaines par la guerre franco-prussienne. Le decollage industriel de la France se fait sous le Second Empire. Le credit se liberalise, la creation de societes anonymes (SA) est facilitee. L'Etat montre lui-meme l’exemple. Des grands travaux de modernisation sont entrepris dans Paris sous la houlette du baron Haussmann. La Sologne et les Landes sont bonifiees (creation de la foret des Landes)53. Napoleon III, tres influence par l'epopee napoleonienne, veut donner a la France un role preponderant dans le monde. La France intervient dans la guerre de Crimee aux cotes des Britanniques pour contrer l'expansionnisme russe. A partir de 1854, Faidherbe donne une nouvelle impulsion a la conquete du Senegal. Il forme les fameux tirailleurs senegalais. La France commence a s'interesser a l'Indochine. Les troupes francaises interviennent meme au Mexique pour soutenir l'archiduc d'Autriche Maximilien qui tente d'y instaurer un grand empire latin et catholique. L'aventure mexicaine est un echec. Maximilien est fusille par les revolutionnaires mexicains. Napoleon III soutient les processus d'unite italienne et allemande. En echange de ses bons offices, la France recoit du Royaume de Sardaigne le Duche de Savoie et le Comte de Nice annexes a la France en 1861 apres la signature du traite de Turin. En echange de sa neutralite bienveillante lors de la guerre austro-prussienne de 1866, l'empereur reclame des compensations territoriales que Bismarck, le chancelier prussien, refuse de lui accorder. Au contraire, il multiplie les provocations envers la France pour la pousser a declarer la guerre a la Prusse. A la suite de la publication de la depeche d'Ems, le 19 juillet 1870, la France declare la guerre a la Prusse. Le Second Empire ne peut opposer que 265 000 hommes aux 500 000 Prussiens et allies allemands. La guerre tourne rapidement au desastre. Le 6 aout, l'Alsace est prise. Napoleon capitule a Sedan le 2 septembre 1870. A cette annonce, les Lyonnais des le matin puis les Parisiens dans la soiree proclament la republique le 4 septembre 1870. Article connexe : Relations entre l'Allemagne et la France. La Troisieme Republique de 1870 a 1940 Article detaille : Troisieme Republique. L'instauration du regime republicain Des debuts difficiles La republique nait dans des conditions difficiles. Le gouvernement provisoire decide de continuer la guerre. Les Allemands atteignent rapidement Paris qu'ils assiegent. Gambetta, ministre de l'Interieur du gouvernement de defense nationale, quitte Paris en ballon pour appeler la province a la levee en masse. Mais les troupes ainsi constituees ne parviennent pas a rompre l'encerclement prussien. La ville subit des bombardements reguliers et souffre du manque de nourriture. Pour permettre aux Parisiens de ne pas tomber dans la misere, le gouvernement decrete le moratoire des dettes et des loyers. Des armes sont distribuees aux volontaires qui forment une garde nationale. Le 28 janvier 1871, le gouvernement doit se resoudre a signer l'armistice. Les Allemands laissent se derouler des elections. Celles-ci donnent la majorite aux monarchistes. La nouvelle assemblee signe une paix qui ampute le pays de l'Alsace et du nord de la Lorraine et oblige les Francais a payer au vainqueur une lourde amende de guerre. Thiers, un ancien premier ministre de Louis-Philippe est nomme chef du pouvoir executif en attendant que l'assemblee statue sur la nature du regime et son organisation. Les Parisiens qui ont vaillamment resiste pendant le siege de Paris sont scandalises par l'armistice et les conditions imposees par la Prusse. Ils se mefient d'une assemblee monarchiste qui par peur des perils revolutionnaires prefere s'installer a Versailles plutot que dans la capitale. Alors que la situation economique des Parisiens est toujours precaire, le gouvernement provisoire abroge le moratoire des loyers et des dettes. Le 18 mars 1871 Thiers ordonne de desarmer les Parisiens. Cette annonce declenche une emeute. Thiers se retire de la capitale et decide de la reprendre par la force. A Paris, le comite central des gardes nationaux decide de l'election d'un conseil municipal. La Commune de Paris se met en place a partir du 26 mars 1871. Les principaux animateurs de la Commune de Paris viennent d'horizons differents. Ils prennent des mesures radicales pour soulager la misere populaire : requisition des logements, instruction gratuite, laique et obligatoire. Ils inventent une democratie participative en permettant aux citoyens d'intervenir dans les affaires de la commune. A cote de revendications issues du mouvement sans-culotte de 1793 comme l'anticlericalisme et le respect de la liberte de conscience, des revendications de type socialiste sont portees par les insurges avec la condamnation du militarisme et du capitalisme. La commune ne dure que 70 jours. Le 21 mai 1871, les troupes du gouvernement surnommees les Versaillais par les communards investissent Paris. Les revoltes menent un combat desespere. Ils incendient des monuments comme le palais de Tuileries ou l'hotel de ville pour ralentir l'avance des versaillais. Apres l'execution de l’archeveque de Paris par les communards (Marx ecrira que c'est Thiers qui l'a assassine), la repression tourne au bain de sang. Entre 20 000 et 30 000 communards sont executes en une semaine. Des milliers de revoltes sont envoyes dans des bagnes en Algerie ou en Nouvelle-Caledonie. Les conditions imposees par la Prusse, qui avaient scandalise les parisiens au moment de l'armistice sont encore durcies par une loi de decembre 1871 exigeant de la France une indemnite de guerre representant 25 % de son PIB. La dette publique augmente fortement, et avec elle une nouvelle classe de petits rentiers vivant de son interet puis participant a la nouvelle expansion boursiere, ce qui accelere la creation de banques de depot. La mise en place des institutions Organigramme de la Troisieme Republique Nee de la defaite, aux prises a la revolte parisienne, dominee pendant 5 ans par une assemblee monarchiste, la Republique a peu de chances de survivre. Elle doit son installation a la mesentente des monarchistes. En effet les royalistes sont divises en deux groupes, les legitimistes, partisans du petit-fils de Charles X, le comte de Chambord, et les orleanistes. Apres de nombreuses tractations les orleanistes et les legitimistes s'entendent sur le nom du comte de Chambord. Mais ce dernier exige le retablissement du drapeau blanc, ce que refusent les orleanistes. En attendant, la loi Rivet donne au chef de l'executif, Thiers, le titre de president de la Republique. Les republicains qui ont prouve grace a la repression de la Commune de Paris qu'ils ne sont pas des revolutionnaires et savent maintenir l'ordre, gagnent la plupart des elections partielles. Faute de mieux, les orleanistes rompent avec les legitimistes et se rallient a l'idee d'un regime republicain. En 1875, toute une serie de lois constitutionnelles est votee. Elle fera office de constitution pendant toute la duree de la troisieme Republique. Le regime republicain est un regime parlementaire bicameral. Le president de la Republique est elu pour sept ans par les deux chambres, le Senat et l'Assemblee nationale reunis en congres a Versailles. Il est politiquement irresponsable. En 1876, les republicains remportent 360 des 500 sieges a pourvoir. Le conflit entre le president monarchiste Mac-Mahon et l’assemblee est inevitable. Le 16 mai 1877, Mac-Mahon renvoie le president du Conseil, Jules Simon, republicain modere, et le remplace par Albert de Broglie, un royaliste. Il est mis en minorite par 363 voix republicaines, et Mac-Mahon fait dissoudre la chambre. Cet episode est connu sous le nom de crise de 1877. Une campagne electorale agitee s'ensuit opposant les monarchistes aux republicains. Les republicains font bloc autour de Gambetta. Deux conceptions de la republique s’affrontent. Pour Mac-Mahon, le president de la republique est l’egal du Parlement. Il peut donc avoir sa propre politique et renvoyer les ministres qui n’ont pas sa confiance. En cas de conflit avec le Parlement, c’est le peuple qui tranche. Pour les Republicains, le president n’est qu’une figure symbolique. Il doit nommer des ministres dont les vues doivent etre conformes a celle de la Chambre des deputes. C’est la seule a representer la souverainete nationale car la seule elue au suffrage universel. L’imprecision des textes permet les deux interpretations. De nouveau, les Republicains remportent les elections. En 1879, le renouvellement partiel du Senat leur permet d’acquerir la majorite dans cette chambre. La victoire des republicains est totale. Desavoue et sans appui, Mac-Mahon demissionne. Son successeur, le republicain Jules Grevy renonce volontairement a exercer ses prerogatives constitutionnelles (principalement le droit de dissolution) et s'interdit d'intervenir contre les v?ux de l'Assemblee. Le president de la Republique se cantonne donc a une fonction representative, laissant le pouvoir au president du Conseil et au Parlement. Les presidents de la IIIe Republique suivent cette pratique. En dix ans la France est devenue republicaine. L’enracinement de la Republique Degradation de Dreyfus, illustration issue du Supplement illustre du Petit Journal, par Henri Meyer, 1895. Les republicains s'attachent a enraciner la Republique en etablissant les grandes libertes : la liberte de reunion et de la presse en 1881, le droit de se syndiquer par la loi Waldeck-Rousseau de 1884, la possibilite de divorcer la meme annee. La loi de 1901 sur la liberte d’association permet la formation de partis politiques qui remplacent les groupements informels des clubs et des comites. Les premiers partis a se former sont le parti radical en 1901 et le parti socialiste, la SFIO en 1905. La Republique se dote de ses grands symboles : le buste de Marianne, la Marseillaise qui redevient l'hymne national en 1878 et le 14 juillet comme fete nationale. En meme temps, des grands republicains comme Victor Hugo ou Leon Gambetta recoivent a leur mort des obseques nationales. Toutes ces lois sont en partie l'?uvre de Jules Ferry qui poursuit trois objectifs : etendre les libertes, soustraire l'ecole a l'emprise de l'Eglise catholique et « relever » la France de la defaite grace a la colonisation. Cependant le nom de Jules Ferry evoque pour tous les Francais l'instauration de l'ecole gratuite, obligatoire et laique. En effet, pour rendre la republique irreversible, la formation de jeunes generations parait indispensable. Or l'ecole est placee depuis la loi Falloux sous l'autorite de l'Eglise qui s'est toujours montree une adversaire de la Republique. Jules Ferry fait voter toute une serie de lois portant sur la question scolaire : creation de lycees publics pour jeunes filles par Camille See en 1880 (meme si ceux-ci ne permettent pas de passer le baccalaureat), instauration de l'ecole gratuite laique et obligatoire par les lois Ferry de 1881-1882, laicisation de personnel enseignant des ecoles publiques. L'instituteur devient un des piliers de la Republique. C'est a lui que revient le devoir d'inculquer aux jeunes eleves la morale republicaine et l'amour de la patrie. La lutte contre l'influence de l'Eglise est un theme qui permet l'emergence d'un nouveau parti a gauche de l'echiquier politique, le parti radical. L'attachement des Francais a la Republique n'empeche pas celle-ci d'etre secouee par de nombreuses crises dues a la montee du nationalisme (episode du boulangisme dirige par le general Georges Boulanger) ou de l'antisemitisme (affaire Dreyfus). Ces evenements montrent qu'il existe deux France, l'une conservatrice et revancharde, l'autre acquise aux ideaux revolutionnaires et au progres social. Ce sont finalement les progressistes qui l'emportent. Les republicains forment un gouvernement d'union nationale dirigee par Pierre Waldeck-Rousseau entre 1899 et 1902. L'arrivee au pouvoir du parti radical en 1902 accentue la laicisation de la societe. En 1904, les congregations religieuses n'ont plus le droit d'enseigner et un grand nombre d'entre elles sont expulsees de France. En 1905, sous l'impulsion du president du conseil Emile Combes, L'Assemblee nationale vote la loi de separation de l’Eglise et de l'Etat. Les ministres du culte cessent d'etre retribues par l'Etat. Les biens mobiliers et immobiliers du culte sont nationalises et mis a la disposition d'associations cultuelles religieuses apres un inventaire de tous les biens nationalises. Dans quelques regions, les inventaires ont donne lieu a des affrontements violents entre les catholiques et les forces de l'ordre, mais le phenomene reste marginal meme s'il a beaucoup frappe les esprits. A partir de 1905, la religion devient une affaire privee. La France sous la Troisieme Republique Article detaille : Troisieme Republique (France). Population et societe La France connait un fort declin demographique. Alors qu'en 1800, la France etait deux fois plus peuplee que l'Allemagne et trois fois plus que le Royaume-Uni, elle compte en 1913 moins d'habitants que chacun de ces deux pays. La France devient le pays du fils unique, protege, pousse, sur lequel reposent les projets d'ascension sociale de la famille. Le malthusianisme francais s’explique en partie par la volonte de ne pas diviser l’heritage familial. Face a la montee des tensions, la faiblesse demographique de la France inquiete. Pour pallier le manque de soldats, le service militaire est porte a trois ans en juillet 1913. Le recrutement de troupes coloniales a debute des la fin du XIXe siecle ; il s’accelere en 1910. Autre consequence, le recours a l’immigration, qui apparait comme une solution au declin demographique. Elle est encouragee par l’instauration du principe du droit du sol pour l’obtention de la nationalite francaise en 1889. En 1914, la France compte 1,2 million d’etrangers venus de Belgique et d’Italie[ref. necessaire], ce qui suscite une serie de reactions xenophobes (Vepres marseillaises en 1881, pogrom d'Aigues-Mortes en 1893, etc.). La France reste ainsi un pays essentiellement agricole, comme le prouve la part du secteur primaire dans la population active (43,2 % en 1906), alors que ce secteur represente moins du quart de la production nationale[ref. necessaire]. L’exode rural qui a commence en 1848 continue. Environ 35 000 personnes quittent chaque annee les campagnes vers 1900[ref. necessaire]. Les petites exploitations dominent : 80 % d'entre elles ont moins de 10 hectares. Dans les petites exploitations, les rendements sont tres mediocres : 13 quintaux de ble a l’hectare en moyenne voire 4 ou 5 dans les regions ou les sols sont les plus pauvres. En fait, les petites exploitations pratiquent une polyculture vivriere ou seule une petite partie de la production est commercialisee. Au nord de la Loire existe une agriculture capitaliste et productive. Les annees 1900 sont en effet celles d’une timide mutation agricole : semoirs mecaniques, moissonneuses deviennent plus courants dans ces exploitations. Leur poids electoral font des agriculteurs une preoccupation des Republicains. En 1881, le ministere de l’Agriculture est cree. Un tarif protectionniste est instaure en 1892 par Jules Meline pour proteger les petits agriculteurs de la baisse mondiale des prix agricoles. La France coloniale Empire colonial : carte indiquant le premier empire colonial francais en bleu clair et le second en bleu fonce. Faidherbe forme les fameux tirailleurs senegalais qui accompliront la conquete des regions du Niger en 1898 avec des officiers comme Gallieni, Voulet-Chanoine, Fourreau-Lamy, Monteil et Gentil. Les Touaregs opposeront une serieuse resistance. La France confere le statut de « commune francaise de plein exercice » a Saint-Louis, Goree et Dakar en 1872 et a la ville de Rufisque en 1880. A compter de ces dates, les habitants de ces quatre communes sont citoyens francais avec tous leurs droits et tous leurs devoirs, representes dans les Assemblees parlementaires de France. A tout cela viendront s’ajouter la conquete du Gabon, du Congo, de la Mauritanie, de la Guinee, de la Haute-Volta, du Tchad, du Dahomey et de l’Indochine. En 1914 l’empire francais est alors 22 fois plus grand que l’Hexagone. Les conquetes coloniales sont entreprises en partie pour des raisons economiques, apporter des matieres premieres des territoires colonises a l’industrie francaise, creer des debouches grace aux colonats ou aux colonises. Elles sont effectuees sous la pression de lobby coloniaux comme Afrique francaise ou Asie francaise (voir article sur l'Indochine francaise) dans lesquelles on trouve des banquiers, des hommes d’affaires, des journalistes, des parlementaires et des militaires. A cote de la pretention a apporter la « civilisation » aux peuples « sauvages », les protestations contre cette expansion coloniale sont nombreuses. L’exposition coloniale de 1931 voit la reconstruction du temple d’Angkor Vat a Paris, mais aussi des zoos humains. Au total cette exposition attire a peu pres 8 millions de visiteurs (dont 1 million d’etrangers). D'une guerre a l'autre Au debut du XXe siecle, l'affrontement entre la France et l'Allemagne a propos du Maroc conduit a des incidents diplomatiques (coup de Tanger, crise d'Agadir). L'antagonisme franco-allemand puise sa force dans plusieurs problemes dont dans la question de l'Alsace-Lorraine, les revendications coloniales tardives de l'Allemagne et son attitude agressive (weltpolitik). Il se nourrit aussi de la crainte qu'eprouvent les Francais devant la poussee demographique de l'Allemagne. La France pouvait encore aligner 74 divisions face aux 94 divisions allemandes : qu'en serait-il dix ou vingt ans plus tard ? La Premiere Guerre mondiale et ses suites Articles detailles : Premiere Guerre mondiale, Chronologie de la France sous la Grande Guerre (1914-1918) et L'arriere en France pendant la Premiere Guerre mondiale. La « Grande Guerre » (1914-1918) Soldats francais du 87e regiment a la bataille de Verdun, 1916. Les manuels scolaires de la IIIe Republique propagent un discours nationaliste, une large partie de l'opinion publique n'a pas renonce a recuperer l'Alsace-Lorraine, voire a une revanche contre l'Allemagne. Une loi retablissant le service militaire, supprime depuis 1815 par Louis XVIII, est adoptee le 27 juillet 1872 car une des raisons de la defaite de 1871 avait ete la deficience de la mobilisation des reserves et l'insuffisance numerique de l'armee francaise. Le 9 janvier 1912, le President Fallieres, chef constitutionnel des armees, avait declare : « Nous sommes resolus a marcher droit a l’ennemi sans arriere-pensee, l’offensive convient au temperament de nos soldats et doit nous assurer la victoire, a condition de consacrer a la lutte toutes nos forces actives sans exception »54. Le cabinet Briand fait voter le 19 juillet 1913 la loi faisant passer la duree du service militaire a trois ans. La mobilisation decretee le 1er aout 1914 suscite cependant la stupeur et la consternation dans certains milieux, notamment dans le monde rural en pleine moisson : l’idee d’une revanche contre l’Allemagne pour reprendre les provinces perdues s’est eloignee peu a peu des jeunes generations. Mais les mobilises font preuve d’une veritable resolution devant cette guerre a entreprendre : la France fait figure d’agressee par l’Allemagne, de plus beaucoup pensent qu’elle sera courte. Les Francais sont decides a se battre comme en temoigne le nombre derisoire de deserteurs, 1,5 % des mobilises, et convaincus dans leur immense majorite de la legitimite de leur cause. On attendait une guerre eclair, faite de mouvements rapides, mais dans les premiers affrontements entre les armees allemande et francaise lors de la bataille des Frontieres (aout 1914), la doctrine de l'offensive a outrance adoptee par les etats-majors entraine des pertes humaines considerables, a cause notamment des tirs de mitrailleuse : le 22 aout 1914 est le jour le plus meurtrier de l'Histoire de France ; environ 27 000 soldats francais sont tues pendant cette seule journee dans les Ardennes belges, soit quatre fois plus qu'a Waterloo55. Les soldats seront contraints de s'enterrer dans des tranchees pour se proteger, et le conflit se transformera rapidement en une guerre de positions. 10 departements du nord de la France a l'arriere du front seront occupes par l'Allemagne pendant la duree de la guerre. La « Grande Guerre » est un element pivot de l'histoire de France. Le XXe siecle emerge de ce conflit hors normes qui voit la victoire des Allies sur les forces des empires centraux, et questionne pour la premiere fois la societe sur le pouvoir destructeur de la technique. Sortir de la guerre (1919-1929) Au sortir de la Grande Guerre, la France est victorieuse mais exsangue a la suite des sacrifices humains, financiers et materiels concedes pendant la guerre. La joie de vivre prend le pas sur les heures sombres de la guerre : ce sont les Annees folles. La France reste cependant un pays encore en grande partie rural avec une proportion elevee de population vivant de l'agriculture (35 % en 1921 et 25 % en 1936) et ce n'est qu'en 1931 que celle des villes (agglomerations de plus de 2000 habitants) depasse celle des campagnes56. Au niveau politique, les gouvernements de Raymond Poincare ont pour principal objectif le retablissement des finances publiques. Pour payer la dette de la Premiere Guerre mondiale, la France cree un impot sur les plus-values et un impot sur les societes57, qui s'ajoutent a l'impot sur le revenu de 1914. Majoree de 20 % en mars 1924 par la « Chambre bleu horizon » l'imposition marginale superieure atteint 90 %, contre 2 % dix ans avant58. Une croissance francaise des annees 1920 plus forte que dans les autres pays est stimule par la multiplication par huit, en une decennie, de la production hydroelectriques. L'electrification facilite la diffusion du cinema, de la radio et de l'automobile, qui utilise les produits de l'electro-metallurgie. Trois grands pays industriels europeens Angleterre Allemagne France Hausse de la production manufacturiere entre 1913 et 1928 6 % 18 % 39 % Porte par le boom du secteur electrique, le total des emissions d'actions et d'obligations en France double, en valeur constante, entre la decennie 1901-1910 et la decennie 1920-1929, atteignant l'indice 21759. La capitalisation des sept bourses de province est multipliee par neuf entre 1914 et 192860, pour atteindre 16 % de la capitalisation francaise contre 9 % en 1914. Moins sous-capitalisees qu'au XIXe siecle, les societes francaises resistent au krach de 1929 : leurs cours sont divises par deux61, quand ceux des americaines sont divises par quatre62. La crise des annees trente et la Seconde Guerre mondiale La France des annees trente La France n'est touchee par la Grande Depression qu'en 1931. La France entre assez tardivement dans la crise, dont elle a apparemment ete protegee durant quelques annees, lorsque la chute de l’activite economique des autres pays affecte fortement ses exportations. Quand le gouvernement britannique decide de devaluer la livre le 20 septembre 1931 (et de finir l'Etalon-or), les prix francais sont trop eleves a l’exportation. La crise entraine une baisse assez longue de la production industrielle. Entre 1929 et 1935 la production industrielle recule de 25 %. Si la France est plus tardivement et moins profondement touchee par la crise, elle commence plus tard a en sortir, contrairement aux Etats-Unis ou au Royaume-Uni. En outre, elle ne met pas en place des politiques de relance comme l'ont fait les Etats-Unis avec le New Deal. En 1938, la France n’a toujours pas retrouve son niveau de production d’avant la crise. La France se dote d'un gouvernement de gauche en 1936, le « Front Populaire », et de nombreux droits sociaux, tels les conges payes ou les conventions collectives, sont institues. Cependant, la France se trouve impuissante face aux bouleversements qui touchent au meme moment plusieurs pays d'Europe. Elle entame une large politique d'alliance, qui ne menera nulle part. Elle refuse d'intervenir dans la guerre d'Espagne. Bien plus, traumatisee par la Premiere Guerre mondiale, elle n'ose pas s'opposer a la politique exterieure agressive de l'Allemagne nazie dont le chef d'Etat, Adolf Hitler, veut revenir sur le traite de Versailles de 1919 et reunir a son Reich les peuples germaniques limitrophes, en vertu des idees pangermanistes. Coup sur coup, la France laisse l'Allemagne operer son rearmement (1934-1935), remilitariser la Rhenanie (mars 1936) et annexer l'Autriche (mars 1938). L'etat d'esprit pacifiste francais atteint un sommet en septembre 1938 avec la signature des accords de Munich permettant a Hitler de prendre possession du territoire des Sudetes sans combattre (au mepris de ces accords, Hitler progressera plus loin en Tchecoslovaquie quelques mois plus tard, en mars 1939)63. La paix a tout prix etait alors le mot d'ordre, mais la signature des accords de Munich marque la derniere concession faite a Hitler par les diplomaties francaise et britannique, enfin unies sur ces sujets. La defaite de 1940 Article detaille : Histoire de la France pendant la Seconde Guerre mondiale. Apres avoir declare la guerre le 3 septembre a l'Allemagne a la suite de son entree en Pologne, la France tente avec le Royaume-Uni de secourir la Norvege victime d'un meme assaut allemand ; sans succes probant. Cette « drole de guerre » ou il ne se passe pas grand-chose sur le front prend fin le 10 mai 1940 avec une offensive eclair (blitzkrieg) de l'Axe qui conquiert la France (directement la partie nord) en six semaines. Pourtant, Philippe Petain avait fait construire la ligne Maginot le long de la frontiere franco-allemande (il aurait voulu la construire egalement le long de la frontiere belge mais le roi Leopold III voulait conserver la neutralite de son pays). Les Allemands sont passes par la Belgique et la foret des Ardennes, et grace a l'aide des chars et de l'aviation, ont reussi a atteindre la France tres rapidement et prendre a revers la Ligne Maginot. Les mots sont trop faibles pour relater l'etat d'esprit des Francais et meme du reste du monde a l'occasion de cet effondrement: « L'Abime », pour reprendre de Gaulle, apparait le plus coherent. Le corps expeditionnaire britannique se replie avec quelques soldats francais sur Dunkerque, puis vers l'Angleterre. Le reste des soldats se bat contre l'avancee inexorable des Allemands. Pres de 10 000 000 d'habitants des regions du Nord et du Centre fuient l'avance de l'armee allemande et se refugient temporairement dans le sud de la France. Quand l'armistice est signe le 22 juin, on compte moins de 100 000 pertes militaires, environ 100 000 pertes civiles lors de l'exode et 1 million et demi de prisonniers. Les gouvernements concurrents du Regime de Vichy et de la France libre Articles detailles : Regime de Vichy et France libre. Le general de Gaulle. Le 10 juillet 1940, est votee la loi qui donne les pleins pouvoirs constituants au marechal Petain64. Il profite de la victoire allemande pour imposer aux Francais un gouvernement abolissant la Republique. Des le 11 juillet, par le premier des actes constitutionnels de Vichy65, « vu la loi constitutionnelle du 10 juillet 1940 », il se declare chef de l'Etat66,67et cree le Regime de Vichy. Le pays, ampute de fait de l'Alsace-Lorraine doit payer une forte indemnite d'occupation. Une grande partie de sa force vive est deja prisonniere ou envoyee au travail force en Allemagne (STO). De son cote le general de Gaulle s'oppose a l'armistice annonce le 17 juin 194068 par le marechal Petain et lance son fameux appel du 18 Juin au peuple francais, via la radio BBC depuis Londres, incitant au ralliement aux cotes des Allies britanniques afin de poursuivre la lutte contre les nazis. Il prend des lors la tete de la France libre qui s'appuie sur les Forces francaises libres. Obtenant le ralliement rapide de plusieurs possessions coloniales francaises, surtout l'Afrique-Equatoriale francaise, la France libre reste presente dans le camp allie, en poursuivant le combat sur les fronts libyen, egyptien, puis tunisien et italien. La France depuis 1945 Le Gouvernement provisoire de la Republique francaise (1944-1946) Article detaille : Gouvernement provisoire de la Republique francaise. Apres le debarquement des Allies en Normandie, De Gaulle declare le 14 juin : « Nous combattons aux cotes des Allies, avec les Allies, comme un allie. Et la victoire que nous remporterons sera la victoire de la France ». Il s'impose a tous comme l'homme fort francais. Roosevelt qui s'etait mefie de lui se resout a le recevoir en grande pompe a Washington en juillet 1944. De Gaulle a gagne la partie et, fort de l'accord secret conclu avec Winston Churchill, le 7 aout 1940, la France retrouve bien vite sa position de « grande puissance ». Fin aout 1944, le Gouvernement provisoire de Charles de Gaulle s'impose sur le terrain. Il faudra attendre mi-octobre pour qu'il soit officiellement reconnu par les Etats-Unis. Il est compose des communistes, des socialistes et des gaullistes. L'engagement des communistes francais dans la resistance, le courage des soldats sovietiques et la victoire finale de l'URSS et des Allies procurent aux dirigeants communistes un prestige important dans l'opinion publique. Le gouvernement provisoire (GPRF) accorde notamment le droit de vote aux femmes le 21 avril 1944, dans l'article 17 de l'ordonnance d'Alger : elles voteront pour la premiere fois aux elections municipales des 29 avril et 13 mai 1945. Le Gouvernement provisoire sera ensuite conduit par Felix Gouin et Georges Bidault. La Quatrieme Republique (1946-1958) Articles detailles : Quatrieme Republique (France) et Histoire de France sous la Quatrieme Republique. Organigramme de la IVe republique En 1946, le gouvernement provisoire cede la place a la Quatrieme Republique, instauree par une nouvelle constitution approuvee par referendum. Mais l'instabilite politique et les divergences concernant les problemes coloniaux en Indochine et en Algerie conduisent a des crises ministerielles successives et finalement a la chute du regime. Vincent Auriol (1947-1954) est le premier president de la IVe Republique. Rene Coty lui succede (1954-1958). La politique generale du nouveau regime Le regime parlementaire de la Quatrieme Republique permet la reconstruction et la modernisation de la France grace notamment a la creation du commissariat au Plan et a un certain nombre de nationalisations dans les secteurs strategiques. C'est dans cette periode que les fameuses Trente Glorieuses prennent leurs sources, en profitant aussi au secteur prive, la reconstruction du pays, s'effectuant via une forte croissance economique et financiere. En matiere de politique etrangere, la France entre dans l'OTAN, acceptant meme le maintien des bases americaines sur le territoire national. En 1956, la mise en echec par les USA et l'URSS de l'intervention franco-britannique sur le canal de Suez encourage le rapprochement des Etats europeens : le marche commun (CEE) est cree en 1957. La Constitution de 1946 cree l'Union francaise. L'Union, outre les territoires europeens de la Republique, comprend l'Algerie formee de trois departements (Alger, Oran et Constantine) et les territoires du sud (Sahara), les departements d'outre-mer (Martinique, Guadeloupe, La Reunion, Guyane), les territoires d'outre-mer (ex-AEF, AOF, Oceanie), les territoires associes (Cameroun et Togo) et les Etats associes (Indochine, Maroc, Tunisie). Il faut y rajouter : Saint-Pierre-et-Miquelon, la cote francaise des Somalis, Madagascar et les Comores, la terre Adelie, les comptoirs des Indes et les protectorats sur la Syrie et le Liban. Plus de 12 000 000 km2 en tout repartis en colonies, protectorats et etats sous mandat. Le statut politique de chaque territoire decoule de l'histoire et des conditions de la conquete. Au lendemain de la guerre des fissures apparaissent. La decolonisation sera marquee par deux grands conflits. La guerre d'Indochine Articles detailles : Guerre d'Indochine et Histoire de la marine francaise. Legionnaires en Indochine francaise en 1954 Des 1940, les Japonais qui occupent l'Indochine francaise encouragent le mouvement de decolonisation qui aboutira le 2 septembre 1945 a la proclamation de l'independance du Viet Nam par Ho Chi Minh. A partir des annees 1950, le Vi?t Minh, mouvement nationaliste d'inspiration communiste, est aide par l'URSS et la Republique populaire de Chine. Dans le contexte de la guerre froide, la France se trouve placee au premier rang mondial de la lutte contre l'avancee communiste en Asie. Le conflit indochinois se developpe et s'amplifie dans un contexte general d'indifference pour cette guerre lointaine et ruineuse. En 1954, le general Henri Navarre, commandant en chef des forces francaises en Indochine, esperant attirer le Viet-minh sur un terrain ou il pourrait le combattre de facon classique, concentre ses troupes dans la cuvette de ?i?n Bien Ph?. Le camp retranche de Dien Bien Phu, commande par le general de Castries, comporte les meilleures unites du corps expeditionnaire. Apres 55 jours de combats et de nombreuses erreurs strategiques des dirigeants de l'armee francaise, les Francais, epuises par huit annees de guerilla menee par le general Giap, sont noyes sous un deluge de feu. Cette puissance exceptionnelle est alimentee par la mobilisation de tout un peuple. Dien Bien Phu tombe le 7 mai 1954. Pierre Mendes France signe les accords de Geneve le 21 juillet qui mettent fin a la guerre. Ils prevoient la separation du Viet Nam en deux Etats de part et d'autre du 17e parallele : le Nord revient au Viet-minh communiste tandis que le Sud devient un Etat independant. Le 7 aout, le cessez-le-feu est total en Indochine. La guerre aura provoque du cote francais pres de 100 000 morts et coute environ 300 milliards de francs. Les debuts de la guerre d'Algerie Article detaille : Guerre d'Algerie. La guerre d'Indochine est a peine terminee que commence la guerre d'Algerie. Le 1er novembre 1954, une poignee de nationalistes algeriens regroupes en Front de Liberation National declenchent l'insurrection en organisant en Kabylie et dans les Aures une serie d'attentats qui feront 8 morts. Les territoires europeens de la Republique, qui semblaient avoir oublie la repression de la manifestation musulmane de Setif le 8 mai 1945, reagissent immediatement. Le gouvernement (Pierre Mendes France) envoie des renforts militaires et prend des mesures repressives. Le 12 novembre, Mendes-France proclame sa determination de retablir l'ordre alors que Francois Mitterrand, ministre de l'interieur, affirme que l'Algerie c'est la France et qu'il faut tout tenter pour que le « peuple algerien se sente chez lui, comme nous et parmi nous » et propose meme, le 5 janvier 1955, que l'Algerie soit integree a la France. Cette integration remettrait en cause le statut de l'Algerie vote en 1947 qui avait institue une Assemblee algerienne comprenant deux colleges de 60 membres — l'un elu par les Francais minoritaires, l'autre par les musulmans majoritaires en nombre — qui envoyait six deputes a l'assemblee de l'Union francaise. Ainsi l'idee de remettre en cause les avantages et privileges de la communaute francaise provoque un profond mecontentement. Le gouvernement Mendes-France est renverse le 5 fevrier 1955. La semaine des barricades a Alger Les forces armees, effectivement, augmentent rapidement. Jacques Soustelle est nomme gouverneur general de l'Algerie. La situation s'aggrave et l'etat d'urgence et la censure sont proclames le 3 avril. Cependant l'integration semble encore possible jusqu'au declenchement de la greve generale organisee par le FLN qui marque la coupure definitive entre les deux communautes. Guy Mollet, chef de la SFIO, est pressenti, apres les elections legislatives de 1956 pour former le gouvernement. Il se rend a Alger le 6 fevrier pour investir le general Catroux a la place de Soustelle. Il est accueilli par un climat insurrectionnel (Lagaillarde, Ortiz) et se soumet. Il remplace Catroux par Robert Lacoste, bien vu des militaires. Le 12 mars 1956, l'Assemblee vote les pouvoirs speciaux au gouvernement. Desormais, Guy Mollet et Robert Lacoste peuvent mettre en place la politique de maintien de l'ordre en Algerie. La spirale des attentats et de la repression s'amplifie. Le pouvoir progressivement passe la main aux militaires. Face a la recrudescence des attentats les parachutistes du general Massu livrent la bataille d'Alger (janvier 1957) au cours de laquelle la torture est souvent utilisee pour avoir des renseignements sur les reseaux. Ce recours a la torture est legitime par le gouvernement francais. Dans les territoires europeens de la Republique, le fosse se creuse entre partisans de la guerre et opposants (communistes, intellectuels et journaux d'avant-garde). La fraction la plus ultra des partisans est conduite par l'extreme droite (Tixier-Vignancour) relayee par Soustelle et Bidault au sein de l'Union pour le salut et le renouveau en Algerie francaise (USRAF) qu'ils creent. Les positions se durcissent lors de la prolongation du service militaire porte a 27 mois(1957) et du rappel du contingent libere. De violentes manifestations et des blocages de convois en partance pour l'Algerie ont lieu a l'initiative de la CGT et des communistes. Sur le terrain, le quadrillage et la repression ainsi que la surveillance des cotes par la marine rendent difficile le ravitaillement en armes du FLN. L'audience du FLN diminue cependant que les desertions dans ses rangs et les engagements dans l'armee francaise se multiplient. Les militaires obtiennent le droit de poursuite sur le sol tunisien et effectuent un bombardement sur Sakiet Sidi Youssef. Mais la France est aussitot condamnee par l'ONU, ce qui va l'affaiblir politiquement. ????? ??? ???????????? ??? Dans les territoires europeens de la Republique, Felix Gaillard president du conseil par interim confie les pleins pouvoirs en Algerie au general Salan, puis au general Massu qui constitue un Comite de salut public. Felix Gaillard est remplace par Pierre Pflimlin. Mais celui-ci juge trop liberal n'a pas la confiance des militaires. Le general Massu, lance alors un appel au general de Gaulle lui demandant de f
We are glad to see you !!! We are very pleased that you use our service. IHRYCMXAMWISVfpdugn-7915-9421-GLIJTstxmcbn For this, we distribute bonuses among our customerszbfpyjlprn-ywshgnf--+-8614**&D063-kmf You can get them in your account. № 2808-EC75-2139 Personal account balance: $ 9557. 11 Login to accountmqrqeif__=-C915
Reply all
Reply to author
Forward
0 new messages